Bistro Bar Blog

mercredi 8 mai 2013

Cobayes humains irradiés


Sans commentaire. Que sont devenus tous ces pauvres gens ?


Des êtres humains utilisés dans des expériences d'irradiation : un chapitre honteux de l'histoire des États-Unis


3 mai 2013

Exposé préalableCette année marque le 20ème anniversaire de la déclassification d'études top-secret, les "expériences d'irradiation sur des humains", réalisées sur une période de 30 ans, pendant laquelle les US ont mené des expériences d'irradiation sur au moins 20.000 citoyens américains vulnérables.


Les victimes comptaient des civils, des prisonniers, des ouvriers fédéraux, des patients hospitalisés, des femmes enceintes, des petits enfants, des enfants handicapés et du personnel militaire – la plupart d'entre eux faibles, pauvres, malades, âgés ou en phase terminale de maladie. L'exposé en 1999 d'Eileen Welsome, Les dossiers plutonium : Expériences médicales américaines secrètes pendant la Guerre Froide détaille "les horrifiants essais scientifiques qui ont réduit des milliers d'hommes, de femmes et même d'enfants à devenir d'anonymes échantillons humains".

Le programme employait des scientifiques de l'industrie et des universitaires qui se servaient de leurs malchanceux patients pour voir les effets immédiats et à court terme d'une contamination radioactive – en tout genre, depuis le plutonium jusqu'à l'arsenic radioactif. Les sujets humains étaient généralement empoisonnés sans être ni au courant ni consentants.

Un 17 avril de 1947, un mémo du Col OG Haywood du corps d'armée des ingénieurs, publié par le Washington Post le 16 décembre 1994, expliquait pourquoi les études étaient gardées secrètes : "Il est souhaitable qu'aucun document se référant aux expériences menées sur des humains ne soit publié, car il pourrait avoir des effets négatifs sur l'opinion publique ou entraîner des poursuites légales".



Dans une étude de l'université Vanderbilt, on fit manger à leur insu du fer radioactif à 829 femmes enceintes. Dans une autre, on fit boire à 188 enfants de la limonade bourrée de fer radioactif. Un rapport détaillé de 1986 par le sous-comité sur la conservation de l'énergie, indique qu'entre 1963 et 1971, 67 prisonniers de l'Orégon et 64 autres à Washington ont eu leurs testicules irradiés aux rayons X pour voir quelle dose les rendait stériles.

À l'école d'état de Fernald, des garçons retardés mentaux reçurent du fer et du calcium radioactifs mais les formulaires de consentement envoyés aux parents ne mentionnaient pas l'irradiation. Un article de 1994 du StarTribune de Minneapolis, " 48 autres expériences d'irradiation sur humains révélées", expliquait que des patients en psychiatrie et des petits enfants reçurent des injections d'iode radioactif.

Lors d'une rare confession publique, Hazel O'Leary du département de l'énergie sous l'administration Clinton, confessa avoir été horrifiée par la conduite des scientifiques. Elle confia à Newsweek en 1994 : "J'ai dit, 'qui étaient ces gens et pourquoi cela est-il arrivé ? La seule chose qui m'est venue à l'esprit, c'est que c'étaient des nazis allemands". Aucune victime n'eut de suivi médical.

Les scientifiques savaient depuis le début du 20ème siècle que les radiations pouvaient causer des lésions génétiques et cellulaires, la mort de cellules, la maladie des radiations et même la mort. Un Comité Consultatif présidentiel sur les Expériences d'Irradiation sur Humains fut institué en 1993 pour examiner les responsabilités des actes non-éthiques ou criminels des expérimentateurs. Ses résultats furent publiés par la presse de l'université d'Oxford en 1996 sous le nom de "Expériences d'irradiation sur des humains".

Des sévices de "thérapie" par rayons X furent également infligés pendant les années 40 et 50. Tout, depuis la teigne jusqu'aux angines était traité par des rayons X parce que les risques à long terme étaient non connus ou considérés comme tolérables. "Folie scientifique : Expérience avec l'énergie nucléaire", écrit en 2012 par Joseph Mangano révèle que des enfants étaient régulièrement exposés de manière alarmante à de fortes doses de radiations par des appareils comme des "fluoroscopes" pour mesurer la taille des pieds dans les magasins de chaussures. On pense aujourd'hui que les capsules nasales de radium insérées dans les narines, utilisées pour les pertes d'audition, génèrent des cancers, des problèmes thyroïdiens et dentaires, un dysfonctionnement de l'immunité, bien que des graphiques de l'institut national du cancer prétendent qu'il n'y a pas de lien évident entre l'exposition au radium nasal et le cancer.

Pendant des expériences à grande échelle en 1985, le département de l'énergie a produit délibérément des meltdown (fusions) de réacteurs qui ont disséminé des radiations à travers l'Idaho et au-delà. Le Washington Post a parlé du meltdown du 10 juillet 1985, citant un porte-paroles du département de l'énergie qui a dit, "Il semble que le test a été un succès total". L'Air Force a réalisé en 1959 au moins 8 meltdown délibérés dans le désert de l'Utah, dispersant 14 fois le taux de radiations libéré par le meltdown partiel de Three Mile Island de 1979 en Pennsylvanie, information rapportée par Associated Press en 1994.

Même l'armée a déversé des radiations à partir d'avions et les a répandues sur de larges zones dans le sens du vent vers Oak Ridge, Tennessee, Los Alamos, Nouveau-Mexique et Dugway, Utah. Ce "programme systématique d'irradiation par l'armée", réalisé entre 1944 et 1961, fut gardé secret pendant des décennies.

Des "bombes radioactives" lancées intentionnellement par des avions de l'US Air Force ont répandu des radiations "à des distances inconnues", mettant en danger aussi bien les jeunes que les vieux. C'est ce genre d'expérience qui a inondé l'Utah d'une dose de radiations 60 fois plus importante que celle qui s'est échappée par l'accident de Three Mile Island, selon un sénateur de l'Ohio, John Glenn, qui publia il y a 20 ans un article sur ce programme.

Les essais de bombes nucléaires terrestres du Pentagone de 1945 à 1962, plus de 200 au total, et les bombardements de Hiroshima et Nagasaki, ne font officiellement pas partie de la liste des expériences d'irradiation. Pourtant entre 250.000 et 500.000 personnels militaires furent contaminés durant leur participation obligatoire aux essais de bombes et pendant l'occupation du Japon d'après-guerre.

Des documents dévoilés par le Comité Consultatif montrent que l'armée savait qu'il y avait de sérieux risques de retombées radioactives par ses essais d'explosion de bombes sur le site d'essai du Nevada. Les généraux décidèrent de ne pas utiliser un site plus propice en Floride, à cause des retombées rejetées en mer. "Les officiels avaient déterminé que ce n'était probablement pas prudent, mais les essais ont quand même eu lieu comme prévu", a déclaré Pat Fitzgerald, scientifique de l'équipe du comité, au New York Times le 15 mars 1995.

De plus, le Dr Gioacchino Failla, scientifique de l'université de Columbia qui travaillait pour la Commission de l'Énergie Atomique, cité dans le même document de 1995, a dit, "Nous devions prendre des risques...nous étions face à une guerre où des armes atomiques seraient sans aucun doute utilisées et il nous fallait des informations sur ces choses".

Avec la conclusion en 1997 de l'Institut National du Cancer que tous les citoyens américains du temps des essais de bombes étaient contaminés par les retombées, il est clair que nous avons bien fait face à des armes atomiques – les nôtres.


Source


Traduit par le BBB.

20 commentaires:

  1. Alors qu'ils étaient des boulets pour la société, ils ont fait avancer la science.

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Ta """science""" nous re(n)cule

      Supprimer
  2. Wouai, mais ils méritaient tout de même le respect ! et les autres... au "programme d'irradiation prévu par l'armé" c'était des "boulets" ?
    no comment...!

    en hors sujet ici : mais inquiète que beaucoup ne le vois pas ! et en rapport avec ARTICLE A LIRE ET A DIFFUSER d'hier ! (concernant les graines !)

    Lien important GRATUIT pour échanger des graines....de tout !

    www.graines et plantes.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le gouvernement des états unis leur a exprimé le plus grand respect, puisqu'il les a choisi pour une noble cause d'intérêt générale.
      Quand aux fonctionnaires des armées us, ils n'avaient qu'a choisir un autre job plus humain ! Ils étaient candidat pour aller buter des soi-disant terroristes, pas de bol c'est eux qui se font fait butter ! Juste retour des choses!
      En France on a pas fait mieux ! Des militaires étaient aux première loge des essais nucléaire.............suit mon regard ...!
      Vulcain

      Supprimer
  3. Bé que de stupidité et ressentiments vous animent...! Vois donc ; Vulcain était fils de Jupiter et de Junon, ou, selon quelques mythologues, de Junon seule, avec le secours du vent. Honteuse d'avoir mis au monde un fils si difforme, la déesse le précipita dans la mer, afin qu'il restât éternellement caché dans les abîmes.... vous n'auriez pas du en sortir pour dire ce que inscrit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Question à une mère indigne !
      Prête à dépouiller TSOY vivant pour le déguster en civet !! On fait mieux !!
      Ah merveilleux bijoux !
      Il y a des antécédents !Pauvre femelle.

      Un jour, Junon se promenait sur Terre, et elle rencontra les deux nourrices de Vulcain. Les voyant parées des plus merveilleux bijoux, elle leur demanda d'où ils venaient. On lui répondit que c'était l'enfant qu'elles avaient recueilli qui les fabriquait. Junon alla le voir, et, reconnaissant la difformité qui l'avait dégoûtée à sa naissance, se fit tout sucre et miel avec son fils afin d'obtenir des bijoux encore plus beaux que ceux qu'elle avait déjà vus dans la forge. Vulcain, conservant au fond de son cœur du ressentiment contre sa mère, à cause de cette injure, fit une chaise d'or.

      Supprimer
    2. M'enfin, pour le moment TSOÏ est vivant ! je continue à l'engraisser... il ne fait que 6 kg 200...vu les temps difficiles qui vont arriver...plus il sera gros, plus j'aurai de viande... c'est bien ça hein ?
      Faudra que Vulcain soit encore là, pour la cuisson !

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
    4. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
    5. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
  4. Les commentaires ont été supprimés par la LDDDC (ligue de défense des chats) ! Et les autres, dans la même lignée seront supprimés aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même l'humour est censurée !
      Triste société
      PS j'avais pourtant bien rit

      Supprimer
    2. La LDDDDAH (ligue de défense des droits à l'humour ) s'insurge totalement contre cette censure bestiale et inhumaine.
      Une plainte est déposée auprès de la commission Européenne de la défense de l'humour à Bruxelles.
      Son Président

      Supprimer
    3. Des armes à uranium appauvri ont été utilisées très récemment au Moyen Orient, si le "président" de la LDDDDAH voulait bien avoir une pensée pour les victimes actuelles et à venir(les bébés malformés suite à la contamination de leur mère).

      Supprimer
    4. Merci Hélios de m'avoir évité de me mettre en colère...! vive la censure des débiles commentaires ! non, m'enfin !

      Supprimer
    5. A Chantalouette

      Voilà j'ai eu une pensée pour eux !
      J'espère qu'ils apprécieront hautement !
      Veuillez noter chère amie que le "président" de la LDDDDAH
      fait dans l'humour, mais pas dans la bondieuserie, ni dans la fumisterie

      Supprimer
  5. Danysis

    Un blogueur t'avais traduit de l'Alsacien une superbe recette, hélas un administrateur irascible a joué du ciseau.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour,

    Merci a tousss,

    http://www.spiegel.de/wissenschaft/medizin/west-pharmakonzerne-betrieben-menschenversuche-in-der-ddr-a-899306.html


    A bientôt, Léa.

    RépondreSupprimer
  7. http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/05/12/50-000-cobayes-en-ex-rda-pour-des-groupes-pharmaceutiques-occidentaux_3175832_3214.html

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.