Bistro Bar Blog

samedi 17 août 2013

Proposition de traduction

Ultraman ne s'était pas manifesté sur son blog Ex-SKF depuis deux jours, mais il était très occupé à traduire et transcrire les commentaires d'un documentaire japonais.

Je vous livre le début de sa traduction et vous pose la question de savoir si le sujet vous intéresse, car sa traduction est longue (normal, le documentaire dure une heure) et je ne veux pas me lancer à retraduire en français si pas d'intéressés. Merci de me le faire savoir. J'enlève exceptionnellement le robot sur l'espace commentaires pour vous inciter à me répondre. Merci d'avance.



Le bureau de l'état-major japonais était prévenu pour le bombardement de Hiroshima et Nagasaki et n'a rien fait, selon un documentaire de NHK de 2011




Il existe un documentaire de NKK qui a été publié il y a deux ans, le 6 août 2011, à la date anniversaire du bombardement d'Hiroshima. Je ne connaissais pas ce documentaire avant de lire un tweet il y a quelques jours qui donnait un lien vers un article daté du 25 septembre 2012 du blog d'un conseiller d'assemblée, Koichi Ohyama de Minamisoma City, en Fukushima.

L'article de M. Ohyama d'il y a autour d'un an cite l'annonce du documentaire de NHK d'il y a deux ans, qui dit que les officiers supérieurs de l'armée impériale japonaise connaissaient à l'avance les attaques US imminentes sur Hiroshima et Nagasaki, et qu'ils n'ont rien fait.

Les attaques par bombes sur Hiroshima et Nagasaki ont été décrites (au moins au Japon) au-delà des attentes (exactement comme l'accident nucléaire de Fukushima) ainsi que les attaques surprises sans préavis par les US, qui envoyaient des tracts des avions pour prévenir les civils des attaques imminentes.


Mais NHK dit que les officiers en chef du Japon impérial le savaient et n'ont rien fait. L'armée composait essentiellement le gouvernement pendant la guerre.

Je n'avais jamais entendu parler d'une chose pareille.

J'ai donc cherché et regardé la vidéo de ce documentaire.

Pour partager ce que j'ai appris avec les lecteurs qui ne parlent pas le japonais, ce qui suit est mon premier jet de traduction (tout n'est pas littéral, sujet à révision ; des liens sont ajoutés pour les références) du documentaire de NHK intitulé "Bombardement atomique – une information top secret qui n'a jamais été utilisée, publiée le 6 août 2011. Comme le documentaire dure une heure, je l'ai coupé en deux parties avec mon résumé pour chacune, pour une facilité de lecture.

À suivre si j'en ai la demande...

23 commentaires:

  1. Hé bien, plus de 30 personnes ont vu l'article (il est 22 h 30) et personne n'a mis de commentaire. Vous pouvez refuser, je ne vous en voudrais pas...et j'aurai un peu moins de travail.

    On dira qu'Hiroshima, c'est vieux, plus d'actualité, mais sait-on jamais...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      je suis impatiente de savoir le contenue de la vidéo , mais moi aussi j'aimerai un résumé de ce documentaire ; merci par avance du travail fastidieux que vous allez accomplir.

      Supprimer
  2. Bonsoir,
    personnellement je ne serais pas intéressé par une traduction intégrale de la vidéo.
    Je propose qu'Ultraman fasse un résumé de ce documentaire, puisqu'il connait déjà le contenu de cette vidéo, je ne suis pas un fan de ce genre de document. Intéressé oui mais pas fan ! La traduction intégrale et le sous-titrage (je suppose) prendrait beaucoup de temps.
    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ta réponse franche, Morphys32.

      Supprimer
  3. Je m'asssocie au desiderata de Morphy
    A suivre...

    RépondreSupprimer
  4. Je suis d'avis de ne pas perdre de temps avec ce qui s'est passé en 45 alors qu'ils ont eu à subir Fukushima en 2011. Enterrer le passé et leur souhaiter un bel avenir. Merci pour cette proposition.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le fait de parler de 1945 n'empêche pas de parler de Fukushima 2011-2013, bien que très peu de lecteurs aillent lire ce que je poste à ce sujet.

      Supprimer
  5. JE CROIS QUE CELA EST D UNE IMPORTANCE CAPITALE CAR CELA MONTRE LES CONNECTIONS
    QUI EXISTE ENTRE CERTAINES ORGANISATIONS QUI DIRIGENT CE MONDE POUR SA DESTRUCTION,MANIPULATION ET CELA DANS UNE DIMENTION DE TEMPS, ANNES,....QUI FAIT
    QU UNE GENERATION (20 ANS ) N EST PLUS AU COURANT DE CE QU UNE ANCIENNE GENERATION ,A CONNUT OU APPRIT......NOUS SOMMES MANIPULE PAR CES GROUPES DONT LE TEMPS EST DIFFERENT DU NOTRE....ET LÀ NOUS SOMMES ENCORE MANIPULE....AVEUGLE EN QUELQUE SORTE

    CETTE TRADUCTION EST CAPITALE CAR ELLE DEVOILE NOTRE MANIPULATION......ET CE QUI ARRIVE VA MONTRE AU GENERATIONS LES LIENSDE TOUT CES 9/11 EN QUELQUE SORTE.MERCI

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'attends encore quelques réponses avant de me lancer. Merci de ton avis.

      Supprimer
  6. Comme Anonyme de 9:07 il est CAPITAL de de traduire ce documentaire qui permettra, une fois de plus, de comprendre qu'un groupe (restant à identifier) tire les ficelles de l'évolution/stagnation/régression de l'être humain sur cette planète !

    Cette pseudo élite s'efforce à faire disparaître toute trace de notre histoire, ce n'est pas sans but ! qui contrôle le passé contrôle le futur.

    RépondreSupprimer
  7. Moi j'aime bien ce genre d'histoire mais j'ai déjà la réponse,

    Pour ceux qui aime l'histoire (la vraie), l'explication de: "Pourquoi l’état major savait et n'a rien fait" ici:
    http://www.slate.fr/story/73421/bombe-atomique-staline-japon-capituler


    Quelques passages:
    "Les dirigeants du Japon ont fait montre d’un désintérêt constant à l’égard de la campagne de bombardement stratégique qui anéantissait leurs villes les unes après les autres...
    Le 7 août, quand Truman prononça son discours radiodiffusé, il ne restait plus que dix villes de plus de 100.000 habitants encore intactes."

    "Le caractère intensif et étendu de la campagne de bombardement de l’USAAF peut être apprécié par le fait qu’ayant à tel point bombardé les grandes villes japonaises, les Américains en étaient réduits, si l’on peut dire, à bombarder des villes de 30.000 habitants ou moins. Dans le monde moderne, une ville de 30.000 habitants n’est plus considérée comme une grande ville.

    Certes, il demeurait possible de bombarder de nouveau des villes ayant déjà été bombardées par des bombes incendiaires. Mais ces cités étaient, en moyenne, déjà détruites à 50%. Les Etats-Unis auraient également pu larguer des bombes atomiques sur des villes plus petites (dont la population était comprise entre 100.000 et 30.000 habitants) et qui n’avaient pas encore été bombardées. Si l’on se souvient que 68 villes japonaises avaient déjà été très fortement bombardées et que ces destructions avaient été accueillies par des haussements d’épaule de la part de la population japonaise, il n’est pas étonnant que les dirigeants japonais n’aient guère été impressionnés par la menace de nouveaux bombardements. Cela n’avait rien de menaçant sur le plan stratégique."...

    Helios, je ne sais pas si ils parlent de ça dans la video qu'Ultraman à traduit ou si il s'agit simplement de propagande mondialiste dans le but de retourner la population contre son propre gouvernement au profit du N.O.M (gouvernement (japonais) qui n'ai de toute façons pas clean mais pas à 100% au services du nouvel ordre mondial (banque national vraiment national et non privé et encore d'autres truc qui ne plaisent pas au NOM) , il ne faut pas l'oublier et on comprend mieux les attaque dons est victime le japon)...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ngiu, je t'avoue que je n'ai fait que survoler la traduction d'Ultraman, je vais aller examiner ce qu'il écrit et je reviendrai te dire. Mais je pense que le NOM a qqch à voir dans l'affaire, même si ce n'est pas dit nommément dans le documentaire japonais.

      Supprimer
    2. J'ai donc "survolé" ce qu'a traduit Ultraman (2ème partie publiée ce matin) et le documentaire est le compte-rendu détaillé des deux bombardements avec témoignages d'anciens militaires à l'époque. Il n'y a aucune allusion conspirationniste.
      Difficile de faire un résumé, puisque c'est une avance chronologique des événements...
      Je m'y mets donc.

      Supprimer
  8. Je trouve également qu'il est important de traduire ce travail d'Ultraman. Je n'aurai pas le temps de m'en occuper, et je le regrette. Merci Ngiu au passage pour le lien.

    RépondreSupprimer
  9. Merci à tous de vos avis. Merci Hélios pour ce nouveau gigantesque travail, NGIU aussi....MAIS, nous savons (pas tous peut êtres, et beaucoup qui refusent de le savoir, par insouciance ou pas déni ) que nous sommes constamment manipulés. POURQUOI encore traduire et inscrire ce qui se sait déjà ? Ce qui est dit par Ultraman, est connu. Ces faits sont simplement ressortis de derrière les fagots ! Ils avaient aussi, à une certaine époque, (1960 environ) occultés ! Mais qu'il en soit selon la volonté d'Hélios... ;-)

    RépondreSupprimer
  10. Evènements connus ? Je ne suis pas féru d'histoire ni de WW2, mais je me suis un minimum documenté sur Hiroshima & Nagasaki, et c'est la première fois que j'entends parler de cette histoire. Et à priori je suis loin d'être le seul.

    RépondreSupprimer
  11. Partie 1 sur 3 (ou 4)
    Déjà, dans le contexte de l’époque où le nucléaire était inconnu, aucune personne civilisée ne devait pouvoir prendre au sérieux l’idée qu’une telle monstruosité puisse être accomplie, même par les gringos.
    Je partage les avis exprimés plus haut, qui présentent chacun un angle de vue valable, mais je partage plus particulièrement celui de Ngiu : « ou si il s'agit simplement de PROPAGANDE MONDIALISTE DANS LE BUT DE RETOURNER LA POPULATION CONTRE SON PROPRE GOUVERNEMENT AU PROFIT DU N.O.M (gouvernement (japonais) qui n'ai de toute façons pas clean mais pas à 100% au services du nouvel ordre mondial ».

    Les documentaires présentent rarement tous les angles de vue qui permettraient de faire les connexions nécessaires pour intégrer le but global du système. Alors mettre en cause le gouvernement japonais de l’époque, cela permet peut-être de faire oublier que ce même gouvernement avait engagé une demande de paix avant l’expédition atomique, mais que sa demande n’a pas été recevable par les US tant qu’ils n’avaient pas eu le plaisir de jouer à leur expérience atomique sur le Japon ? http://www.interet-general.info/spip.php?article197

    Retourner tous les peuples contre leurs gouvernements, on a déjà vu que c’est la stratégie choisie pour obtenir que les peuples demandent eux-mêmes le NOM. On voit de nos jours la technique de plus en plus clairement à l’œuvre en Egypte, par exemple.
    Souvenons-nous que les mêmes sont allés déverser des bombes à l’uranium appauvri sur le peuple Libyen, au prétexte que cet « horrible dictateur » arrosait ses concitoyens (« rebelles » manœuvrés par l’OTAN) de bombes conventionnelles.

    Souvenons-nous de l’extermination délibérée et sans raison « stratégique » aucune, par bombardement anglo-américain, de presque toute la population civile de HAMBOURG se trouvant sur et sous le sol, alors que la 2e guerre de destruction de l’Europe (appelée « guerre mondiale ») était déjà gagnée par eux. Sans doute que personne à Hambourg ne s’attendait à un tel enfer.

    Les bombardements sur la population civile d’Hiroshima et Nagasaki n’ont pas été qualifiés d’erreurs à l’époque. Celui de Hambourg non plus. Mais par la suite la gestion de la PERCEPTION de la sauvagerie du NOM a évolué. Souvenons-nous que pendant la guerre de partition de la Yougoslavie, les bombardements de l’OTAN (l’armée du NOM) sur les écoles et les hôpitaux étaient qualifiés d’ERREURS pour qui voulait le croire. Les bombardements sur les cibles typiquement civiles et humanitaires se sont systématiquement reproduits en Libye et ailleurs. En Palestine notamment.

    Souvenons-nous que la nature des bombardements n’est jamais présentée sous le même angle par les vainqueurs (=ceux qui écrivent l’histoire à notre intention), selon que leurs auteurs sont leurs alliés ou pas. Quelques années avant Hiroschima et Nagasaki, voici l’avis autorisé d’un lord britannique sur le bombardement de la Chine par le Japon, en septembre 1937 :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Bombardements_strat%C3%A9giques_durant_la_Seconde_Guerre_mondiale
    ---Lord Cranborne, sous-secrétaire d'État britannique aux affaires étrangères, a exprimé son indignation dans sa propre déclaration :
    « Les mots ne peuvent exprimer les sentiments de profonde horreur avec laquelle la nouvelle de ces raids a été reçue par l'ensemble du monde civilisé. Ils sont souvent dirigés contre des lieux éloignés de la zone des combats. L'objectif militaire, s'il existe, apparaît n'être que secondaire. L'objectif principal semble être d'inspirer la terreur par le massacre aveugle de civils… »---

    On reconnaîtra au passage le vocabulaire type du « monde civilisé » versus les sauvages sanguinaires à exterminer. Les vainqueurs ne disent jamais qu’ils font autant de morts possible pour éliminer autant de population que possible, ramener les survivants à l’âge de pierre, détruire l’âme et la civilisation des peuples et gouverner les pays vaincus, et fournir une souffrance de longue durée pour alimenter en énergie les prédateurs de l’Humanité de cette planète.

    RépondreSupprimer
  12. Partie 2 sur 3 (ou 4)
    -----« Le bombardement STRATÉGIQUE du Japon par les États-Unis a eu lieu entre 1942 et 1945. Au cours des sept derniers mois de la campagne, un changement de tactique de bombardement a entraîné la destruction de 67 grandes villes japonaises, causant plus de 500 000 morts et quelque 5 millions de sans abri. »------
    On parle ici de sacrifices humains à très grande échelle.

    Faits à relier et mettre en perspective avec les bombardements US au Japon :
    • « Les bombardements alliés SUR LA FRANCE font de 70 à 75 000 morts entre 1942 et 1945, essentiellement DES CIVILS »
    • « RAF et USAAF : tonnages largués sur l'Allemagne entre 1939 et 1945 : 964 644 + 623 418
    • « Beaucoup de doutes subsistent sur l'efficacité de la guerre de bombardement, il est souvent affirmé que la production industrielle allemande a augmenté tout au long de la guerre. Si c'est vrai, il faut aussi préciser la production a également augmenté aux États-Unis, le Royaume-Uni, l'Union soviétique, le Canada et l'Australie. Et, dans tous ces pays, LE TAUX DE PRODUCTION A AUGMENTÉ BEAUCOUP PLUS RAPIDEMENT QU'EN ALLEMAGNE. »

    En France, « une CONFÉRENCE ORGANISÉE PAR LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE EN 2007 parle de 75.000 tués. » :
    http://liberation-44.forumactif.org/t29-les-bombardements-liberateurs-des-allies

    ---« De 1940 à 1945, LA FRANCE EST SOUMISE À DE CONSIDÉRABLES BOMBARDEMENTS de la part de l’aviation alliée. Avec près de 550 000 tonnes de bombes déversées sur son territoire (sur les 2,7 millions larguées sur le continent européen au cours de la même période), elle est, après l’Allemagne nazie, le pays à avoir le plus souffert des attaques aériennes anglo-américaines. »
    « Or en dépit de son ampleur, le phénomène des bombardements alliés sur le territoire français est quasi-ABSENT de l’abondante historiographie traitant de la seconde guerre mondiale »
    « Marseille fut d'abord bombardée le 27 mai 1944 vers 10h30 du matin, sous un soleil radieux, par 4 vagues de bombardiers U.S., les "libérateurs" (?), volant à environ 5000 mètres d'altitude, déversant des chapelets de bombes, sur une cité qui NE S'ATTENDAIT NULLEMENT à un bombardement, croyant que nos Alliés épargneraient les ports dans leur propre intérêt. En mai-juin 1940, les Allemands, nos ennemis, avaient par deux fois, touché seulement ses ports, coulant deux grands paquebots, transports de troupes et de munitions, ne faisant que quelques victimes militaires.

    Quatre ans après, les bombes alliées firent en dix minutes, selon le bilan officiel de la Défense Passive, plus précis que celui des journaux de l'époque, imprimés rapidement après la tragédie, les victimes suivantes:
    - 4728 MORTS, dont 9 Marins-pompiers
    - 6095 blessés
    - 800 disparus
    - 804 maisons détruites entièrement
    - 35 000 maisons endommagées
    - ni gaz, ni électricité dans la ville entière. »---

    Voilà. On commence à comprendre pourquoi les Anglo-Américains étaient plus forts que les Allemands, n’est-ce pas ?
    On commence à comprendre que CE QUE VEULENT LES ANGLO-AMÉRICAINS du NOM n’est ABSOLUMENT PAS LA PAIX, MAIS LA REDDITION SANS CONDITION, le pouvoir total sur les autres pays, n’est-ce pas ?
    http://www.phdnm.org/uploads/3/0/0/1/3001973/bbt_allies.htm#_Toc145245303

    Le bombardement de Marseille, pour prendre juste cet exemple, n’a pas été qualifié d’erreur, pas plus que ne l’a été celui de Hambourg.
    Il reste qu’aucune personne saine n’y aurait cru avant qu’il survienne. À quand un documentaire sur l’insouciance coupable des responsables français, qui auraient dû organiser la défense aérienne contre… leurs « libérateurs » ?
    (Le bombardement des civils par les semences de mort de Monsanto et consorts, personne ne s’y attendait non plus.)

    Je propose donc comme d'habitude que nous déplacions le faisceau des projecteurs sur la véritable histoire, celle qui se trouve derrière « la véritable histoire », qui se trouve elle-même derrière l’histoire officielle.

    RépondreSupprimer
  13. Partie 3 sur 4
    Un aspect de la véritable histoire : Le Havre, 1944. Encore un exemple de « reddition sans condition, ou sinon vous aurez l’éradication totale » :

    ---« Les bombardements "libérateurs" des Alliés... bombardements massifs et destructions de villes quasi sans nécessité stratégique, un exemple parmi tant d'autres, LE HAVRE :

    Christophe Beaudufe. Journaliste AFP. Auteur de L'été 1944, le sacrifice des Normands, Perrin, Paris, 1994.

    « Lorsque, le 4 septembre, le commandement britannique lance son ultimatum à la garnison (note dt, allemande, dirigée par le colonel Wildelmuth), le 1er British Corps du général Crocker a terminé sa mise en place pour lancer l'attaque. Près de 45 000 combattants parfaitement aguerris et un matériel moderne très étoffé. Depuis 10 jours, on a minutieusement planifié, observé, tâté l'adversaire. Dans la planification ont été inclus des bombardements massifs, pour "ramollir la résistance".

    « Or, lors des pourparlers qui suivent l'ultimatum, les Britanniques ont noté LA DEMANDE DU COLONEL WILDELMUTH DE L'AUTORISER À ÉVACUER LA POPULATION CIVILE. Le commandement britannique croit sentir dans cette demande un manque de détermination du chef allemand. Il va tenter une pression morale et psychologique supplémentaire sur celui-ci. L'importance d'une reddition rapide pour les suites de l'opération lancée vers l'Allemagne est telle qu'elle autorise ce coup de poker : LES ANGLAIS REFUSENT L'ÉVACUATION croyant par là faire céder l'adversaire. L'Allemand rejette l'ultimatum.

    « Le premier gros bombardement a lieu le 5 septembre de 17 h 45 à 19 h 30, sur le centre de la ville, où il n'y a PAS D'OBJECTIFS MILITAIRES : 1820 tonnes de bombes explosives, 30000 bombes incendiaires, 1 tonne d'explosif par 720 mètres carrés, une bombe incendiaire tous les 43 mètres carrés. Près de 3000 CIVILS TUÉS. Le lendemain matin, malgré les supplications du clergé, Wildelmuth, qui déclare avoir tout tenté pour faire évacuer la population, confirme sa décision. Il se battra. C'est alors six jours de bombardement par air, terre, mer : 400 canons tirent sans discontinuer.

    L'assaut, planifié de main de maître et structuré comme un mécanisme d'horlogerie, est lancé le 10 septembre à 18 h 15. Le 12, à 17 h 00, l'affaire est pratiquement terminée. LES RUINES DU HAVRE SONT AUX MAINS DES BRITANNIQUES.
    « Il est vrai que ces derniers ont perdu près de 400 officiers et soldats et qu'au moment de la trouée, dans la première heure, près de 50 chars et engins spéciaux ont sauté sur les champs de mines ou été détruits par le feu des défenseurs.
    « Les Allemands compteront près de 600 tués, la plupart lors des bombardements, qui ont complètement désorganisé toute résistance cohérente. [...] »

    RépondreSupprimer
  14. Partie 4 sur 4
    Entre le 4 et le 10 septembre, LA VILLE FUT DÉTRUITE À 85 POUR CENT. Elle reçut 12 000 tonnes de bombes en 152 bombardements qui firent plus de 5 000 morts parmi les civils et laissèrent 35 000 sinistrés complets et 65 000 sinistrés partiels.
    « Une tache de feu et de sang, écrit François Poupel, semblait ternir non seulement la libération du Havre mais celle du territoire tout entier.

    Un officier anglais, le journaliste écrivain W. Douglas Home, capitaine, appartenant aux unités qui assiègent Le Havre, REFUSE OBÉISSANCE, le 4 septembre, lorsqu'il apprend que LE COMMANDEMENT A DÉCIDÉ DE RASER LA VILLE APRÈS EN AVOIR REFUSÉ L'ÉVACUATION. Ce scandale lui coûtera ses galons et huit mois de prison.
    « "CE N'EST PAS LA GUERRE, C'EST UN MEURTRE", dira sous le coup de l'émotion le patron de l'opération, le général J. T. Crocker, qui commande le corps d'armée, en contemplant, le 10 septembre, le déversement des bombes sur le camp retranché.
    « En dégageant sa responsabilité et celle de ses troupes, qui n'ont pas participé au siège, le nouveau gouverneur du Havre libéré se dira "honteux et choqué par la DESTRUCTION INSENSÉE de la ville".
    « Pourquoi, pourquoi une telle furie, pour prendre la forteresse du Havre ? Pourquoi avoir exigé de tels SACRIFICEs d'une population qui attendait avec tant d'espoir sa libération ? »
    L'été 1944, Le jour le plus beau, p. 285-286.

    « Pour beaucoup de Français, la SURPRISE des 6 et 7 juin (1944) fut TOTALE. Pour les autres, ils s'attendaient en général à des bombardements limités et n'avaient pas osé imaginer les effets réellement produits.
    Pour les historiens, qui ont étudié la façon dont les populations prisonnières de l'Histoire ont perpétué la mémoire du débarquement, de la bataille et de la Libération, la conclusion ne fait aucun doute : les bombardements restent le pivot central autour duquel gravite la mémoire de l'été 1944. La place réservée à l'arrivée des libérateurs dans les récits d'époque est plus restreinte. »

    « Être bombardée par les Alliés, dont nous avions attendu la venue avec tant de ferveur, c'était comme si mon propre père m'avait apporté subitement la terreur et la mort en tentant de m'étrangler », avoua, plus de quarante ans après les faits, une survivante de Saint-Lô aujourd'hui installée près de Caen: «Ne plus rien comprendre, TOUTES MES STRUCTURES MENTALES EFFONDRÉES, tout cela m'a donné une sorte de méfiance définitive de tout et de tout le monde, car j'ai découvert à quinze ans que CE QUE L'ON PEUT ATTENDRE DE MIEUX de la vie, le plus beau conte de fées, peut se transformer - et d'un seul coup - en CAUCHEMAR. »---

    Le Havre réduite à l’état de Hambourg ou de Dresden. « toutes mes structures mentales effondrées ». L’allié c’est l’ennemi. Le libérateur est l’étrangleur. La paix c’est la guerre.
    Voilà pourquoi les associés du NOM font la guerre quotidiennement contre l’Humanité. Pour obtenir sa reddition totale sans condition.
    Nous avons des conditions, et nous ne nous rendrons pas.
    Il nous suffit de nous relever, et de faire face.

    Bon dimanche
    Brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Brigitte pour tes recherches. Il apparaît que l'aide des "alliés" est en réalité une recherche de futurs gains économiques. Ne pas oublier que les centrales nucléaires japonaises ont été construites par GE (General Electric). Le pays aux abois après la guerre a reçu les américains comme des sauveurs. Il y a aussi le besoin d'hégémonie psychologique, nous sommes les plus forts, rendez-vous. Ce qui persiste avec nos gouvernants français inféodés aux US.
      Et il y a aussi des magouilles que nous découvrirons peut-être un jour, qui n'ont rien à voir avec l'économie ou le pouvoir.

      Supprimer
    2. Hélios, c'est au pouvoir total sur notre Esprit que les associés du NOM travaillent. Les gains économiques ne sont qu'un corollaire. Tout ce qui est matière n'est que bénéfice secondaire qui leur est accordé en rétribution de leurs services.
      Quant à leur "aide", c'est comme si on était reconnaissant aux pyromanes de venir éteindre l'incendie qu'ils ont allumé.
      Brigitte

      Supprimer
  15. Très intéressée par cette traduction qui tend à éclaircir un passage important de la compréhension des manips qui ont menées à la deuxième guerre mondiale. C'aurait été dommage de d'en passer...

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.