Bistro Bar Blog

lundi 28 janvier 2013

Un petit mais féroce requin


Une autre page de zoologie : le squalelet féroce, que les anglais nomment requin ''emporte-pièce'' (cookie-cutter shark), nom que je garderai car il décrit mieux le type de dommages causé par ce petit requin. 



D'où vient la blessure de ce grand requin blanc ? D'un emporte-pièce



Le requin emporte-pièce, Isistius brasiliensis, également connu comme requin-cigare ou requin lumineux est un petit requin rarement observé ressemblant à la roussette.
Anatomie et morphologie
L'emporte-pièce est un petit requin d'environ 50 cm avec un corps fuselé en forme de cigare. Il possède de grands yeux aux pupilles vertes et des dents triangulaires qui débordent de sa mâchoire inférieure et lui servent à manger ses proies. La mâchoire supérieure est munie de petites dents. En plus des dents, le requin emporte-pièce possède des lèvres charnues. L'animal possède deux petites nageoires dorsales vers la queue. Le dessous du requin est bio-luminescent, diffusant une couleur bleu-vert pâle qui se fond dans la lueur du fond sous-marin et qui lui sert de camouflage pour les créatures en dessous de lui. (Wiki)

 Chaque année, entre août et décembre, les grands requins blancs arrivent sur la côte ouest du Mexique et les gens sautent dans l'océan pour les voir. Des opérateurs déversent des appâts dans l'eau pour attirer les requins, pendant que des plongeurs pénètrent dans des cages flottantes en acier.

Le 25 août 2010, l'un de ces plongeurs, Gerardo del Villar, a repéré un grand requin blanc au large de l'île de la Guadeloupe portant deux étranges blessures sur la tête. L'une d'elles était une cicatrice en forme de croissant. L'autre avait une forme de cratère, toujours ouvert et sanglant. Les deux se situaient juste derrière le coin de la bouche d'un impressionnant jeune mâle. Del Villar a pris des photos de l'animal et les a envoyées à une équipe de scientifiques, incluant Yannis Papastamatiou du musée d'histoire naturelle de Floride.

Il avait déjà vu des blessures de ce genre auparavant. ''Une blessure provenant d'un hameçon aurait laissé un plus grand trou et n'aurait pas été si régulière'', dit-il. Papastamatiou pense plutôt que c'étaient les marques de morsure d'un autre requin, six fois plus petit – un emporte-pièce. ''Je ne vois pas d'autre animal pour laisser une morsure de ce type.''



Il existe trois espèces de requin emporte-pièce, mais une seule est connue nager au large du Mexique – Isistius brasiliensis. Il ressemble à un cigare diabolique. C'est un petit animal de la taille d'un chat avec une peau couleur chocolat, un museau arrondi et de grands yeux verts. Sous une tête bizarre, la mâchoire inférieure contient ce qui ressemble à une scie – une rangée d'immenses dents crantées, toutes reliées par leur base.

Quand l'emporte-pièce trouve une victime, il s'en saisit avec ses larges lèvres charnues et mord dedans avec ses lames de scie. Avec des mouvements de torsion, il prélève un gros morceau de viande, laissant derrière des cratères circulaires exactement comme ceux que del Villar a vu sur le requin blanc. Ce sont des blessures sévères – les plus grands cratères enregistrés faisaient 5 cm de large et 7 centimètres de profondeur. (les morceaux prélevés sont coniques, donc la métaphore emporte-pièce n'est pas tout à fait juste ; ''requin boulier à glace'' ou ''requin évideur à melon'' seraient plus justes, même si le nom est moins accrocheur.)

Requin cherche nourriture

Papastamatiou prévient qu'il n'est pas possible de dire avec certitude ce qui s'est passé, mais voici quelques suppositions plausibles. Les emporte-pièce passent la journée à des profondeurs de 3500 mètres, où aucun grand blanc ne s'aventure. Mais ils remontent vers la surface la nuit et l'un d'eux a pu rencontrer notre pauvre requin pendant une telle excursion.

Les emporte-pièce brillent. Leur ventre tout entier produit une vive lumière verte (photophores), sauf au niveau d'un collier noir au niveau de leur gorge. Certains scientifiques ont suggéré qu'ils utilisent cette lumière pour se transformer en appât. La lueur ressemble à la lumière de la lune et des étoiles qui descend d'au-dessus, rendant les requins invisibles à un quelconque prédateur regardant par dessous. Cela le fait ressembler, sauf pour le collier noir, à une silhouette de poisson. Le prédateur s'approche pour voir et l'emporte-pièce attaque.

Ce sont de pures suppositions – personne n'a jamais vu l'attaque d'un emporte-pièce. Nous n'avons que les cicatrices comme support. Mais les hypothèses de l'appât pourraient expliquer pourquoi le grand blanc a été mordu près de sa bouche, plutôt que sur une partie moins dangereuse de son corps, comme sa queue ou son ventre. Il a peut-être essayé de faire son repas de l'emporte-pièce et est devenu lui-même le repas.

Si cela s'est vraiment passé, ce fut probablement un événement rare. Des plongeurs au large de l'île de la Guadeloupe ont réuni le plus important catalogue de photos de requins blancs et de nombreux individus ont été vus année après année. Aucun de ces autres individus n'avait de blessures semblables. Le fait qu'un plus jeune en avait deux pourrait signifier que l'emporte-pièce avait lancé une attaque ratée, laissant une blessure en forme de croissant avant d'obtenir finalement une bouchée correcte.


Emporte-pièce vs n'importe quoi


Des naturalistes français ont découvert l'emporte-pièce au début du 19ème siècle, mais aucun n'a fait le lien entre cette bizarre créature et les étranges cratères trouvés sur les grands poissons jusqu'aux années 70. Pendant des années, ces blessures sont restées un mystère. On se demandait si elles étaient causées par d'autres prédateurs, des poux parasites, des lamproies avec leurs ventouses dentées, ou même des infections bactériennes.

La première percée se fit en 1936, quand un homme nommé Donald Strasburg remarqua que l'emporte-pièce perdait ses dents du bas en une fois. En revanche d'autres requins remplacent leurs dents une par une. En 1971, Everet Jones découvrit de petits morceaux de viande coniques dans l'estomac de ces requins. Il remarqua aussi que leur langue mobile et leur larges lèvres leur permettaient de faire le vide sur une surface régulière. Il devint clair que ce petit animal blessait certains des habitants les plus puissants des océans.

L'emporte-pièce possède de distingués records d'un renversement des rôles par rapport aux grands prédateurs. Sa liste de victimes comprend : les baleines tueuses (orques) ; au moins 48 autres espèces de baleines ou de dauphins ; plusieurs types de requins ; des animaux à fourrure, léopards et éléphants de mer ; des dugongs ; des raies pastenagues ; et de gros poissons vertébrés comme le thon et l'espadon. (C'est une stratégie risquée qui échoue à l'occasion – un emporte-pièce tout entier a été trouvé dans l'estomac d'un grand thon)

Les humains sont des cibles également. En 2004, une équipe japonaise a découvert les cicatrices caractéristiques du requin sur le corps d'une femme de 60 ans qui s'était probablement noyée avant. Et en 2009, un emporte-pièce a mordu un homme qui tentait la traversée à la nage de nuit entre Hawaï et Maui. Le requin a emporté un morceau de son mollet et un autre de sa poitrine.

Morsure par un emporte-pièce, presque cicatrisée à droite

D'intrépides emporte-pièce ont même mis hors service la créature la plus dangereuse de l'océan – un sous-marin nucléaire. Ils ont attaqué des zones fragiles comme les câblages électriques et les dômes en caoutchouc des sonars. Dans plusieurs cas, les attaques ont réellement laissé sans visibilité des sous-marins, les obligeant à retourner à leur base pour réparer. Ils sont repartis plus tard, avec des revêtements en fibre de verre.

Voici une vidéo montrant un dauphin avec une vilaine blessure faite par un emporte-pièce.




SOURCE

Traduit par Hélios pour le BBB.

1 commentaire:

  1. Oh le vilain pas gentil ! Est il comestible ? Si oui, en indiquant le lieux de son habitat aux Japonnais , ils pourraient y faire une pêche intensive. Ce vilain poisson mérite d'être frit ou en sushi !!! LOL !

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.