Bistro Bar Blog

dimanche 26 mai 2013

En route vers Europe


En 2022 : L'Agence Spatiale Européenne (ASE) programme une mission vers la lune de Jupiter, Europe, en vue d'une recherche de vie mais cette lune recèle de nombreux dangers




25 mai 2013 – Espace – Le nouveau film, Europa Report (pas encore sorti en France, voir bande-annonce ci-dessous), offre une vision irrésistible d'une future mission spatiale habitée d'exploration de la lune glacée de Jupiter, Europe, comme prélude à une colonisation par l'homme. Les vues du film sont étonnamment détaillées et les méthodes utilisées par l'équipe pour explorer la lune et sa surface glacée semblent tout droit sorties des concepts de la NASA et d'autres agences spatiales d'exploration. Europe a longtemps été une cible tentante pour les scientifiques parce que son épaisse couche de glace semble cacher un vaste océan d'eau sous forme liquide. Des interactions entre cet océan et le cœur chaud d'Europe soumis à des marées pourraient servir potentiellement comme source d'énergie pour une vie primitive, si elle existe bien sur la lune de Jupiter. L'ASE programme de lancer vers Europe une mission grandeur réelle en 2022 pour l'explorer et explorer également d'autres lunes de Jupiter dans le cadre de la mission d'exploration de Jupiter, surnommée JUICE (en anglais, le "jus', Jupiter Icy en anglais). La NASA fournira l'instrumentation radar du vaisseau pour le projet JUICE en vue d'observations sous la surface d'Europe, mais la mission sera accomplie uniquement par des robots – pas d'astronaute à bord. Il semble donc que ce soient les voyageurs du film Europa Report qui ressembleront le plus à l'humanité envoyée en mission vers Jupiter dans les années qui viennent. Espérons que la suite sera un peu meilleure (allusion à la chute du film, je pense).


Radiations mortelles venant de Jupiter : On pense qu'Europe possède un océan d'eau liquide sous son enveloppe de glace. L'accès à cet océan liquide est une difficulté majeure, mais l'abondance d'eau sur Europe présente un bénéfice pour toute idée de colonisation. Non seulement l'eau peut assurer les besoins en eau des colons, elle peut aussi être décomposée pour fournir un oxygène respirable. On pense aussi que de l'oxygène s'est accumulé à la surface à partir de la radiolyse de la glace en se rassemblant juste sous la surface de l'océan et qu'il peut se révéler suffire à une vie marine basée sur l'oxygène. La colonisation d'Europe présente de nombreuses difficultés. 

Il existe toutefois quelques difficultés quant à la colonisation d'Europe ; un des plus importants problèmes est le haut niveau de radiation provenant de la ceinture de radiation de Jupiter (qui est approximativement 10 fois plus puissante que la ceinture de Van Allen sur Terre). Un être humain ne pourrait pas survivre longtemps près de la surface sans une importante protection anti-radiation.

Un autre problème est que la surface d'Europe reste inférieure à -170°C. Les colons devront descendre et remonter à la surface rapidement (quand Europe passe à travers la magnétosphère de Jupiter), et rester dans leurs habitats sous la surface pendant le passage dans la magnétosphère. Cependant, le fait que de l'eau sous forme liquide existerait sous la surface glacée d'Europe, ainsi que le fait que les colons passeraient la plupart du temps sous la couche de glace pour se protéger des radiations, peut réguler quelque peu les problèmes associés à de basses températures de surface. La faible gravité d'Europe peut aussi présenter des défis aux efforts de colonisation. Les effets d'une faible gravité sur la santé humaine sont toujours un domaine actif d'étude, mais peut inclure des symptômes comme une perte de densité osseuse, de densité musculaire et un affaiblissement du système immunitaire. 
 
Les astronautes en orbite terrestre sont restés sous faible gravité pendant au moins un an de suite. Les contremesures efficaces des effets négatifs de la faible gravité sont bien recensés, particulièrement un régime draconien d'exercices physiques quotidiens. La variation des effets négatifs de faible gravité dans le fonctionnement à différents niveaux de gravité n'est pas connue, car toutes les recherches en ce domaine sont réservées pour des humains en gravité zéro. Idem pour les effets potentiels de la faible gravité sur le développement du fœtus et des bébés. On a émis l'hypothèse que des enfants nés et élevés sous faible gravité ne seraient pas bien adaptés à une vie sous forte gravité comme sur Terre. On spécule aussi la possibilité d'organismes étrangers sur Europe dans l'eau présente sous la couche de glace. Si c'est exact, les colons humains auraient à faire face à des microbes dangereux ou à des formes agressives de vie. Des études plus récentes ont indiqué que l'action des radiations solaires à la surface d'Europe pourraient produire de l'oxygène, qui descendrait sous la surface de l'océan. Si ce processus se produit, la sous-surface océanique d'Europe pourrait contenir autant ou plus d'oxygène que la Terre, pouvant abriter de ce fait une forme de vie plus complexe.

Bande-annonce du film :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.