Bistro Bar Blog

mardi 20 août 2013

Einstein, un mythe revisité


Le mythe du génie du 20ème siècle descendu de son piédestal en 13 points selon une vision américaine (Ne pas oublier qu'Einstein s'est réfugié aux USA). Le sous-titre en anglais est : "La déconstruction du conte de fées de St Albert le génie". Pas vraiment tendre, mais l'image qu'on garde de cet homme dont on utilise les citations à tout va n'est peut-être pas entièrement exacte (comme on l'apprend non sans surprise pour bien d'autres personnages médiatiques).

Certains points comportent un lien (en anglais) que j'ajoute pour ceux qui veulent avoir plus de renseignements.

Einstein, le monstre


 
EINSTEIN LE PLAGIAIRE

Einstein était un plagiaire en série. Le plagiat d'Einstein a été prouvé de façon concluante au-delà de tout doute. En effet, la théorie de la relativité ainsi que sa fameuse équation (E=Mc²) ont été en réalité publiées avant qu'Einstein ne s'en attribue le mérite.


"ALBERT eINSTEIN, l'incorrigible plagiaire" - Cet exposé dévastateur discrédite totalement le mythe du grand "génie"



EINSTEIN ET LES ERREURS


Les "découvertes" d'Einstein, volées comme elles l'ont été, sont toujours controversées à ce jour. Einstein lui-même a exprimé des doutes à propos de ses "théories". Bien qu'il soit au-delà de la portée de cet auteur (celui qui a rédigé cet article, NdT) d'évaluer des théories de physique, le fait qu'une minorité de physiciens continuent d'insister passionnément sur le fait que les idées d'Einstein sont fausses, est très intrigant. Nous nous demandons, pour chacune des critiques directes d'Einstein, combien d'autres scientifiques ont des doutes mais sont trop intimidés pour les exprimer. D'un intérêt bien plus grand est le fait que les scientifiques sceptiques sont souvent tournés puérilement en dérision, mais jamais contestés ouvertement. Hum.


EINSTEIN LE TYRAN

Einstein s'est montré très cruel envers Mileva, sa première épouse et mère de ses deux fils. Il ne l'a pas seulement trompée ouvertement, mais quand le mariage a commencé à prendre l'eau, il a établi de cruelles conditions pour rester avec elle, comme suit :

Sous la rubrique : "Conditions"
.
"Tu t'assureras : 1. que mes vêtements et linge soient bien rangés ; 2. que je recevrais mes trois repas régulièrement dans ma chambre ; 3. que ma chambre et ma pièce d'étude soient gardés propres, et surtout que mon bureau soit réservé à mon seul usage.
Tu renonceras à toute relation personnelle avec moi dans la mesure où elles ne sont pas vraiment nécessaires pour raisons sociales...tu cesseras de me parler si je le sollicite".
.
Mileva accepta les conditions.

Einstein et sa première femme, Mileva

Einstein le playboy se brouilla avec Mileva, la mère de ses fils. Il lui proposa ensuite un étrange "contrat"




EINSTEIN ET L'ADULTÈRE EN SÉRIE

Einstein finit par se débarrasser de Mileva pour épouser une femme avec laquelle il avait eu une aventure, sa cousine Elsa. Mais l'adultère fou de sexe n'était toujours pas heureux. On sait aujourd'hui qu'il a trompé aussi sa deuxième femme, ayant eu pas moins de six aventures extra-conjugales durant son deuxième mariage !

Einstein et sa deuxième femme qu'il trompa de manière pire que la première

EINSTEIN, LE PÈRE "MAUVAIS PAYEUR"

En vertu des termes complaisants d'accord de divorce entre Einstein et Mileva, son gain de Prix Nobel de 1921 devait être déposé dans un compte en banque suisse. Mileva (trahie et abandonnée par Einstein) devait en retirer un intérêt pour elle et les fils du couple, Hans Albert et Eduard. Quand les enfants seraient grands, 100 % du capital devait appartenir à Einstein ! Mais ce sordide pauvre type dépensa l'argent ! Mileva devait constamment mendier auprès du riche Einstein pour subvenir aux besoins de ses enfants. Ses fils et elle devaient se battre pendant que le "grand savant" menait la belle vie. Aggravant son malheur, Eduard développa de graves problèmes mentaux. Exténuée par sa vie, Mileva mourut en 1955. Elle n'avait que 60 ans.

Einstein se brouilla avec ses fils une fois adultes. Les garçons en avaient toujours voulu à Einstein pour sa tyrannie et l'abandon de leur mère. À la mort d'Einstein, le fortuné vieux bâtard laissa une insultante maigre somme d'argent à Hans Albert, l'autre fils qu'il avait tellement fait souffrir.


La famille d'Einstein en a bavé. Eduard devint schizophère. Hans Albert ne voulait pas avoir affaire avec son père.


EINSTEIN ET SON BESOIN MALADIF D'ATTIRER L'ATTENTION SUR LUI*

Pure création de battage médiatique juif, Einstein était en recherche pathologique d'attention. Le scientifique déséquilibré adorait raconter du baratin sur tous les sujets imaginables. Bien que ses adorateurs flagorneurs se dépêchaient d'avaler ses conneries, des observateurs malins comme le grand satiriste H. L. Mencken avaient percé à jour le clown marxiste. Il parla une fois d'Einstein comme "ce démon de la propagande".

* Le qualificatif en anglais est "La pute médiatique" (NdT)



EINSTEIN LE COMMUNISTE

Einstein a fui l'Allemagne en 1933 non parce qu'il était juif, mais parce qu'il était un militant marxiste sur le plan politique ! Einstein détenait tellement de cartes d'adhésion de groupes communistes de premier plan qu'il lui aurait été impossible de brandir autant de faucilles et de marteaux.

Ces activités continuèrent à son arrivée en Amérique, en défendant plus tard les Rosenberg les traîtres (exécuté en 1952 pour avoir fait passer les secrets de la bombe A aux soviétiques). Einstein a défendu d'autres traîtres communistes aussi (Oppenheimer, Robeson, Fuchs, DuBois, etc.) En 1947, le journal de Staline, La Pravda, nomma Einstein dans sa liste des "Dix meilleurs amis de l'Union Soviétique".

Un article de la Pravda chantant les louanges d'Einstein
Einstein et son "pote", Oppenheimer
 Les traîtres Rosenberg  furent exécutés, mais pas avant qu'Einstein n'ait plaidé leur cause !

EINSTEIN LE BELLIGÉRANT

Einstein l'imposteur se décrivait comme "pacifiste". Pourtant dans les années 30, le pacifiste se fit soudain l'avocat acharné d'une guerre totale contre l'Allemagne ! La célèbre lettre coécrite par Einstein et Szilard, dans laquelle les deux scientifiques juifs pressaient le président Roosevelt, possédé par les juifs, de développer une arme atomique, fut en réalité écrite en temps de paix en août 1939 ! la lettre accuse à tort l'Allemagne de construire une bombe atomique (le mensonge de départ sur l'affaire d'arme de destruction massive!) et presse Roosevelt de couper l'herbe sous le pied d'Hitler.

Einstein le génocidaire attendait avec impatience le jour où Berlin, l'un de ses précédents domiciles, pourrait être bombardée ! Ironiquement, Einstein ne fut jamais invité à participer au Projet Manhattan (qui fut encouragé par la lettre d'Einstein) infesté de communistes parce que le FBI le considérait comme un risque pour la sécurité. Après la guerre, les USA et l'URSS de Staline devinrent d'implacables adversaires. Albert le Rouge retourna comme par hasard sa veste et redevint "pacifiste".

La diabolique lettre envoyée à Franklin Delano Roosevelt
Einstein et Szilard complotent en vue d'un génocide allemand


EINSTEIN L'ANTI-AMÉRICAIN

Einstein était anti-américain. Non content d'être médisant en trahissant son ancienne patrie allemande, Einstein insultait aussi son pays d'adoption américain. Par exemple, cette sarcastique perle : "Bien trop parmi nous considèrent les américains comme faisant la course aux dollars. C'est une diffamation cruelle, même si elle est répétée inconsidérément par les américains eux-mêmes."

Tout en ignorant la base raciale de "l'état d'Israël", l'hypocrite Einstein a constamment dénoncé le racisme des américains. Le scientifique rouge eut aussi des mots âpres pour les patriotes américains anti-communistes, en dénonçant parmi d'autres le grand sénateur Joseph McCarthy.

Le serment de citoyenneté d'Einstein's était dénué de sens pour un auto-proclamé "Citoyen du Monde"


EINSTEIN LE MONDIALISTE

Einstein condamnait le nationalisme (sauf celui d'Israël) et était très ouvert à encourager un gouvernement unique mondial. Il a écrit, "Il n'existe aucun salut pour la civilisation, ni même pour la race humaine, sans la création d'un gouvernement mondial".

Bien sûr, ce seraient les potes de synagogue de St Albert qui gouverneraient cette fédération mondiale, vraisemblablement à partir d'Israël.

"Le nationalisme est une maladie d'enfance. C'est la petite vérole de l'humanité". AE. (Sauf pour Israël, bien sûr !)


EINSTEIN LE MEURTRIER DE MASSE

La deuxième guerre mondiale touchant à sa fin, des juifs vengeurs du monde entier appelèrent à un génocide du peuple allemand. En effet, cette politique fut partiellement mise en œuvre. Parmi les voix démoniaques demandant de verser encore le sang, il y avait celle du "pacifiste" Einstein.

Il a écrit : "Les allemands peuvent être tués ou limités dans leur action après la guerre, mais ils ne peuvent être rééduqués en vue d'un courant de pensée et d'action démocratique... il est à espérer qu'il y en aura eu suffisamment de tués à la fin de la guerre".

Le carnage d'allemands à Dresde. Einstein a célébré des scènes de ce genre


EINSTEIN L'AGITATEUR RACIAL

Malgré la ségrégation, les noirs américains faisaient de grands progrès économiques dans l'Amérique des années 40 et 50. Ce qui n'a pas empêché l'ingrat étranger Einstein de critiquer systématiquement l'Amérique pour son "racisme". Il écrivait : "Les préjugés racistes sont malheureusement devenus une tradition américaine qui se transmet sans discernement d'une génération à l'autre."

Le faiseur de trouble Einstein rejoignit aussi la NAACP (The National Association for the Advancement of Colored People = Association Nationale pour l'Avancement des Personnes de Couleur) anti-Blancs fondée par des juifs, et devint l'ami intime de deux des plus notoires "arnaqueurs racistes" noirs – W. E. DuBois et Paul Robeson, tous deux communistes.

Einstein : race et racisme. Les juifs marxistes encouragent toujours le sentiment anti-Blancs (anti-Gentils)
Einstein avec son pote communiste noir, Paul Robeson (à droite)

EINSTEIN LE SIONISTE

Bien que n'étant pas juif pratiquant, Einstein était en fait un juif ethnocentrique qui voyait le monde au travers d'une lentille "Juifs vs Gentils". En 1952, peu de temps après que les gangs terroristes juifs aient nettoyé ethniquement des villages arabes, on offrit à Einstein la présidence de l'illégitime état d'Israël. Il refusa poliment l'offre : "Je suis profondément ému par l'offre de notre état d'Israel, et en même temps attristé et honteux de ne pouvoir l'accepter."

Einstein avec le premier ministre d'Israël et boucher de palestiniens, David Ben Gurion

Je suis plagiaire et communiste, OK ? E = Einstein, M = crétin, C= Copieur, ² = tout doubler; E=MC² = Mythe juif

Traduit par le BBB.

20 commentaires:

  1. Article manquant de crédibilité. A la base, le but était de montrer que ses découvertes ne tenaient pas de lui mais au final non seulement la grande majorité de l'article critique la personnalité d'Einstein (hors-sujet), mais en plus la partie sur les découvertes n'est pas du tout développée (A qui Einstein a-t-il volé les découvertes ? En quelle année ? Qu'est-ce qui a fait que malgré tout, il soit "vénéré" aujourd'hui ? ...).
    La question que je me pose maintenant est "Steve Jobs n'est-il pas, comme Einstein, en train de devenir une icône, alors qu'il ne s'agit que d'un plagiaire ?". A méditer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "A la base, le but était de montrer que ses découvertes ne tenaient pas de lui".

      Ah bon ?

      L'article ne dit pas qu'il veut se concentrer uniquement sur son plagiat. Ce n'est écrit nulle part.

      Quant à Steve Jobs, on le saura peut-être plus tard.

      Supprimer
    2. @Cachwir
      Henri Poincaré, par exemple, fut le premier à parler de la Relativité, quoiqu'en disent les "spécialistes" à deux sous.

      Supprimer
    3. Effectivement, il est notoire qu'Einstein a "emprunté" toutes ses ses théories notamment celles d'Henri Poincaré.
      Les Juifs sont tous les mêmes et ont tous ce même défaut...

      Supprimer
    4. Einstein n'a jamais nié s'être appuyé sur les travaux de Poincaré et bien d'autres...Comme tout scientifique d'ailleurs...Même Pythagore l'avait fait pour son théorème...Quand à sa vie privée, je resterai plus prudent, ne l'ayant pas côtoyé...

      Supprimer
  2. Vous parlez de Steve Jobs mais vous oubliez St Bill ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, Eyael, on a oublié Bill Gates !

      Supprimer
  3. Moi aussi je suis un peut déçu par cet article, je croyais en voyant écrit "EINSTEIN LE PLAGIAIRE" au début que ça parlerait de ça...
    L'auteur aurait du plus développer le coté plagia car on pourrait penser que l'auteur "tourne puérilement en dérision, mais jamais contestés ouvertement" le plagia... ;-)
    Mais c'est quand même très intéressant comme article, einstein a certainement très mal vécu sa circoncision du 7eme jours pour développer une telle personnalité...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut, Ngiu, l'auteur de l'article renvoie au livre dont on voit la photo. Je pense qu'il faut aussi s'y connaître en physique pour suivre la démonstration du plagiat.

      Et je le répète, l'auteur de l'article a voulu faire un tour d'horizon du personnage.

      Pour la circoncision, on sait maintenant que les traumatismes de l'enfance marquent l'ADN de manière indélébile s'il n'y a pas de correctif apporté. Donc tous les circoncisés garderaient un comportement perturbé à l'égard des autres humains ?

      J'ai vu hier soir une vidéo terrible sur la manière dont on fait les circoncisions aujourd'hui. Mais je ne la diffuserai pas sur le blog, trop terrible d'entendre le petit garçon hurler de douleur (sans anesthésie).

      Supprimer
    2. Ca c'est du Guz! On ne cite donc pas ses sources Miss Hélios...

      Supprimer
  4. J'étais moi-même très surprise d'apprendre les plagias d'Einstein dans les articles que je vous soumets de mon blog. Pour moi Einstein était un exemple mais votre article m'en apprend encore plus sur sa vie personnelle.

    http://lolo1955gravoline.blogspot.ca/2013/07/albert-einstein-du-genie-limposteur.html

    http://lolo1955gravoline.blogspot.ca/2013/07/tout-est-relatif-monsieur-poincare.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très bien tes articles et les vidéos, Gravoline.

      Je recommande aux lecteurs qui veulent en savoir plus sur le fameux plagiat d'Einstein d'aller sur tes liens.

      Supprimer
    2. Merci,
      Vous êtes bien gentil.

      Supprimer
  5. Ca me fait très plaisir de voir que cette réalité-ci aussi commence à faire surface.
    Il était avant tout un grand sioniste, et même s'il a refusé la proposition de l'état d'Israël de devenir ministre, il a bien servi la cause khazare.
    Malou

    RépondreSupprimer
  6. D'après "voici" et "gala", Einstein n'était même pas physicien mais plombier...Vous devriez reprendre cette info objective sur votre blog...Après tout, vous n'êtes plus a quelques conneries près, n'est-ce pas "hélios"...Où devrais-je vous nommer "hélas"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, merci de l'info, courageux anonyme, je ne savais pas qu'Einstein était aussi plombier !

      Supprimer
    2. Hélios est ton vrai nom, courageuse femme...

      Supprimer
  7. ? faire simple,quand etc...
    Démon viens du Grec Daimôn qui est devenu en Latin Genios = divinité protectrice et ou productrice...tout est dit

    RépondreSupprimer
  8. "Malgré la ségrégation, les noirs américains faisaient de grands progrès économiques dans l'Amérique des années 40 et 50. Ce qui n'a pas empêché l'ingrat étranger Einstein de critiquer systématiquement l'Amérique pour son "racisme"
    Et si il avait raison ? Voir, par ex : https://fr.wikipedia.org/wiki/Rosa_Parks
    Cette charge contre Einstein est de plus antisémite et anticommuniste : " Le faiseur de trouble Einstein rejoignit aussi la NAACP (...) anti-Blancs fondée par des juifs, et devint l'ami intime de deux des plus notoires "arnaqueurs racistes" noirs – W. E. DuBois et Paul Robeson, tous deux communistes." Povre Robeson !
    Jef

    RépondreSupprimer
  9. Se prononcer en faveur d'un gouvernement mondial n'est pas du tout malsain en soi, si tant est que celui-ci travaille pour le Bien de tous de la manière la plus transparente et juste possible. On peut toujours rêver.

    Pour ce qui est de ces citations, qu'elles soient véritablement de lui ou non n'a que peu d'importance tant les idées véhiculées pour la majorité d'entre elles sont bienveillantes. Attachons nous à l'idée plus qu'à l'auteur à qui l'on peut généralement faire dire ce que l'on veut, selon les intérêts des uns et des autres, sans trop être ennuyé.

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.