Bistro Bar Blog

lundi 5 août 2013

Le syndrome de dépression post-2012 . . . et son remède

Le dernier texte diffusé par le CROM.
Le syndrome de dépression post-2012... et son remède! Le syndrome de dépression post-2012... et son remède! Sébastien Vaas
Analyse d'un phénomène vieux comme le monde
Auteur: Sébastien Vaas

Depuis de nombreuses années, le C.R.O.M. a mis en garde sur le fait que 2012 n'était qu'une farce ayant pour but de détourner les chercheurs spirituels des véritables événements qui sont en train de se produire sur le plan intérieur. Nous avons aussi relayé les informations selon lesquelles il y a de multiples calendriers Maya qui s'arrêtent à des dates très différentes. Beaucoup ont quand même voulu y croire et le regrettent aujourd'hui... Analyse d'un phénomène vieux comme le monde.

Voilà sept mois que le 21 décembre 2012 est passé, et toute personne un peu lucide admettra que, non seulement aucun miracle ne s’est produit, mais que, de plus, aucun signe ne semble indiquer une remontée générale de la conscience de l’humanité. Cela a de quoi sérieusement inquiéter ceux qui avaient placé tous leurs espoirs dans cette date et qui, aujourd’hui, se retrouvent démunis, face à eux-mêmes.

Dans les milieux nouvel-âge, on constate depuis le début de l’année une recrudescence de dépressions. Ceux qui, il y a peu, s’enthousiasmaient à l’idée d’un imminent changement de la conscience planétaire, se promènent aujourd’hui hagards dans les foires bio, ne sachant plus trop à quoi s’accrocher.

Vont-ils abandonner tout espoir et se tourner vers une nouvelle forme de nihilisme ? Si eux ne le font pas, ce sera sans doute leurs enfants, tout comme la génération « peace and love » a engendré les punks hurlant leur désespoir dans un bruit de machines assourdissant.

Mais pourquoi l’humanité oscille-t-elle pareillement entre espoir et désespoir, entre idéalisme et nihilisme ? Il faut en chercher la raison dans le fait qu’elle a perdu le contact avec son centre intérieur, avec son être profond. Du coup, elle doit continuellement s’accrocher à des choses extérieures pour donner une réalité à son existence tellement fragile.

Ce n’est pas un problème nouveau : depuis la Chute qui a précipité la vague de vie humaine dans l’inconscience, l’homme ne sait plus qui il est. La tradition ésotérique enseigne que l’être humain était originellement constitué de trois noyaux :
- l’un correspondant à l’Esprit, à la tête ;
- un autre correspondant à l’âme, au cœur ;
- enfin un troisième correspondant à l’ego, au bassin.

Mais, au moment de la Chute, les deux noyaux inférieurs sont descendus dans la sphère terrestre, alors que celui correspondant à l’Esprit est resté dans les mondes supérieurs. L’homme a alors oublié jusqu’à l’existence de cette étincelle d’Esprit.

Depuis, dépourvu de la véritable intelligence, il naît et meurt sans comprendre ce qui se passe. Il s’accroche à des bonheurs éphémères sans voir que tout ce qui est terrestre est voué à disparaître. « Mon peuple se perd faute de connaissances », dit la Bible. Cette sentence devrait nous alerter sur le fait nous ne savons rien de qui nous sommes, d’où nous venons et où nous allons.

Pour lire la suite, c'est ICI.

Le CROM  a ajouté quelques notes en accompagnement de sa newsletter. D'abord concernant les prélèvements d'organe :

Nous tenons à saluer l'initiative d'un de nos lecteurs concerné par la question délicate des prélèvements d'organes. Vous ne le savez peut-être pas, mais le fait d'être dépecé alors qu'on vient tout juste de décéder est très négatif. En effet, le corps éthérique est à ce moment encore relié au corps physique et le fait de retirer les organes occasionne d'intenses souffrances à l'âme.

 En France, toute personne qui ne souhaite pas être dépecée à sa mort doit impérativement s'inscrire à un Registre des Refus. Le problème, c'est que ce Registre est géré par un organisme militant pour le don d'organes – l'Agence de la Biomédecine – et que le formulaire d'inscription qu'elle propose est extrêmement tendancieux. Le but semble clairement de décourager les personnes à s'inscrire.

 C'est pourquoi ce lecteur anonyme veut faire pression sur l'Agence de la Biomédecine afin qu'elle modifie ce formulaire, voire que la gestion de ce Registre lui soit retiré. Si vous voulez avoir plus d'informations sur ce combat pour le "droit à la propriété du corps", veuillez vous rendre sur le site suivant:


 http://www.refus-don-organes.org
 ______________________________________

Flux RSS du site :

Autre petite nouveauté pour ce mois d'août: le site du C.R.O.M. dispose maintenant d'un flux RSS permettant à ceux qui savent en faire quelque chose d'être alertés dès qu'un nouvel article est posté.

 http://www.crom.be/news_rss.php?lang=fr 

7 commentaires:

  1. 2012 est de toute évidence un concept qui a été conçu aux USA, très probablement dans le cadre de cette politique globale visant à engendrer la soumission des peuples, par une désorientation, perte de repères dans tous les domaines.

    Reconnaissons toutefois que les voix qui, avant 2012, dénonçaient cette manipulation n'étaient pas très nombreuses et fort peu relayées, que ce soit sur les médias traditionnels ou sur le net, Quand les Colleman et autre Braden avaient Open bar ...

    Pour compléter les propos sur les prélèvements d'organes, je pense qu'il faut s'interroger sur les raisons pour lesquelles, ces prélèvements sont pratiqués sous anesthésie générale !!!!!!

    A t-on jamais vu un mort réagir à la douleur ?

    Le scandale est très certainement bien plus conséquent qu'on l'imagine car, de toute évidence, ces prélèvements sont effectués sur des personnes encore vivantes ; certes, pas pour longtemps si on leur enlève des organes vitaux, mais enfin, je pense que ce sont des choses que la très grande majorité des gens ignore.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce partage Helios.
    Alors si je comprends bien, ce n'est pas l'homme qui est perdu mais l'âme elle même.
    On n'est pas sorti de l'auberge quoi...
    Pour le prélèvement d'organe, il est certain que nous ne pouvons pas savoir ce que cela engendre.
    Mais la nature nous montre de toute façon que la greffe n'est pas la solution. Nous voyons bien que naturellement un corps rejette un organe ne lui appartenant pas.
    Et qu'en est il des incinérations à votre avis?
    Oliv

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a pas de problèmes pour les incinérations si elles sont faites au moins huit jours après le décès.

      Supprimer
  3. Bonjour,
    il me semble qu'à l'époque des Pharaons, les Égyptiens, soi-disant bien informés des états spirituels après la mort, enlevaient les organes et les mettaient dans une ou plusieurs boites avant de momifier le corps? Ou bien je me suis trompé avec une autre civilisation...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ils ne le faisaient que pour les personnages importants, d'une part et pas sur des gens vivants, comme c'est le cas actuellement, d'autre part.
      Et puis les égyptiens ne sont pas forcément le modèle absolu sur le plan des connaissances spirituelles.

      Supprimer
  4. Ciao Helios, surment comme tu dis, les egipsyens ne sont pas un modele.
    Gwelan dit que le prelevements sont faits sur anestesie totale...il parait qu'ils sont faits avec le curaro comme anestesie.
    Le "donner" voit tout, mais il est dans l'impossibilitè de urler car les muscles de tout son cor sont paralises!!!!! Quel horreur.
    Oui il faudrait se demander pourquoi on est si interessès aux donations!!! On peut penser à des experimentations pour une novelle inter-race entre home et machines, un hibrid en quelque sorte, qui est automatisè et donc un esclave qui suivra des ordres avec cip implantè. On peut aller loin en imagination et penser aussi que etre emplantès avec des ovules...n'est pas normale non plus e porterait enfin avec le temps a faire naitre un bebè dans une ventre tout a fai chimic,et en dehor de la mere pour nous enlever les sentiments, les aspiration, la spiritualitè extera pour enfin changer l'humain dans un autre racequi serai avoir et pas etreun robot Il faut se rapeller que ce monde appartient a l'autre le demiurgue

    RépondreSupprimer
  5. mon prof de géobiologie (jean claude Kaye) disaient qu'il faut + ou - 7 jours pour que le corps énergétiques disparaissent du corps décédé.
    pour ce qui est des greffes d'organes, je vais me renseigner sur quels genres de produits ils emploient.
    il faut aussi se dire qu'il y a des tissus comme l'os où il n'y a aucun rejet car c'est bouilli, la 1° peau de l'œil aussi donc aucun médicament a prendre par après...mais je ne suis pas pour le prélèvement d'organe, des personnes ayant reçu des organes disent que leur idées changent par après, comme si certaines idées de la personne décédée étaient imprégnées dans l'organe reçu (si je puis dire)

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.