Bistro Bar Blog

mardi 26 mars 2013

Contrôle mental et Nouvel Ordre Mondial (1/2)


Un article que j'ai traduit il y a quelques jours et qui m'a beaucoup perturbé. Ce qui fait que je n'ai pas osé le publier, par égard à la sensibilité des lecteurs. Et je l'ai proposé au site Pedopolis.com (qui ne l'a pas publié non plus pour l'instant).

Mais l'un de vous m'a demandé si j'avais quelque chose sur le contrôle mental. 

Donc, le voici, mais j'avertis les lecteurs qu'il est très perturbant. Il parle des débuts du programme MK-ULTRA et des techniques de surveillance actuelles et pour l'avenir.


Contrôle mental et Nouvel Ordre Mondial


Par LEN KASTEN, juin 2012


Le 28 novembre 1953 à 2 h du matin, un homme traversa une fenêtre fermée et s'écrasa 10 étages plus bas devant le Statler Hotel de New York. On l'identifia comme Franck Olson, bactériologiste du centre de recherche de l'armée américaine de Fort Detrick, dans le Maryland. Il était tombé d'une chambre qu'il partageait avec un autre scientifique, Robert Lashbrook. On conclut à un suicide.


En 1975, 22 ans après, William Colby, directeur à l'époque de la CIA, leva le secret sur des documents qui révélèrent la complexité de l'affaire. Il fut mis au jour qu'Olson était en réalité un agent secret de la CIA de Fort Detrick, et qu'une semaine avant sa mort, il avait bu un Cointreau lors d'une conférence de haut niveau à Deep Creek dans la campagne du Maryland avec des scientifiques. Une grosse dose de LSD avait été mélangée au Cointreau par son patron de la CIA, Sidney Gottlieb. On l'envoya ensuite à New York avec Lashbrook, qui faisait aussi partie de la CIA, voir un psychiatre parce que le LSD avait entraîné une psychose.



Il fut également révélé qu'Olson avait fait partie d'un programme top secret de la CIA connu comme le projet MK-ULTRA, qui explorait l'usage de produits chimiques et de drogues à des fins de contrôle mental, et d'agents bactériologiques pour des assassinats clandestins. Olson avait travaillé sur les moyens de répandre l'anthrax sous forme d'aérosols, à utiliser comme arme. Une nouvelle preuve mise en lumière, grâce aux efforts persistants du fils d'Olson, Éric, rendait le suicide hautement suspect.



Il s'avéra qu'Olson avait été étiqueté comme risque pour la sécurité par les services secrets britanniques après avoir été témoin d'expériences sur des humains qui le bouleversèrent, lors d'un voyage à Francfort en Allemagne l'été précédent. Éric Olson pense aujourd'hui que son père a été drogué et ensuite assassiné pour s'assurer qu'il ne révélerait pas les secrets du projet MK-ULTRA. Suite aux révélations de 1975, le gouvernement dut se sentir plus que coupable de l'affaire, car on accorda à la famille d'Olson une audience de 17 minutes avec le président américain Ford, qui leur présenta des excuses et ils reçurent des dédommagements d'un montant de 750.000 dollars.



Le contrôle du comportement humain

Le programme MK-ULTRA fut institué le 13 avril 1953 par le directeur de la CIA Allen Dulles, apparemment pour contrer les techniques de lavage de cerveau sur les prisonniers américains détenus par les nord-coréens pendant la guerre de Corée et pour reproduire ces techniques sur des prisonniers ennemis, c'est à dire créer des ''candidats mandchouriens (ou mandchou)''. C'est ce qui était prétendu afin d'obtenir des fonds pour le projet. Cependant le programme de lavage de cerveau des prisonniers de guerre n'était que le sommet de l'iceberg et des expériences supervisées par la CIA furent menées à grande échelle dans les domaines du contrôle mental sous l'égide du MK-ULTRA, expériences qui n'avaient peu ou rien à voir avec des méthodes d'interrogatoire.



Les révélations de Colby faisaient partie d'une considérable enquête de la CIA de janvier 1975 faite par la ''Commission des Activités de la CIA au sein des États-Unis'', présidée par le vice-président Nelson Rockefeller. Le rapport pour le président qui en sortit en juin 1975 disait : ''Le programme de drogues faisait partie d'un programme beaucoup plus vaste pour étudier les moyens capables de contrôler le comportement humain. D'autres études exploraient les effets des radiations, des électro-chocs, de la psychologie, de la psychiatrie, de la sociologie et des substances pénalisantes''.



Bien que le programme prit un départ laborieux avec l'affaire Olson, il se rétablit rapidement et devint un projet de parrainage pour 149 sous-projets. Le principe directeur global était succinctement exposé dans une note interne de la CIA datée de janvier 1952 :''Pouvons-nous obtenir le contrôle d'un individu au point tel qu'il se soumettrait contre sa volonté et même contre les lois naturelles comme l’auto-préservation ?''



Le programme de drogues se fit de 1951 à 1956 sous l'égide de la division chimique de l'équipe des services techniques dirigée par Sidney Gottlieb. Gottlieb était un excentrique très intelligent qui buvait du lait de chèvre, aimait les danses folkloriques et faisait pousser des sapins de noël dans sa ferme à côté de Washington.



L'Agence finança les programmes de recherche sur le LSD dans des centres médicaux et des universités importantes dont l'hôpital psychiatrique de Boston, l'hôpital du Mt Sinaï de l'université de Colombie, la faculté de médecine de l'Illinois, l'université d'Oklahoma et bien d'autres. Le financement était réalisé en secret par la fondation Josiah Macy et le fond Geschickter pour la recherche médicale à Washington D.C. La CIA prétendait que le secret était nécessaire pour ne pas mettre au courant les russes, mais nous avons déjà vu que cela faisait partie d'un projet beaucoup plus important pour apprendre à contrôler le comportement humain en général, ce n'est donc pas crédible.



Gottlieb expliqua au Dr Harold Abramson de Mt Sinaï (qui était justement le psychiatre qu'Olson était supposé voir!) qu'il voulait ''du matériel opérationnel pertinent [concernant] : a. la perturbation de la mémoire ; b. une dévalorisation par comportement aberrant ; c. une altération des modèles sexuels ; d. du soutirage d'information ; e. une suggestibilité ; f. une création de dépendance''. Cela ressemblait à un truc plutôt du style espionnage. Ils avaient vraiment peur de la réaction du public et d'une condamnation par le congrès, surtout parce que la charte de la CIA n'autorisait pas des opérations privées et interdisait avec certitude toute expérience sur des citoyens américains.



Le durcissement de la recherche est très bien illustré par le travail financé par la CIA du Dr Harris Isbell, directeur du centre de recherche sur les addictions de Lexington, dans le Kentucky. Des détenus de cet hôpital, pour la plupart noirs, furent encouragés à se porter volontaires pour une recherche sur le LSD en échange de drogues dures de leur choix ou d'un raccourcissement de leur temps de peine. Dans la plupart des cas, on leur donna de la morphine pure ou de l'héroïne. À une époque, Isbell garda sept hommes sous LSD pendant 77 jours d'affilée. De nombreux autres y furent pendant plus de 42 jours.



Concernant l'usage étendu du LSD, John Marks dans son livre qui fait date À la recherche du candidat mandchou : la CIA et le contrôle mental dit de l'écrivain Hunter S. Thompson (récemment décédé) qu'il ''effrayait ses lecteurs avec ses récits de défonce au LSD qui durait quelques jours, durant lesquels Thompson sentait son cerveau se ratatiner au soleil, ses nerfs comme enveloppés de fils barbelés et ses facultés ramenées à leurs antécédents reptiliens''. Le récent film The Rum Diary (en français Rhum Express, sorti fin 2011), avec Johnny Depp, basé sur le livre autobiographique de Hunter S. Thompson, présente une adaptation de ses aventures sous LSD.



La CIA met en marche le non-conformisme



Non satisfait de la recherche universitaire, Gottlieb recruta un agent des narcotiques de New York, George White, pour distribuer subrepticement du LSD dans les ''milieux marginaux''. Opérant dans des centres d'hébergement de Greenwich Village, White donna des doses à des prostituées, des proxénètes, des accro à la drogue et autres ''gens marginaux'' et observa ensuite les résultats qu'il rapporta à Gottlieb.


John Marks dit que c'étaient des gens ''qui seraient incapables de chercher à se venger d'une quelconque manière s'ils apprenaient un jour ce que la CIA leur avait fait. En plus de leur peu probable envie de dénonciation, de telles personnes vivaient dans un monde où une dose involontaire d'une quelconque drogue...représentait de toutes façons les risques du métier''.


White finit par l'utiliser au hasard dans tout New York et San Francisco. À propos des résultats, Marks dit, ''Les scientifiques du MK-ULTRA ne récoltèrent que des catastrophes, des délits et de la déception dans leurs efforts d'utiliser du LSD comme arme miracle contre les cerveaux de leurs adversaires''. Ils poursuivirent pourtant ce programme pendant 10 ans jusqu'en 1963.



Ironiquement, comme la CIA s'était accaparée le marché international du LSD, raflant toute la production de Sandoz, la propagation de la drogue qui contribua au non-conformisme se fit par l'Agence. Voilà comment le ''power flower'' (les ''hippies) devint psychédélique.



Mais les expériences de LSD ont pu avoir plus de succès que ce Marks reconnut. Les effets précis sur la chimie du cerveau étaient notés soigneusement de même que les six domaines qui revenaient à Gottlieb : les perturbations sur la mémoire, le comportement aberrant, les modèles sexuels déformés, le soutirage d'information, la suggestibilité et la création d'une dépendance. Cela devint évident quand ils commencèrent à utiliser le LSD comme une adjonction aux expériences d'hypnose et d'électronique.

SOURCE
Traduit par Hélios pour le BBB.

À suivre ...

16 commentaires:

  1. La CIA et le Pentagone spécifient que tout assassinat par défenestration doit être pratiqué du 5° étage au minimum pour être efficace à 100%
    Pépé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y° Pépé
      Ou alors recommencer plusieurs fois... Ou le pendre avec des bretelles pour tenter la fracture du crâne...

      Supprimer
  2. un documentaire sur cette affaire :
    http://www.mystere-tv.com/les-experiences-inavouables-de-la-cia-v1569.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, cette vidéo reprend en partie le contenu de l'article. Merci.

      Supprimer
  3. Bé peut pas le faire tout seul ça...( un homme traversa une fenêtre fermée et s'écrasa 10 étages plus bas) Manipulations permanentes... merci Hélios, j'espère que beaucoup qui te lise, vont ENFIN comprendre..(pas sûr) lavage de cerveau par désinformations, par fausses révélations, par images subliminales...télé et cinéma... amusement du peuple... FOOT, sports de toutes natures, scandales, problèmes à résoudre, donc esprit occupés = non observation et concentration sur ce qui est RÉEL. Pauvre race humaine..où et comment va t'elle finir ? pour l’intérêt de qui ? INTERGALACTIQUE ! ? La planète TERRE est un drôle de "brouillon" et d'essais...mais de qui ? pour qui ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous oubliez plein de choses: le nucléaire, les antennes-relais, les chem-trails, les bisphénols, les vaccinations, ... les bras m'en tombent. Il y a de quoi rester sur le carreau dix fois par jour. Mais il n'en est rien, on est toujours là. Alors, du calme. Si je vous comprends bien, vous recommandez aussi de "désoccuper" notre esprit de ces emprises. Un pas après l'autre, déjà sur Terre, à commencer par notre jardin, peut-être, ou devant notre porte. Il y a de quoi faire, surtout quand revient le printemps!

      Supprimer
    2. Oui, LOL on a bien de quoi jouer la Vénus de Millau , pas pratique pour le jardinage ;-) cependant pour ne plus être tributaires de ces emprises...faut faire vite ! à vous ♥

      Supprimer
    3. Ça, c'est l'autre truc. Bien sûr qu'on veut nous fait croire qu'il faut toujours faire plus vite. Mais mémé ne se laisse plus pousser dans les orties! En ce moment, elle les cueille à mains nues, (bon pour les rhumatismes, dit-on, donc bon à prendre à tout hasard) et en fait de délicieuses soupes. Et la nuit, elle fait des rêves qui sont, qui sait, peut-être intergalactiques, mais, comme son foie et ses reins ne sont pas encombrés, sans tous ces méchants! Vive le printemps, et qu'il dure le temps qu'il nous faut!!!

      Supprimer

  4. Merci Hélios, c'est bizarre je n'en entends pas parler aux infaux, (ho hoh)...
    Ni de la loi scélérate sur les semences, extrait de chez kokopelli:
    La loi du 8 décembre 2011 relative au « Certificat d’Obtention Végétale » (COV), proposée par un sénateur UMP, soutenue par le gouvernement de Nicolas Sarkozy et votée par la majorité UMP, a gravé dans le marbre l’interdiction de semer le grain récolté et l’obligation, dans cette hypothèse, de payer des royalties aux semenciers-sélectionneurs dès l’usage en deuxième génération des semences vendues sur le marché.

    Bien que François Hollande, alors candidat à la présidentielle, se soit engagé1 à retirer ce texte, ses décrets d’application sont en cours de préparation.

    En sachant que la majorité des graines US sont OGM avec trafficotage d'ADN à but vaccinal. Je signale à certains qu'il$ ont un vaccin contre... le fanatisme religieux !! Hé oui, ça sert d'étudier le cerveau, la génétique, le lobbyisme, le subliminal, les nanotech et de ne pas avoir de conscience émotionnelle. En un mot d'être psycho-sociopathe. Une tendance qui toucherait 90% des dirigeants de tous poils, ras en général...

    RépondreSupprimer
  5. Oui, il faut savoir que le côté obscur existe pour être vigilant à son encontre, et merci Hélios de nous ouvrir les yeux.
    N'oublions pas pour autant le côté lumineux, notre côté lumineux, et pour une bouffée d'air frais, de lumière et de compassion, ces belles choses qui font aussi partie de notre humanité :
    http://compassion.inrees.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre réflexion est la bienvenue pour la Semaine Sainte que nous vivons en ce moment. Merci!

      Supprimer
  6. A propos de la compassion. Je suis allée sur le site que vous recommandez, car ce sujet m'intéresse beaucoup. On y est accueillie par 22 visages souriants de personnes rayonnant la bonne santé physique et morale. Des textes qui suivent ressort que le premier effet de la compassion est le bien-être personnel, suivi d'un deuxième effet avantageux qui accroît considérablement notre intelligence.
    La compassion serait donc tout bénef: wellness, intelligence, épanouissement personnel..., bref, le Paradis sur Terre. Excellent marketing pour la philosophie bouddhique!
    Faudrait-il donc que certains d'entre nous, en occident, ne soient pas du tout à la hauteur en souffrant comme nous souffrons, en souffrant pour du bon!

    RépondreSupprimer
  7. Le LSD. 77 jours d'affilé, supplice éternel... mais une fois tout les 7 ans, jeunesse assurée de 7 à 77 (on devrait bientôt dire de 9 à 97 ans) Expériences verticales, conscience planétaire shamanique... hommage à Carrol Lewis, la CIA ne le contrôlera pas.

    RépondreSupprimer
  8. http://www.dailymotion.com/video/x2kx2m9_les-techniques-de-controle-mental-de-la-cia_school

    RépondreSupprimer
  9. MK-ULTRA probablement tous lier au transhumanisme au transfert de conscience ?
    Que pense-tu de cette nouvelle? http://www.express.co.uk/news/weird/642184/First-contact-Stranded-alien-being-pleads-with-UFO-investigators-for-help La conscience exogène se connecterait avec la conscience d'un témoin humain et utiliserait son "matériel psychique" pour se manifester à lui. C'est ce que des chercheurs appellent "l'intrication psychique", impliquant des états modifiés de conscience ...
    De ce point de vue éternel, qui est celui de la Conscience ...Transhumanisme Purgatoire- Chant second - Le débarquement des âmes, Les Gris travaillent avec des humains et d'autres races en vue d'une évasion collective"? Ces Gris se sont pas des clones biologiques mais de pures machines, de purs robots organiques possédant un hardware, un programme pour les faire fonctionner mais dépourvu d' âmes éternelles. Leur tâche consisterait à "maintenir" en état de marche des clones d'une race extraterrestre en pleine décadence. Nous, les hommes servirions de matière première pour tenter de redonner l'étincelle de vie à ces clones. transcender nos deux attributs pour émerger dans l’ailleurs…Cela ne constitue t’il pas en l’état une sorte de « mur de la conscience», mur qui est alors partagé par l’ensemble des êtres conscients disposant d’au moins un des attributs « corps » et/ou « âme » ?

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.