Bistro Bar Blog

dimanche 18 août 2013

Hiroshima et Nagasaki par Ultraman (1ère partie)

Je n'ai pas eu le courage de tout relire. Vous m'excuserez si vous trouvez quelques fautes. Je commence la 2ème partie (plus longue que celle-ci). J'ai remis le passage déjà précédemment traduit.



Le bureau de l'état-major japonais était prévenu pour le bombardement de Hiroshima et Nagasaki et n'a rien fait, selon un documentaire de NHK de 2011




Il existe un documentaire de NKK qui a été publié il y a deux ans, le 6 août 2011, à la date anniversaire du bombardement d'Hiroshima. Je ne connaissais pas ce documentaire avant de lire un tweet il y a quelques jours qui donnait un lien vers un article daté du 25 septembre 2012 du blog d'un conseiller d'assemblée, Koichi Ohyama de Minamisoma City, en Fukushima.

L'article de M. Ohyama d'il y a autour d'un an cite l'annonce du documentaire de NHK d'il y a deux ans, qui dit que les officiers supérieurs de l'armée impériale japonaise connaissaient à l'avance les attaques US imminentes sur Hiroshima et Nagasaki, et qu'ils n'ont rien fait.

Les attaques par bombes sur Hiroshima et Nagasaki ont été décrites (au moins au Japon) au-delà des attentes (exactement comme l'accident nucléaire de Fukushima) ainsi que les attaques surprises sans préavis par les US, qui envoyaient des tracts des avions pour prévenir les civils des attaques imminentes.


Mais NHK dit que les officiers en chef du Japon impérial le savaient et n'ont rien fait. L'armée composait essentiellement le gouvernement pendant la guerre.

Je n'avais jamais entendu parler d'une chose pareille.

J'ai donc cherché et regardé la vidéo de ce documentaire.

Voici la vidéo diffusée par NHK (à défaut de comprendre, vous pouvez voir les images...):

原爆投下 活(い)かされなかった極秘情報 par gataro-clone
Pour partager ce que j'ai appris avec les lecteurs qui ne parlent pas le japonais, ce qui suit est mon premier jet de traduction (tout n'est pas littéral, sujet à révision ; des liens sont ajoutés pour les références) du documentaire de NHK intitulé "Bombardement atomique – une information top secret qui n'a jamais été utilisé, publiée le 6 août 2011. comme le documentaire dure une heure, je l'ai coupé en deux parties avec mon résumé pour chacune, pour une facilité de lecture.




Résumé de la partie 1 :

Le bombardement atomique d'Hiroshima et Nagasaki a été considéré comme "totalement inattendu", une "attaque surprise". Cependant le bureau de l'état-major japonais de l'armée impériale du Japon connaissait depuis juin 1945 les activités américaines secrètes sur l'île de Tinian au nord des îles Marianne du nord. Une unité spéciale du renseignement contrôlée directement par l'état-major surveillait les signes codés des B29 qui sont apparus soudain sur l'île de Tinian en juin 45, deux mois avant le bombardement d'Hiroshima et Nagasaki. L'unité du renseignement sentait que ces avions participaient à une mission inconnue spéciale. L'information fut rapidement partagée avec les officiers en chef de l'armée.
Le Japon avait été conscient des efforts US pour développer les bombes atomiques, et a démarré en 1943 ses propres efforts pour en développer aussi. Mais quand le gouvernement dut abandonner l'effort en juin 1945, il se convainquit que l'extraction d'uranium était impossible pour quiconque, y compris les USA. Le gouvernement japonais eut l'information sur la détonation réussie de la première bombe atomique le 16 juillet 1945 au Nouveau-Mexique, mais il se convainquit aussi que ce ne pouvait être une bombe atomique.

L'unité de renseignement continua de surveiller les B29 avec les indicatifs d'appel V600 et garda les officiers informés. Ils ne relièrent pas les points, et les mystérieux B29 de l'île de Tinian sont restés des mystères alors que le jour du 6 août 1945 fatal approchait.
============
(Préambule)

Île de Tinian au nord des îles Marianne. 6 août 1945. North Field. Des avions secrets B29 étaient sur le départ pour lâcher des "bombes spéciales" – des bombes atomiques sur le Japon.
Une bombe fut larguée sur Hiroshima. Trois jours plus tard, la même chose se passa à Nagasaki.

Jusqu'à présent, le bombardement d'Hiroshima et Nagasaki est considéré comme totalement inattendu pour les japonais, une attaque surprise. Cependant, en fait, une unité de renseignement de l'armée japonaise a connu à l'avance les activités américaines entourant le bombardement. Ils surveillaient les communications militaires des US.

NHK a révélé que peu d'information subsistait sur le sujet et a trouvé des témoins, des journaux personnels, des enregistrements audio d'officiers décédés, responsables de l'espionnage. Ce que NHK a découvert est le fait que l'armée savait qu'un danger était imminent mais qu'elle n'a rien fait.

L'unité du renseignement militaire avait démarré le pistage de ce qu'ils appelaient "les avions à tâche spéciale" qui devinrent actifs en juin 1945 sur l'île de Tinian, deux mois avant le bombardement. Le 6 août 1945, ils savaient qu'un largage de bombe approchait d'Hiroshima.

Dans le cas de Nagasaki, les officiers en chef de l'armée savaient qu'un bombardier approchait de Nagasaki, 5 heures avant que la bombe ne soit larguée.

Y-a-t-il quelque chose qui aurait pu être fait ?

Ceux qui ont été impliqués et qui n'ont rien dit depuis la fin de la 2ème guerre mondiale ont commencé à parler.

Il n'y a pas eu de sirène aérienne. Les gens ont été exposés aux radiations et à la chaleur des bombes atomiques, sans aucune protection. Plus de 200.000 personnes sont mortes en 1945 à Hiroshima et Nagasaki. Pourquoi rien n'a-t-il été fait, quand ils avaient le renseignement autour du bombardement ?

Pour la première fois en 66 ans, voici la vérité. (le documentaire date de 2011, rappel)

============

(5'02 - Renseignement)


Ancien quartier général de l'unité spéciale militaire à Suginami-Ward à Tokyo. Ryoji Hasegawa, 88 ans, était second lieutenant de l'armée impériale japonaise. On lui a dit de ne jamais révéler même l'existence de l'unité, qui devint active au printemps 1945. L'unité était directement sous les ordres du Bureau de l'état-major, chargé de réunir les renseignements de l'ennemi. L'une des tâches de Hasegawa était de réunir des informations sur les bombardiers B29, car les raids aériens américains avec des B29 s'intensifiaient sur le Japon en mars 1945.




Il y avait plus de 100 membres appartenant à l'unité spéciale. Ils écoutaient le code en morse utilisé entre les bombardiers et leur base. Les messages étaient pour la plupart chiffrés et le décryptage était difficile. Il y avait pourtant un bref signal en haut qui n'était pas crypté.

C'était un indicatif d'appel. Il commençait par "V", suivi de trois chiffres et cela faisait connaître au destinataire qui envoyait le message.


Enregistrements de surveillance de l'armée japonaise. La plupart des enregistrements ont été détruits après la guerre, mais NHK en a trouvé qui avaient survécu. La plupart des indicatifs d'appel provenaient des îles Marianne.

L'unité spéciale de renseignement remarqua que les bombardiers de chacune des îles avait différents indicatifs d'appel. Saipan : V400, Guam : V500 et Tinian : V700. En contrôlant les indicatifs d'appel, ils pouvaient dire combien de bombardiers venait de telle île. L'unité pouvait prédire où ils se dirigeaient, en surveillant continuellement les indicatifs d'appel.

Hasegawa : "Nous pouvions réunir les informations et dire à l'état-major combien de B29 allaient probablement dans telle direction. 200 ici, 300 là..."


=============

(9'40 - Indicatifs d'appel V600 provenant de l'île de Tinian en juin 1945)

Juin 1945. L'unité de renseignement a remarqué quelque chose d'anormal. Ils ont récupéré des indicatifs d'appel mystérieux qu'ils n'avaient jamais entendu avant. Hasegawa dit, "c'étaient des indicatifs en V600. Nous avions vu des 400, 500 et 700 et ils venaient de Saipan, Guam, Tinian. Mais maintenant des V600. Quelque chose clochait, pensions-nous".
Ils venaient de l'île de Tinian. Sur l'île ils utilisaient des indicatifs en 700, il y avait maintenant un nouveau groupe de bombardiers B29 utilisant des indicatifs en 600. Quel était leur but ? L'unité renforçait sa capacité de surveillance pour observer de près.

L'île de Tinian fut prise par les US en août 1944. North Field, qui était la base pour les raids sur le Japon. Une unité spéciale arriva en juin 1945 et commença à utiliser des indicatifs d'appel en V600. C'était la 509ème escadre, qui largua plus tard les bombes sur Hiroshima et Nagasaki.




L'un des membres était M. Russel Guggenbach, 88 ans. Il participa au bombardement d'Hiroshima et Nagasaki en tant que membre d'équipage du B29. Guggenbach dit que le contact avec les autres unités était strictement interdit sur l'île.

"Le nouveau commandant nous informa qu'il allait y avoir un nouvel officier, qu'une nouvelle bombe était en cours de développement et que si elle réussissait, elle raccourcirait la guerre. On nous a dit que nous étions en sécurité rapprochée et que nous devions obéir aux ordres et ce que nous apprenions, ce que nous voyions, nous devions le garder pour nous. Nous étions supposés ne même pas en parler à nos meilleurs amis".
Les US dépensaient 2 milliards de dollars pour le développement des bombes atomiques.

Il y avait environ 10 B29 de cette unité spéciale sur l'île de Tinian qui utilisaient les indicatifs d'appel en V600. En comparaison des autres B29 qui faisaient les raids aériens sur le Japon, 200 ou 300 avions à la fois, c'était incroyablement peu. Guggenbach dit qu'ils s'entraînaient à une localisation des bombardements dans les petites îles proches, sans connaître pourtant la destination finale. Tout leur entraînement, dit Guggenbach, "se concentrait sur cette bombe spéciale, pour une mission spéciale".

===============

(15'03 - Que connaissait vraiment les officiers de l'armée japonaise par rapport à cette information ?)

Le major Eizo Hori était chargé de fournir les renseignements collectés par l'unité spéciale du renseignement aux officiers en chef de l'état-major. Il est mort il y a 16 ans, mais selon sa famille il s'était toujours senti coupable de n'avoir pu arrêter les bombardements. Sa famille a gardé un enregistrement audio qu'Hori a fait plusieurs années avant sa mort, concernant l'unité spéciale de l'île de Tinian.
"L'unité avec l'indicatif d'appel en 600, c'était une unité mystérieuse. Quand nous suivions le nombre soigneusement, nous trouvions qu'il n'y en avait que 12 ou 13. jusqu'ici, les B29 existaient par centaines. Quelque chose n'allait pas. Nous commençâmes à les nommer "avion à tâche spéciale". Quelque chose n'allait pas du tout, et nous fîmes de notre mieux pour les garder sous surveillance...".
Les informations du major Hori sur les "avions à tâche spéciale" étaient convoyées en permanence vers l'état-major. Pourtant, Hori a dit qu'il ne savait pas à l'époque que la "tâche spéciale" était un bombardement atomique.

===============

(17'57 - Ce que savait le général Hideki Tojo sur le développement de la bombe atomique US)

L'armée impériale japonaise savait depuis longtemps que les US étaient en cours de développement de bombes nucléaires. Au printemps 1943, le général Hideki Tojo, qui était alors le ministre de la guerre, parla aux gens responsables du développement de l'armement. Il a dit,
"Nous avons aussi l'information que le développement de bombes atomiques est dans un état avancé aux US. Ce développement peut décider du sort de la guerre".
Le général Tojo ordonna ensuite au quartier général de l'aviation de démarrer le développement de bombes atomiques.

Les meilleurs et les plus brillants de la nation furent rassemblés. L'un d'eux était M. Kunihiko Kigoshi, 92 ans. Il était responsable du développement de composés d'uranium pour son utilisation dans les bombes. Le Dr Yoshio Nishina de l'institut de recherche physique et chimique dirigeait le groupe de chercheurs incluant M. Kigoshi.

Kigoshi dit que le Dr Nishina était fréquemment appelé au quartier général de l'aviation de l'armée impériale japonaise pour qu'on l'interroge sur le progrès du développement de la bombe atomique.
"Après le retour du Dr Nishina du quartier général de l'aviation, nous avons été appelés dans son bureau et on nous a dit de faire de notre mieux. Je pense que l'armée l'avait mis sous forte pression".
Dans la région montagneuse de la préfecture de Fukushima, du minerai d'uranium était extrait par ds étudiants. M. Kiwamu Ariga, 80 ans, était l'un des étudiants mobilisés pour les efforts de guerre à l'extraction de l'uranium. Lui et ses collègues étudiants faisaient l'extraction et transportaient ensuite le minerai d'uranium sur leur dos.

Un jour, pour inspirer les étudiants à fournir de gros efforts, un officier de l'armée vint et parla aux étudiants. M. Ariga dit,
"L'officier nous dit qu'une bombe serait faite à partir des pierres que nous transportions. Il a dit qu'une bombe de la taille d'une petite boîte d'allumettes pouvait détruire une grande ville comme New York en un instant. Alors continuez vos efforts, a dit l'officier".
L'armée impériale abandonna cependant la fabrication d'une bombe atomique fin juin 45. En raison d'un manque de matériaux et de ressources, car les raids aériens américains devenaient trop fréquents.
Mais ce n'était pas la raison citée dans le rapport de l'armée. Le rapport disait, "Il s'est avéré qu'il était impossible d'extraire de l'uranium radioactif. Aux US, ils sont arrivés à la conclusion que c'était impossible".

Comme excuse de l'arrêt de fabrication, l'armée fit une supposition sans fondement que même les US ne pouvaient le faire [extraire de l'uranium]. [Cela vient du narrateur de NHK – c'est à dire c'est l'opinion de NHK.]

M. Kigoshi dit,

"Il fallait qu'ils aient une raison pour arrêter. S'ils pensaient que les US pouvaient réussir, cela voudrait dire que le Japon serait le grand perdant. L'environnement était tel qu'il défendait que ce genre de pensée pénètre dans la tête des gens".

===============

(23'27 - Les US réussissent la première détonation d'une bombe atomique au Nouveau-Mexique)

Mais juste après que le Japon ait stoppé la fabrication de bombes atomiques, les US effectuèrent la première expérimentation réussie d'une bombe atomique dans le Nouveau-Mexique le 16 juillet 1945. Des bribes de cette information furent délivrées au Bureau d'état-major. Mais personne n'osait admettre que c'était une bombe atomique.
Après la guerre, le ministre des Affaires Étrangères fit un récit de la guerre. Une personne qui servait de secrétaire au ministre de la guerre écrivit un mémo sur l'incident :
"Nous avons eu un rapport sur une nouvelle arme testée au Nouveau-Mexique qui avait un grand pouvoir explosif. Mais personne ne pensait que c'était une bombe atomique".
M. Kigoshi, qui était impliqué dans l'effort japonais de fabrication des bombes atomiques, dit qu'il était impossible aux officiers en chef de l'armée de ne pas savoir que c'était une bombe atomique.
"Bien sûr, même à ce moment-là, ils ont dû penser que la bombe utilisait la fission nucléaire, je pense. L'effort japonais de fabrication était juste à trop petite échelle. Je pensais que ce serait les US qui réussirait."
L'armée impériale refusa de reconnaître que les US avait réussi à fabriquer une bombe atomique. Les mystérieux B29 de l'île de Tinian, surnommés "avions à tâche spéciale" par le renseignement japonais, restaient mystérieux. Le jour fatal approchait.


(À suivre sur la 2ème partie)

Source : Ultraman
Traduit par le BBB.



3 commentaires:

  1. Bonjour,
    très intéressante cette première partie.
    Merci et bonne journée.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour la traduction

    RépondreSupprimer
  3. I saw this documentary a few years ago. It is really interesting documentary!.
    You can still download the documentary, I tried everything to get my hands on this documentary it is in "NZB" file. I think the real title of the documentary is "Unused Intelligence Intercepting the A-Bomb".
    Try if you can download it from this site:
    https://www.usenet-crawler.com/filelist/212024cc90ec229ff7d3a75fc4010a12
    Many thanks.

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.