Bistro Bar Blog

mardi 2 avril 2013

Ultraman, 2 avril : le réacteur 1 n'a reçu que 10% de l'eau prévue


(Dans la série : on en apprend tous les jours) 10 % seulement de l'eau a atteint le réacteur 1 de la centrale de Fukushima entre les 20 et 22 mars 2011, comme récemment révélé par la téléconférence de TEPCO


Il aura fallu plus de deux ans pour que TEPCO et le gouvernement national, propriétaire et régulateur de TEPCO le révèlent.


Il n'y a que quelques semaines que nous avons enfin appris que moins de la moitié de l'eau injectée dans le réacteur 3 atteignait le réacteur avant l'explosion du bâtiment le 14 mars 2011, parce que la pompe du condenseur était hors service quand il y a eu la panne de courant. L'eau avait rempli le condenseur.

Les énormes pics de radiations dans de grandes zones de Tohoku et Kanto entre le 20 et le 23 mars 2011 (comme vu sur la carte de l'Asahi Shinbun du 8/8/2011)sont restés un mystère. TEPCO disait jusqu'à présent qu'ils ne savaient pas ce qui causait ces pics. Fumiya Tanabe, ancien chercheur à l'agence de l'énergie atomique japonaise et actuel directeur de l'institut de recherche pour la sécurité des systèmes technologiques a proposé que le réacteur 3 a eu une deuxième fusion quand le niveau d'eau injecté dans la cuve est tombé de manière significative dès le 20 mars et que le cœur fondu est passé de la cuve dans l'enceinte de confinement, dégageant une grande quantité de matériaux radioactifs à partir d'une fissure quelque part dans l'enceinte.
C'est possible et aujourd'hui on nous dit que seulement 10 % de l'eau injectée depuis la prise d'eau atteignait la cuve du réacteur 1 et que la cuve était presque vide. Où sont passés les 90 % restant ? Personne ne le sait.


Ce rejet de matériaux radioactifs qui s'est produit entre le 20 et le 23 mars 2011 est ce qui a contaminé Tohoku et Kanto parce que le rejet a rencontré la pluie.

L'un des journaux locaux de Fukushima ont récupéré un passage de la vidéo de téléconférence que TEPCO a rendu récemment disponible qui couvre la période entre le 16 mars et le 11 avril 2011. Je ne pense pas que quelqu'un d'autre l'ait fait. Une autre série de vidéos couvre la période entre le 11 et le 15 mars.

D'après le Kahoku Shinpo (31 mars 2013, c'est moi qui souligne) :


90 % de l'eau injectée dans le réacteur 1 de la centrale de Fukushima a pu fuir, savaient les responsables de la centrale grâce à la pression de sortie de l'eau

Une vidéo de la téléconférence de TEPCO pendant l'accident de la centrale a révélé la possibilité qu'après la perte du courant, environ 90 % de l'eau de refroidissement injectée dans la cuve du réacteur 1 a fui avant d'atteindre le réacteur. Le personnel de la centrale semble avoir été au courant de la fuite d'après l'eau qui sortait de la prise d'eau incendie. Comme trop peu d'eau entrait dans le réacteur, le cœur a été endommagé plus tard entre le 20 et le 22 mars, résultant en un dégagement de matériaux radioactifs.


TEPCO injectait depuis le 12 mars de l'eau dans le réacteur via la conduite incendie. (voir diagramme)

Selon la vidéo de la téléconférence, Masao Yoshida, responsable alors de la centrale, a transmis à environ 13h30 le 22 mars au quartier général de TEPCO à Tokyo, "Nous avons contrôlé la conduite pour l'injection d'eau vers le réacteur 1 et la prise d'eau incendie, la pression de sortie n'est que de 0,1 megapascal". Il continuait, "Nous injectons de l'eau à 1 megapascal et il n'y a que 0,1 megapascal qui va au réacteur 1. L'eau doit fuir."
TEPCO a publié la quantité d'eau injectée dans les réacteurs en calculant la quantité sur la base de la pression d'eau venant de la pompe à incendie [dans ce cas, 1 megapascal]. Cependant, la remarque de Yoshida signifie que presque toute l'eau venant de la pompe à incendie a fui avant d'atteindre le réacteur.

En se basant sur les données de température et de pression du réacteur, le Pr Shigenao Maruyama de l'institut des fluides de l'université de Tokyo dit, "Il n'y a pratiquement pas eu d'eau à entrer dans le réacteur 1 entre le 20 et le 22 mars et dans le réacteur 3 entre le 21 et le 23 mars. Les réacteurs ont chauffé en l'absence d'eau. L'eau qui est entrée s'est évaporée tout de suite". Il souligne qu'une grande quantité de matériaux radioactifs et de vapeur ont fui de la fissure des cuves de réacteurs.

Selon les calculs, les matériaux radioactifs libérés le 20 mars ont été charriés par le vent et ont atteint le nord de Miyagi et le sud d'Iwate, où ils se sont heurtés à la pluie. TEPCO décrit la quantité de matériaux radioactifs libérée après le 20 mars et la cause comme "inexpliquée".

Dans l'après-midi du 20 mars, la température autour de la cuve du réacteur 1 atteignait près de 400°C. Le personnel de la centrale a déterminé que l'eau n'atteignait pas le réacteur et a commencé à examiner la conduite d'injection d'eau. Le matin du 22 mars, on a rapporté à la centrale que "les dégâts au cœur du réacteur 1 avaient augmenté dans les jours précédents. Il était extrêmement possible que l'eau n'atteigne pas le réacteur et que le réacteur soit à sec".
Takafumi Anegawa, responsable de TEPCO pour la gestion de l'installation nucléaire, dit, "Nous sommes conscients d'une incertitude pour la quantité d'eau injectée. Nous aimerions déterminer la situation actuelle du réacteur."

(...)C'est de la responsabilité de TEPCO de publier toutes les vidéos, clés pour comprendre comment les matériaux radioactifs se sont dispersés.

Ils n'ont révélé qu'une partie de la vidéo, citant la protection de la vie privée de ses employés. C'est pourtant la responsabilité de la société qui a causé l'accident de rendre disponible les données pour qu'elles soient examinées.

Hé bien, vous souvenez-vous de l'idée du "noyage par l'eau" qui fut tentée en avril 2011 ? l'idée était de remplir la cuve du réacteur 1 avec l'eau qui refroidit la cuve dans l'enceinte. S'ils savaient que l'enceinte était fissurée, c'était quoi cette farce d'un "noyage par l'eau" ?

TEPCO révéla enfin la fissure des enceintes des réacteurs 1 et 2 le 24 mai 2011.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.