Bistro Bar Blog

mercredi 30 janvier 2013

Ultraman, 30 janvier 2013 : culture riz autorisée dans zones contaminées

C'est du n'importe quoi dans le Japon radioactif sous le PDL : le gouvernement autorise la culture du riz dans d'anciennes zones d'évacuation qui dépassaient 500 Bq/kg en 2011


Il n'y a pas que la Bourse (avec les superbes surenchères de Goldman Sachs pour pouvoir vendre aux pigeons) qui est devenue folle au Japon. C'est tout et n'importe quoi, y compris d'autoriser la culture du riz dans les zones les plus contaminées de Fukushima.

Voici la dernière d'après la chaîne financée publique NHK News (29 janvier) :

La restriction sur la culture du riz va être assouplie dans la préfecture de Fukushima
Le ministère de l'agriculture a annoncé sa politique d'assouplissement de la restriction sur la culture du riz dans des régions de la préfecture de Fukushima et autoriser les agriculteurs à faire pousser du riz dans des zones dont le riz testé au césium radioactif dépassait 500 Bq/kg en 2011, du moment où tous les sacs de riz sont testés avant commercialisation.

Selon la politique annoncée le 29 janvier par le ministère, les zones de Fukushima qui cultivaient le riz l'année dernière y seront autorisées cette année tant que des mesures seront prises comme le test de tous les sacs de riz.

Les zones qui avaient l'interdiction de culture, comme la zone de préparation à une évacuation d'urgence et celles où des matériaux radioactifs dépassant 500 Bq/kg ont été détectées par des tests faits en 2011, seront également autorisées à la culture tant qu'il existe des plans de gestion pour les rizières sur place et que tous les sacs de riz sont testés avant commercialisation.

Dans l'ancienne zone d'évacuation de 20 km, la zone planifiée d'évacuation et les zones désignées comme d'habitation limitée, le riz sera cultivée cette année comme expérience pour le redémarrage de culture dans l'avenir. Le ministre de l'agriculture, Hayashi, a dit dans une conférence de presse, ''en se basant sur les intentions des habitants locaux, nous préparons un soutien d'aide aux efforts pour redémarrer la culture du riz. Nous aimerions voir dès que possible une agriculture qui se reconstruit dans les zones touchées par la catastrophe.''

Les intentions des habitants locaux ??? Et les intentions des consommateurs ?


Les consommateurs ont été trop aimables et raisonnables, j'en ai peur. Une majorité sur Twitter dit de la nourriture contaminée au césium radioactif qu'ils ne soutiennent ni ne participe à la campagne du gouvernement du ''Mange et soutiens''. Beaucoup (avec quelques rares exceptions ici et là) ne veulent pas blesser les fermiers des zones contaminées de Fukushima, Miyagi, Iwate et le nord de Kanto. Dire qu'ils ne soutiennent pas la campagne du gouvernement n'a rien à voir avec l'arrêt de la distribution de nourriture contaminée au Japon et au-delà (en Thaïlande, par exemple).

C'est faux de dire que ''tout le Japon a été contaminé et donc que la nourriture cultivée partout est contaminée'', comme le disent ceux qui citent souvent Koide de l'université de Kyoto. D'après ce que j'ai lu, ce dont parle le Dr Koide est la contamination venant des tests atmosphériques, pas forcément de l'accident de Fukushima. Mais il n'approfondit pas et les gens ne s'embêtent pas à le faire.

Il y a des aliments un peu plus sains disponibles à l'ouest du Japon et à Hokkaido où les retombées de Fukushima ont été négligeables. Et pourtant on dit aux japonais de manger des aliments cultivés dans les zones contaminées, pour que les agriculteurs puissent gagner de l'argent et repartir (ce qui fait que le gouvernement national n'a pas besoin de les indemniser). Ceux qui ont les moyens achètent tranquillement la nourriture à l'ouest du Japon. Ceux qui ne le peuvent arrêtent tout simplement d'acheter.

Je n'ai jamais aimé les attaques du Pr Hayakawa par les consommateurs qui ne manifestent pas contre la nourriture contaminée mais qui le font contre l'élimination à grande échelle des débris de la catastrophe qui s'avère aussi contaminés aux matériaux radioactifs. Je ne suis toujours pas d'accord avec le Pr Hayakawa sur les débris de la catastrophe, mais je dois être d'accord avec lui sur la nourriture.

Si, par exemple, les gens qui avaient l'habitude de se rassembler en grand nombre devant la résidence du premier ministre à Tokyo chaque vendredi avaient crié ''Nous ne voulons pas manger des aliments contaminés !'' au lieu de chanter à sens unique ''Pas de redémarrage des centrales nucléaires !'', je me demande quelle différence cela aurait pu faire. Je sais que ce ne serait pas arrivé car les organisateurs de l'événement étaient pour ''manger et soutenir'', et que la contamination de Tohoku et Kanto n'était pas un problème pour eux.

3 commentaires:

  1. Ainsi va notre monde ...; Les Japonais se préparent à mourir beaucoup plus tôt...dans l' aveuglement le plus total , dans le mensonge du lobby nucléaire, dans le mensonge des Français venus soutenir au Japon qu' ils pouvaient manger de la radioactivité contenue dans les aliments (n' est ce pas , Mr Jacques Lochard??)Et ce bon vieux prof Japonais qui affirme que ""si vous souriez , la radioactivité ne vous tueras pas ..."!
    Le Japon ne se souvient plus de son code de l 'Honneur qui consistait à se faire Hara-Kiri lorsqu' on avait faillit à l' Honneur ...Moi , je ne mangerais plus jamais de riz Japonais ;

    RépondreSupprimer
  2. Merci Hélios.

    Cessez de manger ...
    Cessez de respirer ...

    http://www.lepoint.fr/monde/pollution-a-pekin-afflux-dans-les-hopitaux-et-inquietude-croissante-31-01-2013-1622318_24.php

    Léa.

    RépondreSupprimer
  3. Flûte, 3 x, :), c'est là que le lien devait aller.

    http://www.lemonde.fr/planete/video/2013/01/31/a-pekin-un-milliardaire-chinois-vend-des-cannettes-d-air-frais_1825464_3244.html

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.