Bistro Bar Blog

vendredi 24 mai 2013

Ellie, la robot psychologue


Je vous présente votre prochaine DRH... :-)  Quel est le but réel dans l'avenir de robots comme Ellie ?

Si votre psy est un robot, comment lui répondrez-vous ?


20 mai 2013

Ellie, à droite, est un ordinateur de simulation conçu pour engager des gens, comme la femme à gauche, à converser sérieusement et prendre des données. Le système informatique recherche des modèles subtils du langage corporel et des inflexions de voix qui pourraient donner des indices d'une dépression sous-jacente ou d'une autre détresse émotionnelle.


Elle a des cheveux bruns attachés en queue de cheval. Elle porte un maillot bleu, une veste beige et une délicate chaîne dorée. C'est sa première rencontre avec l'homme assis en face d'elle et elle l'observe, le regard attentif.

"Alors comment allez-vous aujourd'hui ?" demande-t-elle avec attention, essayant de se faire une idée.
"Je vais bien", répond-il. Il cligne des yeux.
"Très bien", poursuit-elle. "D'où êtes-vous originaire ?"
"Je suis de Los Angeles", lui dit-il et cela la fait légèrement sourire.
"Oh !" dit-elle avec de la surprise dans sa voix. "Je suis moi-même de L.A. !"

Elle est de L.A. Elle a été créée à Los Angeles et "passe sa vie" là-bas sur un écran d'ordinateur dans un laboratoire de l'université de Californie du sud. Ce n'est pas une femme réelle, mais virtuelle, créée pour parler aux gens qui ont des difficultés émotionnelles et faire des mesures d'une manière impossible aux humains. Ses concepteurs pensent que sa capacité à le faire va finalement révolutionner la manière dont les traitements de santé mentale sont pratiqués dans ce pays. Son nom est Ellie.



Beaucoup de puissance dans un "mmh-mmh" bien synchronisé


Le projet qui a abouti à Ellie a débuté il y a presque deux ans. Deux scientifiques sont en particulier responsables de son existence : un psychologue et un technicien informatique.

Albert Rizzo et Louis-Philippe Morency (canadien français, N.d.T.) ont passé des mois de labeur (10 ans) sur chaque élément de présentation et d'interaction d'Ellie avec les patients, pratiquant des expériences avec un éventail de personnalités, de costumes et de maniérisme de voix différents.

"Tout a été pensé", dit Morency. Par exemple, quand les patients parlent, Ellie les encourage à continuer avec un "mmh-mmh" bien placé, comme le font exactement de vraies personnes.

"Nous avons enregistré plus de 200 de ces mmh-mmh", dit Morency, "et "ils ont beaucoup de pouvoir. Parce que un simple mmh-mmh et un silence – s'ils interviennent de la bonne manière – peuvent être extrêmement puissants. Nous avons donc passé beaucoup de temps sur ces petits détails".

Mais la chose la plus importante au sujet d'Ellie n'est pas sa compétence à converser gentiment avec tous les gens amenés dans le laboratoire par les scientifiques. Sa vraie valeur, la raison pour laquelle elle a été fabriquée, est son habileté à faire des milliers de mesures sur ces gens et à les analyser.



Sous le large écran où on voit l'image d'Ellie assise, il y a trois appareillages. Une caméra vidéo traque les expressions faciales de la personne assise en face d'elle. Un capteur de mouvement – Microsoft Kinect – suit les gestes de la personne, s'ils ont la "bougeotte" et tous leurs autres mouvements. Un micro enregistre chaque inflexion et intonation de la voix. Le but, explique Rizzo, est d'analyser dans le plus microscopique détail la manière dont les gens parlent et bougent – de lire le langage de leur corps.

"Nous pouvons observer la position de la tête, le regard", dit Rizzo. La tête s'incline-t-elle ? Se penche-t-elle vers l'avant ? Est-elle statique ou fixe ?" En fait, Ellie traque et analyse environ 60 caractéristiques – les mouvements variés du corps et du visage et les différents aspects de la voix.

En théorie toutes les analyses détaillées de ces mouvements et les inflexions de la voix nous donnent un nouvel aperçu de la manière dont les gens se débattent avec leurs problèmes émotionnels. Le corps, le visage et la voix expriment des choses parfois inintelligibles par les mots.

"Vous savez, les gens sont un état constant de désirabilité sociale", dit Rizzo. "Il y a leur véritable apparence et celle qu'ils veulent projeter dans le monde. Et nous savons que le corps révèle des choses que les gens essaient parfois de ne pas montrer".

Alors, quand Ellie a la personne devant elle qui rumine pour savoir si elle est heureuse ou triste, les machines sous l'écran font des mesures, font l'inventaire du nombre de sourires et la durée de chacun, du nombre de fois où ils se touchent la tête.

Morency dit que les machines enregistrent 30 mesures par seconde, ou "environ 1800 mesures par minute". Littéralement chaque grimace, chaque pause et chaque bredouillage est capturé et analysé ensuite.

Ellie a été au départ commandée par le Département américain de la Défense. Après les déploiements en Irak et en Afghanistan, l'armée assistait à un flot de suicides et voulait trouver un moyen pour aider les thérapeutes de l'armée à le stopper. Les soldats n'aiment pas toujours confesser qu'ils ont des problèmes, mais peut-être que leurs corps diront ce que leurs mots ne peuvent faire.

Voilà pourquoi Ellie est programmée pour produire un compte-rendu après chaque séance – c'est une sorte de représentation visuelle des 60 mouvements différents qu'elle traque.

"Avec chaque indicateur", explique Morency, "nous montrons trois choses". D'abord, un rapport sur le comportement corporel de la personne qu'Ellie vient d'interroger, par le décompte du nombre de fois où elle sourit, par exemple et pendant combien de temps. Puis un rapport montrera dans quelle mesure les personnes déprimées sourient habituellement et enfin comment les gens en bonne santé mentale sourient typiquement. C'est essentiellement une visualisation du comportement d'une personne en comparant une population déprimée et non déprimée.

Si les comportements corporels d'une personne ressemblent à ceux de quelqu'un déprimé, un signal le détectera.

L'idée ici n'est pas qu'Ellie fasse de vrais diagnostics en remplaçant des thérapeutes entraînés. Elle n'est là que pour offrir un aperçu aux thérapeutes, dit Morency, en fournissant des données objectives.

"Prenez à un échantillon de sang", dit-il. "vous envoyez un échantillon de sang au laboratoire et vous avez les résultats. Ceux qui font le diagnostic sont bien cliniciens, mais ils se servent de ces mesures objectives pour faire un diagnostic."

Dans la réalité les gens sont compliqués


Maintenant, ce travail soulève manifestement toute sorte de questions, et même au niveau pratique, de vrais obstacles demeurent. Un psychologue de l'université de Pittsburgh étudie les relations entre les mouvements du corps et les émotions et dit que les signaux du visage, la voix et le corps sont incroyablement compliqués à interpréter.

"Les individus changent beaucoup dans leur manière de s'exprimer", explique Cohn. "Vous savez, si je suis quelqu'un de très expressif et que je souris fréquemment, même en devenant déprimé et en souriant moins, je peux toujours sourire plus que vous si vous êtes du style "fermé comme une huître", quelqu'un de peu émotif".

Cela veut dire, dit Cohn, que se servir d'Ellie de la manière dont sont utilisés des tests sanguins – comme preuve positive d'un diagnostic précis ou d'un autre – sera vraiment difficile.

"Je suis frappé par le fait qu'il est peu probable qu'un visage ou une voix fournissent cette information avec beaucoup de certitude", dit-il.

Mais Skip Rizzo, le psychologue travaillant sur Ellie, pense sincèrement que ces technologies changeront finalement le domaine de la santé mentale. L'un des problèmes principaux avec les humains, dit-il, est qu'ils apportent leurs propres préjugés (subjectivité) dans tout ce qui croise leur vie et ces préjugés leur rendent souvent difficiles de voir ce qui se trouve directement en face d'eux.

"Vous pouvez faire une formation pour devenir thérapeute en soins de santé ou psychologue", dit-il, "et essayer de mettre ces choses de côté et d'être très objectif. Mais c'est un perpétuel défi. Cela sera toujours biaisé par l'expérience. Ce que des ordinateurs comme Ellie proposent, c'est la possibilité d'avoir une masse de données et de commencer à voir des modèles, et cela, je pense, dépasse de loin le cerveau du simple mortel".


Cet été, Ellie sera testée. Son programme sera de s'attabler avec des douzaines de vétérans d'Irak et d'Afghanistan.

Elle les questionnera sur leur vie, les encouragera à s'extérioriser.

Puis, en silence, Ellie mesurera leurs réponses.







(Note du commentaire sous la vidéo : les personnes interrogées par Ellie sont des acteurs)

Source


Traduit par le BBB.

3 commentaires:

  1. Pauvres vétérans, on aura vraiment testé beaucoup de choses sur eux.

    RépondreSupprimer
  2. "Quel est le but réel dans l'avenir de robots comme Ellie ?"

    Comme tout le reste (jeux vidéo, films violents avec gentils robots et méchants humains, "science", PMA et marché des gènes humains, avortement et marchandisation des foetus, clonage, destruction du mariage donc de la famille, donc de la cohésion humaine de l'individu, faux seins d'Angelina Jolie, suppression de la procréation naturelle, SUPPRESSION DE NOS EMOTIONS, DONC DE NOTRE POUVOIR...).

    Oui le but est transparent : introduire, en l'infiltrant à tous les niveaux, la dictature transhumaniste dirigée par la race supérieure, telle que décrite dans l'Agenda 21, le Projet Venus, Club de Rome, Club de Budapest, et autres variations du grand mouvement "vert" eugéniste qui défend... la planète.
    Ils prônent la gestion centralisée du monde et de toutes ses "ressources", y compris humaines, par un super ordinateur, bien plus démocratique que l'humain dont nous sommes à tout propos priés de retenir 1/ à quel point il manque d'objectivité, 2/ qu'il est le pire ennemi de la planète.

    Merci Hélios
    Brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Brigitte, on ne saurait mieux le dire. Vous avez certainement aussi remarqué qu'officiellement, notre Terre ne s'appelle déjà plus "Terre". Désormais, son appellation politiquement correcte, c'est: "LA PLANETE" . En attendant que les transhumains lui attribuent un matricule dans leur nouvel univers!

      Supprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.