Bistro Bar Blog

samedi 27 avril 2013

Délit d'obsolescence programmée

Un article de chez Bouddhanar.



Le sénateur Jean-Vincent Placé, d'Europe Ecologie Les Verts, est le principal instigateur d'un projet de loi visant à faire inscrire l'obsolescence programmée comme un délit.

« L’obsolescence programmée peut être définie comme suit : « c’est le concept selon lequel la durée de vie des produits serait prédéterminée et fixée à l’avance et délibérément par les fabricants afin d’inciter le consommateur à les remplacer plus rapidement ».

Bien que les définitions de l’obsolescence programmée ne soient pas toutes les mêmes - certaines évoquent franchement un raccourcissement de la durée de vie des produits, d’autres ne prononcent pas les adverbes « délibérément » ou « volontairement » - toutes affirment que l’objectif premier de l’obsolescence programmée est d’inciter le consommateur à acheter de nouveaux produits pour remplacer les anciens.

Pour atteindre l’objectif premier qui est d’inciter l’acheteur à consommer, il faut planifier, programmer la durée de vie du produit, il faut fixer la fin de vie, la mort du bien après une certaine période déterminée. Les détracteurs de l’obsolescence programmée avancent qu’il est impossible pour les ingénieurs, aussi talentueux soient-ils, de fixer la durée de vie d’un produit. Ils sont incapables de calculer la période après laquelle le bien « doit » tomber en panne. En effet, les conditions d’utilisation et d’autres variables entrent en compte, ce qui rend impossible une telle estimation et a fortiori une telle programmation.

Pourtant, nombre sont ceux qui, luttant contre l’obsolescence programmée, affirment que cela est possible en changeant les matériaux des appareils.

A l’instar de la société de réparation « La Bonne Combine » situé à Lauzanne et qui a reçu le prix de l’éthique pour son combat contre « le tout jetable ». En effet, le but de cette société de réparation est de contourner les astuces qu’utilisent des fabricants d’appareils (le plus souvent électriques ou électroniques comme des appareils électroménagers) pour les condamner à une mort certaine après une période déterminée. Evidemment, les fabricants ou du moins leurs ingénieurs ne peuvent pas donner une date précise quant à la survenance d’une panne fatale mais il s’agit d’un choix stratégique que de mettre des produits plus fragiles : par exemple des cordons d’alimentation plus fin pour les aspirateurs. Le fabricant est ainsi pratiquement sûr de vendre un nouvel aspirateur plus tôt que prévu.

L’ingénieur Jean Michel Raibaut a travaillé pour de grandes marques d’appareils électroménagers. Il affirme que les machines à laver (par exemple) sont programmées pour tomber en panne avant 10 années d’utilisation. Il s’agira d’une panne fatale, obligeant le consommateur à en racheter une neuve. En effet, les machines à laver sont prévues, sont programmées pour durer 2000 à 2500 cycles de lavage. A raison de cinq lavages par semaine, l’appareil tombera en panne au bout de 8 à 9 ans. Il faut savoir que 8 machines à laver sur 10 sont dotées de cuves en plastique qui remplacent celles en inox. Il suffit d’une seule pièce de monnaie pour qu’elles se cassent (à cause de la vitesse de rotation au moment de l’essorage) ou même d’une trop haute température de l’eau pour que la cuve se déforme. Ce genre d’accidents n’existait pas avec les cuves en inox. Cela signifie que les fabricants, en changeant certaines pièces maîtresses de leurs biens, font en sorte d’amener l’appareil vers une mort certaine après une durée d’utilisation prédéterminée. 
 
Allez lire la suite ICI

7 commentaires:

  1. Des voleurs...! et on critique les produits chinois...eux au moins, ils tombent en panne dans les 6 ou 8 ans, mais.... ils sont moins cher à l'achat ! Cherchez pas. Commerce mondial = vol total ! pas glop ! on en a m^m plus pour son argent...

    RépondreSupprimer
  2. à mon avis on vas vers une société de location.
    Les produits sont fait pour durer longtemps mais son loués par les utilisateurs,vous voyez que les débouchés sont plus importants tout en se préservant du gaspillage et en aliénant le consommateur.

    RépondreSupprimer
  3. Les "inventeurs" de nouveaux plastiques cherchent à en fabriquer des nouveaux qui ne durent que un "certain temps" selon les types de fabrications. Certes ils sont beaucoup plus chers à fabriquer ...! Mais il suffit de mouler une petite pièce maîtresse dans un plastique à durée de vie "prévue" et remplacement compliqué, donc cher, et le tour est joué ! Coût insignifiant, Rapport MAXI !

    RépondreSupprimer
  4. Il me semble que Bernard London a inventé "l'obsolescence programmée" au début du 20 siècle, alors on connait cette notion depuis très longtemps...

    RépondreSupprimer
  5. ma soeur travaillai pour une filiale de thomson qui fabriquais des puces et des circuits electroniques elle etait affectée a un atelier qui se chargeai de programer l'obsolescence en trempan ces circuits dans des bains d'acides et des rayonement et donc oui c'est une chose conue planifiable a quelques jours ou heures prés
    c'est singer qui aprés avoir faillit faire faillite a cause de la robustece de ses machine qui introduit ce procéder a la toute fin du 16em siecle

    RépondreSupprimer
  6. pardon c'etai au 19em pas au 16 vous l'aurez compris

    RépondreSupprimer
  7. Avant les machines à laver "décennales" mes parents avaient une machine à gaz qui leur avait rendu de bons et loyaux services pendant 40 ans - on la croyait increvable et quand il fallut convenir de la remplacer ce fut aussi pénible que de se séparer d'un domestique irréprochable -

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.