Bistro Bar Blog

mercredi 31 juillet 2013

Wikipédia, instrument de désinformation et de propagande

Ouvrez un moteur de recherche (perso je n'utilise plus Google, mais Ixquick ; cliquez sur ce qu'ils disent pour se protéger du programme PRISM sur leur page d'accueil; il y a de plus une possibilité pour aller anonymement sur Google) et vous aurez nécessairement une ou plusieurs entrées sur Wikipédia, qui prend de plus en plus le monopole. Comme s'ils avaient la vérité infuse sur tous les sujets. Ce sont des anonymes qui publient, et parfois pensez à jeter un coup d'oeil sur la partie "discussion" en tête de l'entrée, ça vaut souvent le détour avec des débats acharnés sur une définition, il vaudrait mieux éviter que tous ces gens se rencontrent en chair et en os, il y aurait des dégâts...



-->

Wikipédia de plus en plus reconnu comme source de désinformation et de propagande


30 juillet 2013
(NaturalNews) Un procès intenté contre une école près de San Diego en Californie, a récemment été débouté après qu'un juge ait décidé que les plaignants du dossier avaient utilisé comme argumentaire une source d'information sans valeur : Wikipédia. Dans ce qui apparaît une tendance croissante, de plus en plus de gens réalisent aujourd'hui qu'en raison de la popularité de Wikipédia et du fait que les médias de masse ne signifient pas qu'il est juste ou fiable, surtout pour la question de savoir qui le contrôle en réalité, Wikipédia est encore mis sur la sellette.

Selon le
Los Angeles Times, le juge John Meyer du tribunal du comté de San Diego a décidé que les parents opposés à ce qu'on enseigne le yoga à leurs enfants de primaire dans leur école locale financée par des fonds publics, recevaient leur information sur la pratique du yoga d'une "source inexacte". Wikipédia, a-t-il indiqué, n'est pas une source valable d'information comme exigé dans un dossier présenté devant une cour de justice.

Les parents inquiets auraient cité une information de Wikipédia concernant la connexion entre le yoga et la religion hindoue, prétendant qu'on allait endoctriner leurs enfants avec une pratique religieuse spécifique dans une école publique, ce qui n'est pas autorisé. Bien que de nombreux sites sur le yoga et l'hindouisme admettent ouvertement que le yoga est un composant intégral de la religion hindoue, utiliser Wikipédia comme preuve est au mieux sommaire, tout au moins aux yeux du juge Meyer.

"On est presque en train de faire un procès à Wikipédia, ce qui n'est pas le thème du jour", a déclaré le juge, cité par le
Los Angeles Times.

Le raisonnement du juge Meyer, au moins dans ce cas particulier, vient du fait que l'école a conçu un programme de yoga plus laïc, en ôtant toutes les références à l'hindouisme et à son langage liturgique, le sanskrit. Selon un journal de San Diego, le programme, financé par une subvention de 533.000 dollars venant d'une fondation, ne viole pas la constitution américaine.

Wikipédia, source complètement sujette à caution pour de véritables informations


Mais on pourrait prendre n'importe quel exemple pour mettre en lumière une réalité fondamentale : Wikipédia n'est pas la panacée mondiale pour les faits et les vérités. Malgré son degré d'exactitude sur la question du yoga, le site open-source est toujours fait d'informations rédigées par les utilisateurs et qui sont finalement examinées et censurées par une armée d'éditeurs non identifiés qui décident si oui ou non c'est "exact".

La CIA, par exemple, a été dénoncée en 2007 par BBC News pour trafiquer le contenu posté sur le site. L'outil connu comme "Wikipédia Scanner", considéré capable d'identifier certains éditeurs des utilisateurs de Wikipédia, a révélé que la CIA est un manipulateur actif d'informations sensibles. L'armée américaine a également été prise à éditer des dizaines de milliers d'entrées Wikipédia pour coller à ses propres intérêts.

"La triste vérité sur internet est que ce qui a démarré comme une multiplicité libératrice de sources d'informations s'est réduit à une poignée de monopoles de connaissance avec Google et Wikipédia en tête de troupe", écrit Micah White pour le site Adbusters.org dans un article sans rapport avec l'affaire. "Wikipédia est une source particulièrement peu fiable de savoir et pourtant, en raison d'un supposé accord tacite avec Google, il se classe en tête de nombreuses recherches."

Bien qu'elles soient de nos jours beaucoup moins fréquemment utilisées par les plus jeunes générations, les bibliothèques municipales sont toujours une excellente source d'information sur tirage papier qui n'a pas été trafiquée par le gouvernement fédéral ou autres conglomérats de pouvoir fripouille – c'est à dire sauf si les pages des livres ont été enlevées ou modifiées. Il existe toujours aussi de nombreuses sources fiables d'information en ligne, mais il est essentiel de se servir de son bon sens et de son intuition et de vérifier les données quand on évalue toute information trouvée sur internet.

Traduit par le BBB.

Je suis allée sur le site américain Adbusters.org ("casseurs de pub") cité dans l'article. Ce site a son équivalent en français. Allez voir ICI une liste de sites qui ont la même vocation.

8 commentaires:

  1. Il y a autant de conneries dans nos bibliothèques qu'il peut y en avoir sur internet.

    Laisser croire que l'information est plus juste lorsqu'elle est sur tirage papier, et qu'elle n'a pas été trafiquée par qui que ce soit, est aussi stupide que de prétendre que la vérité vient du père noël...

    La Bible est historiquement réputée pour avoir subie des montagnes d'interpolations par une cohorte de scribes véreux agissant sous l'autorité des plus hautes instances ecclésiastiques.

    L'avantage d'internet c'est de pouvoir disposer, en quelques clics, d'une source d'information considérable et contradictoire, mais les sans cervelle, les dogmatiques et les esprits paresseux n'y trouveront pas plus d'enseignements justes que les rats de bibliothèques qui se contentent de consulter l'ensemble des ouvrages de bécassines...

    RépondreSupprimer
  2. Connexion entre le yoga et la religion hindoue, peu importe de ma fenêtre, mais connexion entre le yoga à l'occidentale et la "nouvelle religion mondiale", alors oui, il y a.
    Voir par exemple ici, à prendre avec esprit critique:
    http://occultagendaexposure.wordpress.com/2008/11/28/the-new-ageold-occult-conspiracy/

    Le yoga est l'une des premières recommandations du "mouvement" new age, et dans les écoles américaines il favoriserait la "bien-être" (qui est, comme son nom l'indique, le contraire de l'être).

    Le bien-être pendant qu'on prépare les enfants à intégrer des connaissances complexes et passionnantes... pardon, à devenir des channels dociles et "inspirés" du NWO ?
    Pendant qu'on leur apprend à devenir de braves exécutants du système de domination ?

    Le yoga : une pilule rose sans la pilule, à mettre en place pour économiser les pilules roses, en prévision du moment où vendre des pilules ne sera plus intéressant.
    Et bien sûr un outil pour unifier toutes les religions en une seule, le moment venu.

    Brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour les débutants qui voudraient se rattraper, la New World Order Library propose un guide :
      http://nwolibrary.com/illustrated-guide-to-yoga/

      Supprimer
    2. Attention aux généralisations... Je suis prof de yoga depuis plus de 20 ans et le yoga tel que je l'enseigne n'a rien à voir avec ce que tu decris.

      Supprimer
  3. En complément, voyez :

    http://www.blueman.name/Des_Videos_Remarquables.php?NumVideo=4471
    http://www.blueman.name/Des_Videos_Remarquables.php?NumVideo=4042

    Effarant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce riche complément d'info, BlueMan. Je vais hésiter avant d'aller consulter Wikipédia.

      Supprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. simple-touriste18 août 2013 à 16:27

    Monopole?

    Quel monopole?

    Savez-vous seulement ce qu'est un monopole?

    C'est quand on n'a pas le choix!

    LOL

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.