Bistro Bar Blog

samedi 23 mars 2013

Japon : seul dans la zone interdite avec les animaux

Je reprends l'excellent article de Kna sur Naoto Matsumura. À lire absolument.


Naoto Matsumura, seul dans la zone interdite de Fukushima pour sauver les animaux


Naoto Matsumura, fermier de 53 ans, est né et à grandi à Tomioka, petite ville dans la zone désormais interdite, à moins de 20 km de la centrale nucléaire de Fukushima en ruines. Ne voulant pas évacuer au début de la catastrophe  comme tous ses concitoyens, il décide pourtant le 15 Mars 2011, après l'explosion du réacteur n°4, de quitter avec les siens la ferme exploitée par sa famille depuis 5 générations.




Son père leur suggère de se réfugier chez sa soeur dans le Sud, mais de peur d'être contaminée par les radiations, celle-ci ne leur ouvrira pas sa porte. Impossible également de trouver de la place dans les centres d'hébergement pour les réfugiés de la catastrophe, déjà surchargés.




Naoto Matsumura décide alors de laisser sa famille à Iwaki et de retourner chez lui pour nourrir ses animaux.


le dernier habitant de Fukushima par Aujourdhui_le_Japon


Le dernier homme de Fukushima. Entretien avec... par Mediapart

Il vit à Tomioka, dans la zone interdite (en orange) à côté de Daiini



Il verra alors affluer dans sa cour des chats faméliques, auxquels pris de pitié il jettera des croquettes. Puis devant les concerts d'aboiements et de hurlements que sa camionnette déclenche sur son passage, il découvrira rapidement, d'abord chez ses voisins puis dans tous les environs, que partout des animaux ont été abandonnés, souvent enfermés ou attachés et incapables de se nourrir, leurs propriétaires pensant pouvoir rentrer chez eux assez rapidement.

Il décide alors de rester définitivement dans la zone évacuée et interdite, pour sauver et s'occuper d'autant d'animaux qu'il le pourra, et leur éviter de mourir de faim ou d'être abattus selon les consignes  du gouvernement local.

Sans électricité, sans eau courante ni sanitaires, se nourrissant les premiers temps de viande, poissons et végétaux contaminés et d'un filet d'eau capté dans la montagne au dessus de sa maison, se chauffant avec un poêle à charbon, Mr. Matsumura craint les effets de la radioactivité, qu'il sait très bien se trouver partout dans son environnement. Jusqu'à 2 µSieverts dans sa maison, et plus de 7 µS à l'extérieur ... Il pense alors en avoir pour 5 à 10 ans, avant de déclarer un cancer ou une leucémie.



Mais Naoto Matsumura n'abandonne pas. Se disant plein de rage à l'encontre de TEPCO, qu'il juge pleinement responsable de ce désastre nucléaire qu'il se refuse à oublier, il est bien décidé à ne pas laisser les autorités supprimer les preuves de l'impact de la contamination radioactive, en faisant disparaître les animaux possiblement affectés et leur descendance.




Il construit des enclos, pose des clôtures, et chaque jour s'occupe de 400 vaches, 60 cochons, plus d'une centaine de chats et des dizaines de chiens, et nombres d'autres animaux.


Naoto Matsumura, seul dans la zone interdite de... par kna60

Dans le shinto, explique Mr. Matsumura, humains et animaux sont égaux, aucune espèce n'est supérieure à une autre. Toutes les choses, tous les êtres sont égaux parce que la nature contient une dimension sacrée qui mérite notre déférence et respect. Nous devrions tous posséder l’intuition, et comprendre que nous sommes une humble partie de ce délicat tissu de relations que l’on appelle la vie, et au grand jamais, son exploiteur, ni son destructeur.


 
Durant ses patrouilles dans la zone, il découvrira dans les collines deux chiens pris dans des pièges à sanglier, à qui il sauvera la vie, au prix d'une patte rongée par la gangrène.



Durant l'été 2012, il trouvera un chien enfermé dans une étable, qui a survécu en se nourrissant des cadavres du bétail. Attendant probablement ses maîtres, à l'article de la mort, ayant perdu presque tout son pelage, incapable même de se tenir debout ou de boire de l'eau, ce chien surnommé depuis "Kiseki" (miracle) survivra, après que Naoto l'ait emmené chez un vétérinaire en dehors de la zone interdite. Lequel vétérinaire commencera par l'accuser de maltraitance, le croyant propriétaire de l'animal ! Finalement sorti d'affaire mais n'ayant retrouvé qu'un poil court le protégeant mal des rigueurs hivernales, Kiseki sera adopté par un bienfaiteur à Tokyo.

Kiseki avant et après


Mais Mr. Matsumura ne pourra pas tous les sauver, animaux d'élevage ou de compagnie. Nombre de chiens et de chats restés libres retourneront à l'état plus ou moins sauvage dans les bois, et entre autres, un millier de vaches et des dizaines de milliers de volailles restées captives mourront de faim dans la région.

 
L'histoire de cet homme "un excentrique, mais qui fait des choses admirables !" selon l'un de ses anciens voisins qui lui rend visite lors de permissions, commence à être connue. Son cas d'exposition aux radiations intéresse quelques chercheurs de la JAXA, L' Agence de l'Exploration Aerospatiale du Japon, qui demandent à faire des tests sur sa personne.


C'est à la prestigieuse - et très politiquement correcte - Université de Tokyo que Mr Matsumura subira un scanner "corps complet" de 18 minutes, sous la houlette du "bon docteur" Yamashita. Vous savez, celui qui dit que
la radioactivité est sans effet sur ceux qui sourient ...
On lui annonce alors qu'il est "champion" des taux d'exposition, l'homme le plus radioactif du Japon. Mais qu'il ne sera pas être malade avant 30 ou 40 ans ...
Arrive ce qui arrivera déclare-t-il. Je pensais arriver à 80 ans, mais finalement je m'arrêterai peut-être avant ...

Grâce à de nombreux soutiens, Mr Matsumura n'a plus maintenant à se soucier de trouver une nourriture saine et contrôlée pour ne pas aggraver sa contamination interne. Les dons de particuliers et l'aide de plusieurs ONG lui sont précieux sur le terrain, et lui ont permis en Mai 2012 de fonder sa propre organisation, "Ganbaru Fukushima". Il peut ainsi poursuivre son action légalement, au contraire d'autres sauveteurs bénévoles, en butte aux autorités locales. (1) (2)

"Ganbaru" pourrait se traduire par rester ferme, persévérer, travailer dur. Autant de termes que personnifie Mr. Matsumura depuis l'évacuation de sa ville Tomioka voilà 2 ans, alors que lui seul est resté pour aider ceux qui ne pouvaient protester ou demander de l'aide, les animaux !

Antonio Pagnotta, journaliste et photographe, A rendu plusieurs fois visite à Mr. Matsumura, dans ou hors de la zone interdite, et a écrit un livre sur lui, "Le dernier homme de Fukushima". Voici une interview de ce journaliste sur France Info.

Voici également par Mr. Pagnotta un portfolio de 24 photos.


Naoto Matsumura.
À l'exact opposé des affirmations d'un certain salopard ex-gouvernemental, voilà un homme que le nucléaire a littéralement renvoyé à la bougie !
Mais c'est lui un grand homme, un vrai.

Dans sa maison de la zone interdite, il dîne encore à la chandelle, utilise un panneau solaire et un générateur de secours pour alimenter son ordinateur et son téléphone cellulaire. Au prix de mettre ses jours en danger et de devenir un hibakusha, un paria que même sa famille ne veut plus approcher, il a librement choisi sa voie pour les années qui lui restent à vivre.

Une belle leçon de courage, d'humilité et d'humanité. Merci Monsieur Matsumura.
Thank you, Matsumura-san.








L'ONG "Ganbaru Fukushima" de Mr. Matsumura possède un site en Japonais, avec quelques traductions en Anglais. On peut aussi y trouver une adresse mail de contact et faire des dons via PayPal, pour ceux qui voudraient participer. (Pour la France, les frais de transaction sont d'environ 4,25%)
Voici une traduction automatique de la page d'accueil via Google.








6 commentaires:

  1. Grand Merci Hélios pour ce document d'exception.

    Les vidéos ne fonctionnent pas. Comment faire pour les visionner ?

    Encore Merci d'une fidèle B.B.Blogueuse.
    Fêh.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les vidéos sous dailymotion fonctionnent sur le blog.

      Va voir ici sur la chaîne de Kna :
      http://www.dailymotion.com/kna60#video=xtwd5s

      ou en cliquant sur le lien vers le blog de Kna (1ère phrase de l'article)

      Supprimer
  2. Merci Hélios, poignant. Heureusement qu'il y a des êtres d'exception !
    Les vidéos fonctionnent pour moi, dommage, Fêh

    RépondreSupprimer
  3. je croyais que le bien n'existait plus en l'homme et voilà que cet homme me prouve le contraire, tant mieux et mille merci Mr Matsumura

    RépondreSupprimer
  4. c'est magnifique quel courage quelle humanité et en plus cet homme est beau il respire la pureté merci pour cet article

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir,

    Merci Hélios.

    Admirable. Que du bonheur. Merci a lui.

    Bises a tousss, Léa.

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.