Bistro Bar Blog

lundi 13 mai 2013

L'entraide des plantes

Un conseil : faites pousser vos plants de fenouil à part. :-))



Les plantes s'entraident dans leur croissance par une communication presque télépathique




WakingTimes, 10 mai 2013


Il a été démontré scientifiquement que les plantes extraient des sources alternatives d'énergie des autres plantes. Les plantes s'influencent mutuellement de nombreuses manières et elles communiquent grâce à des "oscillations nanomécaniques" vibratoires à un niveau atomique ou moléculaire microscopique qu'on pourrait presque appeler une communication télépathique.

Des membres de l'équipe de recherche en biologie du Pr Olaf Kruse ont déjà montré que l'algue verte non seulement enclenche la photosynthèse, mais possède aussi une source alternative d'énergie : elle peut la tirer d'autres plantes. Ces découvertes ont été publiées dans le journal en ligne Nature Communications.

Une autre recherche publiée l'année dernière, montrait que les jeunes racines du maïs produisaient des bruits à type de claquement, et que suspendues dans l'eau, elles s'inclinaient vers des sons de même gamme de fréquence (environ 220 Hz). Il semblait donc que les plantes émettent bien des sons et y réagissent et les chercheurs voulaient approfondir plus avant cette idée.



Utilisant des plants de piment pour leur très récente étude, plus précisément le capsicum annuum, ils ont d'abord laissé pousser d'elles-même des graines de piment et ensuite les ont mises en présence d'autres plants de piment, de basilic et de fenouil et enregistré leur taux de germination et de croissance. Le fenouil est considéré comme une plante "agressive" qui freine la germination des plantes autour de lui, alors que le basilic est en général vu comme une plante bénéfique pour les jardins et un compagnon idéal pour les plants de piment.

Les taux de germination furent plutôt faibles quand les graines poussaient toute seules, encore plus faibles quand cultivés en présence de fenouil (comme prévu). Les taux de germination étaient meilleurs entourés d'autres plants de piment et encore meilleurs entourés de basilic.

Sachant déjà que les plantes "parlent" grâce à des signaux chimiques et réagissent à la lumière, les chercheurs ont séparé les graines récemment plantées des autres plantes avec du plastique noir, pour bloquer tout type de signal autre que le son. Quand du fenouil se trouvait de l'autre côté du plastique, les effets chimiques de sa présence, qui auraient inhibé la germination des graines de piment, étaient bloqués. Les graines de piment germèrent malgré tout beaucoup plus rapidement que la normale, peut-être "savaient"-elles que le fenouil était toujours là, qu'il avait le potentiel pour envoyer un effet négatif sur leur germination, et auraient donc dépassé rapidement le stade vulnérable.

"Si même les bactéries peuvent s'envoyer des signaux par vibrations, pourquoi pas les plantes ?", a dit Monica Gagliano, spécialiste de physiologie végétale à l'université de Crawley en Australie.

Gagliano pense que des alertes de racines à racines pourraient transformer une forêt en standard de communication. "Si l'on considère que les forêts sont toutes interconnectées par des réseaux de champignons, les plantes utilisent peut-être les champignons de la même manière que nous utilisons internet pour envoyer des signaux acoustiques à travers le web. "À ce stade, qui sait ?", a-t-elle dit.

À l'instar d'autres types de vie, si les plantes envoient bien des messages par des sons, c'est l'un de leurs outils de communication. Un travail supplémentaire est nécessaire pour confirmer les déclarations de Gagliano, mais plusieurs moyens d'écoute des plantes portent déjà leurs fruits.

Selon l'étude : "Il a été démontré que les plantes étaient capables de ressentir leurs voisines même quand tout canal de communication connu était bloqué (c'est à dire la lumière, les éléments chimiques et le toucher) et le plus important, de reconnaître le potentiel d'une présence intrusive de "mauvais voisins" et de modifier leur croissance en conséquence".

Pour tester ensuite s'ils pouvaient voir des effets semblables avec un "bon voisin", la même expérience a été essayée avec d'autres plants de piments et ensuite avec du basilic. En présence d'autres plants de piment pleinement développés bloqués par le plastique, les graines ont montré une germination améliorée ("réponse partielle"). Quand c'était du basilic de l'autre côté du plastique, il a été découvert que les graines poussaient tout aussi bien qu'en l'absence de plastique.

"Nos résultats montrent que les plantes sont capables d'influencer positivement la croissance de graines par un mécanisme toujours inconnu", a dit le Dr Monica Gagliano, co-auteur de l'étude. "Les mauvais voisins", comme le fenouil, empêchent de la même manière la germination des graines de piment. Nous pensons que la réponse peut impliquer la production de signaux acoustiques à l'aide d'oscillations nanomécaniques depuis l'intérieur de la cellule, ce qui permet une communication rapide entre des plantes proches".

Quelle leçon peuvent en tirer les êtres humains ?

Les fleurs ont besoin d'eau et de lumière pour pousser et ce n'est pas différent pour les gens. Nos corps sont comme des éponges, s'imprégnant de l'environnement. "C'est exactement pourquoi certaines personnes se sentent mal à l'aise dans le cadre de groupes précis où règne un mélange d'énergie et d'émotions", a déclaré le Dr Olivia Bader-Lee, psychologue et guérisseuse.

"Quand les études sur l'énergie feront des avancées ces prochaines années, nous verrons finalement ceci traduit également pour les êtres humains", a exposé Bader-Lee. "L'organisme humain est très semblable à une plante, il tire l'énergie nécessaire pour alimenter des états émotionnels et cela peut fondamentalement énergiser les cellules ou donner une augmentation du cortisol (produit par les surrénales) ou cataboliser (éliminer) les cellules en fonction du déclencheur émotionnel".

Bader-Lee suggère que le domaine de la bioénergie est aujourd'hui toujours en évolution et que les études sur les plantes et les animaux du monde traduiront et démontreront bientôt ce que les métaphysiciens de l'énergie connaissent depuis toujours – que les humains peuvent se guérir l'un l'autre simplement par un transfert d'énergie exactement comme le font les plantes. "L'humain peut absorber l'énergie et guérir grâce à d'autres humains, d'autres animaux et n'importe quel élément de la nature. C'est pourquoi se retrouver dans la nature est souvent inspirant et énergisant pour tant de personnes", conclut-elle.



Traduit par le BBB.

1 commentaire:

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.