Bistro Bar Blog

jeudi 4 avril 2013

Sociétés secrètes : le Bien ou le Mal ? (3/3)

Partie 1 ICI.
Partie 2 ICI.

(...)


Voyons maintenant ce que cette ancienne doctrine enseigne...

La vraie signification du symbole de l’Oeil franc-maçon

La sagesse païenne à laquelle je me suis référé dans cet article a été pendant de nombreux siècles transmise secrètement par l'image d'un œil lumineux unique projetant de la lumière. Nous voyons ce symbole de l'oeil lumineux dans diverses images de l'Amérique :


Le dos du billet américain de 2 dollars est un oeil maçonnique symbolique géant



L'oeil maçonnique forme une partie du dessin du Grand Sceau soumis le 9 mai 1782 au Congrès.


Cet œil unique, souvent représenté à l'intérieur d'un Tri-angle, est le symbole-clé de la doctrine secrète, et il fait allusion à l'un des plus grands secrets de l'histoire humaine – à savoir, que en tant qu'êtres humains chacun de nous possède un "Troisième Oeil" caché dans notre front, qu'on peut activer pour faciliter la vision de notre Soi intérieur divin et éternel :



Le troisième œil dans un triangle

Le franc-maçon George Washington portant un tablier représentant un troisième œil éveillé

Il est clair qu'une grande majorité de théoriciens de la conspiration ne s'est jamais embêtée à se poser un moment – ou plutôt pendant dix ou vingt ans – pour décoder le symbole de l'Oeil de la franc-maçonnerie, élément par élément, selon son iconographie passée. Si l'un d'eux l'a fait, il saurait ce qu'il signifie réellement.


J'ai déjà fait le décodage de ce symbole du troisième œil sur mon site. Comme les praticiens des anciennes traditions spirituelles orientales le savent depuis longtemps, nous pouvons activer le troisième œil pour "voir" notre âme et cela nous aide à devenir plus spirituel, plus aimant, plus puissant et plus pur.


Statue de Bouddha méditant avec le troisième œil éveillé (symbolisé par le point bindi sur le front)

Les anciennes civilisations du monde, comme les égyptiens, les étrusques, les celtes, les druides, les babyloniens, les pré-incas, les mayas, les olmèques etc. pratiquaient toutes la même religion universelle qui devint connue sous la chrétienté comme doctrine secrète/philosophie éternelle. C'étaient de "bonnes" civilisations avec des gens bienveillants. Marchez parmi les ruines antiques et votre cœur devrait vous le dire.



Dans les civilisations anciennes, il y avait quelque chose qu'on appelait "Écoles de Mystères" (comme nos universités) qui existaient pour enseigner aux gens la religion universelle. Ces Écoles de Mystères fournissaient des réponses à des questions comme "Qui suis-je ?" "Que suis-je ?" "D'où je viens ?" "Où vais-je ?" et "Quel est le sens de la vie ?". Aujourd'hui les américains et les universités occidentales en général enseignent à nos enfants "comment aller dans le monde et gagner beaucoup d'argent". Et leurs parents pensent que c'est super. Quelle honte !

Le Christ, très bien mais le christianisme, un danger


Jusqu'à l'époque du Christ, la religion universelle était donc largement suivie, et les Écoles de Mystères enseignaient sa sagesse. L'esprit de la religion universelle consistait en l'idée que derrière nos corps nous sommes tous les mêmes ; que nous sommes des âmes éternelles, les mêmes âmes, qui ont choisi d'avoir une expérience humaine temporaire sur terre. Le souci est que lorsque nous existons en tant qu'êtres humains nous avons une amnésie de cette vérité ; nous oublions qui nous sommes vraiment en profondeur parce que nous ne pouvons voir notre divinité éternelle. Nous pensons que la vie est la réalité, mais ce n'est pas le cas ; la vie est en fait juste un voyage temporaire et nous (en tant qu'âmes) avons choisi de faire ce voyage, de la même manière que nous choisissons d'aller faire un tour à vélo dans un parc de loisirs.



Une tradition transmise parmi les mystiques enseigne que Jésus étudiait les anciens Mystères ; et qu'il fut quelqu'un qui comprit qu'il avait déjà fait ce voyage auparavant. Initié et investi grâce aux enseignements des Écoles de Mystères, Jésus devint conscient de sa nature spirituelle, son âme ou divinité. Certains l'appellent sa "christianité". Peu importe comment vous le nommez, âme, Soi ou dieu intérieur ou Christ intérieur, tous ces termes sont semblables, même si les mots changent. Le message de Jésus pour nous était que nous avons tous cette "divinité" intérieure et c'est ce que nous sommes vraiment. Et la vie n'est vraiment qu'un voyage.



Les mystiques ont longtemps cru que Jésus avait une profonde compréhension de cette connaissance (gnose) parce qu'il avait éveillé son troisième œil. De nombreux portraits ont représenté pendant des centaines d'années Jésus avec un troisième œil éveillé :

Une peinture de 1525 de Jacopo Pontormo montre Jésus avec un troisième œil éveillé au-dessus de lui.

Joseph Campbell expliquait :
"...si on lit "Jésus est monté au ciel" en tant que métaphore, on voit qu'il s'est intériorisé – non dans l'espace extérieur mais dans l'espace intérieur, vers l'endroit d'où viennent tous les êtres, dans la conscience qui est la source de toutes choses, le royaume du ciel intérieur. Les images sont à l'extérieur, mais leur reflet est intérieur. Nous devrions ascensionner avec lui en nous intériorisant".
Joseph Campbell, Le pouvoir du mythe
Le symbole d'un oeil géant avec le Christ dans la pupille sur la photo suivante est appelé "La transfiguration de Jésus". C'est une mosaïque de l'église du monastère de Ste Catherine au Mont Sinaï en Égypte. Elle a été peinte en 560 après J-C. Elle communique l'idée que nous pouvons voir notre "Christ intérieur" quand nous éveillons notre troisième œil :


Dans les enseignements chrétiens, ce concept de "transfiguration" est décrit comme une métamorphose. 
 
Ce que les chrétiens ne peuvent comprendre (bien qu'il n'y ait aucune faute de leur part) est que la transfiguration est, dans le christianisme ésotérique, l'acte de Jésus qui éveille son troisième œil. Et il enseigne que nous devons suivre Jésus et faire ce qu'il a fait ! Cette ancienne peinture d'église nous dit donc : "Suivez Jésus, éveillez votre troisième œil, trouvez votre dieu intérieur – exactement comme l'a fait Jésus".

Il y a quelques années, le chef-d’œuvre de la Renaissance intitulé La vierge adorant le Christ enfant endormi peint par le maître italien du 15ème siècle Sandro Botticelli, fit l'objet de la découverte colossale d'un troisième œil. Après avoir été photographié par infrarouges, on a découvert que le tableau montrait un très intéressant dessin de troisième œil :
"...il montre un troisième œil plutôt effrayant flottant au centre du front d'un Christ enfant, les restes du dessin d'origine de Botticelli".
―The Herald Scotland, 26 mai 2005

La Vierge adorant le Christ enfant endormi, par Sandro Botticelli (1490)

Qui a camouflé le troisième œil sur le tableau de Botticelli ? Toutes ces représentations de troisième œil indiquent-elles une tradition interne de la chrétienté ? - une tradition qui révèle que le message de Jésus concernait vraiment au départ l'éveil de notre troisième œil pour découvrir notre âme ou divinité ?
"La lampe du corps, c'est l'oeil : si donc ton œil est unique, tout ton corps sera empli de lumière".
―Jésus Christ, Matthieu 6:22
Si c'est le cas, alors ces idées sont bien différentes de celles que le christianisme dominant nous a enseignées. Le christianisme qu'on nous a enseigné, apporté par la tyrannique église catholique, n'a autorisé historiquement que deux points de vue concernant l'âme :
Le créationnisme : le dieu hébreu de la bible "Yahvé" crée chaque âme individuelle soit "à la conception" (pour certains) soit "à la naissance" (pour d'autres).
Le traducianisme : les parents en engendrant l'enfant engendrent aussi son âme.


Le spécialiste en égyptologie du 19ème siècle Gerald Massey (1829-1907) affirmait que ce déni chrétien d'une âme divine éternelle était le résultat d'une distorsion volontaire des anciens Mystères accomplie par l'Église, les Mystères étant la religion universelle mondiale sur laquelle s'appuie en secret la théologie chrétienne :
"...on peut remarquer que la guerre de la papauté contre la Franc-Maçonnerie provient du fait qu'elle est la survivance des Mystères pré-chrétiens et un témoin vivant, quoi-qu’imparfait, de la chrétienté historique !"
Dans ses livres et conférences, Massey insistait sur le fait que dans les Mystères, le concept de "Christ" ne se référait pas en fait à un homme particulier. Il se référait à l'âme intérieure ou dieu intérieur, attendant d'être découvert par chacun de nous.
"...Le Christ était l'Esprit immortel dans l'homme...il ne dépendait pas, ne pouvait pas dépendre d'une quelconque manifestation unique d'une personnalité historique".
Selon Massey, le christianisme avait détourné ce concept de "Christ intérieur", alors que les traditions des Mystères le reliaient à une réalité intérieure commune à toute l'humanité. La chrétienté la relia à la place à un personnage historique, déplaçant le chemin vers l'illumination et l'ascension d'une voie intérieure en l'orientant vers une figure messianique (voir note bas de page). Ce qui donna la montée de la domination de l'église depuis deux mille ans, l'empire que nous connaissons aujourd'hui comme "chrétienté".
Massey a gagné une audience chez les érudits du début du 20ème siècle et ils furent nombreux à reprendre son investigation. L'un d'eux fut Alvin Boyd Kuhn. Le livre La lumière perdue (1940) exposait que par le déni de la divinité de l'âme et sa pré-existence, le christianisme a évacué un fragment précieux – un principe-clé – de la religion des Mystères. Le résultat en fut que le vrai pouvoir de l'enseignement de l'âme intérieure s'est perdu :
"Le christianisme a pris la figure type du divin en l'homme pour l'Homme Divin. Il a exalté le supposé Homme Divin... mais a laissé le divin en l'homme ramper dans la poussière...il a changé le centre de gravité, c'est à dire, du culte du Christ intérieur vers celui du Christ extérieur, ou du Christ comme principe du Christ fait homme".
Le travail de Kuhn montrait comment les bases chrétiennes étaient des perversions des Mystères spirituels de l'ancien âge. Dans son livre de 2005, Le Christ païen, l'auteur Tom Harpur a courageusement ressuscité la recherche de Kuhn :
"… Le principe christique est potentiellement en chacun de nous".
"Le Christ du mythe est devenu une personne de chair et de sang identifiée par Jésus".
Kuhn insistait que l'église a vite caché à dessein la sagesse du "dieu intérieur" pour renforcer sa main-mise de pouvoir sur les masses. L’Église a à la place promu l'idée de la venue d'un futur sauveur destiné à sauver l'humanité, à condition que l'humanité suive les diktats de l’Église. Cela a amené à une rapide consolidation du pouvoir de l’Église toujours visible aujourd'hui. 
 
D'innombrables sectes païennes anciennes ont essayé d'arrêter l’Église, selon Massey, Kuhn et les nombreux autres spécialistes au même état d'esprit de leur époque. Mais ayant fait face à une persécution sans merci, ils ont réalisé que leur cause était stérile. Ces sectes païennes ont donc remplacé leur objectif de garder vivante la torche de l'ancienne religion des Mystères par des initiations secrètes pour leur gnose ou "connaissance". Ce fut le début des sociétés secrètes.

Cela a conduit enfin à la naissance de la Franc-Maçonnerie en tant que principale détentrice de la Doctrine Secrète/Philosophie éternelle. Donc, le christianisme est simplement une lignée corrompue des enseignements de l’École des Mystères de l'ancien âge, dont la Franc-Maçonnerie devint le véhicule moderne. À l'époque de l'Inquisition, ce concept que nous sommes chacun une âme divine éternelle – dont les franc-maçons étaient les défenseurs – était un "secret" et ce secret était vraiment puni de mort. D'où le besoin de la dissimulation maçonnique et des sociétés secrètes en général, toutes préservant à un certain degré l'ancienne sagesse.

Comme preuve de ceci est le fait que les sociétés secrètes comme la franc-maçonnerie commencèrent à faire surface au début des années 1700 quand l’Église commença à perdre son pouvoir ! Pensez-y. Au début des années 1700, l’Église avait moins de pouvoir qu'elle n'en avait eu les siècles précédents. Il n'y avait donc plus le besoin de dissimulation, vous voyez. L'Âge de Raison et le siècle des Lumières (17ème et 18ème siècles) – qui se produisirent grâce à la Renaissance européenne ou "renaissance" de l'ancienne philosophie éternelle, après plusieurs siècles des dénommés Âges Sombres – ont enlevé certains pouvoirs de l’Église, permettant qu'une majorité du monde occidental se sente plus libre de dire ce qu'il pense, car cela devenait moins dangereux.

Conclusion  


Les cultures païennes antiques, leur puissants Mystères, et les gardiens de ces Mystères, les franc-maçons, étaient tous bienveillants. Plus vous plongez le regard vers l'antiquité de l'histoire humaine, et plus vous trouvez d'hommes et de femmes raffinés, spirituels et intuitifs. Il est possible de le voir dans tous les anciens monuments autour du monde. Visitez-les. Captez leur pouvoir spirituel. De nombreuses personnes se réveillent aujourd'hui au pouvoir que ces monuments émettent, non parce qu'on leur a appris à le faire à l'école, mais parce que les monuments résonnent naturellement avec quelque chose de profond en eux. Je suis l'une de ces personnes.

Il y a presque deux cents ans, l'élite mondiale alors débutante (les riches familles qui possèdent aujourd'hui les corporations multinationales géantes et les banques) ont détourné les sociétés secrètes, a semé la pagaille en les infiltrant et, par ce fait a dilué le pouvoir de ces organisations. Dans certains cas, elles ont été totalement infiltrées, modifiant leur destination et les transformant en organisations de très loin différentes de ce pourquoi avaient été fondées les sociétés secrètes.

Le résultat ? Les initiés modernes qui cherchent la vraie lumière spirituelle se retrouvent maintenant dans le noir. En pervertissant les sociétés secrètes, l'élite a amoindri les chances de celui qui voit à quoi elles se rallient, ce qui, est en partie l'utilisation des anciens symboles et sagesses pour leur propre buts avides et sinistres !

L'élite n'est pas constitué de gens spirituels. De nombreux sont des sociopathes et des psychopathes qui désirent argent, pouvoir et contrôle. Et c'est exactement pourquoi ils sont au pouvoir actuellement, pas juste en Amérique mais partout dans le monde.

Ainsi, pour répondre à la question : les sociétés secrètes sont-elles le Bien ou le Mal ? La réponse, aujourd'hui, est double. Elles furent fondées pour des raisons bonnes, à savoir préserver l'antique religion universelle (les Mystères, qui devinrent plus tard la Doctrine Secrète/Philosophie éternelle) mais elles ont été détournées et ne sont plus les Ordres immaculés qu'elles étaient – un peu comme l'Amérique (et les nombreux autres pays sous le contrôle de l'élite).


Note : c'est la perpétuation de cette figure messianique qui fait dire au nouveau pape que le St Suaire de Turin n'est pas un faux (source), et à organiser une exposition du suaire jusqu'à fin mai (source). 



Traduit par Hélios du BBB. 

13 commentaires:

  1. Très typique d'une subtile inversion des choses, cet article ;car en se basant sur des faits connus existant au niveau des initiations des Ecoles de mystères, l'auteur s'en sert pour asseoir une fois de + comme tous les anti-chrétiens catholiques, sa théorie d'une forme archétypale du Christ symbolique.
    Même si certaines de ses assertions sont vraies, je ne vois pas en quoi le Christ lui-même, figure réelle, d'un mystère d'accomplissement réel, se retrouve nié, pendant que çà lui permet de revaloriser ainsi la"cote" de la F-M (qui devient fondamentalement bonne du coup et détentrice de la seule vérité!)
    et évidemment de fait le Saint Suaire est un faux!!...
    Alors que l'on sait maintenant que non!!!( après tant d'années à l'étudier)...
    Je ne suis pas surprise s'il s'avère que le subtil auteur de ce roboratif article est un quelconque "initié" d'une de ces foisonnantes" loges" avec en prime une appartenance sociétale à l'église évangélique? et pourquoi pas d'origine du peuple qui explique tout au monde entier, de l'autre côté de l'Atlantique!!...
    Pour ces gens là, l'Eglise catholique n'est qu'un grand persécuteur, ne comptabilisant que l'aspect humain dévoyé de certains qui l'ont mal servi et desservi.
    Toujours le même travail de sape et de plombage!
    Dommage car c'est interessant par certains côtés...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'article de Richard Cassaro ne veut sûrement pas nier l'existence terrestre de Jésus, mais il explique que l'église a divinisé le côté humain au lieu de diviniser le Christ en lui et donc cela permet de nier le côté divin en l'humanité.

      L'affaire du St Suaire est bien une invention qui veut ajouter à la divinisation de Jésus en tant qu'homme, de même que la transsubstantiation qui veut rappeler la chair et le sang d'un homme.

      Oui, la franc-maçonnerie primitive a utilisé des symboles positifs qui ont été dévoyés ensuite au service du NOM.

      Je trouve cet article très clair.

      Supprimer
    2. En réponse à Anonyme 12:22
      Ce qui ressort de cet article très instructif, à mon sens, c'est encore et toujours de faire l'effort de faire nos propres recherches lorsqu'un sujet nous intéresse réellement et de ne pas simplement attendre qu'un autre fasse le travail à notre place. C'est ce que fait cet auteur.

      Je n'ai pas vu que l'auteur ait nié l'existence du Christ. Il l'a simplement souligné l"oubli" de l'église catholique de replacer cette figure avec tous ses attributs intérieurs. L'église catholique a en effet, toujours privilégié l'image d'un Christ "extérieur".

      Il insiste sur le fait que le spectacle qui nous est montré est souvent bien plus subtil et complexe qu'on veut bien nous faire croire.

      Intuitivement, je pense que le Saint Suaire n'est pas un faux.

      Eh oui, l'église catholique ne s'est pas illustrée ces derniers siècles par sa générosité, sa bonté ou les préceptes qu'elle diffuse, envers l'humanité. En fait, le travail de sape et de plombage est plutôt à mettre à l'actif d'une telle eglise. Bien sûr, elle n'est pas la seule, d'autres églises et religions présentent les mêmes aspects négatifs - à côté d'autres aspects plus positifs également.
      Mais l'église catholique est la plus puissante... donc le mal est plus grand.

      Supprimer
    3. Le suaire de Turin : vrai ou faux ?
      La vraie question est : qu’a-t-il à voir avec la Divinité du Christ ?
      Et la réponse est : RIEN !
      Que les églises et cultes du monde entier fassent donc ce qu’elles veulent dans le domaine de l’idolâtrie, tout cela n’a aucun intérêt pour ceux qui cherchent sincèrement à évoluer. Cela n’empêche évidemment pas de ressentir de la compassion pour les âmes inutilement égarées par de mauvais pasteurs.

      Les postulats soutenus dans l’étude sur les Sociétés secrètes reposent certainement sur des éléments justes qu’elle a le mérite de rétablir. Mais sur le fond, elle n’aide pas non plus à évoluer spirituellement, comme cela devrait pourtant être le but de tout vrai chrétien. À moins que ces Sociétés ne fussent pas tellement différentes des églises dans leur prétention de régner sur leurs adeptes.

      Je m’explique cela par le désintérêt – ou la négation voulue ? – des dimensions historiques de la spiritualité. Parler du Christ en quelque sorte préhistorique n’a pas de sens. Certes, l’élément essentiel de celui qui plus tard fut appelé le Christ préexista d’abord comme principe purement spirituel. Et c’est celui-ci qui a conduit à la manifestation du Christ sur Terre à un moment donné. Mais avant cet événement historique, le nom du Christ n’aurait pas eu de sens, parce que l’onction, la pénétration de l’essence divine en un corps humain, n’avait pas encore eu lieu. « Christ », en grec, veut dire « l’Oint ».

      Cela nous dispense donc aussi de la question s’il faut diviniser le Christ ou non. Il EST divin. Quant à diviniser Jésus, accordons à la religion chrétienne qu’elle ne s’est pas complètement trompée malgré tous ses excès, car le corps et l’âme de Jésus, en tant que porteurs du divin, étaient effectivement divinisés. À la suite de sa mort et de sa résurrection, cette divinisation concerne aussi les êtres humains jusque dans leur corporéité, et sans ces éléments essentiels, personne ne peut se prétendre chrétien ou se référer à un quelconque Christ.

      Supprimer
    4. Bonne gueule. Où tu l'as piquée?

      Supprimer
  2. Si on relie cet article à celui là http://bistrobarblog.blogspot.fr/2013/03/ce-que-pense-le-crom-de-francois-1er.html , est ce possible que les jésuites aient infiltré l'élite pour en faire des "sociopathes et des psychopathes qui désirent argent, pouvoir et contrôle" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, les jésuites entre autres ont infiltré non seulement l'élite, mais tous les niveaux des nations.
      J'essaie de poster des articles qui soient cohérents entre eux.

      Supprimer
  3. Vraiment tres interressant cet article. Merci Helios.
    Par contre, y'a une contradiction entre cet article et ce que du Labruyere dans son livre revolte contre l'ordre mondial où il dit que l'humanité est manipulée depuis des milliers d'années par des antitées non humaine, alors que dans cet article, j'ai l'impression qu'il dit que ce n'est pas le cas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut s'habituer à rencontrer des contradictions. Tout n'est pas parole d'évangile, ou ,si vous préférez cette autre comparaison, tout ce qui brille n'est pas de l'or. Ce serait trop facile de suivre le premier gourou venu. Dans ce sens, le BBB est passionnant, on y rencontre le meilleur et le pire, et à force d'être obligé de s'y retrouver, on arrive à discerner les esprits et à se frayer son propre chemin. Courage!

      Supprimer
    2. Je pense que Labruyère parle d'entités qui ne sont pas incarnées (elles sont dans des infra-mondes).

      "on y rencontre le meilleur et le pire", merci anon de 20:36 pour le compliment.

      Supprimer
  4. S'il est louable de dé diaboliser la Franc-Maçonnerie, dénaturée depuis ses origines par l’église Catholique puis les conspirationnistes de toutes sortes, cet article contient beaucoup d'erreur et sème un peu la confusion... La F.M. Française est majoritairement agnostique et d'essence Républicaine. Elle compte à "son actif" l'abolition de l'esclavage, la séparation de l’Église et de l'état, le principe de laïcité, le droit à l'avortement et reste très attachée à la défense des Droits de l'Homme. Il y subsiste quelques obédiences Chrétiennes, mais c'est un courant très minoritaire. Il semble utile de préciser que la F.M. moderne est née à Londre en 1717. Assimiler toutes les société secrète antérieures à cette date aux franc-maçons relève d'un incroyable fourre-tout... Ce manque de précision historique est regrettable.

    RépondreSupprimer
  5. vous dites ;
    Jusqu'à l'époque du Christ, la religion universelle était donc largement suivie,

    mais vous devriez dire ;
    Jusqu'à l'époque du Judaisme, la religion universelle était donc largement suivie
    car combien de villages ont été effaçés, femmes violées, enfants assassinés, par les juifs,
    ils ont toujours été completement intolérants envers tout ce qui n'est pas Juif,
    voila pourquois ils ont tué Jésus, qui, en plus, menaçait leur emprise financiere

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.