Bistro Bar Blog

jeudi 7 mars 2013

Le nucléaire et les conventions


La vérité du nucléaire et les conventions : je suis un ''terraiste''


6 mars 2013 par Ethan Indigo Smith


Le Japon est peut-être le plus saisissant exemple d'une société qui préfère adhérer aux conventions plutôt que s'intéresser à la vérité. C'est un pays où la tradition est valorisée, un endroit d'où sont originaires les traditions du seppuku (hara-kiri) et des pilotes kamikazes. Et c'est aussi la nation où se sont produites les pires catastrophes nucléaires. Les cités d'Hiroshima et de Nagasaki ont été bombardées et un nombre inconnu de gens, avoisinant sûrement les 200.000, ont été atomisés, des centaines de milliers d'autres sont morts de ses conséquences. Les cités ont été repavées et reconstruites, le béton réduisant les effets persistants des radiations. Et plus récemment la catastrophe de Fukushima a démarré. Pourtant la dégustation traditionnelle des pêches parfaites de la préfecture de Fukushima continue.


Les conventions supplantent tout dans un pays comme le Japon et comme dans toute institution oligarchique. Presque toutes les nations sont oligarchiques à un degré ou un autre et toutes les nations nucléarisées sont oligarchiques dans les manières les plus extrêmes, mettant en risque la vie et la terre au nom du profit et du pouvoir de quelques-uns. Les nations nucléaires sont oligarchiques de la manière la plus extrême et mentent aussi simultanément de la manière la plus extrême. Les mensonges de l'oligarchie deviennent officiels et infectent l'état d'esprit collectif par tous les moyens disponibles.

Quiconque ayant déjà assisté à des procédures judiciaires comprend que les conventions supplantent la vérité, quiconque ayant déjà regardé toute déclaration de corporation avec un œil averti sait que les conventions supplantent la vérité, au sein d'une institution. Mais la vérité supplante toujours les conventions dans la réalité. Le fait est que l'industrie d'expérimentation du nucléaire a toujours menti. Le mensonge principal à long terme est que l'expérimentation nucléaire est une source d'énergie prévisible, sûre et bon marché. La vérité est que c'est l'engagement le plus dangereux que l'homme ait conçu. La vérité est que c'est la source d'énergie la plus coûteuse et la plus dangereuse. Mais la vérité de la réalité supplante toujours les conventions des institutions. Le mensonge est parfois si gros que la vérité alternative est ridiculisée. Mais la réalité se fraye toujours un passage dans la façade des institutions. Tokyo, la cité la plus peuplée au monde, est recouverte d'une épaisse couche de particules de meltdown nucléaire. Cette vérité ne pourra être cachée longtemps par l'entremise des mensonges des institutions.

Les mensonges à court terme de TEPCO surtout et de l'industrie d'expérimentation nucléaire dans son ensemble donnent quelque chose comme ceci : il n'y a pas de problème. Il y a un problème. Il y a eu une petite fuite. Il n'y a pas eu de meltdown. Il est possible qu'il y ait eu un meltdown partiel. Il a pu y avoir un meltdown. Il y a eu plusieurs meltdown. Il y a eu plusieurs meltdown traversant. Les coriums sont partis. Les coriumss ont pénétré la nappe d'eau. L'océan Pacifique est pollué au point de non-retour et cette pollution radioactive va probablement continuer ses effets pour les deux prochains siècles ce qui les fera durer des centaines de milliers d'années. Les réservoirs d'eau radioactive sont pleins. Les piscines de refroidissement, contenant chacune un volcan sans fin de combustible se trouvent dans des bâtiments instables en danger d'effondrement. Une région du Japon est foutue au-delà de toute mesure, le Pacifique et toute la planète ont changé, subissant une dose massive d'entropie. Les japonais en tant que société sont entraînés à tout laisser de côté et à pratiquer les conventions. La vérité est qu'il est temps de mettre les conventions de côté. Le monde, pas uniquement le Japon a besoin de résoudre l'énigme de l'expérimentation nucléaire. Le monde a besoin de se réveiller. Cette catastrophe en cours ne peut être recouverte de béton. La vérité doit être vue en face.

Le monde doit renoncer aux conventions et arrêter l'état de guerre perpétuelle (entre nations et aussi mentale) qui résulte de l'expérimentation nucléaire. La guerre est un racket. Et l'expérimentation nucléaire est une industrie de guerre, qui fait partie du complexe militaro-industriel. Et qu'on le veuille ou non, la guerre est la corne d'abondance d'un millier de corporations dont les seules motivations technologiques sont gouvernées par le profit. La considération morale n'existe pas.

Nous avons besoin de changer notre état d'esprit, de passer de l'égocentrisme au partage, d'une étroitesse de vue à une intégration ouverte, de la compétition à une intégration compatissante. Nous nous tuons nous-mêmes et tuons la planète. Nous devons passer de l'état de terroristes se battant entre eux à chaque étape du chemin, prisonniers de croyances et de conventions, à celui de ''terraistes'' orientés vers le bien-être de la Terre Mère et de tous les êtres vivants de la planète. Je suis un ''terraiste''.

Je continue de penser que l'activité humaine la plus dangereuse a été l'expérimentation nucléaire, mais ce n'est que le symptôme d'un plus grand problème, celui de notre état d'esprit. Il nous faut changer notre mentalité et l'amener vers une recherche de la vérité et ne pas croire aux conventions dictées par les institutions. L'état d'esprit disant que nous sommes des terroristes et l'autoriser est le vrai danger. Je suis un ''terraiste'', un guerrier pacifique.



SOURCE : http://www.zengardner.com/nuclear-truth-and-formality-why-i-am-a-terraist/



Traduction originale par Hélios du BBB.



5 commentaires:


  1. Je suis quasi-persuadé que tout ça était voulu depuis le début, ceux qui tiennent les énergies faisant partie des fucking happyfew qui connaissent le vrai passé de la Terre et des humanités. Le nucléaire, ça marche et on est dans la merde pour 500 000 ans, ça marche pas et c'est la supermerde pour 500 millions d'années...
    A moins qu'il n'existe un moyen électromagnétique de contention-nettoyage (j'arrive pas à remettre la main sur l'article), j'aurais préféré me dorer à la radiation pyramidienne...

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Personnellement, je ne crois pas que l'océan Pacifique soit "pollué au point de non retour".

    Je pense plutôt que les pollutions suivent des chemins préférentiels par les courants,comme le Kuroshio, présenté comme le Gulf Stream du Pacifique. En 1959, un groupe de Gallois d'environ 25000 personnes se nourrissait d'un pain d'algues, genre porphyra, lesquelles absorbaient et concentraient 1800 fois le ruthénium 106 que rejetait l'usine de retraitement de Winscale à plusieurs centaines de km de là (mer d'Irlande).

    Ce n'est pas forcément plus rassurant car il vaut mieux un accroissement infinitésimal généralisé au Pacifique que des doses localisées, mais beaucoup plus importantes. C'est parce que le nuage de Tchernobyl a fait deux fois le tour de la planète du fait des conditions atmosphériques du moment et de l'effet cheminée des centaines de tonnes de graphite en fusion qui enveloppaient les "mille micro-cuves" du réacteur, que la population locale a été "relativement" peu contaminée.

    Je crains également que n'importe lesquels des humains puissent-être, à certains moments, contaminés par des poissons ayant fréquenté les côtes de Fukushima où s'est déposé une partie de la radioactivité. En août 2011, des traces de cesium de Fukushima ont été mesurées dans quinze thons rouges du Pacifique, au large de la Californie (Science et Vie de mars).

    Ca tombe bien, le thon rouge est en raréfaction. Il vaut mieux éviter d'en manger.

    (L'histoire des Gallois et du ruthénium 106 provient du livre électronucléaire danger, publié en 1977 au Seuil par le Groupement des Scientifiques pour l'Information sur l'Energie Nucléaire)

    Amicalement,

    Delphin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Delphin de tes commentaires toujours bien documentés.

      Mes amitiés.

      Supprimer
  3. Ah, chère Hélios, que deviendriez-vous sans les Anonymes? Mais il faut quand même que nous ayons le coeur bien accroché à nous voir accusés de mentalité rétrograde, jugés d'avance et supprimés le cas échéant par manque de contributeurs "officiels" capables d'assurer un échange plus factuel. Bien à vous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec le "bouclier" anonyme, tout est facile. Que de "beaux" parleurs aussi sous ce terme ! Ce qui est supprimé, et c'est très bien, ce sont les esprits qui mettent des comm. parfois ignares, teigneux, irrespectueux. Jamais un comm. n'a été supprimé pour avoir eu un avis différent. Alors, ceux qui se sentent "mouchés" par une suppression, n'ont qu'a passer leur chemin, il y a plein de blogs à lire. Laissez donc Hélios faire ce que bon lui semble, c'est son blog après tout ! bien à vous, anonyme de 16:25

      Supprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.