Bistro Bar Blog

mardi 30 avril 2013

Ultraman, 30 avril 2013 : augmentation de matériaux radioactifs dans l'eau résiduelle

-->

Centrale de Fukushima : la quantité de matériaux radioactifs dans un échantillon d'eau prélevé en dehors du bassin de stockage n°1 a augmenté de dix fois


Cause inconnue, selon TEPCO.

On n'est pas surpris.

D'après le Jiji Tsushin (28 avril 2013) :


Centrale de Fukushima : la quantité de matériaux radioactifs dans le sol en dehors du bassin de stockage n°1 est 10 fois plus importante qu'il y a deux jours

Concernant la fuite d'eau radioactive résiduelle venant des bassins de stockage enterrés de la centrale, TEPCO a annoncé le 28 avril qu'il y avait dix fois plus de matériaux radioactifs dans l'échantillon d'eau prélevé du sol en dehors du bassin n°1 le 27 avril, que deux jours avant. Il y a deux endroits de prélèvement en dehors du bassin et celui qui montre cette fois une augmentation ne contenait qu'une faible quantité de matériaux radioactifs. TEPCO dit "Nous n'en connaissons pas la cause. Nous continuerons à faire de soigneuses observations".

Selon TEPCO, c'est l'eau du sol du côté sud-ouest du bassin n°1 qui a montré une augmentation de matériaux radioactifs. On a détecté dans l'eau prélevée le 27 avril 1,1 Bq/cm3 de beta nucléides dont du strontium radioactif. Au même endroit, on était en-dessous du seuil de détection le 26 avril et à 0,099 Bq/cm3 le 25 avril.
Publication pour la presse de TEPCO du 27 avril, montrant 1,1 Bq/cm3 de beta nucléides (rectangle rouge) :
Cliquez pour agrandir

Une mesure du 28 avril au même endroit montre une diminution de la quantité à 0,074 Bq/cm3 et à 0,048 Bq/cm3 (ils ont mesuré deux fois, la seconde uniquement pour les beta nucléides) :


Pendant ce temps, la préfecture de Fukushima a envoyé un groupe d'officiels et d'experts à la centrale le 24 avril pour faire des observations de première main des bassins de stockage. Ils ont dit qu'ils ont été consternés par ce qu'ils avaient vu. L'un des experts, le Pr Susumu Nakamura de l'université nippone (ingénierie sismique) a dit, selon le Mainichi Shinbun, "Des amateurs. S'il y avait eu au moins entre 50 et 100 cm d'épaisseur, on aurait pu empêcher la fuite d'eau résiduelle fortement radioactive".

Oh, mais cela aurait coûté trop cher, dans une nation dont la banque centrale imprime 7
trilliards de yens (environ 70 milliards de dollars), chaque mois comme par enchantement pour acheter des JGB (japanese government bond = emprunts d'état japonais) à des institutions financières pour créer une inflation.

Et ce fin tuyau bleu est ce qui transporte de l'eau résiduelle extrêmement contaminée du bassin n°1 vers le(s) réservoir(s) de stockage (TEPCO va en utiliser deux, un réservoir pour l'eau filtrée et un autre dans la zone H2) :


(Photo du Mainichi)

2 commentaires:

  1. Eh bien si l'on observe ce tuyau bleu de faible diamètre qui ne tolère pas de pression importante et que l'on fait un rapide calcul des pertes de charge, on peut en conclure que soit ce n'est pas le bon tuyau, soit ils ne sont pas près de le vider ce bassin de milliers de m³...
    Dans tous les cas de figure il est évident qu'ils n'ont pas d'intention réelle d'apporter des solutions et que chaque initiative de Tepco se solde par un échec ou pire par une catastrophe supplémentaire.
    La question nucléaire est politique au Japon comme ailleurs et l'utilisation de l'argent aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui, malheureusement, Lionel, même les catastrophes sont gouvernées par l'argent.

      Supprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.