Bistro Bar Blog

samedi 5 janvier 2013

Ultraman, 5 janvier 2013

Japon radioactif post-Fukushima : ''Pourquoi n'allez-vous pas à la centrale de Fukushima ? Il y a plein de boulot là-bas...'', dit un fonctionnaire responsable de l'aide sociale à un pauvre bougre d'Hokkaido

Selon l'Hokkaido Shinbun, c'est ce qu'a dit un bureaucrate à un homme de 27 ans qui est allé s'inscrire à la mairie pour demander une aide sociale après avoir perdu son travail et qui n'a pu en retrouver depuis un an, qui ne peut plus payer son loyer et ne subsiste en ne mangeant qu'un morceau de pain par jour.

Des fonctionnaires d'état dont le salaire provient de l'argent des contribuables et/ou d'emprunts sur le dos des contribuables (obligations municipales pour les dépenses générales) ont dit à ce jeune homme que l'aide sociale n'était pas pour des gens comme lui et qu'il devrait aller à la centrale de Fukushima pour ne pas avoir besoin de recevoir d'argent public.

D'après l'Hokkaido Shinbun (3 janvier 2013, partiel) comme copié par un blog

Retour en avril de l'année dernière. Il n'y avait presque plus d'argent dans le porte-monnaie de l'homme. Il faisait habituellement du travail saisonnier dans une entreprise de construction, mais il n'y fut pas embauché au printemps 2011. Il envoya des CV à des douzaines d'entreprises locales. Il fut reçu à trois entretiens mais n'obtint aucune embauche.

Ses économies avaient fondu et son repas consistait en un morceau de pain par jour. Il a perdu 10 kgs en un an. Il ne pouvait plus payer le loyer de son appartement et le propriétaire voulait le mettre à la porte. Il pensait mourir dans la rue. Sans s'en rendre compte, il marcha vers la mairie. Le dernier recours.

Mais au bureau de l'aide sociale, un responsable, parfait inconnu, lui cria :

''Ce n'est pas pour des jeunes comme vous.''

Il n'avait pas d'amis ou de parents auxquels faire appel. Sans aucune aide, il revint le lendemain au bureau. Un responsable différent lui dit,

''¨Pourquoi n'allez-vous pas à Fukushima ? Il y a plein de boulot comme ouvrier de centrale nucléaire
. Vous pourrez vous en sortir sans aide sociale.''

Totalement perdu, l'homme demanda à un groupe de soutien de l'aider à remplir la demande d'aide sociale. La demande fut finalement acceptée en mai.

Le jour du premier versement de l'aide sociale, un responsable lui donna un stylo et une feuille de papier. Sur la feuille, il pouvait voir des mots écrits au stylo. Le responsable lui demanda sans parler d'écrire une phrase.

- Je vous remercie beaucoup de l'aimable autorisation à recevoir une aide sociale. Je ferai de mon mieux pour stopper le versement de l'aide dès que possible.

Il s'est senti humilié.

Il cherche un emploi de longue durée dans une agence pour l'emploi, tout en travaillant comme tâcheron pendant la journée.
Au Japon, l'aide sociale consiste en un versement d'argent mensuel, une aide médicale et une subvention pour le loyer.

Le nombre de gens recevant une aide sociale est monté en flèche en 1951, et a diminué régulièrement jusqu'au milieu des années 90. Depuis, le nombre a augmenté et il y a aujourd'hui 2 millions de gens (5% de la population) qui reçoivent cette aide, pour un coût de 3 milliards de yens par an.

1 commentaire:

  1. "... et ne subsiste en ne mangeant qu'un morceau de pain par jour."

    Et à coté de ça ici (et au japon c'est certainement pareil), les supermarché jetent des tonnes de bouffes toutes les semaines!

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.