Bistro Bar Blog

jeudi 11 juillet 2013

Elle se réveille au moment où on va lui prélever des organes !

Encore une révélation sur les méfaits des médecins américains par Mike Adams...
Je l'avais déjà dit, ne pas donner ni recevoir d'organes de quelqu'un d'autre. En recevoir signifie acquérir le psychisme du receveur.

L'horreur : une patiente se réveille dans un hôpital de New York entourée de médecins essayant de prélever ses organes pour tirer profit des transplantations

11 juillet 2013




(NaturalNews) J'ai prévenu plusieurs fois les lecteurs de NaturalNews à ce sujet depuis 10 ans : NE devenez PAS donneur d'organes ! Bien que vous puissiez en aider d'autres par bonté de cœur (littéralement), la sinistre vérité est que des médecins ici aux USA prélèvent systématiquement les organes de patients VIVANTS.

Et en voici une preuve supplémentaire. Vous allez trouver cette histoire vraie stupéfiante.


Se réveiller sur une table de prélèvement d'organes...

 Une femme nommée Colleen Burns a récemment ouvert les yeux en se retrouvant sur une table d'opération d'un hôpital de Syracuse (état de NY). Regardant autour d'elle, elle remarque qu'elle est le sujet d'une opération. Il s'avère que des médecins étaient sur le point de prélever ses organes et de les envoyer à d'autres chirurgiens qui les attendaient pour réaliser une transplantation sur d'autres patients.

Ce n'est pas une fiction. Cela a été rapporté par ABC News et plusieurs autres sources d'information. Cela s'est vraiment passé.

Et de quelle manière est-ce arrivé ? Les médecins ont faussement prononcé sa mort en déclarant frauduleusement qu'elle avait succombé à un "arrêt cardiopulmonaire" et à un "dommage cérébral irréversible". Ce qui leur a donné une justification médicale pour commencer à ouvrir alors même que le cœur de la femme battait encore.



C'est un sacré truc sur les dons d'organes : les médecins n'attendent pas que vous soyez réellement mort. Au moins pas selon la définition normale de "mort".

Vous voyez, vous et moi pensons que "mort" signifie que le cœur ne bat plus, que le cerveau ne fonctionne pas et que vous êtes sans vie. Mais les hôpitaux – qui génèrent d'immenses profits avec le trafic de transplantations d'organes – sont très motivés à vous déclarer "cliniquement mort" longtemps avant que vous ne le soyez vraiment.

Ils peuvent en fait vous déclarer "mort" même lorsque votre cœur bat encore et que vous avez toujours une activité cérébrale. Et ils le font souvent. Voilà comment bon nombre de prélèvements d'organes sont pratiqués en réalité en Amérique : des patients au seuil de la mort (mais pas vraiment morts) sont simplement "déclarés" morts, puis leurs organes sont rapidement enlevés, les tuant pour de bon.

C'est un crime qui se passe tous les jours en Amérique, où les hôpitaux ont été pris à maintes reprises sur le fait de participer à un trafic d'organes au marché noir.



Une industrie de plusieurs milliards de dollars

Le trafic d'organes est une industrie de plusieurs milliards de dollars. Des gens riches autour du monde sont toujours dans l'attente de nouveaux reins, de nouveaux foies, de nouveaux cœurs et d'autres parties du corps.


Et devinez qui gagne des sous sur toutes ces transplantations d'organes ? Les médecins, les hôpitaux et les sociétés pharmaceutiques, bien sûr. Les transplantations d'organes sont une industrie immensément profitable – largement parce qu'ils obtiennent gratuitement les organes. L'entourage des patients qui sont tués par ces médecins ne reçoit jamais d'argent pour les organes. Le fait que les patients fassent un "don" signifie en réalité qu'ils font don d'organes de très grande valeur pour un système de profit qui va tirer potentiellement des millions de dollars des organes d'un seul donneur.

Alors tandis que le patient donneur est assassiné pour ses organes, les médecins démarrent l'enlèvement et la transplantation des organes et s'enrichissent. Les receveurs de transplantations et les sociétés d'assurance santé paient très cher pour la chirurgie de transplantation et les profits se poursuivent parce que les receveurs doivent aussi payer pour des médicaments anti-rejet au long cours, tous à un prix fixé par monopole (bien sûr).


La vérité doit être dite, l'industrie de la transplantation d'organes n'est qu'une histoire de fric à tout prix. C'est un meurtre de patients, qui auraient pu autrement survivre, dans le but de prendre leurs organes et de gagner des millions de dollars en les transplantant chez d'autres patients...patients qui n'ont habituellement que quelques mois à vivre même après la transplantation.

Les organes transplantés sont souvent en mauvais état ou infectés

Voici un autre vilain piège que l'industrie de transplantation d'organes ne vous dira jamais : les organes qui sont transplantés chez d'autres patients sont souvent définitivement en mauvais état et très infectés.


Pour une autre preuve à ce sujet, prenons le cas de Colleen Burns, mentionnée ci-dessus. Elle a tenté de se suicider en prenant un mélange de médicaments. Selon les médecins, ce cocktail toxique de produits chimiques était fatal, et il l'a tuée (ils ont prononcé sa mort).

En même temps, ils ont insisté pourtant sur le fait que ses organes étaient suffisamment sains pour être transplantés sur un autre patient ! C'est pourquoi ils ont presque commencé à les prélever.

En d'autres mots, même les organes que les médecins jugent lourdement endommagés par des cocktails chimiques seront quand même transplantés chez d'autres patients ! (c'est 100 % exact).

Mais c'est encore pire que ça...

Les organes transplantés sont souvent truffés de maladies : hépatite, virus à discrétion, maladie de la vache folle et pire

Il n'y a effectivement aucune norme de qualité dans l'industrie de la transplantation d'organes. Si l'organe fonctionne toujours d'une manière ou d'une autre, il est "assez bon" pour être collé sur un patient même si cet organe peut en réalité le tuer.


L'une des raisons pour lesquelles les patients transplantés meurent souvent si rapidement après avoir reçu un transplant est que les organes qu'ils reçoivent sont des bombes de maladies à retardement.

Introduire un cœur ou un rein malade dans le corps de quelqu'un, par exemple, peut soudain infecter cette personne avec des centaines ou même des milliers de virus et de maladies transmises par le sang qui submergent leur système immunitaire affaibli. C'est encore aggravé par les médicaments anti-rejet qui, par définition, entraînent une suppression extrême de la fonction immunitaire.


Donc au moment exact où de nouvelles maladies sont introduites dans le corps du receveur d'organes, leur système immunitaire est ébranlé par les médicaments anti-rejet. C'est sans surprise la recette des catastrophes et une raison pour laquelle tant de patients meurent si vite après réception des organes d'un "donneur".

Un vétéran de la guerre d'Irak tué par une transplantation de poumons atteints de cancer

En exemple de ce que je viens de décrire, en 2009, un vétéran de la guerre d'Irak nommé Matthew Millington a reçu une transplantation d'un poumon qui était atteint d'un cancer à évolution rapide.


Il n'est pas étonnant qu'il soit mort moins de 10 mois après. Les médecins et chirurgiens de sa transplantation l'ont-ils remboursé pour ce travail bâclé ? Bien sûr que non ! Les transplantations d'organes ne sont pas garanties et on vous donne un organe malade, endommagé ou largement infecté qui va vous tuer. (Mais vous allez quand même payer!)

Il y a en gros 100.000 personnes aujourd'hui en attente de transplantations d'organes aux USA. Mais il n'existe qu'un petit nombre d'organes disponible dans une année donnée, les médecins sont donc sous une intense pression pour 1) prélever des organes de gens qui ne sont pas encore morts, et 2) utiliser N'IMPORTE QUEL organe qu'ils peuvent trouver, même des organes atteints de maladies.

De nouveau, ce sont les sales petits secrets de l'industrie de la transplantation d'organes dont aucun médecin ne vous parlera. Attendez-vous à n'entendre que des dénégations si vous posez une question aux médecins transplanteurs.

Il est nécessaire que davantage de donneurs sains meurent subitement


L'autre handicap auquel fait face l'industrie de la transplantation est que les gens sains qui prennent soin de leur corps grâce à la nutrition et à l'exercice physique n'ont pas tendance à mourir très souvent. Le type de personne à mourir plus probable (et donc plus propice à donner des organes) sont les alcooliques, les accro à la drogue, les obèses et les malades en général. Alors voilà le genre d'organe rendu disponible pour la transplantation : de méchants foies "graisseux" et des poumons cancéreux, par exemple.


Idéalement, l'industrie de transplantation aimerait voir beaucoup de jeunes en bonne santé décapités dans des exercices militaires ou des accidents d'automobile. Cela fournirait un approvisionnement frais d'organes sains qui vaudrait le coup. En Chine, bien sûr, c'est pourquoi les membres du Falun Gong sont habituellement arrêtés et emprisonnés : ils suivent des régimes très sains et ont donc des organes de grande qualité qui peuvent être prélevés avec profit sur les prisonniers politiques.


Pratiquer l'arrestation de gens, les emprisonner et parfois les tuer pour leurs organes est bien plus répandu que vous ne l'imaginez. Comment supposez-vous que Steve Jobs a obtenu un nouveau foie si rapidement, alors que des milliers d'autres gens en attendaient un ? Il l'a acheté. Tiens, pensez-vous vraiment que Steve Jobs soit resté en file d'attente comme tous les autres et qu'un foie soit apparu magiquement beaucoup plus vite que pour quelqu'un d'autre ?

Consentement présumé

Il existe une offensive mondiale pour prélever les organes de quiconque n'exprime pas explicitement son refus. Ces lois sont appelées lois de "consentement présumé" et elles n'existent que pour fournir un approvisionnement en organes humains frais qui vont générer des milliards de dollars de profit pour une industrie psychopathe à l'esprit criminel.

Comme l'explique un article du Journal Médical britannique de 2011, ces lois de consentement présumé signifient que des médecins peuvent commencer à prélever les organes de votre femme, de vos enfants ou d'autres proches sans même demander la permission aux membres de la famille !

Comme l'explique cet article :

Le consentement présumé est connu autrement comme système de "dérogation" et signifie que sans le souhait express exprimé de ne pas être donneur d'organes, on suppose qu'il y a consentement. Ce peut être dans le détail connu comme une "dérogation à la dure" où la famille n'est pas consultée.

Il existe même un site web à ce sujet – PresumedConsent.org – qui emploie un beau langage fleuri et une imagerie bien pensante pour cacher le fait de pousser les médecins à prononcer davantage de "mort" de patients et à prendre leurs organes pour assurer chaque année des millions supplémentaires de dollars à l'industrie de la transplantation.

Nous parlons ici d'un prélèvement coercitif d'organes pour alimenter le trafic.

Pensez-y la prochaine fois qu'on veut vous faire remplir un papier où est écrit, "Voulez-vous être donneur d'organes ?"

Vous n'avez qu'à répondre : "Non merci. Je préfère que les médecins essaient en fait de me garder en vie".

Ne donnez aux médecins aucune incitation à vous tuer. Ils tuent déjà assez de malades sans le faire exprès.

Croyez-moi : dites NON au don d'organe. Si vous voulez vraiment aider les gens, apprenez-leur à protéger les organes que Dieu leur a déjà donné grâce aux super-aliments, la nutrition, l'exercice et la vie saine.

Traduit par le BBB.

16 commentaires:

  1. Le fait d'être enregistré auprès du fichier national "Refus National de Greffe" protège t'il réellement ? Il semblerait que l'on soit enregistré une fois pour toute sans avoir besoin de se réinscrire chaque année...A voir ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas. Je pense qu'il faut porter sur soi un papier signifiant qu'on ne veut pas recevoir d'organes ni donner les siens.

      Supprimer
    2. Il vaut mieux ne pas être de première fraîcheur pour ne plus trop intéresser les transplantateurs. Faible consolation, mais quand même! Pour les plus jeunes, il y a toujours un flou juridique savamment entretenu! Il me semble prudent de porter toujours sur soi un écrit qui exprime son refus. Tout dépend alors de l'attitude des médecins.

      De toute manière, dès que nous sommes à l'hôpital, nos corps ne nous appartiennent plus. Chacun a probablement déjà fait cette expérience. Le mieux, c'est de rester en bonne santé. C'est que je vous souhaite à vous tous!

      Hortense

      Supprimer
  2. faudré plutot un petare pour fumé ses pourris

    RépondreSupprimer
  3. Bizarre, j'avais fais un comm. il était le 1er sur cet article. Il n'y est plus !!! il n'y a m^m pas inscrit supprimé par.... Je dirais à nouveau simplement, que beaucoup de mes ami(e)s médecins, chirurgien, infirmier(e)s de bloc, peuvent CONFIRMER que cela se passe aussi en FRANCE....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Dany, ton comm n'est pas passé en spam, je viens de vérifier. Un bug sans doute.
      Je ne suis pas étonnée de ce que tu dis, l'argent avant tout.

      Supprimer
    2. Tes ami(e)s vont pas apprécier ton affirmation !
      Ils vont préférer rester anonyme.
      Et probablement devenir des ennemis.
      Au départ de ce genre d'incident, il y a les erreurs de diagnostique totalement incontrôlable.
      Al

      Supprimer
    3. Mes ami(e)s DOIVENT RESTER anonymes, il en va de leur "gagne pain" ! Mais AUCUNS d'entres EUX n'adhèrent à ces horreurs ! Ils sont m^m catastrophés de ne pouvoir les empêcher ! L'ami chirurgien (cardiologie) m'a dit avoir entendu un confrère dire a un autres ; - "que veux-tu mon cher, l'argent est le nerf de la "guerre" ! si tu veux bien vivre, tu en profites et fais comme tout le monde" .... Vu sa tête quand il en a parlé, je pense qu'il "apprécie" ce "salaud" de collègue à sa juste valeur !
      j'ai vu ta demande concernant l'appareil photo et autres... trop long à inscrire ! Je suis une DINGUE "grave" des photos... tu me diras ce que tu penses de celles qu'Hélios mettra sur le blog, cela me fera plaisir d'avoir ton avis... J'ai 2 amis, un "grand" photographe de reportages niçois et un "journaliste" (Nice aussi) ils aiment bien ce que je fais et leurs "critiques" quand il y en a (rarement, vu le matos que j'ai par rapport au leur !!!) je les apprécie, cela me permets d'améliorer !

      Supprimer
  4. J'ai eu l'occasion de discuter avec un transplanté cardiaque qui m'a dit : Je regrette beaucoup cette opération. Je suis plus malade depuis que avant.
    Si c'était à refaire je dirais NON ! C'est beaucoup trop pénible, les médicaments anti-rejet, les douleurs ... avec le recul, j'aurai préféré faire une crise et y rester...!

    800corsals

    RépondreSupprimer
  5. Merci Hélios d'avoir vérifié...mon long comm. qui n'est pas passé. Vu les énergies actuelles...je suis m^m étonnée que mon ordi fonctionne sans trop de problème...j'ai bien inscrit sans trop !!! (magnétisme "chéri" GGGGRRRR ! ) alors un bug de + !!! ♥

    RépondreSupprimer
  6. "En recevoir signifie acquérir le psychisme du receveur."
    Que se passe t-il si une personne riche et aisée mais qui a un sale mauvais caractère reçoit un ou des organes d'une personne qui a un caractère opposé? Est ce que le receveur deviendra schizophrénique, 2 ou plusieurs personnalités? Bi ou multi polaire? Ou restera à mauvais caractère si le mauvais caractère pèse + que le bon caractère?

    RépondreSupprimer
  7. J'avais posté il y a quelques heures une question pour savoir ce qu'il adviendrait du psychisme d'une personne de mauvais caractère si elle recevrait un ou des organes d'une personne de caractère opposé, mais apparemment, bug, mystère informatique, message n'apparait pas?
    La question:
    Est ce que la personne devient schizophrénique ou bipolaire ou multipolaire? Ou bien le caractère dominant l'emporte toujours?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton commentaire était passé en spam, je viens de l'éditer.

      Pour répondre à ta question, je pense que peu importe ce qui est transmis, bon ou mauvais caractère, c'est le conflit que cela engendre dans le psychisme du receveur. Il a comme l'impression d'habiter le corps d'un autre et ne se reconnaît pas.

      Supprimer
  8. Globalement, je suis tout à fait opposée à la médecine transplantatoire actuelle, marchande et donc forcément choséfiante du corps humain où, comme dans une machine, tout doit être interchangeable. Car selon des connaissances beaucoup plus anciennes et plus sûres, la constitution des organes du corps humain s’effectue à un moment précis de la vie prénatale sous l’influence des différentes planètes de notre système solaire, qui, à ce moment-là, coïncident avec notre destin. Façonné de longue date, ce destin reflète les nécessités spécifiques de l’évolution de chacun de nous et est donc normalement tout à fait unique.

    Les fameux "gènes" qui fascinent la médecine actuelle qui se croit toujours en mesure de tout dominer, ne sont donc pas la cause de notre être organique, mais une sorte de protocole qui s’établit sur le chemin de l’incarnation. Il est là pour rappeler sans arrêt l’être unique que nous sommes.

    À chaque nouvelle naissance, il ne faut donc pas seulement trouver les circonstances extérieures nécessaires à sa réalisation, mais aussi l’organisme qu’il nous faut. Suivant ces nécessités, cet organisme sera plus ou moins parfait, avec tous les défis que cela peut poser à chacun, à ses proches et à la société tout entière.

    Laissons de côté tous les cas de figure possibles et imaginables et revenons à une situation où la médecine actuelle, arrivée aux limites de ses possibilités curatives, ferait intervenir la transplantation d’un organe. Proposant cela, elle ignore complètement la nécessité karmique qui a façonné cet organe, pourtant irrémédiablement défaillant. Est-ce vraiment la seule façon de faire preuve d’humanité ? Ou n’est-ce pas plutôt le contraire ?

    Elle laisse également de côté l’aspect "destin unique" du "donneur". Souvent, il s’agit de personnes victimes d’un accident, encore jeunes, avec des organes à prélever en excellent état. Des organes initialement conçus pour affronter un tout autre destin, soit parce que la personne revient à la vie, soit parce qu’elle a les forces correspondantes à emporter dans l’autre monde, où elles peuvent également être attendues ! (Mais oui, mais on passerait pour une illuminée pour moins que ça.)

    Toujours est-il que cet organe transplanté va introduire un conflit impossible à gérer par l’individualité du receveur. Déjà sur le plan organique, son schéma ADN va complètement s’opposer à un tel détournement du destin. Qu’à cela il ne tienne ! La médecine sait terrasser un système immunitaire. Puis, il y a l’individualité de receveur. Normalement, elle devrait déjà être en train de poursuivre son chemin ailleurs. Mais cela lui est interdit, et sans avoir les forces psychiques correspondantes, elle doit désormais relever les défis karmiques étrangers, s’exprimant à travers l’organe reçu de quelqu’un d’autre.

    On connaît plus ou moins les récits rassurants concernant des personnes dont la vie a été ainsi prolongée. On connaît aussi les craintes d’"hériter" de cette manière le caractère possiblement mauvais d’un inconnu. Là aussi, on pourrait imaginer des cas de figure à l’infini ! –L’essentiel, pour moi, sont la confusion et le détournement du chemin normal qui s’introduisent ainsi arbitrairement et aveuglément dans les destins humains.

    RépondreSupprimer
  9. comment cela marche?
    L'univers étant électrique alors nous somme la résistance du circuit RLC qui entre en résonance (résistance , inductance , capacité)
    L'inductance c'est le flux magnétique pour ce qui concerne l'humain c'est l'ame ,le coeur ,venant du champ unitaire ultime (arsitra.org)c'est tout l'amour de dieu et tout les possibles et immaginables ,pour ce qui est du capacitif c'est la pensée humaine émanant des homme est interne à chaque homme(l'egaux) , le cervaux servant de régleur capacitif(comme une ancienne radio) entre nos pensées et notre âme pour que le corps ( la résistance ) fonctionne parfaitemant entre les deux champs.Par contre si on change le corps par une greffe on change la résonance donc la pensée.Si on ce coupe du champs ultime par de mauvaise pensées alors petit à petit vous tombé malade est vous vous couperai à tout jamais de l'amour à la mort( la medecine compense en modifiant la résistance) car la résistance disparait mais l'ame et l'égaux continue d'exister sauf si vous disparressé dans l'amour , l'âme et l'égaux s'unisse dans une énergie d'amour .

    RépondreSupprimer
  10. Sans faire de publicité, je voudrais signaler que l'association ADMD "Association pour le Droit de Mourir dans le Dignité", au dela des questions d'acharnement thérapeutique ou d'euthanasie, prévoit dans ses formulaires d'inscription le rejet express du don de ses organes.

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.