Bistro Bar Blog

dimanche 10 mars 2013

Ultraman, 10 mars 2013, manifs 2 ans après + vidéo ARTE


Japon radioactif pour le 2ème anniversaire de l'accident nucléaire de Fukushima : manifestations pour ''Au-delà du nucléaire'' (routine, routine)



Rien n'a vraiment changé après l'accident nucléaire du 11 mars 2011.

2 à 3 mois après la catastrophe du 11 mars, au moment où l'étendue de la contamination par les radiations est devenue connue – boues d'épuration, cendres d'incinération des ordures ménagères dépassant 8000 becquerels/kg – des gens et des organisations ont démarré des manifestations sur ''l'au-delà du nucléaire'', avec des célébrités et des activistes sur scène disant aux spectateurs qu'ils s'opposaient à l'énergie nucléaire.



Ce n'était pas vraiment sur Fukushima ou les habitants de Fukushima, pas vraiment sur la contamination par radiations et quoi faire ; c'était ce beau concept d'une vie sans énergie nucléaire. Le secrétaire du PDL à ce moment-là et actuel ministre de l'environnement et fils de Shintaro Ishihara a qualifié en juin 2011 le mouvement ''au-delà du nucléaire'' d'hystérie de masse.


Je ne pensais pas grand-chose du nom, ''au-delà du nucléaire'' depuis le début.

Environ un an plus tard, début mars 2012, un groupe a démarré une manifestation devant le bureau du premier ministre pour s'opposer au redémarrage des centrales nucléaires. C'est un mouvement ''à sens unique'', ont dit les organisateurs. Les manifestations du vendredi ont été largement couvertes par le journaliste indépendant Yasumi Iwakami. Le mouvement s'est terminé en queue de poisson après une rencontre entre les organisateurs et le premier ministre à ce moment-là, Yoshihiko Noda et les remarques dédaigneuses des organisateurs envers les participants des manifs ont attiré des critiques.

Pendant ce temps, les aliments contaminés au césium radioactif continuaient d'être vendus au Japon, les dénommés ''points chauds'' des régions de Kanto et Tohoku restèrent en l'état, les gens continuent de vivre dans tiers central contaminé de la préfecture de Fukushima pour une raison ou pour une autre (travail, enfants qui ne veulent pas partir, etc.), et d'autres retournent dans la partie océanique plus contaminée de Fukushima car le gouvernement leur promet une indemnisation exceptionnelle s'ils rentrent. Il y a eu un curieux manque de reportages même de la part de journalistes indépendants sur la nourriture contaminée et l'élimination à grande échelle des débris de la catastrophe.

Deux ans plus tard, le 10 mars 2013, des gens font toujours la même manifestation ''au-delà du nucléaire''.

Voici celle du Parc Hibiya à Tokyo :




Ça fait certainement beaucoup de gens. C'est comme si on était revenu en septembre 2011.

Je trouvais bien ces manifestations locales contre des hommes politiques en particulier. Celle contre Yukio Edano à Saitama avait été remarquable.

*****************************************

Un article très complet sur la situation à Fukushima chez Pierre.

Avec le film d'ARTE, "Le monde après Fukushima" (1 h 17) :


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.