Bistro Bar Blog

mercredi 30 janvier 2013

Une histoire de fantôme

Contée par l'intermédiaire de Mike Perry (les anglais sont très friands de ces histoires). Même un fantôme tient à faire respecter des promesses...
Bon, alors, vous y croyez aux fantômes ?


Le fantôme de son compagnon s'immisce dans ses aventures amoureuses

 

Sharon Grant, âgée aujourd'hui de 44 ans et qui vit à Blackburn, en Angleterre, fit la connaissance de Sean Eddleston et en tomba amoureuse alors qu'ils avaient une vingtaine d'années.

Sharon a raconté au journal le Sun que Sean lui disait toujours, ''Sharon, nous serons ensemble toute la vie, personne ne viendra s'interposer entre nous.'' Elle s'en réjouissait et lui avait promis qu'elle ne le trahirait jamais avec quelqu'un d'autre si jamais il disparaissait.

Aucune personne en bonne santé ne pensera, bien sûr, devoir vivre une séparation, mais malheureusement Sean mourut d'une pneumonie quand il n'avait que 37 ans. Le monde de Sharon s'écroula.

Au bout d'un certain temps Sharon sentit que le fantôme de Sean ou son esprit était toujours avec elle. Elle explique :

''Des choses bizarres se produisaient. Quand Sean était en vie, il déplaçait les tableaux de notre maison et les mettait de travers – c'était une plaisanterie parce qu'il savait que cela m'agaçait.

Quelques mois après sa mort, j'ai tout d'un coup remarqué que tous les tableaux étaient parfois de travers.

Je savais que c'était Sean qui me disait qu'il était toujours là et plutôt que d'en être effrayée, je tirais du réconfort de savoir qu'il était toujours par là. En redressant les tableaux, je criais, 'Sean, vas-tu cesser !'

De temps en temps, j'entendais des pas dans l'escalier. Je savais que c'était Sean et l'acceptais. Je n'avais aucune raison d'avoir peur.''



 

Elle apprécia de l'avoir près d'elle jusqu'à ce qu'elle fasse une nouvelle rencontre. Sharon dit de sa première nouvelle relation :

'' J'avais préparé à manger et nous avons ouvert une bouteille de vin. C'était très romantique.

C'était triste, car faire venir un homme chez moi, c'était comme si je coupais le lien avec Sean et poursuivais ma route.

Mais après avoir mangé nous nous sommes installés sur le canapé et, alors que j'allais l'embrasser, il y a eu un fracas dans la cuisine et j'ai entendu des bruits de pas montant l'escalier.

Je suis allée à la cuisine et les assiettes dans lesquelles nous avions mangé étaient brisées par terre.

Je pouvais toujours entendre les pas à l'étage et je suis montée. Je savais que c'était Sean. Je suis allée dans ma chambre et lui dis d'un ton sec, 'Ne va pas gâcher les choses, Sean !'

À la visite suivante de mon ami, j'étais dans la cuisine quand ce dernier arriva en courant et me dit, 'quelque chose m'a ébouriffé les cheveux et a tiré dessus !'

Il refusa ensuite de venir me voir le soir.

Une autre fois qu'il me rendait visite, je l'entendais frapper à la porte. J'ai essayé de sortir de mon lit mais je ne pouvais plus bouger.

C'était comme si quelque chose me clouait sur place et il m'a fallu dire, 'Lâche-moi, Sean ! Tout de suite !'

Après avoir bataillé, je fus enfin capable de me lever et d'ouvrir la porte.

Nous nous sommes fréquentés presque un an, mais les derniers six mois il refusa définitivement de venir chez moi.''


La relation se termina après que Sharon ait tenté d'expliquer pour le fantôme de Sean – mais c'était probablement trop d'interférence pour le soupirant.

Ensuite il y eut une brève relation avec le magasinier Dave Becket.

Sharon raconte :''Nous nous étions vu deux fois quand il est venu chez moi.

J'étais dans la cuisine et la télé était éteinte dans le salon. Mais soudain le visage de Dave devint terreux et il me dit qu'il avait vu un reflet de lui-même sur l'écran de télé éteint – avec quelqu'un d'autre assis près de lui.

J'ai tenté d'avoir l'air blasé et lui ai dit que c'était Sean et qu'il ne risquait rien. Mais Dave termina son verre et me dit qu'il devait y aller.

Mon ami décédé m'avait de nouveau empêchée de voir quelqu'un d'autre.''

Mais Sharon tenta sa chance avec un monsieur numéro 3 :

''Je me mis à fréquenter un homme en fin d'année dernière et nous sommes venus chez moi pour un dernier verre.

Nous étions là à bavarder depuis deux heures dans le salon quand je suis allée à la cuisine pour préparer un autre verre.

Je l'entendis soudain se ruer vers la porte d'entrée et se précipiter dans la rue. Je l'appelais mais il semblait terrifié et continua à courir.

Je ne sais pas ce qu'avait fait Sean à ce pauvre gars, mais il lui a flanqué une sacrée trouille.

J'ai toujours sa veste – il n'est pas revenu la chercher et comme je venais de le rencontrer je n'avais pas son numéro de téléphone pour l'appeler.

Sharon est toujours toute seule, mais en compagnie du fantôme de Sean, bien sûr :

''Certains soirs je m'assois toute seule dans le salon et je lui cause. Je sais qu'il est là, je peux sentir sa présence. Je ne me suis jamais intéressée aux fantômes et aux esprits avant la mort de Sean et n'avait aucune idée de leur existence. Maintenant je sais qu'ils existent.

Je dis à Sean que j'ai besoin d'une relation physique avec un autre homme mais cela ne veut pas dire que je ne l'aime plus. Je peux rester là pendant des heures à bavarder. J'espère seulement que Sean écoute.

Mais il faut qu'il me laisse continuer à vivre.''

La leçon est probablement de faire attention à nos promesses – car elles existent toujours, même dans l'au-delà !

SOURCE

Traduit par Hélios du BBB.

Comme la photo de l'article suivant de Mike Perry le montre, la vie, la mort et la signification de l'existence sont entremêlées.


"Tout est vanité"

6 commentaires:

  1. Pour essayer de comprendre "Une histoire de fantôme", tout en se tenant au texte, faut voir que le voeu de Sean - rester unis jusqu'à la mort - était certes courageux, mais en même temps réaliste. Il s'y est d'ailleurs tenu, et on ne comprend pas pourquoi ensuite, il chercherait à hanter la terre en tant que fantôme, puisqu'après son départ, Sean avait probablement mieux à faire.
    Sharon par contre, avec l'inconscience de la jeunesse, a cru pouvoir s'engager au-delà de cette limite. Énormément de personnes, pour x raisons, se croient immortels aussi longtemps qu'ils sont jeunes. Mais en même temps, chaque couple est soumis à l’implacable nécessité de se séparer un jour, quelque soit son amour et sa fidélité, en devant quitter, l'un après l'autre, le plan de l'existence terrestre. Loin de ternir l'amour, cette perspective devrait le rendre encore plus précieux.

    Tous ces poltergeists et autres phénomènes me semblent surtout la conséquence des contradictions psychiques dans lesquelles Sharon s'est enfermée par son propre voeu inconsidéré. La première chose à faire serait qu'elle en prenne conscience, qu'elle revienne à plus d'humilité et qu'elle envisage ainsi d'un nouveau point de vue son dialogue avec le disparu. Il est fort probable qu'elle découvrira la nécessité de se délier elle-même de son veux et de le métamorphoser, rendant en même temps à Sean la liberté dans l'autre monde.
    Quelle aventure!

    RépondreSupprimer
  2. Il faut lire le livre de Mary Summer Rain, "Fantômes en marche", où elle explique bien le problème des fantômes et des âmes errantes et ce qu'elle fait avec son mari Bill pour les libérer.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai une amie en Angleterre qui a eu des phénomènes bizarres dans 2 maisons qu'elle a habité. Lumières qui s'allument seules la nuit, portes qui claquent, ou qui s'ouvrent seules et tout ça a été vu et entndu par son mari et ses gosses. Elle voyait parfois une dame habillée de noir assise dans son salon jusqu'à ce qu'elle fasse venir quelqu'un pour dire à cette morte de partir. D'une part, dans cette famille, il y a des dons de voyance qu'ils subissent, et d'autre part, énormément de cités pavillonières ont été construites là-bas sur d'anciens cimetierre. Les mondes sont superposés en fait dans l'espace et le temps. Perso, je ne vois pas les esprits mais il m'est arrivé de sentir une présence, au point de sortir de chez moi.

    RépondreSupprimer
  4. Cela n'a rien à voir avec une histoire de fantômes. C'est un harcèlement démoniaque qui se fait passer pour le conjoint décédé et profane sa mémoire. Cela commence toujours de manière gentillette, avant de détruire violemment la vie de la victime.
    En faisant croire à une simple histoire de fantôme, on nie la dangerosité de ces phénomènes, la souffrance des victimes et surtout on les empêche de trouver la solution (qui ne consiste pas à cohabiter avec une force en réalité hostile et haineuse).

    RépondreSupprimer
  5. Exactement comme "Anonyme 10:08"

    René Guénon l'explique très bien dans l'Erreur Spirite. Et il est pas le seul.

    Les morts sont morts. Ils ne reviennent pas, sauf intervention divine (et dans ce cas là, c'est pas pour une histoire d'amour entre agnostiques).

    C'est du harcèlement démoniaque (djin, démons, comme vous voulez). Ils adorent faire ça. Ils ont du temps à perdre et son jaloux de nous (l'Homme est la plus belle création).

    C'est très dangereux dans la mesure où les humains déspiritualisés sont totalement à leur merci. Vous pouvez faire ce que vous voulez, mais si vous n'avez pas Dieu avec vous, vous n'échapperez à aucun danger.

    J'ai vu des cas de djin/démon amoureux très violents. Et pour la victime et _surtout_ pour les prétendants.

    Cordialement.

    RépondreSupprimer
  6. Dans cette histoire, je crois sincèrement que des excuses au fantôme, lui disant qu'elle ne pouvait tenir sa promesse, aurait réglé son problème. Les "fantômes" ne sont pas nécessairement dangereux. Ils sont comme les êtres humains qu'ils ont été: Il faut savoir leur mettre des limites et dire non, c'est assez! Je les vois depuis que je suis toute petite. Quand j'étais jeune,restant près d'un cimetière, ils me terrorisaient. J'ai appris à ne plus en avoir peur et j'ai même aidé des quelques âmes perdues.

    Par contre, s'il s'agit de harcèlement démoniaque, comme semble le croire les deux derniers auteurs des commentaires, c'est autre chose ;-)

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.