Bistro Bar Blog

dimanche 19 mai 2013

Le mal et la souffrance du monde (2ème partie)


Reconnaître que notre mémoire corporelle et émotionnelle agit en nous, indépendamment de notre conscience, ne nous est pas facile. Que cela nous contrarie se comprend, d'abord parce que ces découvertes sont nouvelles et encore peu familières, mais surtout parce que le contrôle de cette mémoire nous échappe. Pourtant, c'est justement la prise de conscience de ce phénomène qui peut nous permettre de mieux la contrôler et de mieux nous protéger contre ses effets. Une mère dont la main "dérape" contre sa volonté ignore, en général, qu'elle frappe son enfant uniquement parce qu'elle y est poussée par son propre corps et par les souvenirs inscrits dans ce dernier (les mères qui n'ont pas été frappées quand elles étaient enfants ont rarement la main qui dérape). Mais lorsqu'elle le sait, elle est mieux à même de l'éviter, de se dominer et d'épargner de la souffrance à son enfant aussi bien qu'à elle-même.


Comme Hitler, Staline ignorait que sa mémoire corporelle le poussait à projeter sur la scène de la vaste Union soviétique son histoire personnelle d'enfant cruellement menacé, dépourvu de témoin secourable. S'il l'avait su, il aurait pu mieux contrôle ses angoisses, ce qui eût évité des millions de morts. Et si ce savoir avait été du domaine public, à l'époque, les gouvernements auraient peut-être mis en place, au cours des cinquante années qui ont suivi, des stratégies adaptées susceptibles d'empêcher la dangereuse accumulation de pouvoir entre les mains d'un seul individu, et ce dans le but de combattre ses propres peurs. Rien, durant cette longue période, n'a eu lieu dans ce sens.


Staline, enfant unique, né comme Hitler après trois enfants morts, fut battu dès son plus jeune âge par un père irascible et presque toujours ivre. Jusqu'à la fin de sa vie, et malgré d'importants succès, il souffrit d'une manie de la persécution qui le poussa à supprimer des millions d'innocents. De même que l'enfant Staline, autrefois, devait craindre à tout moment d'être tué par un père imprévisible, l'adulte Staline, plus tard, redoutait jusqu'à ses plus proches collaborateurs. Mais il disposait alors du pouvoir, ce qui lui permettait d'écarter cette terreur par l'humiliation d'autres personnes.



Mao était le fils d'un professeur "à poigne", qui a voulu lui inculquer l'obéissance et le savoir au moyen d'une discipline de fer. Nous savons quelles connaissances Mao a voulu inculquer plus tard à son immense peuple, sans doute avec de meilleures intentions, mais par la violence et au prix de 35 millions de morts. Ceausescu, lui, avait grandi dans une seule pièce avec dix frères et sœurs ; plus tard, il obligea les femmes roumaines à avoir des enfants qu'elles ne désiraient pas.


La liste d'exemples est infinie. Malheureusement, nous nous refusons à prendre de tels faits en considération. Nous pourrions pourtant en apprendre comment la haine se constitue et nous serions moins à sa merci, dans l'avenir, si nous prenions au sérieux la façon dont elle se forme.

La constitution de la haine

Pourquoi recherchons-nous si activement le Mal inné dans les gènes? Pour la simple raison que la plupart d'entre nous avons été des enfants corrigés qui redoutent la résurgence de ce qu'ils ont refoulé, à savoir la souffrance liée aux humiliations subies autrefois. Comme nous recevions simultanément le message "C'est pour ton bien", nous avons appris à réprimer ces souffrances ; mais le souvenir des dites humiliations est resté emmagasiné dans notre cerveau et dans notre corps. Parce que nous aimions nos parents, nous croyions ce qu'ils affirmaient – que les corrections étaient bonnes pour nous. La plupart des gens le croient encore et soutiennent que l'on ne peut élever les enfants sans les frapper, c'est à dire sans les humilier. Ils restent de ce fait dans le cercle vicieux de la violence et du déni des anciennes humiliations, autrement dit dans la nécessité de la vengeance, des représailles, de la punition. Les émotions liées à la colère, réprimées dans l'enfance, se transforment chez les adultes en une haine meurtrière, laquelle est récupérée idéologiquement par des groupes religieux et ethniques. L'humiliation est une toxine difficile à éliminer, parce qu'elle est utilisée à son tour pour éliminer et produit de nouvelles humiliations, qui ne font qu'entraîner une spirale de la violence et une occultation des problèmes.


Pour sortir de cet engrenage, nous devons nous confronter à notre propre vérité. Nous AVONS ÉTÉ autrefois des enfants humiliés, victimes de l'ignorance de nos parents, eux-mêmes victimes de leur propre histoire et de leur enfance non digérée. Mais aujourd'hui, adultes, nous ne sommes plus obligés de le rester. Nous avons la possibilité de regarder notre histoire en face, de reconnaître que frapper des enfants est inutile et même dangereux - parce que l'emploi de tels procédés engendre la haine et des désirs de revanche qui se retourneront contre nous et contre la société tout entière, inévitablement, si nous persistons dans l'ignorance et le refus de savoir. Enfants, nous n'avions pas d'autre choix que de dénier la vérité, sans quoi nous n'aurions pu supporter cette souffrance et y survivre. C'est le déni de sa souffrance qui permet à un enfant battu de survivre dans une situation intolérable pour lui, et peut-être minimisera-t-il cette douleur toute sa vie. En fait, le prix qu'il aura à payer pour cela sera très haut, parce que son corps connaît la vérité et que la mémoire émotionnelle ne trouve parfois à s'extérioriser que dans des symptômes de maladie. Mais elle s'extériorise surtout dans l'opinion inébranlable que les enfants ont besoin de coups.


Contrairement à l'enfant, nous, adultes, disposons d'options plus saines que le déni. Nous pouvons choisir de savoir et de nous connaître nous-mêmes, au lieu de nous laisser conduire uniquement par le savoir émotionnel et inconscient de notre corps, lequel nous maintient dans la peur de la vérité. Peut-être qu'en beaucoup d'entre nous vit un petit Staline, qui en dépit de son immense pouvoir avait toujours peur de son père et se cramponnait au déni. Comme Hitler, il croyait que la destruction de millions de personnes finirait par le délivrer de cette terreur qui le tourmentait. Il n'en a rien été. Une telle illusion conduit au crime de nombreux enfants autrefois humiliés.


Munis des connaissances actuelles, nous pouvons arriver progressivement à d'autres représentations et d'autres solutions que celles qui nous ont été transmises par une tradition millénaire de violence, de répression et de représailles (avec la faiblesse, l'ignorance et la peur qui se cachent derrière). Si nous restons englués dans ces schémas, nous n'apprenons rien des faits qui s'offrent à nous en permanence. Et ceux-ci ne sont pas uniquement à chercher dans des crimes de masse, mais aussi dans les exemples positifs de l'Histoire qui sont restés ignorés, également, pendant des milliers d'années.

Comment Jésus a-t-il été élevé ?


Jésus, figure adorée par toutes les églises chrétiennes, a été élevé par des parents qui le considéraient comme l'enfant de Dieu. On peut supposer qu'ils ne l'ont jamais battu, qu'ils lui ont témoigné le plus grand respect et le plus grand amour. Nous connaissons les résultats de cette éducation, fondée sur l'amour, la tolérance et le respect : quelqu'un qui a transmis à son tour ce qu'il avait reçu, la compassion, la tolérance, l'amour, le respect. Comment se fait-il qu'en 2 000 ans aucun représentant de l’Église ne se soit orienté dans ce sens? Que l’Église ne se soit jamais élevée contre le châtiment corporel des jeunes enfants? Que la charité, la tolérance et le pardon soient prêchés aux adultes et pratiqués à leur encontre, mais expressément refusés aux enfants ? Que les parents de Jésus n'aient jamais été offerts en exemple aux croyants ? Que des écoles chrétiennes d'Afrique protestent, au contraire, quand le gouvernement de la République des Comores veut interdire que les enfants soient frappés dans les écoles ? Il est dit dans cette pétition que le châtiment corporel des écoliers fait partie des obligations religieuses. On ne peut donner à tout cela d'autre explication que celle-ci : les adultes qui perpétuent par leurs actions une tradition de pouvoir, de représailles et de vengeance, restent prisonniers des humiliations refoulées qu'ils transmettent inconsciemment à la génération suivante.

Conséquences


Aujourd'hui, nous pouvons voir sur un écran d'ordinateur les lésions qui subsistent dans le cerveau des enfants maltraités ou négligés. De nombreux articles de chercheurs spécialisés dans l'étude du cerveau (dont Bruce D. Perry, pédopsychiatre par ailleurs) traitent de ce sujet non seulement dans des publications scientifiques, mais aussi sur Internet. Il est grand temps de s'éveiller d'un long sommeil. Nous, adultes, n'avons plus à redouter de nulle part ce danger d'anéantissement qui a constitué de fait une menace réelle pour nombre d'entre nous durant l'enfance. Nous n'avons plus besoin de nous cuirasser contre quelque chose qui est derrière nous. Mais d'autres dangers nous menacent de l'intérieur de nous-mêmes, si nous ignorons le savoir que détient notre corps. Il peut être dangereux de ne pas saisir les vrais mobiles de nos actions, d'être incapable de les comprendre. En revanche, la connaissance de notre histoire peut nous libérer d'avoir à fuir encore, inutilement, des dangers révolus, à réemployer sans cesse des stratégies inadaptées et à rester émotionnellement "aveugles". Nous avons aujourd'hui la possibilité de tirer les leçons des expériences qui sont à notre disposition et de rechercher aux conflits des solutions neuves, créatives, qui reposent sur le respect. Nous le pouvons à partir du moment où nous prenons conscience que l'humiliation d'autrui n'apporte jamais de solution réelle ni durable, mais qu'elle génère au contraire - dans l'éducation comme en politique - de nouveaux foyers de violence. Les enfants qui apprennent chez eux, de leurs parents, des méthodes fondées sur l'humiliation et la menace, appliqueront à l'école ce qui leur a été inculqué à la maison. Et cette acquisition se fait avant l'âge de dix-huit mois, comme l'a montré une enquête, c'est-à-dire durant la période de formation du cerveau. D'où l'effet à long terme de ces "apprentissages", de cette école de violence.


Vouloir lutter contre cette vérité toute simple avec des caméras vidéo revient à se boucher les yeux. Nous devons envisager d'autres modes de fonctionnement : écouter, regarder, oser une relation honnête, empreinte de respect, au lieu de nous en remettre uniquement à la protection d'un pouvoir punitif et destructeur. Et même si nous n'avons pas appris, enfants, à avoir confiance en une communication fondée sur le respect, il n'est jamais trop tard pour le faire. Un tel apprentissage me semble constituer une alternative sensée, porteuse d'espoir, à l'illusion que seul l'usage de la force peut nous venir en aide. 


3 commentaires:

  1. Comme c'est vrai...J'ai reçu ce genre d'éducation, je l'ai transmise à mes enfants. Cette souffrance de me frapper, je la ressentais chez ma mère; cette humiliation d'être frappée faisait naître en moi de la colère et de la culpabilité; je pensais mériter ce châtiment, et même la mort: si elle me frappait, c'est que j'étais mauvaise!

    Je perdais tout pouvoir,toute estime, et plus tard je pensais que sans pouvoir je ne pouvais rien faire d'autre que frapper à mon tour pour me faire entendre; il s'agit bien d'humiliation, et non d'humilité dans ce cas.

    Mais il est vrai que sortir de cette torpeur, de cet engrenage, permet de pardonner...je sens très fort aujourd'hui que toute violence cache une extrême souffrance, et je me sens plus à l'aise avec mon passé...

    RépondreSupprimer
  2. Les thèses des psys sont surtout utiles à nos prises de conscience. Elles ne devraient jamais se substituer à nos propres observations et réflexions et pas non plus être appliquées comme des règles valables en toutes circonstances. Aujourdhui, cela est admis pour la psychanalyse. Mais cela n’empêche pas que pas mal d’enfants se trouvent actuellement livrés à des experts en psychologie enfantine sortant d’une autre école et qui, loin de résoudre des problèmes familiaux, les aggravent par l’application schématique de nouvelles règles. Parfois, ils arrivent même à créer ces problèmes de toutes pièces, agissant de manière aussi suggestive sur l’enfant que jadis le psychanalyste sur l’adulte.
    Évidemment, prendre Hitler et Staline comme exemples pour soutenir sa thèse est habile pour la rendre indiscutable. On en pleurerait. Hitler et Staline, des bambins innocents, que sont-ils devenus par la faute de leurs méchants parents et grands-parents ? La question se pose seulement qui était le premier coupable, puisque tous naissent innocents. Autre question : la grand-mère de Hitler était-elle vraiment la pire de toutes les filles-mères de son époque pour conduire ensuite au monstre que l’on sait ? Que sont devenus les descendants de toutes les autres ? Ou lisez un contemporain de Staline, Maxime Gorki. Dans son autobiographie "Mes Universités", il décrit la vie familiale dans la Russie prérévolutionnaire. Les sévices contre les enfants et les soûleries de leurs pères y jouaient un rôle déterminant et étaient aussi bien réglés que le bain de vapeur du samedi. Mais de tout cela n’a résulté qu’un seul Staline. Gorki, lui, s’est apparemment ressaisi tout seul et a pris un autre chemin.
    Plus près de nous et en moins dramatique, je peux vous parler d’une vieille dame qui raconte avec un certain amusement comment elle avait été élevée à coups de claques et de fessées, comme la plupart des enfants de son époque. Quand elle était plus grande, elle courait à travers la maison dans le vain espoir d’échapper à la punition. Jusqu’au jour où elle avait trouvé ça trop bête. Elle s’était arrêtée net, faisant face à sa mère, et presque aussi grande qu’elle, elle lui avait tendu sa joue, disant : « vas-y ! frappe ! » Eh bien, la mère s’était arrêtée aussi net et ne l’a pas frappée. C’était fini des claques à tout jamais. Une génération plus tard, il n’en était plus question, évidemment. Quoique. Il y a quand même eu quelques gifles « en dernière instance » pour les filles, et une fessée dont le dernier-né, aujourdhui adulte depuis longtemps, parle encore presque fièrement comme étant bien méritée !

    RépondreSupprimer
  3. je suis d'accord aussi...Chacun réagit à sa façon, avec sa sensibilité, c'est pourquoi il n'y a eu qu'un Staline et un Hitler...A partir de quand bascule t'on dans la folie?

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.