Bistro Bar Blog

mardi 21 mai 2013

Les jardins suspendus de ...Ninive

Et non de Babylone, comme des recherches l'auraient démontré. L'emplacement d'une des 7 merveilles du monde remise en cause.



D'anciens écrits révèlent l'emplacement mystérieux des légendaires jardins suspendus de Babylone


13 mai 2013


Les fabuleux jardins suspendus de Babylone ont depuis toujours été reconnus comme l'une des 7 merveilles du monde – mais aucune trace d'eux n'ont jamais été retrouvés.

Leur emplacement est toujours l'un des grands mystères de l'antiquité.

Selon les anciens mythes et légendes, les jardins étaient des merveilles, pas seulement pour leur situation au-dessus de grottes, mais aussi pour leur système d'irrigation très innovant. Communément attribués à Nabuchodonosor II, au 6ème siècle avant J-C, on ne les trouve mentionnés dans aucune source écrite pendant le règne de ce roi, et les importantes fouilles de ses palais de Babylone réalisées pendant plus d'un quart de siècle sous la direction d'une équipe allemande ne les ont jamais mis au jour.

Ce qui soulève la question d'une existence de ces merveilleux jardins uniquement dans les mythes et légendes des anciens peuples ou d'une recherche faite peut-être au mauvais endroit.

Après 20 ans de recherches, le Dr Stéphanie Dalley de l'université d'Oxford a rassemblé des preuves suggérant que les jardins avaient été créés à Ninive, à 480 km de Babylone, au début du 7ème siècle avant J-C.


Elle soutient qu'ils ont été construits par les assyriens au nord de la Mésopotamie – l'actuelle Irak – sur l'instigation du roi assyrien Sennachérib.


Une description classique des fabuleux jardins suspendus

Un élément de preuve se trouve dans un document dans lequel Sénnachérib décrit un "palais sans égal" et "une merveille pour tous les peuples".

Il décrit un merveilleux système de jets d'eau (une sorte de "vis d'Archimède", système de vis sans fin) fabriqué à l'aide d'une nouvelle méthode de coulage du bronze.

Une fouille récente près de Ninive a montré les restes d'un aqueduc sur lequel est inscrit : "Sennachérib, roi du monde...j'ai fait dévier un cours d'eau vers les environs de Ninive sur une longue distance".

Selon le Dr Dalley, les paysages de Babylone et de Ninive corroborent sa conclusion – la plate campagne autour de Babylone aurait rendu impossible l'approvisionnement en eau des jardins suspendus comme décrit dans les sources classiques.

Carte montrant l'emplacement supposé des jardins suspendus à Ninive (au nord) et non à Babylone


Le Dr Dalley suggère qu'après la conquête de Babylone par l'Assyrie en 689 avant J-C, Ninive, la capitale assyrienne, a pu être considérée comme la "Nouvelle Babylone", ce qui aurait pu entraîner une confusion.

Une recherche récente a montré qu'après la conquête de Babylone par Sennachérib, ce dernier a renommé toutes les portes de Ninive d'après les noms utilisés pour les portes de la ville de Babylone.



Des jardins suspendus ont pu en fait avoir été représentés dans un bas-relief du palais de Sennachérib à Ninive, qui montre des arbres poussant sur des arches formant un toit comme décrit dans les récits classiques des jardins de 'Babylone' (voir image ci-dessous, à droite).




"Il a fallu plusieurs années pour trouver une preuve démontrant que les jardins et leur système d'aqueducs et de canaux ont été construits par Sennachérib à Ninive et non par Nabuchodonosor à Babylone", dit le Dr Dalley.

"On a pu démontrer pour la première fois que ces Jardins Suspendus ont réellement existé".


Traduit par le BBB.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.