Bistro Bar Blog

vendredi 7 juin 2013

Marilyn Monroe, esclave sexuelle sous contrôle, 2ème partie (1/2)

Vigilant Citizen a publié la suite de la vie de Marilyn Monroe. Voici la première partie de cette suite. 

Quel enfer fut sa vie...Comme elle l'a dit un jour : "Hollywood est un endroit où on vous paye 50.000 dollars pour un baiser et 50 cents pour votre âme"



La vie cachée de Marilyn Monroe, la première esclave sexuelle d'Hollywood sous contrôle de l'esprit (partie 2)


Dans la deuxième partie de cette série en deux parties, nous regarderons la fin de la carrière de Marilyn Monroe (MM en abrégé) et les circonstances entourant sa mort – toutes deux typiques d'une victime du contrôle de l'esprit. Nous examinerons aussi son héritage (involontaire) dans le monde souterrain de l'obscur MK ULTRA et comment elle est devenue un symbole de la Programmation Monarque à Hollywood.


La photo de gauche (les dernières avant sa mort) ne plaisait pas à Marilyn, elle l'a barbouillée


Note : Il est recommandé de lire la première partie d'abord. (voir ICI et ICI)


La première partie de cette série d'articles a décrit la face cachée de l'enfance de MM et ses débuts dans l'industrie du spectacle. Alors que MM projetait l'image d'un sex-symbol glamour, la réalité de sa vie au jour le jour était tout à fait l'opposé : elle était sous contrôle, maltraitée, exploitée et même traumatisée par divers "maîtres", et vivait dans des conditions semblables à celles d'une prisonnière. Sa situation difficile la mena lentement vers un total effondrement mental et, quand elle perdit apparemment son utilité pour ses contrôleurs, elle mourut dans de très étranges circonstances.

L'héritage de MM se perpétue, cependant, et de certaines façons elle est plus pertinente aujourd'hui que jamais dans l'industrie du spectacle...mais pour de mauvaises raisons. Il existe maintenant un grand nombre d'esclaves sous contrôle de l'esprit à Hollywood et ceux qui tirent les ficelles ont fait de MM le symbole ultime de la Programmation Beta. Il y a plusieurs MM à Hollywood en ce moment projetant toutes une image très sexy tout en subissant le même contrôle et les mêmes épreuves que Marilyn. Et toutes furent associées à MM à un moment ou un autre de leur carrière. Est-ce une coïncidence ? Si vous suivez ma série d'articles "Symbolic Pics of the month" (Images symboliques du mois" (LIEN), vous savez probablement que l'utilisation de l'image de MM se répète souvent chez un type spécifique de célébrité...bien trop souvent pour n'être qu'une simple coïncidence. Voyons la fin de la carrière de MM, les circonstances de sa mort et la manière dont son image est exploitée par l'industrie Illuminati d'aujourd'hui.

Mannequin présidentiel

Au sommet de sa carrière, MM se retrouva impliquée avec le personnage le plus puissant du monde : le président des US, John F. Kennedy. Pendant que certains historiens ont classé leur relation comme étant une simple "aventure", des chercheurs sur le contrôle de l'esprit Monarque prétendent qu'elle était en réalité mannequin présidentiel – esclave de Programmation Beta du niveau le plus élevé utilisée pour le "bon plaisir" des présidents. 


Si c'est exact, l'existence de mannequins présidentiels est un concept tout à fait troublant, qui prouve le pouvoir et l'importance du contrôle de l'esprit Monarque dans les cercles de l'élite.

Des "mannequins présidentiels" auraient été utilisés par des artistes et des hommes politiques en tant que jouets sexuels : marionnettes sous contrôle de l'esprit programmées pour accomplir divers actes pervers sur ordre de leur "maître" manipulateur. On suppose que MM fut la première esclave sexuelle Monarque qui accéda au statut de "célébrité". Pour ceux qui ne sont pas familiers avec le terme de "mannequin présidentiel", je les renvoie à "Candy Jones sous contrôle" par Donald Bain et Long John Nebel. Long John Nebel – une personnalité du monde de la radio à New York dans les années 50 à 70 – découvrit petit à petit que sa femme, Candy Jones, suite à des séances d'hypnose, était une victime de ce genre de projet de contrôle de l'esprit, l'une des nombreuses esclaves mentales MK-ULTRA, programmée par les "spychiatres" de la CIA et qui servaient à assouvir les caprices sexuels pervers de saloperies de dignitaires de haut rang, parmi d'autres diverses missions comme de passer de la drogue et servir de messagères à ce vaste réseau d'hommes d'influence à la moralité plus que douteuse. D'autres informations ont fait surface à ce sujet ces dernières années par le biais d'allégations similaires largement répandues sur internet, ainsi que par des livres hautement controversés comme Transe-formation en Amérique par Mark Phillips et Kathy O'Brien (livre traduit en français et édité par Pierre Mazé aux Éditions Nouvelle Terre, dont je posterai plus tard des passages), dans lequel Mme O'Brien raconte ses propres récits troublants de maltraitance MK-ULTRA et Monarque."

- Adam Gorightly, “An Interpretation of Kubrick’s Eyes Wide Shut” (Une interprétation du film de Kubrick, Eyes Wide Shut, les yeux grand fermés)

Selon des personnes faisant des recherches sur le contrôle de l'esprit, MM fut le premier mannequin présidentiel "à haut profil", situation qui demandait à ses maîtres d'exercer un extrême contrôle sur ce qu'elle disait et faisait en public.

"Ils privaient Marilyn de tout contact avec le monde extérieur pour s'assurer que leur contrôle de son esprit fonctionnerait. Ils avaient peur que quelque chose puisse mal tourner avec la première esclave présidentielle qui était autorisée à apparaître en public"
- Fritz Springmeier, The Illuminati Formula to Create a Mind Control Slave

Marilyn en train de chanter "Bon anniversaire Monsieur le président" à JFK le 19 mai 1962. À ce moment emblématique de l'histoire américaine, MM chante pour le président d'une voix sensuelle, habillée d'une robe moulée sur son corps sans rien dessous. Quand on connaît le "côté caché de l'histoire", cet événement représentait en réalité une esclave sous Programmation Beta chantant pour un président dont elle était au service pour son " bon plaisir" - pour que le monde entier le voit.


Les esclaves Monarque "de haut rang" sont souvent repérables par des bijoux et des pierres précieuses identifiant leur statut. Les mannequins présidentiels seraient identifiés par des diamants.
"Comme signaux d'authenticité et de reconnaissance, les esclaves Monarque portent des diamants pour signifier qu'elles sont mannequins présidentiels. (...)
Les émeraudes signifient la drogue, les rubis la prostitution, les diamants (strass) indiquent la fonction de mannequin présidentiel."
- Ibid.
Dans le film "Les hommes préfèrent les blondes", MM chante la célèbre chanson "Les diamants sont les meilleurs amis de la femme". Y avait-il un double sens à cette chanson ?


Remarque : la robe que portait MM quand elle chantait "Bon anniversaire, Monsieur le Président" contenait plus de 2500 strass. Était-ce le moyen de l'identifier comme mannequin présidentiel ? Une chose est sûre, derrière le sourire et les diamants, les choses tournaient rapidement au vinaigre pour MM à cette époque-là. En fait, cette performance présidentielle était en réalité une de ses dernières apparitions publiques, car elle fut retrouvée morte moins de 3 mois plus tard.

Lent effondrement

Les derniers mois de la vie de MM furent caractérisés par un comportement incohérent, d'étranges anecdotes et plusieurs relations "intimes" avec des individus au pouvoir. Alors qu'elle montrait de plus en plus de signes de graves troubles mentaux, elle eut aussi des aventures avec plusieurs hommes (JFK, son frère Bobby Kennedy, Marlon Brando, etc.) et, selon la biographie écrite par Tony Jerris, Marilyn Monroe : Mon petit secret, avec des femmes aussi.

En tant qu'esclave Beta, elle était aussi utilisée sexuellement par des gens de l'industrie. Dans le livre de June DiMaggio, Marilyn, Joe et moi, l'auteur décrit comment on l'obligeait à être au service d'hommes âgés et qu'il lui fallait complètement se dissocier de la réalité (aspect important de la programmation MK) pour pouvoir accomplir des actes répugnants.

"Marilyn ne pouvait se permettre des émotions quand il lui fallait dormir avec des vieux tout ridés pour survivre dans le métier. Elle devait se protéger en se "débranchant" virtuellement de ses émotions pendant ces moments-là – comme si elle jouait un rôle pour s'extirper de l'horreur de la situation. Quand ces riches magnats haut placés possédaient son corps et son âme, elle ne pouvait vivre par elle-même. Ce furent des moments, me disait-elle, où elle rentrait chez elle épuisée par des séances de photos et de vieux schnocks puissants lui téléphonaient et elle en avait la chair de poule. Après certaines horreurs de ces séances de sexe, elle restait sous la douche pendant plus d'une heure. Elle voulait se laver de la terrible expérience qu'elle avait endurée."

June DiMaggio, Marilyn, Joe and Me

Dans les derniers mois de sa vie, il devenait très difficile de travailler avec Marilyn et son comportement inquiétait ceux qui suivaient son état. Durant les prises de vue de son dernier film achevé, The Misfits, (en français, les Désaxés, avec Clark Gable et Montgomery Clift), MM était atteinte d'une "maladie sérieuse" qui ne fut jamais révélée mais qui était traitée par un ...psychiatre. En d'autres mots, sous contrôle de l'esprit.
"Monroe était fréquemment malade et incapable de jouer, et loin de l'influence du Dr Greenson, elle avait repris sa consommation de somnifères et d'alcool. En visite sur le plateau de tournage, Susan Strasberg décrivit Monroe comme "mortellement blessée dans un certain sens" et en août, Monroe fut envoyée d'urgence à Los Angeles où elle fut hospitalisée pendant dix jours. Les journaux rapportèrent qu'elle avait frôlé la mort, bien que la nature de sa maladie ne fut pas révélée. Louella Parsons écrivit dans son éditorial que Monroe était "une fille très malade, beaucoup plus qu'on ne le pensait au premier abord", et elle révéla qu'elle était traitée par un psychiatre."

Wikipedia, “Marilyn Monroe”

En 1962, Marilyn commença le tournage de Something's Got to Give, mais elle était si malade et si peu fiable qu'elle fut finalement renvoyée et poursuivie en justice par la 20th Century Fox qui lui demanda un demi-million de dollars de dédommagement. Le producteur du film Henry Weinstein déclara que le comportement de Marilyn durant le tournage était horrifiant :
 "Très peu de gens vivent dans la terreur. Nous vivons tous de l'anxiété, de la tristesse, des peines de cœur, mais là c'était une terreur purement animale". 

Anthony Summers, “Goddess”

(Si vous voulez voir les dernières images de Marilyn dans ce film,  allez voir la 7ème partie de ce  documentaire. Vous pouvez voir aussi les 6 premiers, en anglais)

Weinstein observait que Marilyn n'était pas juste dans ses "mauvais jours" ou qu'elle avait des sautes d'humeur. Elle ressentait une "terreur purement animale" – quelque chose produit par le contrôle de l'esprit à base de traumas souvent vécu vers la fin.

La dernière séance

Fin juin 1962, Marilyn servit de mannequin pour une séance de photos avec Bert Stern, le photographe du magazine Vogue. Elle fut retrouvée morte six semaines plus tard. Il y a quelque chose de troublant concernant ces photos car elles montrent une Monroe sensuelle bien que vieillissante, ivre, et avec des yeux qui ont perdu quelque peu leur éclat. Que ce soit intentionnel ou pas, ces prises de vue sont symboliques pour plusieurs raisons.

Dans le livre de Stern, "La dernière séance", le photographe a choisi d'inclure des photos que Marilyn avait raturées parce qu'elles les jugeaient non satisfaisantes. Sachant aujourd'hui qu'elle serait elle-même "raturée" quelques semaines plus tard, probablement parce qu'elle était jugée non satisfaisante pour ses maîtres, il y a quelque chose de prophétique dans ces photos.



Sachant ce qui allait lui arriver quelques semaines après cette photo, ce voile rouge sur son visage et ces yeux fermés peuvent symboliquement représenter le sacrifice de Marilyn par l'industrie du spectacle.

La séance de photos se passa à l'hôtel Bel Air et, d'après ce qui a été dit, il y avait beaucoup d'alcool dans l'air. Une rumeur dit aussi que Marilyn et le photographe devinrent "intimes" pendant les séances.




Ces photos, prises à l'époque la plus difficile de sa vie – après une "fausse couche", un divorce, un voyage forcé dans un établissement psychiatrique, et toutes sortes de maltraitances, resteront en mémoire comme les plus révélatrices et les plus intimes. Avec une vie de plus en plus difficile, Marilyn afficha de plus en plus d'érotisme – ce pour quoi les esclaves de la Programmation Beta sont programmées. Cependant, comme d'autres esclaves MK, elle ne dépassa pas l'âge de 40 ans.

Source

Traduit par le BBB.

À suivre...

2 commentaires:

  1. Vous oubliez la déclaration avant sa mort d'Eunice Murray (la gouvernante de Marilyn) accusant Ralph Greenson d'avoir empoisonné Marilyn...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cet article est une traduction. Donc je n'oublie rien.

      Supprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.