Bistro Bar Blog

vendredi 28 juin 2013

Le Hérisson

Qui parmi vous s'était abonné au magazine petit format "La Hulotte des Ardennes", démarré au début des années 70 ? J'ai eu l'occasion d'en lire quelques exemplaires à la bibliothèque des jeunes quand j'y emmenais ma fille. Ce magazine n'a jamais été vendu que sur abonnement. Il existe toujours, il y a déjà 99 exemplaires parus.

Celui sur le hérisson (n°77 de 1999) contient beaucoup d'informations et est présenté avec humour. Souvenez-vous que ce petit animal est un hôte très utile dans notre jardin.

J'ai reproduit les divers paragraphes du n° 77 de La Hulotte et j'ai inséré des photos récupérées sur le web. La Hulotte a surnommé le hérisson  "Niglo".

Niglo fait son nid


Savez-vous qu'un simple tas de feuilles mortes bien sèches au fond de votre jardin pourrait faire une épatante résidence d'hiver pour un hérisson du voisinage ?

Une fois glissé à l'intérieur, notre ami exécute de petits sauts de cabris en l'air, et quantité de roulades pour peigner les parois avec ses piquants tout en tassant les parois. Très vite, il se crée ainsi un petit studio étanche, tout rond comme une bulle et super-douillet.

S'il n'a pas la chance de tomber sur un tas de feuilles tout fait, tant pis : il va se le confectionner lui-même. Il cherche tout d'abord un petit renfoncement de terrain, si possible à l'abri d'un talus, sous des branches, des ronces, les grosses racines d'un arbre...S'il le faut, il n'hésite pas à gratter la terre avec ses pattes maigres pour creuser un petit nid de poule artificiel.
Dans cette cuvette, le hérisson entasse tout un tas d'herbes et de feuilles mortes, qu'il rapporte patiemment, becquée après becquée, comme un petit oiseau. Les branches ou les ronces du dessus sont là pour maintenir solidement le nid et empêcher les feuilles mortes de se disperser aux quatre vents de l'hiver.


L'igloo de Niglo

Le nid du hérisson devient une sorte d'igloo de 60 cm de diamètre, avec de bons gros murs de 15 cm d'épaisseur, faits d'une multitude de feuilles d'arbres bien sèches, rangées à plat, comme des ardoises et posées les unes sur les autres : un modèle d'isolation.

La preuve : quand la température extérieure descend de + 10°C à – 8°C, la température intérieure de l'igloo reste entre + 5°C et + 1°C

Chaque année, entre septembre et mars, je me mets aux abonnés absents. Prière de ne pas déranger : j'hiberne...

Même plongé dans son profond sommeil hivernal, le hérisson a le réflexe, au plus léger dérangement, de hérisser ses épines en une fraction de seconde et de se métamorphoser en oursin. C'est pourquoi, pendant longtemps, on a cru qu'il dormait en boule. En réalité, il ronfle douillettement sur le ventre, avec juste la tête et les pattes qui dépassent ; à moins qu'il ne sommeille couché en rond, comme un chat.


L'été je me rattrape. Quelle activité : 18 heures seulement de sommeil par jour ! C'est vraiment dur.
Est-ce de ma faute à moi, si trois-quatre petites heures de travail me suffisent chaque nuit pour trouver largement de quoi me rassasier ? Et même, par-dessus le marché, pour accumuler un peu de graisse pour l'hiver ?
C'est ainsi que depuis des siècles, je profite de ce qui va rester encore très longtemps un rêve pour vous autres, pauvres forçats : la semaine de 21 heures !

Après une journée passer à se la couler douce au fond de son nid, le hérisson a une faim de loup. À la lueur du clair de lune, ou même dans la nuit totalement noire, il explore en zigzag les prairies et les lisières, le nez au ras des pâquerettes, changeant sans cesse de direction et de vitesse.

Niglo pique un sprint
Quand le hérisson chasse attentivement, le nez dans l'herbe, cinq bonnes minutes lui sont parfois nécessaires pour explorer un petit bout de pâture pas plus long qu'une salle de classe.

Capture d'écran

Résultat : beaucoup de gens prennent notre héros pour un animal plutôt balourd.

Ils changeront d'avis dès qu'ils auront vu Niglo piquer un de ses fameux sprints, dignes d'une "Formule 1" des grands bois.

Et zou, écartez-vous devant ! - Un hérisson a été contrôlé à la vitesse de 7,2 km/h. C'est à dire qu'un homme marchant à grandes enjambées arriverait tout juste à le suivre.

"Mon petit royaume, le voici...Plusieurs hectares de jardins, de bosquets, de lisières, de sentiers, de haies, de ruelles...à force de le quadriller en tous sens, je le connais par cœur ; je pourrais y vadrouiller sans problème même dans l'obscurité la plus complète.

Héri Sun

Le hérisson est un animal presque totalement nocturne. Un Niglo qui chasse ou qui rôde en plein jour risque d'être un individu malade. Ou bien un jeune abandonné que la faim a chassé hors du nid.
Le piquant du hérisson est si solide et si bien fixé à la peau qu'il serait théoriquement possible de suspendre l'animal par une seule épine.
On raconte que pour dégager un hérisson prisonnier dans une canalisation, il suffit de le tirer par une épine.
Combien un hérisson possède-t-il de piquants ? - entre 5000 et 7500.
Le piquant du hérisson est ultra-résistant, rigide, pratiquement indéformable. Par-dessus le marché, il est creux, donc hyper-léger. Ce sacré piquant peut tenir le coup dix-huit mois. Après quoi, il tombe, très vite remplacé par un autre piquant.

La forteresse à épines

Quand il se croit en sécurité, le hérisson n'a jamais l'aspect ébouriffé et hirsute qu'on lui voit sur la plupart des photos. Ses piquants sont au contraire bien lissés, peignés avec soin vers l'arrière.

L'instant d'après, si le danger se précise, le hérisson laisse tomber, d'un coup sec, sur ses bottes et sur son front une herse d'aiguilles.

En moins d'une seconde, il baisse sa tête comme celle d'un petit taureau ; ses yeux, son museau, ses pattes se retrouvent ainsi à l'abri.

À ce stade, le hérisson n'est pas encore vraiment en boule...

C'est uniquement quand on le touche que Niglo se transforme vite fait en châtaigne.

À présent l'ennemi va devoir être très, très patient car l'assiégé peut rester dans cette position pendant des heures et des heures sans ressentir la moindre fatigue.

En approchant par dessous (ou alors en retournant la pauvre bête) voici ce que l'assaillant pourrait voir : une sorte d'esquimau en costume de guerre, emmitouflé dans un épais anorak d'aiguilles dardées dans tous les sens.

Et maintenant, cessez de l'embêter, car il va finir par se vexer pour de bon. Et voilà! C'est malin !...Il remonte à fond la fermeture éclair de son sac de couchage et il boude.

C'est à cette seconde très précise que le renard ou le chien (un de ses pires ennemis) peut réussir à tuer le hérisson : juste après l'avoir retourné, il essaie de le mordre à la vitesse de l'éclair, à la tête ou au cou, avant que la petite bête ait eu le temps de refermer entièrement son armure.

Monte-en-l'air

Quand il le veut, le hérisson est un bon grimpeur. En quelques secondes, il escalade un grillage de deux mètres de haut, se hisse au sommet d'une palissade ou monte sur un arbre fruitier. On l'a vu se battre dans un lierre avec un rat ; s'introduire dans une chambre à coucher au premier étage ; nicher sous la paille d'un toit de chaume ; se promener sur le faîte d'un mur.

Roulé-boulé

Pour descendre ? Pas de problème, le hérisson a une technique que les autres animaux ne sont pas près d'imiter. Il se contracte en boule et se laisse tomber dans le vide. Ses piquants (dont la base en forme de coude fait office de ressort) amortissent la plupart des chocs. On prétend même qu'il peut dégringoler de huit mètres de haut sans se faire ni plaie ni bosse.

Au fond du trou

Notre héros est d'ailleurs un habitué des chutes à la verticale, car il a la manie (assez stupide) d'avancer droit devant lui sans chercher à contourner les obstacles. C'est ainsi qu'il se retrouve couramment au fond des piscines, bassins, puisards, fosses à vidange, égouts, passages canadiens et autres cavités à ciel ouvert. Remonter ensuite à la surface est une autre histoire car les murs en béton sont en général trop lisses pour être escaladés. D'après une étude anglaise, la mort misérable au fond d'une oubliette serait la sixième cause de décès chez les hérissons.

Le hérisson est très souvent obligé de se gratter car il est couvert de puces, le pauvre zigue. Un sport pas commode, étant donné la pelisse d'aiguilles qu'il se trimbale sur le dos. Heureusement, ses pattes sont très longues (beaucoup plus longues qu'il n'y paraît). De plus, les orteils arrière sont prolongés par trois grandes griffes qui peuvent se faufiler entre les piquants. Dès que Niglo se gratte, on entend les épines de son dos qui s'entrechoquent avec un drôle de bruit de baguettes. C'est rigolo.

Lorsque le hérisson tombe par hasard sur un objet à l'odeur étrange, il lui arrive d'avoir une réaction complètement abracadabrante.
D'abord il flaire, lèche ou mâchouille l'objet...Et subitement, il se met à produire des flots et des flots de salive mousseuse...
Ensuite au prix de contorsions incroyables, le voilà qui se retourne, noyant ses épines sous une véritable marée de bave qu'il tartine ferme avec sa langue.
Depuis des décennies, les savants se collent des migraines à essayer de comprendre cet extraordinaire comportement (baptisé par eux "auto-lubrification"). Pour l'instant personne n'a le moindre début de réponse, mais la Hulotte vous rappellera s'il y a du nouveau.

Raspoutine

Dans la nature, le hérisson n'a pas peur de dévorer toutes sortes d'insectes toxiques : mille-pattes, carabes, abeilles, guêpes... Et même les méloès, farcis de cantharidine : alors que quatre milligrammes de ce poison violent suffisent à envoyer au cimetière un homme adulte de 80 kilos, il faut 25 fois cette dose pour tuer le petit hérisson. On affirme également que cette bestiole extra-terrestre résisterait – de façon totalement incompréhensible et diabolique – aux produits les plus divers : venin de vipère, bave de crapaud, toxine du tétanos (il y est 7000 fois moins sensible que l'homme) ; gaz carbonique ; opium ; arsenic ; cyanure ; chloroforme...
Certes, à la longue, ces substances finissent par avoir sa peau. Mais à une condition : doubler, tripler, décupler les doses.
Et pourtant ces exploits ne lui servent à rien – sauf à faire le malin dans les journaux...Car dans la nature, l'étourdi a bêtement oublié de s'immuniser contre les toxiques qui le visent le plus directement : par exemple la strychnine, ce poison autrefois destiné aux renards et qui, au moment de la lutte contre la rage, a tué par erreur des centaines de hérissons. Plus grave : il n'a rien trouvé non plus dans son sac à malice contre les mixtures modernes, répandues à foison dans les jardins et les cultures : herbicides, pesticides et autres métaldéhydes anti-limaces. Une étude, portant sur 244 hérissons morts, signale comme cause numéro un de décès – 26 % - les intoxications aux produits chimiques...

De père inconnu

Aussitôt après l'accouplement, zou ! Le mâle disparaît dans la nature, il ne s'occupera jamais de ses petits.

Madame Niglo donne naissance (en moyenne) à cinq petits hérissons.


Billes de clones

À l'âge d'un mois, (soit deux semaines avant que la famille ne se sépare pour toujours), le petit hérisson ressemble déjà exactement à un adulte.

Roulette russe

En cas de dérangement, la maman hérisson transporte en général très vite ses enfants dans un nid de secours ; mais parfois aussi elle les abandonne à son triste sort. Et d'autres fois encore, quand ils sont tout petits, elle les mange.

5 petits indiens

Dès que les petits sont suffisamment dégourdis – c'est à dire vers l'âge de 25 jours – ils partent pour la première fois de leur vie à la chasse loin du nid. Ils suivent leur mère, en petit commando regroupé. Ou bien en file indienne : un vrai train de marchandises avec la grosse loco devant et derrière, quatre ou cinq wagonnets.

P'tit oursin

Dès sa plus tendre enfance, le bébé hérisson sait déjà se mettre en boule, comme ses père et mère. Mais il est encore si tendre, si malhabile, le pauvre, que le premier renard venu le croquerait en moins de deux.

Capture d'écran

Blanche Épine

Aussi étonnant que cela puisse paraître, bébé hérisson ne porte aucun piquant à la naissance...(commentaire de la mère hérisson : "Étonnant ! Étonnant ! On voit bien que ce n'est pas vous qui accouchez!")
Mais ça ne dure pas ; quelques heures plus tard, pan ! Une centaine d'épines blanches lui sortent de la peau et recouvrent son dos.

-->
Dans les trois semaines qui suivent, tous les piquants blancs vont tomber ("les aiguilles de lait"), remplacés par des piquants bruns.


Le lait de hérissonne diffère beaucoup du lait de vache : sa composition le rapproche beaucoup de celui des animaux carnivores. C'est pourquoi il est si difficile de nourrir et de sauver les jeunes hérissons orphelins.

Pas croyable : un mois seulement après la séparation la mère hérisson ne reconnaît déjà plus ses propres petits quand elle les croise sur son chemin.

À la montagne

En montagne, le hérisson ne vit en général que dans le voisinage des maisons. Il n'est pas rare de le trouver endormi dans les étables et les granges à foin.
Sauf pour faire un peu de tourisme, le Niglo ne monte jamais au-dessus de la limite des arbres.

En été, qu'est-ce qui fait vraiment peur au hérisson ? La sécheresse. En quelques jours, pouf ! Escargots, vers de terre, larves, toutes les proies se mettent à l'abri. Plus rien à se mettre sous la dent...quel cauchemar ! Alors Niglo se rend dans un bois, creuse un petit tunnel d'un mètre de longueur environ – ou bien vole le terrier d'un lapin.
Là, il s'endort, bien au frais, d'un sommeil très profond, qui ressemble un peu à la torpeur de l'hibernation. Et qui peut parfois durer quinze jours, un mois...deux mois...C'est bien simple : jusqu'à ce que la pluie revienne...

Voici la carte de France de l'appellation des hérissons :


Pour savoir si vous avez eu une visite nocturne, voici à quoi ressemble une crotte de hérisson (toute fraîche de la nuit dernière dans ma cour) :

Environ deux cm de long
Pour d'autres renseignements sur le hérisson, allez ICI.

8 commentaires:

  1. Merci pour (la crotte) la carte et le récit de la vie de cet animal « touchant », je vais lui faire un petit tunnel en pierres d'un mètre de longueur environ dans mon jardin. Mon chien aussi les adore, il peut passer une nuit à aboyer sur la boule, le museau à ½ cm des épines.

    RépondreSupprimer
  2. Dès que Niglo se gratte, on entend les épines de son dos qui s'entrechoquent avec un drôle de bruit de baguettes. C'est "Nigolo"...
    Superbe exposé, le herisson est un animal magnifique, on les vois souvent la nuit, venir manger la nourritures pour les chats et chiens. De bonnes occasions de l'observer...

    RépondreSupprimer
  3. La semaine de 21 heures ! Il fallait absolument en parler. C’est également la bonne mesure pour les humains quand ils sont sages. Au passage remercions "La Hulotte des Ardennes" pour la vie du hérisson, et pour tous les autres numéros de cette superbe revue.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,
    L'équipe de la Hulotte vous remercie d'avoir parlé du numéro 77 sur votre blog.
    Nous vous serions, cependant, très reconnaissants de bien vouloir supprimer le lien renvoyant vers le site aryana libris qui n'a pas notre autorisation de laisser sur son site notre revue sous quelque format que ce soit et à qui nous avons demandé de supprimer les fichiers concernés (protection des droits d'auteur, loi mars 1957)
    Vous en remerciant par avance,
    Bien cordialement,
    L'équipe de la Hulotte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de souci. J'ai trouvé par hasard ces liens vers quelques-unes de vos anciennes revues, et j'ai moi-même été étonnée qu'ils aient eu "l'autorisation" de publier.

      Supprimer
  5. Pour ceux qui aiment les joyeux hérissons voire : Drôle de hérisson
    https://www.youtube.com/watch?v=3HbrdUenB0k

    RépondreSupprimer
  6. Un drôle de hérisson : qui a l’air de beaucoup s’amuser :

    https://www.youtube.com/watch?v=3HbrdUenB0k

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.