Bistro Bar Blog

mardi 9 avril 2013

Un potager en carrés, pourquoi pas (3 et 4/4)

Démarrer un potager en carrés 3/4

Il suffit d'un petit coin de jardin pour cultiver quelques légumes. Avec le potager en carrés, vous pouvez vous faire plaisir rapidement et simplement, sans vous lancer dans le grand jardinage! Voici les grands principes...

Quels légumes semer ou planter ?

potager en carrés : vue
Ce que vous voulez ! Il est évident que cette façon de cultiver, malgré d'excellents rendements, n'est pas adapté à une culture de masse. Si vous avez un famille nombreuse, et que vous souhaitez assurer toute votre production de tomates ou de pommes de terre, optez pour des rangs plus conventionnels.
L'intérêt est dans la variété procurée, et dans la cohabitation joyeuse de nombreuses espèces et variétés de légumes ou de plantes aromatiques.
Assurez-vous quand même que vos légumes sont bons voisins, en respectant les principes des associations, qui s'appuient sur le mélange des familles botaniques et sur ceux des rotations, avec les types de légumes :

Légumes feuilles

Légume fruit

  • Aubergine
  • Poivron
  • Tomate
  • ...

Légume graine

  • Fève
  • Haricot
  • Petit-pois

Légume racine

  • Betterave
  • Carotte
  • Navet
  • Radis

Légume bulbe

  • Ail
  • oignon
  • ...

Exemple de carré à la mi-mai

Voici à titre d'illustration une répartition possible de carré à la mi-mai.
Plan de potager en carrés à mi-mai. Cliquez pour zoomer


Démarrer un potager en carrés 4/4

La densité : un facteur clef

Un potager en carré avec des fleursDans un espace aussi restreint, il faut savoir gérer au mieux les besoins de chaque plante. Outre qu'il ne faudra pas négliger l'arrosage (même si, vous l'avez compris, la faible surface rend l'opération à la fois rapide et économique), il faut nécessairement contrôler les quantités de chaque variété installée sur un carré de 30x30 cm (ou 40x40 pour la méthode française).
Vous répartirez donc régulièrement vos plants ou semis (4 rangées de 4 graines pour faire 16, ou bien 5 plants disposés comme les points sur la face d'un cube...)

1 plant

Aubergine, choux (brocoli, pommé), concombre, courgette, melon, poirée, poivron, tomate.

3 à 4 plants

Chicorée, maïs doux, pois mangetout.

5 plants

Ail, betterave, cèleri-branche, épinard, haricot, laitue, navet.

9 plants

Carotte, cerfeuil, échalote, oignon, persil, poireau.

16 plants

Radis, roquette

25 plants

Cresson, mâche

Des fleurs dans mon carré

On n'hésite pas aujourd'hui à mélanger fleurs et légumes au potager, pour l'esthétique, mais également pour les synergies qui se mettent en place (ainsi, la protection des tomates par les oeillets d'Inde, ou bien le "piège à pucerons" que constitue un simple pied de capucine).
Les fleurs participeront également à la rotation des cultures, et attirent les insectes pollinisateurs : un bon point.
Veillez juste à ne pas planter de fleurs trop encombrantes, qui priveraient les légumes de soleil, en optant par exemple pour des variétés naines. Et bien sûr, les variétés retombantes améliorent le coup d'oeil en masquant une partie des planches.

Rotation des cultures

La rotation des légumes est au coeur du succès de cette méthode; elle évite l'épuisement de la terre des carrés par des légumes ayant les mêmes besoins nutritifs.
» En savoir plus : la rotation des cultures au potager

Source

13 commentaires:

  1. Merci de préciser que cette méthode de culture ne vise pas la production massive de tel ou tel légume, mais plutôt la variété adaptée à des besoins familiaux. Ainsi, il est effectivement possible d'avoir tout ce qu'il faut en la matière, et ceci tout au long de l'année.

    En ce qui concerne votre croquis "exemple de carré à la mi-mai", il ne me parait pas réaliste, à moins de viser la production de légumes miniature sur un balcon ou de voir dépérir une culture sur deux par manque de place. Un carré de seulement 30 cm de côté est bien petit !

    J'y vois en haut à gauche: "cornichons", au pluriel. Mon expérience m'a apprise que chaque pied de cornichon à besoin d'au moins 4 fois plus de surface. Sa culture ne convient donc pas pour ces petits carrés. Pareil pour "tomates", au pluriel, dans le carré en haut à droite du croquis. Un seul pied de tomates y serait déjà trop à l'étroit!

    A des degrés divers, mes remarques valent aussi pour les autres légumes du croquis. Mais je tiens à la faire pour éviter des déconvenues inutiles pour ceux qui veulent se lancer dan ce mode de culture aux multiples avantages, surtout dans le cadre familial.

    RépondreSupprimer
  2. non il n'y a pas besoin de plus de place pour planter dans ce type de carré la rotation des plantes et l'apport regulier de terre riche compences le manque de surface de plus un paillage bien choisi permetra un arrosage moindre et un apport de nutriment ainsi qu'une protection contre les plantes parasite un melange de copeaux de bois blancs et de residus de vegetation broyée et sechée est par experience parfait(je hache certaines herbes tendres dans le bol de mon robot de cuisine les faits secher puis les melanges a de la litierre de copeaux pour lapin )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ gevaudan

      Votre contribution prouve qu’il faut vraiment procéder cas par cas. Je ne voudrais vraiment pas me lancer dans une bataille de chiffres ! Pourquoi donc ne pas commencer en s’aidant des schémas indiqués ? Ensuite, chacun verra, en fonction du climat de sa région, de sa terre et aussi de la réponse donnée par la nature.

      Sans me laisser impressionner par les concours du plus gros potiron ou du plus énorme chou, dont on ne sait pas comment ils ont été cultivés, je ne peux que témoigner que de ce que, personnellement, je vis ici, en région centre, dans un jardin cultivé en bio depuis 35 ans. Et là, je couvre avec 2 pieds de cornichons (que je laisse devenir des concombres) une plate-bande traditionnelle de 120cm 400cm, ce qui donne déjà une production qui dépasse nos besoins actuels. Pareil pour les tomates que je dois planter très espacées. Mais les légumes-racines (carottes notamment) et les légumes-feuilles (différents choux d’hiver, bettes, poireaux) deviennent également très volumineux. Le seul bémol sont les oignons et autres aulx qui ne se sont jamais plu parmi tous ces légumes qui font les malins…

      Dans ce jardin, j’ai donc aussi démarré quelques cultures en carré (protégés par moments). Depuis cinq ans, j’expérimente ses avantages, à commencer par les bienfaits pour mon vieux dos et l’ensemble de mes articulations. J’y produis du plant (toutes sortes de fleurs et de légumes) et des légumes hâtifs ou hors saison. Mais là aussi, tout prend beaucoup plus de place que sur l’exemple donné !

      Je n’y suis pour rien ! Ou si, quand même ? Car nous avons toujours pour commensaux au moins un lapin et deux poules qui mangent les surplus de toute provenance : légumes, « mauvaises herbes », insectes, jeunes pousses de la haie de charmes, etc. C’est peut-être leur contribution au compost qui fait la différence ?

      Voilà, je suis la première dire qu’il faut savoir relativiser les choses. Et je serais heureuse d’avoir été utile aux personnes qui vivent dans des conditions proches des miennes !

      Supprimer
    2. Merci Hortense. Je vais suivre les conseils de l'article et tes suggestions et on verra, selon aussi ce que donnera la saison.

      Supprimer
    3. @ Hélios

      Il faut réaliser ces carrés avec des planches beaucoup plus haute, afin de laisser un espace suffisant en hauteur pour permettre aux plantes de pousser (en hauteur) et de pouvoir les protéger par un chassis métal/verre et d'un paillon pour les gels style lune rousse ou hiver en dessous de 0°
      Pépé

      Supprimer
    4. Voilà, Pépé s'y connaît. Il y a toujours intérêt à ce que l'installation ne soit pas trop basse. Faute de planches plut hautes, vous pouvez toutefois assurer la couverture par des arceaux et des bâches en plastique transparent. Pas extra comme solution, mais je suis aussi passée par là!
      Bonne soirée!

      Supprimer
  3. hortense pour les cornichons bien sur il en existe de nombreuses varietés comme pour tous les legumes et il est bien evident que le choix doit se faire en fonction du besoin du lieu geographique et de la place et pour les grimpants bien sur de la taille ,pour info castorama vend des carré tout prets a 60€ pour des arceaux pas trops chers j'ai recuperer des gaines electriques grises que je recouvre avec du voile d'hivernage et du plastique de serre pas chere efficace et pratique facile a ranger
    bonne nuit et une bonne saison de jardinage a tous méme si c'est mal parti

    RépondreSupprimer
  4. je suis d'accord mais on peut aussi conduire les cornichons en hauteur ou les faire courir en dehors du carré sur la pelouse

    xavier

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour collègues jardiniers,

    Ayant un potager en ligne depuis un an, j'ai fait l'acquisition d'une serre de 5m2. Je vais la positionner dans mon potager (pas le choix). Donc l'idée à fait son chemin et j'ai décidé de me lancer dans le potager en carré pour compenser le manque de place. J'ai constaté que la manière de procéder était quelque peu différente. Mes parents ont des carrés, il est vrai que cela représente une production que l'on consomme sur le moment (difficile de faire des réserves). Je me souviens des tomates, courgettes... Un par carré, situés sur les extérieurs. Pour les salades, c'était 3 par carré de 40x40.
    @Hortense, le dessin est au pluriel, mais les indications, plus bas, sont assez précises, je trouve et comme le dit Gevaudan, il n'y a pas besoin de plus de place pour ce type de culture mais besoin d'organisation, et en même temps pas plus que dans un jardin traditionnel, où on applique également le compagnonnage et la rotation des cultures!
    Par contre pour le gel, mes parents sont situés en Basse-Normandie, ils n'ont jamais eu de problèmes (les planches sont hautes de 20cm)
    Bref d'une manière ou d'une autre, cultiver des légumes comporte toujours une part de réflexion et d'expérimentation! Et je pense également que la méthode du carré potager a fait ses preuves!

    RépondreSupprimer
  6. Et du coup dans mes recherches j'ai découvert (parmi d'autres) un site internet dédié au sujet. Je trouve qu'il est assez bien fait, car il prend bien en compte la conception du carré et est assez simple d'utilisation!
    Je vous le recommande car même pour des jardiniers connaisseurs il peut être pratique et il est gratuit!
    Voici le lien si ça vous intéresse
    http://www.moncarrepotager.com/

    Sarah

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Anonyme13 mai 2013 15:40 et Anonyme13 mai 2013 15:45 (Sarah)


      Félicitation pour la serre ! C’est une nouvelle aventure qui commence, comme pour moi, il y a trois ans, après trente ans d’hésitation… quand j’avais la chance que ceux qui m’aiment installent finalement une serre de 20m2 en tunnel de polyuréthane armé. Elle s’est avérée moins inesthétique que je ne craignais, et elle m’a apporté une nouvelle ère d’expérimentations.

      La découverte la plus importante a découlé de la nécessité de ne pas priver la terre de la serre des pluies hivernales, sous peine de la voir se transformer en une sorte de cendre stérile.
      J’ai donc creusé à l’aplomb des parois une rigole tout autour, et en partant de celle-ci d’autres petites rigoles pour amener l’eau vers le centre.
      Ainsi est née une variante du potager en carrés :

      LE POTAGER EN RIGOLES.

      Inutile de dire qu’il faut recreuser celles-ci régulièrement, ce qui élimine en même temps les "plantes adventices" qui s’empressent de pousser particulièrement dru dans ces endroits. Les différentes cultures sont donc délimitées par des creux et non par des parois. Sinon, le principe de culture est le même, avec l’accent mis sur le développement en hauteur. Il suffit de faire pendre des grosses ficelles du haut des arceaux et d’y attacher tout ce qui accepte de monter ver le haut.

      C’est donc ma troisième saison de tâtonnements et de découvertes. Cette fois-ci, j’ai planté dès février des carrés-rigoles de pommes de terre, et j’ai carrément posé dessus toutes mes caissettes de semis. Elles y ont bien mieux prospéré qu’auparavant sur les radiateurs de la maison. On sous-estime souvent le besoin de lumière des plantes. Une fois les caissettes retirées et les semis repiqués ou plantés, les pommes de terre ont jailli du sol avec une vigueur jamais vue. Elles ne vont pas tarder à fleurir, et le coin sera libéré pour quelque culture automnale…

      C'est donc un petit jardin d’Éden. Déjà pour moi, qui gagne bien deux mois à pouvoir mettre les mains dans la terre sans me geler dans le vent et la pluie dehors. Ensuite, pour toute cette merveilleuse compagnie végétale qui cohabite en bonne entente de carré en carré. En plus des pommes de terre-pilotes, il y a en ce moment des pois mange-tout et des fèves en formation, des plantules de carottes,de radis et de betteraves, 4 pieds de tomates avec leurs premières fleurs et 4 pieds de piment doux, 1 plant de concombre et 1 cornichon encore bien petits. Les 12 énormes laitues entre le pieds de tomates sont déjà mangées. J’ai également commencé à installer des buttes avec des fraisiers le long d’une paroi. Après avoir fait la gueule toute l’année dernière, ils fleurissent abondamment. On verra pour les fruits…

      Les moments à la fois idylliques et ouvrageux passés dans la serre n'empêchent pas que m’adonne toujours avec autant d’amour à mes 3 "plessis", autrement dit, potagers en carrés surélevés à l’extérieur. Un quatrième est en voie de construction, pour la symétrie. Ce sera le dernier, car sinon nous aurons vraiment trop de tout.

      Il y a aussi la question primordiale de l’entretien de la fertilité pour un jardinage aussi intensif.
      On en parlera peut-être à l’occasion ?

      "Mai frais et venteux
      Fait l’an plantureux"

      Supprimer
    2. Bonjour Hortense,
      Je ne connais pas du tout la technique du potager en rigole! Je vais essayer (peut être pas pour cette année)de mettre en place un goutte à goutte avec la récupération d'eau de pluie. de toute façon je suis dans une région très humide donc la gestion de l'eau n'est pas vraiment un problème (il y en a trop!) Sinon j'ai planté tomates, concombres, aubergines... et je mange du mesclun, radis, persil tous les jours.
      Pour la question de la fertilité, je pense faire soit un hiver avec la moitié du potager en engrais vert, où fonctionner par petites zones. Il est vrai qu'on perd de la place mais c'est important pour les cultures suivantes. Et puis bien appliquer la rotation des cultures, permet de ne pas trop épuiser le sol!

      Bon jardinage! Sarah

      Supprimer
    3. Bonjour Sarah! En fait, il ne s'agit pas du potager, mais de ma SERRE installée récemment, où j'ai aménagé ces rigoles à des fins d'expérimentation. Car à la fin du premier hiver, j'y avais retrouvé la terre complètement desséchée, transformée en une sorte de cendre stérile qu'il fallait "ranimer" par divers apports avant de la cultiver de nouveau. Pensant à toute la pluie qui s’était déversée à l’extérieur, cette idée des rigoles s'est alors littéralement imposée à moi, et elles se sont avérées assez fonctionnelles l’hiver dernier.
      Depuis, de nouvelles cultures occupent l'espace malgré tout limité de ma serre, et pour ne pas les perturber, je dois me contenter entretenir essentiellement les rigoles périphériques, qui recueillent toujours la pluie à l’aplomb des parois.
      Et l'expérimentation continue ! En ce moment, la culture des petits pois mange-tout et des fèves est en train de s'avérer infiniment plus prospère qu'en pleine terre. Avec un triple bénéfice: la consommation immédiate, l'excellente conservation des excédents par congélation et l'enrichissement du sol par les racines qu'il faut laisser en terre, coupant simplement à ras la plante fanée après les récoltes.
      Le bénéfice pour différentes variétés de tomates et de fraises, de betteraves et de carottes primeurs se confirme.
      Ce qui marche le mieux dans mes plessis couverts, c’est la production de toutes sortes de plants que j’y sème et repique inlassablement et sans devoir trop me baisser, ainsi du persil, des radis et de la roquette.
      En pleine terre, il reste ainsi assez de place pour beaucoup de fleurs, pour les aromatiques, différents choux, poireaux, fenouils, pommes de terre, courgettes... Mon fils m'y a installé un système d'arrosage automatique de goutte-à-goutte, alimenté par les eaux pluviales recueillies sur les toits.
      Dans tout cela, il faut malgré tout pas trop rêver. Sauf le système des rigoles, tout coûte un certain prix, et notre monde étant ce qu'il est, l'eau de pluie est, elle aussi, plus ou moins polluée!
      Raison de plus de faire ce qui est dans notre pouvoir pour ne pas rajouter aux nuisances en jardinant joyeusement! Je suis curieuse d'avoir les nouvelles de votre jardin et vous souhaite un bel été.
      Hortense

      Supprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.