Bistro Bar Blog

mardi 7 mai 2013

L'arnaque du pétrole (3ème partie)

Je réalise que je n'ai pas mis le lien vers le blog d'où je tire ces informations. C'est ICI.



Certains gouvernements le savent : géopolitique du pétrole


Comme dit dans le précédent message, certains gouvernements savent également de quoi il retourne pour le pétrole abiotique.

Ces gouvernements, ce sont ceux des pays anglo-saxons. Ce sont les compagnies pétrolières des USA et de Grande-Bretagne, qui, au début du XXème siècle ont raflé le marché du pétrole, aussi bien au niveau de la production que de la distribution. Et aujourd'hui, la situation, quoiqu'un peu remise en cause au moyen-orient durant les années 70/80, est pratiquement toujours la même. La France a réussi à avoir quelques miettes (mais, en étant obligés d'accepter un certain contrôle de la part des compagnies US et GB, voire un contrôle certain). Et la Russie a ses propres compagnies. Mais, elles n'ont accès qu'à des marchés de niche en dehors de Russie. Le commerce international et la production restent essentiellement dans les mains des compagnies pétrolière US et britanniques.

Or, évidemment, les gouvernements US et britanniques contrôlent en partie ces sociétés. Elles travaillent donc main dans la main avec elles. Donc, ces deux gouvernements contrôlent le marché du pétrole. Et il est sûr que les gouvernants de ces pays sont eux aussi au courant que le pétrole est d'origine abiotique et qu'il y en a partout.

Le fait de contrôler le marché du pétrole leur permet diverses choses :

1) Les flux financiers non contrôlés gigantesques du pétrole leur permettent, en ponctionnant une partie des profits que font les compagnies pétrolières, et avec l'aide des services secrets et de l'armée, d'acheter des politiciens dans des pays étrangers et les placer au plus haut niveau de l'état, d'en compromettre d'autres pour les neutraliser ou les éliminer médiatiquement, de financer des black ops, psy ops, corruption, d'acheter les médias pour manipuler l'opinion etc... Si un pays s'avise de ne pas filer doux, on peut monter une opération secrète violente, ou une opération psychologique pour faire pression sur le pays en question. Bien sur, même sans le pétrole, il y aurait des opérations pour contrôler ces régions. Mais ça aide fortement. En quelque sorte, les pays producteurs payent pour leur asservissement et celui de certains pays consommateurs.

Le pétrole est donc un des moyens (forces armées, contrôle politique, contrôle de l'information, etc...), utilisé par les pays anglo-saxons d'obtenir le contrôle économique et politique de nombreuses régions du monde et donc, d'être incontournables. Le fait d'être étroitement liés à l'économie des pays producteurs, leur permet un meilleur contrôle de ceux-ci. L'effet conjoint du contrôle économique, politique et militaire crée des synergies entraînant un pouvoir énorme.


Le contrôle de la production du pétrole permet en lui-même un contrôle. On l'a vu avec le président Chavez (Venezuela) [L'article date de 2005]. Pour le faire tomber, on a utilisé certains moyens, dont la technique du sabotage pétrolier (ce qui est la source principale de revenus de l’État, autrement dit, tentative d'asphyxie de l’État de façon à qu'il ne puisse plus payer les salaires ni les projets sociaux).

En pratique, la quasi-totalité de l'Amérique du sud, à l'exception du Venezuela actuellement, est contrôlée par les USA, une grosse partie du Moyen-Orient aussi (avec la GB) et une partie de l'Afrique. Autrement dit, les autres pays développés sont obligés de fortement composer avec les USA s'ils veulent avoir accès à une part du gâteau ou ne pas avoir de problème d'approvisionnement.

L'OPEP, créé en 1960, et ayant gagné en force à partir du début des années 70, représente aussi une puissance certaine. Mais les USA et la GB ont régulièrement manœuvré pour limiter le plus possible son pouvoir.

Le contrôle de ces zones permet également aux USA d'écouler préférentiellement leurs produits manufacturés ainsi que leurs produits culturels. Ce qui renforce leur économie, leur influence, et donc, leur pouvoir.


2) Les anglo-saxons peuvent également justifier d'interventions militaires grâce au pétrole. Ils peuvent prétexter la sécurisation de leur approvisionnement pour mener des opérations qui ne sont que des opérations de maintien de leur pouvoir. En effet, vu qu'ils savent très bien que le pétrole est présent en quantité énormes et qu'ils pourraient tout à fait être autonomes s'ils le voulaient, ce genre de raison pour intervenir est clairement une fausse raison. La vraie raison, c'est la volonté de garder le contrôle.


3) Le contrôle du pétrole, est également un excellent outil de contrôle et d'influence politique sur les pays consommateurs. Ça permet aux pays anglo-saxons de menacer les pays purement consommateurs de leur couper l'approvisionnement en pétrole. Tout pays qui serait susceptible de se rebeller contre ce pouvoir pourrait connaître de gros problèmes (exemple : Cuba, Corée du Nord. Bien sur, ce sont des pays communistes, ce qui n'aide pas la productivité. Mais, le fait de ne plus avoir accès au pétrole et à plein de produits manufacturés n'aide clairement pas au développement).

Se rebeller, ça veut dire par exemple vouloir remettre en cause le statu quo sur la répartition du pouvoir économique et politique sur la planète. Si les français, par exemple, s'avisaient de venir chasser sur les terres économiques anglo-saxonnes, ils pourraient connaître des problèmes.


4) Pour les USA, ça permet de faire payer les pays consommateurs en dollars. Ce qui constitue une rente fantastique. Cela leur permet d'être encore plus puissants.

5) Le fait d'avoir l'expertise du pétrole entièrement entre leurs mains leur permet de propager l'idée que le pétrole est présent en quantités limitées sur terre.

6) Le fait de contrôler certains pays producteurs qui sont assez faibles militairement et économiquement, leur permet d'imposer des conditions iniques de partage de la rente et de la détourner essentiellement à leur profit.


Si le pétrole est trouvable partout en énormes quantités, hé bien, certaines nations qui étaient dépendantes des apports extérieurs de pétrole et qui pouvaient donc subir des pressions par ce biais, pourraient devenir beaucoup plus indépendantes ; comme la Chine par exemple.

De plus, les nations pouvant dès lors produire elles-mêmes leur pétrole, plus besoin des compagnies anglo-saxonnes. Et alors, toute une partie de la rente du pétrole ne revient plus aux pays anglo-saxons, mais aux pays producteurs/consommateurs. Et les profits cachés permettant de financer des opérations de déstabilisation de certains pays disparaissent (évidemment, il y aura toujours de l'argent pour ce genre d'opération, mais quand même, c'est un apport très important qui disparaît).

De même, les guerres pour garder le contrôle de certaines zones du globe ne peuvent plus être justifiées par l'idée qu'il y a nécessité de garder le contrôle de l'approvisionnement du pétrole. Cela devient des guerres d'agressions pure et simples, et des guerres coloniales.

Enfin, si tout le monde se met à produire du pétrole, les pétro-dollars ne vaudront plus rien, vu que s'il n'y a plus d'échange de pétrole entre nations, il n'y aura plus de paiements en dollars de ce pétrole. Surtout que même s'il y avait échange, il y aurait tellement de producteurs que les USA ne pourraient pas faire la loi partout. Et donc, les pays pourraient choisir de libeller leurs échanges en euros ou dans d'autres monnaies. Alors qu'ils ont actuellement les pays du golf persique et un certain nombre d'Amérique du sud à leur main et que les autres petits pays producteurs savent qu'il vaut mieux pour eux libeller leurs échanges en dollars, sous peine d'avoir des "problèmes".

Enfin, impossible de révéler que le pétrole est abiotique et présent en quantités énormes. Parce qu'alors, les gens demanderaient des comptes à leur gouvernement. Des têtes seraient exigées. Et la confiance dans le gouvernement serait ruinée.

Bref, comme pour les compagnies pétrolières, il est hors de question pour les gouvernements anglo-saxons que le monde apprenne qu'il y a du pétrole en quantité énormes un peu partout sur terre.

Autre élément allant dans le sens de la théorie du pétrole abiotique


On touve fréquemment du nickel, du vanadium, du plomb, de l'arsenic, du cadmium, du mercure et d'autres métaux dans le pétrole.

Examinons le cas du vanadium. Le pétrole contient en moyenne un peu plus 100 ppm de vanadium. Mais c'est assez variable. Certains pétroles lourds en contiennent jusqu'à 400 ppm (0,04 %). C'est le pétrole du Venezuela qui en contient le plus : plus de 1000 ppm de Vanadium (supérieur à 0,1 %).

Dans les plantes, les concentrations de vanadium sont très très inférieures à ces taux. Par exemple, les légumes n'ont que 40 µg/kg de vanadium, soit 0,000004 %, les fruits 23 µg/kg, soit moins de la moitié des légumes. Donc, il y a 2.500 fois moins de vanadium dans les légumes que dans le pétrole (et 10.000 fois moins que dans certains pétroles lourds). On peut penser que c'est du même ordre de grandeur en ce qui concerne les arbres.

Donc, il est clair, une fois encore, que le pétrole ne peut pas venir des plantes, vues les concentrations ridicules de celles-ci en vanadium par rapport à la concentration moyenne dans le pétrole.

Dans le sol (je parle ici de la terre proche de la surface, quelques dizaines de mètres), on a dans les 0,01 % de vanadium en moyenne (100 ppm). Aux USA, c'est compris entre 0,0007 % (7 ppm) et 0,05 % (500 ppm) (moyenne 0,006 %). Donc, pour qu'il y ait de telles concentrations de vanadium dans le pétrole, il aurait fallu que les plantes ayant formé le pétrole aient carrément pompé tout le vanadium du sol (alors que comme on a pu le voir plus haut, elles en pompent seulement 1/2.500ème). Et pour certains pétroles, plus que le vanadium présent dans le sol. C'est impossible. Donc, le pétrole en question ne peut venir des plantes.

Est-ce que ça pourrait résulter d'une contamination par l'eau des plantes déjà enfouies ? Impossible, l'eau et le pétrole ne se mélangent pas (et le charbon le plus pur n'en contient quasiment pas). De toute manière, l'eau ne contient que très peu de vanadium. L'essentiel de l'eau qu'on peut trouver sur terre contient à sa surface moins de 3 µg de vanadium/litre (Hamada, 1998). C'est à dire que ça en contient 100.000 fois moins que les pétroles lourds (ceux à 400 ppm).

Et ça ne peut pas venir d'une contamination par la terre, vu que le pétrole ou le charbon ne se mélangent pas avec la terre alentours.

Vu que le charbon est aussi d'origine abiotique, il doit contenir des proportions de vanadium assez similaires à celles du pétrole. Et bien sûr, c'est le cas. Dans le charbon, on trouve du Vanadium à des concentrations comprises entre 0,0014 % (14 ppm) et 0,0056 % (56 ppm), soit environs 1000 fois plus que dans les légumes.

C'est 3 fois moins que dans le pétrole en moyenne. Mais, il faut voir que ça comprend tous les charbons. Or, il y a des charbons qui contiennent beaucoup d'eau (dans les 40 %), ce qui fait diminuer la concentration moyenne. Et la tourbe est considérée comme du charbon alors qu'en réalité, si on réfléchit un peu à ce que c'est, ça n'en est pas ; ce qui fait encore tomber la concentration moyenne. Sans ça, la concentration approcherait probablement les 100 ppm, comme dans le pétrole.


2 commentaires:

  1. On a tellement utilisé et brûlé du pétrole depuis la "révolution industrielle" depuis le 18 ou 19ème siècle et pollué l'air, l'espace aérien...qu'on en trouve dans l'eau de pluie :-( .

    RépondreSupprimer
  2. Peut-être une preuve de pétrole abiotique, qu'ils déguisent avec leur utilisation des gaz de schiste http://lexpansion.lexpress.fr/economie/l-offre-de-petrole-americain-va-creer-un-choc-sur-le-marche-mondial_384671.html . Je n'ai pas de véhicule, mais si l'offre est supérieure à la demande, alors les coûts et prix de très nombreux produits dépendants du pétrole devraient en théorie baisser :-p .

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.