Bistro Bar Blog

jeudi 11 avril 2013

Ultraman, 11 avril : la saga des fuites (suite)


Mise à jour du 11 avril sur les fuites des bassins enterrés : les bassins ont été construits de la même manière que pour des sites d'élimination de déchets solides

Dans le rapport de TEPCO détaillant les bassins d'eau de stockage enterrés que la société a commencé à utiliser pour stocker de l'eau résiduelle extrêmement radioactive (beta, potentiellement 2 sieverts/h) et salée après son traitement par osmose inverse, il y avait ce diagramme :







Le journaliste indépendant Ryuichi Kino pose souvent des questions qui mettent visiblement en colère le porte-paroles de TEPCO, et il a posé ce genre de question à la conférence de presse du 10 avril que j'ai regardée en direct :
"Donc ces bassins sont construits de la même manière qu'un site de décharge contrôlée. Pourquoi ? Un site contrôlé n'est pas prévu d'être étanche. Pourquoi n'avez-vous pas choisi au moins de faire un site final couvert avec des fondations en béton ?"
Il n'y a pas eu de réponse de la part du porte-parole de TEPCO autre qu'un bredouillement qu'ils avaient leurs propres raisons. Je n'ai entendu aucun autre journaliste poser des questions sur la construction des bassins.
Kino rapporte aussi que la société qui a fourni les revêtement en polyéthylène dit qu'ils ne sont pas responsables de la dégradation due aux radiations.



Voici ce que dit l'Asahi Shinbun le 11 avril, inspiré peut-être par les questions de Kino :


Les bassins enterrés de stockage de la centrale sont construits comme un site d'élimination de déchets. Les experts disent "Ils ne peuvent empêcher les fuites"

Les explications données par TEPCO révèlent que la structure de bas des bassins qui ont fui les uns après les autres est la même que celle de site d'élimination de déchets nommé "site de décharge contrôlée" qui utilise des revêtements étanches. Les experts critiquent sévèrement la structure, comme "faite malheureusement comme les normes d'un site d'élimination de déchets".

Selon TEPCO, ces bassins ont été faits en creusant d'abord des trous dans le sol, en étalant une couche première de bentonite et ensuite deux couches de revêtement étanche. TEPCO souligne qu'ils ont fait un strict contrôle de qualité.

Commentant cette structure, Akio Hata, ancien président de l'association japonaise sur les études environnementales, dit "C'est comme si vous étaliez des feuilles de papier dans un bassin de stockage d'eau contaminée. Il est pathétique d'avoir pris en compte la norme récente de sites d'élimination. C'est une erreur d'y avoir même pensé (à les utiliser)". Il suggère, "Vous ne pouvez empêcher toutes les fuites. Vous construisez donc une structure en supposant qu'elle va fuir. Elle devrait être hors sol, dans des réservoirs d'acier inoxydable de manière que toute fuite puisse être facilement détectée".

L'Agence de sécurité nucléaire et industrielle, l'agence de régulation supervisant TEPCO avant la mise en place de l'agence de régulation nucléaire, a approuvé le plan en août 2012 pour le stockage de l'eau hautement contaminée qui contenait du strontium radioactif et autres nucléides dans des bassins enterrés. Cependant il n'y a pas de norme légale claire pour l'examen du type de structure qui garantirait la sécurité.
Pas besoin de dire qu'il n'y avait pas un expert à la NISA qui y connaissait quoi que ce soit en aménagement de déchets. La NISA a pris TEPCO au mot et a approuvé le plan.
Les bassins étaient conçus et spécifiés par TEPCO et fabriqués par Maeda, qui a déjà dit qu'une telle structure est utilisée pour du stockage de déchets solides et non liquides.

Pendant la conférence de presse du 9 avril, le porte-parole de TEPCO a prononcé une phrase alambiquée concernant le retard pour annoncer les fuites :
"Nous ne pensons pas que ça ne fuit pas, mais nous ne pouvons nier un doute que cela puisse fuir".
Pigé ? En d'autres mots, TEPCO a essayé très fort de trouver d'abord d'autres raisons qui pourraient contribuer à trouver une concentration plus élevée de chlorure ou de matériaux radioactifs dans les échantillons d'eau.


Dernières infos sur les fuites de bassins : la pompe fuit aussi, 22 litres avec 6,38 milliards de becquerels de tous les beta


Et la toute dernière de TEPCO le 11 avril dans son email à la presse n°35 :

Le transfert de l'eau résiduelle du bassin n°3 vers le bassin n°6 a démarré à 14 h le 11 avril, mais une fuite a été découverte sur la collerette d'un tuyau de la pompe de transfert à 14h03, nous avons donc stoppé la pompe.

La fuite s'est arrêtée quand la pompe a été stoppée. L'eau qui a fui a été absorbée par le sol.
Et le n°37 :
Nous allons démonter la collerette pour enquêter sur la fuite qui est survenue pendant le transfert d'eau du bassin n°3 vers le bassin n°6.

Nous allons aussi commence à enlever le sol qui recouvre la partie haute du bassin de stockage où la fuite d'eau a pu s'écouler.
L'eau contient 290.000 Bq/cm3 de tous les beta (surtout du strontium) et 22 litres de cette eau a fui, comme l'email n°36 le confirme. Cela ferait 6,38 milliards de becquerels de tous les beta (290.000 x 1000 x 22). Qui va démonter la collerette et enlever l'eau polluée ? Le président de TEPCO ? L'un des ministres de M. Abe qui fréquente la centrale pour des opérations photos ?
Ils vont faire une autre conférence de presse qui va démarrer à tout moment.

La collerette qui a fui, d'après les photos de TEPCO :



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.