Bistro Bar Blog

vendredi 9 août 2013

TEPCO pas poursuivi en justice pour l'accident de Fukushima (Ultraman)


Naoto Kan et la direction générale de TEPCO ne seront pas poursuivis en justice pour l'accident de la centrale de Fukushima et ses suites


Pas surprenant du tout, surtout depuis que le premier ministre d'alors, Noda, a dit en mars 2012 que personne en particulier n'était en faute, que tout le monde était en faute.


Quand on dit que tout le monde est responsable, personne n'est responsable.

Tous les journaux japonais ont divulgué cette "fuite" le 8 août. Une fuite. Très détaillée aussi.

En voici une de l'Asahi Shinbun (partiel) :


Parmi tous les gens concernés, dont l'ancien président de TEPCO et l'ancien premier ministre Kan, personne ne sera poursuivi en justice.

Il a été révélé le 8 août que le Bureau des procureurs s'arrange pour qu'aucun de ceux qui ont été accusés de négligence professionnelle entraînant des morts et des blessures suite à l'accident de la centrale de Fukushima ne soit poursuivi. Sont inclus la direction de TEPCO et les officiels du gouvernement. Les procureurs devraient annoncer fin août cette non-intention de poursuite.

15.000 personnes au total, la plupart des gens près de la centrale et affectés par l'accident nucléaire ont déposé par intermittence des accusations depuis l'accident de mars 2011 pour préjudices, comme la mort de gens pendant l'évacuation juste après l'accident, et l'exposition des habitants aux radiations. Les accusations étaient portées contre l'ancien premier ministre Kan, l'ancien président de TEPCO Tsunehisa Katsumata, l'ancien président Masataka Shimizu, le président de la commission de sureté nucléaire Haruki Madarame, l'ancien secrétaire du chef de cabinet Yukio Edano, l'ancien ministre de l'économie Kaieda et des douzaines d'autres. Les accusations ont été reçues par les procureurs en août l'année dernière. Le bureau des procureurs a demandé de l'aide aux procureurs du district de Tokyo et à ceux du district de Fukushima pour les interrogatoires.

...Le résultat en est que le Ministère public est arrivé à la conclusion qu'un séisme et un tsunami d'une telle ampleur ne peuvent être prédits par les experts avant sa réelle survenue. Concernant la cause des explosions d'hydrogène dans les bâtiments des réacteurs, ils ont rejeté les accusations selon lesquelles le retard à dégazer pour abaisser la pression dans les enceintes de confinement a conduit aux explosions d'hydrogène ; les procureurs ont décidé plutôt que le retard a été causé par les hauts niveaux de radiations et les coupures de courant. On s'attend à ce que le Bureau des Procureurs conclut à une difficulté pour établir la responsabilité pénale de l'ancien premier ministre Kan et la direction de TEPCO.


Peu importe qu'un séisme et un tsunami de cette magnitude aient été en réalité prédits par des experts.
Peu importe que le gouvernement sous Naoto Kan ait caché les données des taux de radiations "pour ne pas paniquer la population", alors que ce sont eux qui ont paniqué. C'étaient ces bureaucrates de la NISA qui possédaient la plus précise simulation de dispersion des radiations et qui pouvaient déterminer les zones d'évacuation les plus précises, mais qui n'ont pas poursuivi leurs efforts dès qu'ils ont appris que Kan, Edano et Kaieda avaient décidé ces infantiles cercles concentriques.
Peu importe que ce fut bien le gouvernement qui n'a rien fait pour empêcher les agriculteurs de Fukushima de labourer les terres contaminées et de planter des céréales juste après l'accident du 11 mars.

Un membre du comité des Nations-Unies a dit du système de justice japonais qu'il était "moyenâgeux" avec l'accusation qui gagne presque toujours, à presque 100 %. Le ministère public japonais a juste évoqué une inculpation des responsables du gouvernement national et des élites des puissantes corporations et il n'existe pas de système du grand jury au Japon.

2 commentaires:

  1. C'est une honte ! mais, nous ne pouvions pas attendre une autre décision

    Sylvie 80

    RépondreSupprimer
  2. Franchement quand vous recevez une menace : paie sinon on te fait sauter une centrale, ,vous trouvez qu il faut poursuivre la victime, même si la victime TEPCO est et reste en dessous de TOUT?
    Renseignez vous!

    ORTHO

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.