Bistro Bar Blog

mercredi 13 février 2013

Ultraman, 13 février 2013 : réaction Japon au test Corée du nord


Japon radioactif : le gouvernement national suit en détails le test nucléaire de la Corée du nord et publie aussitôt les données de SPEEDI


C'est désopilant et exaspérant à la fois.

Le gouvernement japonais A CACHÉ les données de simulation de SPEEDI aux citoyens juste après le début de l'accident nucléaire de mars 2011 parce que, comme ils l'ont dit ''C'est si mauvais que nous pouvons les publier au public''. Presque personne au Japon n'avait entendu parler de SPEEDI jusqu'à ce que le Pr Toshiso Kosako en parle tout en pleurant lors de sa conférence de presse concernant sa démission fin avril 2011 et presse le gouvernement de le révéler. Ce ne fut qu'en mai 2011 que le ministère de l'éducation posta très tranquillement les données de SPEEDI sur son site web, sans aucune fanfare.

Mais aussitôt que la vilaine et méchante Corée du nord fait exploser une bombe nucléaire souterraine, toutes les agences du gouvernement se marchent les unes au-dessus des autres en essayant de publier les dernières mesures et prévisions. L'Agence météo japonaise en fait partie, elle avait interdit aux chercheurs de faire une quelconque mesure de radiations ou de dire au public quoi que ce soit sur les radiations juste après le début de l'accident nucléaire.

Voici donc le ministère de l'éducation, qui publie extrêmement rapidement (12 février) le résultat de simulation de SPEEDI pour les retombées possibles (quelle blague) du test nucléaire, à l'aide de l'iode-131 et suppose qu'il y a eu des retombées (ce qui est hautement improbable). En haut est pour le niveau de surface, en bas à une altitude de 1000 mètres.


Pendant ce temps, le premier ministre pense qu'il est dans la définition d'une ''auto-défense'' d'attaquer les installations militaires d'une nation étrangère hostile et que c'est autorisé par la constitution.
Tous les gros titres des journaux japonais sont affairés à faire tout un plat du test nord-coréen, sans aucune honte.

3 commentaires:

  1. "C'est qui qu'a péter?!"

    Fit le premier d'la classe en se retournant vers le pouillout' (le crasseux).

    Bien sur, tous les autres élèves se retournèrent vers le pauvre Pouillout'!

    Et le premier d'la classe, lui, fier de lui, put continuer à faire le beau dans son caca...



    Mais pouillout' lui il sait que c'est pas vrai...
    Ça lui fait une belle jambe!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Question:
      Lequel des deux a le plus grand problème?

      Supprimer
  2. Leçon de politique d'un certain Clémenceau parlant de son collaborateur Mandel: "Il est commode, quand je pète, c'est lui qui pue!"

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.