Bistro Bar Blog

samedi 16 mars 2013

Ultraman, 16 mars 2013 : encore une fuite


Énoncé d'une évidence : possibilité de fuite à la chambre de suppression du réacteur 2


TEPCO aurait pu espérer que c'était l'un de ces tuyaux de ventilation partant du puits sec vers la chambre de suppression du réacteur 2 qui laissait fuir l'eau injectée dans la cuve du réacteur, mais le maladroit robot de Toshiba n'a pu trouver aucune fuite. Donc la conclusion est que la chambre de suppression fuit probablement.

Je pense que ce sera beaucoup plus difficile à colmater (voire impossible), parce que la chambre de suppression est submergée par de l'eau fortement contaminée.

D'après le Jiji Tsushin (15 mars 2013, partiel) :


TEPCO dit qu'une fuite peut provenir de la chambre de suppression du réacteur 2

TEPCO a annoncé le 15 mars qu'il n'y avait pas de fuite après examen des conduits de ventilation qui relient la cuve du réacteur 2 à la chambre de suppression. L'eau qui fuyait dans le sous-sol du bâtiment du réacteur provenait probablement de la chambre de suppression.
Dans cette conférence de presse du 15 mars, le porte-parole de TEPCO (ce n'est plus Matsumoto, je ne connais pas le nom de cette jeune personne qui parle en grommelant) n'a pas admis explicitement que la fuite provenait de la chambre de suppression ; il a dit à la place, en réponse à une question d'un journaliste du Tokyo Shinbun comment se sentait TEPCO après la découverte (au bout de 27 minutes) :
Comme la fuite ne provient pas d'une enceinte de confinement primaire, ce sera plus facile de colmater la fuite.

Comment un travail de réparation dans une partie inaccessible de la chambre de suppression (moitié inférieure) serait-il plus facile ?

Son raisonnement était que l'enceinte de confinement primaire était plus près de la forte contamination, donc tout travail de réparation éloigné de cette enceinte serait plus facile. Il a tenté de l'interpréter comme une découverte positive. ''L'enceinte primaire est saine, et c'est une bonne chose'', a-t-il dit. Le seul problème est comment découvrir la fuite dans la partie basse (en partie submergée) de la chambre de suppression, ou à d'autres endroits, disait-il.

Cela ne ressemblait pas à une réponse pour moi, mais comme d'habitude, le journaliste a dit ''OK, j'ai compris'', et ce fut la fin des questions.

L'une des photos prise par le robot de Toshiba, publiée le 15 mars.




Les niveaux de radiations à l'intérieur de la chambre torus du réacteur 2 ne sont pas connus. TEPCO n'a pu faire descendre la caméra et le dosimètre par le trou foré dans le premier étage car il y avait la présence inattendue de tuyaux qui bloquaient le passage.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.