Bistro Bar Blog

dimanche 24 mars 2013

Ultraman, 24 mars 2013 : ça a pu être encore pire qu'on ne le pensait


Réacteur 3 de la centrale de Fukushima : une nouvelle analyse de TEPCO montre que les 6 heures sans injection d'eau du 13 mars 2011 auraient pu être de 12 heures


Donc le 13 mars 2011 juste après minuit, l'injection d'eau aurait pu s'arrêter 6 heures avant, pendant la nuit du 12 mars, quelques heures après que le bâtiment du réacteur 1 ait explosé avec l'hydrogène (qui a pu se produire au 4ème et non au 5ème et dernier étage)

D'après le Yomiuri Shinbun (24 mars 2013) :


L'injection d'eau dans le réacteur 3 aurait pu s'arrêter pendant 12 heures, une analyse ayant été refaite

Il a été révélé par une analyse de TEPCO et d'autres spécialistes que l'absence d'injection d'eau dans la cuve du réacteur 3 aurait pu durer 12 heures en mars 2011 lors de l'accident de la centrale.

Il est dit que l'absence d'eau dans le réacteur 3 a duré 6,5 heures dès les premières heures du 13 mars 2011. Des données sur les niveaux d'eau enregistrés à ce moment-là par l'exploitant ont cependant fait surface en automne de l'année dernière, qui montrent que l'injection d'eau aurait pu être stoppée 6 heures plus tôt maximum, la nuit du 12 mars.

Une nouvelle analyse de TEPCO montre que la fusion du cœur du réacteur 3 a démarré le matin du 13 mars 2011. La société prévoit de refaire l'analyse en se basant sur une autre situation avec une injection d'eau qui aurait pu s'arrêter plus vite. Selon le résultat de la nouvelle analyse, il est possible que les conditions d'estimation de la dispersion des matériaux radioactifs changent. Concernant l'enquête de TEPCO sur l'accident, la commission d'enquête indépendante créée par le gouvernement a souligné dans un rapport final publié en juillet l'année dernière que ''l'enquête sur l'accident n'est pas complète, et qu'il y a des problèmes et des données à étudier de nouveau''.

Tout ce que je peux dire est que la commission d'enquête a raison.
Même s'il n'y avait aucun combustible MOX dans la piscine du réacteur 3 au moment de l'accident, il y en avait dans la cuve du réacteur, qui servait à faire du courant.

Le 26 mai 2011, le Mainichi en anglais rapporta que TEPCO admettait que le tuyau relié au système d'injection de refroidissement à haute pression du réacteur 3 s'était probablement rompu durant le séisme.

Le 13 mars 2011 à 0 h 55, TEPCO découvrit que 1,90 m des barres de combustible du réacteur 3 étaient exposées et à 1 h12, ils commencèrent à déverser de l'eau de mer dans la cuve du réacteur. Hé bien, cette exposition de 1,90 m était inexacte, rétrospectivement.

Plus tôt ce jour-là, la batterie de secours d'urgence pour le système d'injection d'eau est tombée en rade et le système s'est arrêté de lui-même à 2 h 44. À 4 h 15, les barres de combustible ont commencé à être exposées car l'eau de la piscine commença à bouillir et le niveau d'eau à descendre. L'urgence nucléaire fut émise à 6h.

Aujourd'hui TEPCO dit que l'eau a pu s'arrêter beaucoup plus tôt qu'à 2 h 44 le 13 mars 2011 quand le système d'injection a stoppé. Ou sont-ils en train de dire que le système d'injection aurait stoppé encore beaucoup plus tôt ? Ou disent-ils que l'eau a manqué (car le tuyau du système s'était rompu pendant le séisme) avant que le système d'injection ne s'arrête ?

J'attends avec impatience la nouvelle analyse améliorée de TEPCO. Je veux connaître la réelle chronologie des événements, qui est claire comme de la boue plus de deux ans après l'accident nucléaire.

Qu'on le veuille ou non, TEPCO reste malheureusement la seule source d'information concernant la centrale.



1 commentaire:

  1. Ultraman a probablement déjà vu tout cela = http://www.pcinpact.com/news/78647-namie-machi-ville-fukushima-expose-ses-rues-desertes-dans-street-view.htm .

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.