Bistro Bar Blog

vendredi 8 février 2013

Déchets radioactifs dans des produits de consommation

On serait peut-être très surpris si une recherche sérieuse était faite en France. Un article du site alternatif américain WashingtonBlog.

Le gouvernement se débarrasse des déchets radioactifs en les mettant dans votre ARGENTERIE


Posté le 28 janvier 2013 par WashingtonBlog


Le Département de l'Énergie veut introduire des déchets métalliques radioactifs dans des produits de consommation

Le consensus scientifique prédominant veut que la moindre dose de radiation – même petite – peut causer un cancer et d'autres graves effets de santé.


(Les normes de sécurité actuelles sont basées sur la ridicule supposition que toute personne exposée est un homme en bonne santé dans la vingtaine – et que les particules radioactives injectées dans le corps ne causent pas plus de dommages que des radiations atteignant l'extérieur du corps. Dans le monde réel pourtant, même de faibles doses de radiations peuvent engendrer un cancer. De plus, des petites particules de radiations – nommées ''émetteurs internes'' – qui pénètrent dans le corps sont bien plus dangereuses que les expositions globales aux radiations. Et les radiations affectent bien plus les jeunes enfants que les adultes ayant fini leur croissance.)


Mais le Département de l'Énergie – agence responsable de la conception, des tests et de la production de toutes les armes nucléaires américaines, favorise l'énergie nucléaire comme l'une de ses fonctions primordiales, elle qui a dissimulé des accidents nucléaires pendant des décennies, et s'est servie de lignées mutantes de cellules humaines pour encourager des arguments magiques , antiscientifiques – propose d'autoriser les radiations à entrer dans votre argenterie.



Counterpunch note:
Même le Wall Street Journal heureux d'une déréglementation a semblé choqué : ''Le Département de l' Énergie propose d'autoriser la vente de tonnes de morceaux de métal provenant de sites nucléaires du gouvernement – une tentative pour réduire les déchets, considérée par les critiques comme pouvant aboutir à des boucles de ceinture, des implants chirurgicaux et autres produits de consommation empoisonnés aux radiations.''
Après avoir échoué dans les années 80 et 90 à débarrasser les usines à bombes nucléaires et les laboratoires nationaux de leurs millions de tonnes de déchets contaminés irradiés et de leur nickel, le Département de l'Énergie tente de nouveau sa chance. Sa toute dernière proposition est d'avancer sans même un seul Relevé d'Impact Environnemental. Ces Relevés compliqués nécessitent des séances publiques, vous imaginez donc la réticence du Département de l'Énergie à se retrouver face au public pour l'ajout d'un supplément de radiations aux doses que nous accumulons déjà.
Le député Markey écrit :
La proposition du Département de l'Énergie d'autoriser 14.000 tonnes de ses déchets métalliques radioactifs pour recyclage dans des produits de consommation a été remise en question aujourd'hui par le membre du Congrès républicain Ed Markey en raison d'inquiétudes sur la santé publique. Dans une lettre envoyée au directeur du Département de l'Énergie, Steven Chu, Markey a exprimé ses ''sérieuses inquiétudes'' sur la possibilité que ces métaux deviennent des bijoux, de la coutellerie ou autres produits de consommation qui pourraient dépasser les doses de radiations admissibles pour la santé sans que le consommateur ne soit au courant. Le Département de l'Énergie a fait cette proposition pour abroger son précédent moratoire sur le recyclage des déchets métalliques radioactifs de décembre 2012.
La proposition fait suite à l'incident de 2012 impliquant les magasins américains Bed, Bath & Beyond qui ont rappelé des possesseurs de tissus fabriqués en Inde contaminés au radio-isotope cobalt-60. Ces produits ont été commercialisés dans 200 magasins de 20 états. En réponse à cet incident, un porte-paroles de la Commission de Régulation Nucléaire a conseillé au public de renvoyer les produits même si la dose de contamination n'était pas considérée comme un risque pour la santé.
Ce n'est pas la première fois que c'est arrivé.
Comme l'a rapporté le Progressive en 1998, des déchets métalliques radioactifs se sont retrouvés dans pas mal de choses depuis l'argenterie jusqu'à des poêles à frire et des boucles de ceinture :
Le Département de l'Énergie a un problème : que faire des millions de tonnes de matériaux radioactifs. Le Département de l'Énergie a donc imaginé un plan ingénieux pour se débarrasser de ses encombrantes tonnes de nickel, cuivre, acier et aluminium. Il veut autoriser les ferrailleurs à récupérer le métal, à tenter d'en enlever la radioactivité et à vendre le métal à des fonderies, qui le vendraient à leur tour à des usines qui pourraient l'utiliser pour des articles de la vie de tous les jours : pots, poêles, fourchettes, cuillères, même vos lunettes.
Vous ne le savez peut-être pas, mais le gouvernement autorise déjà des sociétés sous licences spéciales à acheter, recycler et vendre du métal radioactif : 7500 tonnes en 1996, selon les estimations d'un industriel. Mais la quantité de ce recyclage pourrait augmenter considérablement si le Département de l'Énergie, la Commission de Régulation Nucléaire et l'industrie en pleine expansion du traitement des métaux radioactifs parviennent à leurs fins.
Ils poussent vers une nouvelle norme laxiste qui en finirait avec les autorisations spéciales et autoriserait des sociétés à acheter et revendre des millions de tonnes de métal faiblement radioactif.
***
La norme recherchée par les sociétés pourrait causer aux alentour de 100.000 décès par cancer aux États-Unis, selon la propre estimation de la CRN.
Deux ans plus tard, le député Markey a interdit avec succès la plupart des déchets radioactifs...mais aujourd'hui le Département de l'Énergie essaie d'y revenir.
Les déchets radioactifs sont un problème mondial. Comme le rapportait Bloomberg l'année dernière :
''Le risque majeur auquel fait face notre industrie ce sont les radiations,'' disait Paul de Bruin, directeur de la sécurité radioactive en parlant de Jewometaal Stainless Processing, l'un des plus importants chantier mondial d'acier inoxydable. ''Vous pouvez parler autant que vous voulez de sécurité, mais j'ai découvert de l'uranium de qualité militaire dans les déchets. Comment parler de sécurité ?''
Plus de 120 cargaisons de biens contaminés, dont de la coutellerie, des boucles et des outils de travail, comme des marteaux et des tournevis, ont vu leur entrée refusée aux US entre 2003 et 2008 après que les douanes et le département de la sécurité intérieure aient accru aux frontières leur surveillance pour les radiations.
Le département a refusé de fournir des chiffres à jour ou faire des commentaires sur la manière dont les boîtes en métal de chez Bed, Bath & Beyond, contaminées par du cobalt-60 qui sert dans les instruments médicaux pour diagnostiquer et traiter le cancer, a pu échapper à la détection.
***
''Le public n'est pas conscient de vivre dans un monde radioactif'', selon Ross Bartley, directeur technique pour le recyclage de bureau, qui disait que la contamination avait fait baisser les prix de vente. ''Ces boîtes sont problématiques parce qu'elles sont radioactives et elle devraient se trouver dans des sites d'élimination.''
Des scanners médicaux abandonnés, des appareils de transformation des aliments et du matériel minier contenant des métaux radioactifs comme le césium-137 et le cobalt-60 sont récupérés par des ramasseurs de déchets, vendus à des recycleurs et fondus dans les fonderies, dit l'AIEA (Agence Internationale de l'Énergie Atomique).
Des déchets dangereux proviennent d'hôpitaux et de bases militaires à l'abandon, ainsi que d'agences du gouvernement qui ont disparu, selon l'Agence de Protection de l'Environnement US. Une étude de 2005 portant sur plus de 6000 taïwanais qui ont vécu entre 1983 et 2005 dans des appartements construits avec des armatures d'acier radioactives ont montré une augmentation significative statistiquement de leucémie et de cancers du sein.
***
L'Inde et la Chine ont été en 2008 les principales sources de biens radioactifs convoyés aux US, selon le département de la sécurité intérieure. Bartley, un métallurgiste qui traque la contamination radioactive depuis le début des années 90, a dit qu'il n'existe aucune preuve que la situation se soit améliorée.
***
Deux ans après qu'un ouvrier indien travaillant dans les déchets métalliques soit mort par exposition aux radiations, le deuxième pays le plus peuplé au monde n'a pas tiré la sonnette d'alarme, a dit en décembre le ministère des transports.
***
''La même chose pourrait se reproduite demain,'' disait Deepak Jain, 65 ans, qui possède le chantier où est mort l'ouvrier. ''Nous n'avons aucune protection. Le gouvernement a fait de belles promesses, mais n'en a tenu aucune.''
Nous sommes vraiment bombardés de tous les côtés par de faibles doses de radiations :
  • Les tests nucléaires de surface ont créé pour la première fois des niveaux de fond de césium et d'iode radioactifs
  • Des pays déversent dans l'océan pleins de trucs radioactifs, depuis des restes de fusions nucléaires jusqu'à des sous-marins radioactifs
  • Et l'air aussi est radioactif
  • Au Japon, les céréales radioactives sont mélangées à des aliments non irradiés
  • Les États-Unis ont apparemment signé un pacte avec le Japon avec l'accord que les US continueront à acheter des produits de la mer japonais, malgré le fait que ces aliments ne soient pas testés
  • Une majorité de notre alimentation est aujourd'hui intentionnellement irradiée
(Le gouvernement a même traité les gens de cobayes.)



SOURCE



Traduit par Hélios pour le BBB.

4 commentaires:

  1. M'enfin, pourquoi s'en faire ? Vive le profit ! et comme ça va "péter" la planète terre sera enfin débarrassé des bipèdes les plus crétins qu'elle a à supporter ! J'aime bien les couverts de l'image.... ils sont radioactifs j'espère !

    RépondreSupprimer
  2. Voilà ce qui se passe en France

    http://www.lamontagne.fr/limousin/actualite/2013/02/01/correze-leur-maison-a-ete-construite-avec-les-pierres-d-une-mine-d-uranium-1427944.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dur, dur pour ces gens, d'autant que les gens du village devaient être au courant, mais bon, des néerlandais, pas grave...

      J'ai bien aimé la petite phrase à la fin de l'article, bonne propagande contre le tabac :

      Le radon est la deuxième cause des cancers du poumon, après le tabac.

      Supprimer
  3. En France aussi,il existe une loi qui permet l'ajout de déchets radioactifs dans les produits de consommation courante;pour une information précise et rigoureuse à ce sujet,voir le site de la criirad...

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.