Bistro Bar Blog

mercredi 23 janvier 2013

Ultraman, 23 janvier 2013 (téléconférence TEPCO)

Vidéo publiée récemment de la téléconférence de TEPCO : ''Il ne nous est pas venu à l'idée que la flaque d'eau pouvait être fortement radioactive...''


Selon le Yomiuri Shinbun, TEPCO vient de publier la troisième fournée de vidéos de ses téléconférences datant des premiers jours de l'accident nucléaire de la centrale de Fukushima. Aucune vidéo disponible au public pour l'instant sur le site de TEPCO.



Comme le rapporte le Yomiuri, on entend le responsable de la centrale Masao Yoshida dire au quartier général de TEPCO qu'il ne lui est pas venu à l'idée que l'eau dans le bâtiment de turbine du réacteur 3 pouvait être fortement radioactive le jour qui a suivi la vérification du niveau de radiations.

Trois ouvriers de sociétés affiliées à TEPCO ont été exposés le 24 mars 2011 par les pieds à des taux entre 2 et 6 sieverts de radiations.

D'après ce que raconte le Yomiuri, il semble que faire des téléconférences peut se révéler une mauvaise chose lors d'une extrême urgence de ce genre. Cela peut servir à diversifier les efforts et donner trop de gens sans connaissance directe de la situation qui donnent des ordres, comme cela s'est clairement passé entre la centrale et le quartier général de TEPCO à Tokyo.

D'après le Yomiuri (23 janvier 2013) :

La possibilité d'une eau hautement contaminée n'est pas venu à l'idée du responsable de la centrale Yoshida, révèle la vidéo

Le 23 janvier, TEPCO a ajouté des vidéos de téléconférence reprenant deux semaines de temps. Ils ont utilisé le système de téléconférence qui reliait leur quartier général à Tokyo à la centrale et à d'autres endroits juste après le début de l'accident de la centrale, il y aura bientôt deux ans.

TEPCO a commencé à rendre public les vidéos en août l'année dernière et celle-ci est la troisième diffusée. Les vidéos qui couvrent une période d'un mois (11 mars au 11 avril) ont aujourd'hui été rendues publiques.

Cette fois, les vidéos couvrent la période du 23 au 29 mars et du 6 au 11 avril. Le 24 mars trois ouvriers de sociétés affiliées à TEPCO (sous-traitance) ont été exposés à des quantités massives de radiations provenant de l'eau fortement contaminée du sous-sol du bâtiment de turbine du réacteur 3. Cela est arrivé parce que personne ne pensait que la quantité d'eau contaminée pouvait augmenter depuis le contrôle de l'emplacement du travail et que les conditions de travail pouvaient empirer.

Masao Yoshida, alors responsable de la centrale, est entendu en train de dire ''Il ne nous est pas venu à l'esprit que cela pouvait être de l'eau fortement contaminée et nous avons tenu pour acquis que la condition de travail resterait la même'', et ''Il y a tellement d'opérations effectuées en parallèle (simultanément). J'ai le sentiment que si les gars du quartier général sont les seuls à nous dire quoi faire, ils peuvent ne pas en savoir assez sur ce qui se passe à la centrale'', montrant son insatisfaction du quartier général de TEPCO qui a dirigé beaucoup d'opérations sans connaître complètement la situation à la centrale.

Donc, M. Yoshida dit que TEPCO a contrôlé la situation du bâtiment de turbine du réacteur 3 et qu'il n'a pas pensé qu'il serait rempli d'eau fortement contaminée le jour qui a suivi l'entrée des ouvriers de la société affiliée. Cela n'explique toujours pas le témoignage de l'un des ouvriers, que les ouvriers de TEPCO sont entrés aussi dans le sous-sol le même jour et qu'ils ont abandonnés après avoir mesuré 400 millisieverts/h de radiations dans l'eau.


Les ouvriers de TEPCO auraient pu dire aux ouvriers affiliés de ficher le camp, mais cela ne leur est manifestement pas venu à l'idée non plus.

Le 25 mars 2011, cette ''flaque'' d'eau du sous-sol du réacteur 3 avait :


  • 1,5 mètre de profondeur ; et
  • mesurait 3,9 millions de becquerels par centimètre cube.

Entre le 20 et le 23 mars 2011, de la fumée noire s'élevait de la carcasse du bâtiment du réacteur 3. Durant la même période, on a mesuré des niveaux élevés de radiations dans de larges zones de Tohoku et Kanto. Un ''événement'' a pu survenir dans le réacteur 3 ; un chercheur, Fumiya Tanabe, soupçonne que c'est lorsque le cœur en fusion de la cuve du réacteur 3 a fondu en traversant la cuve vers l'enceinte de confinement, car la quantité d'eau injectée est tombée à 24 tonnes par jour (probablement pas le forte pression dans la cuve) par rapport aux 300 tonnes par jour d'avant.

4 commentaires:

  1. lu sur np à l'instant
    http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/article-un-ministre-japonais-prie-ses-concitoyens-de-mourir-et-vite-114650434.html

    au japon les monstres ne sont pas ceux qui ont été irradiés !

    répugnant

    cervesia

    RépondreSupprimer
  2. Vraiment répugnant mais je ne pense pas que ce soit uniquement au Japon, un de nos députés s'est manifesté dans ce sens il y a quelques mois en se prononçant pour la légalisation de l'euthanasie au prétexte que les vieux sont une charge pour l'économie...
    Orwell, Soleil Vert, tout ça c'est déjà dépassé, nous accélérons vers une société totalitaire où le mot liberté ne sera plus inscrit au dictionnaire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Lionel
      bonjour, vous avez une source ?
      Merci.

      Supprimer
  3. Bonsoir, j'ai cherché et n'ai pas trouvé, il s'agit d'un député qui se serait laissé aller à tenir des propos plus qu'ambigus à propos de la législation à venir sur l'enthanasie et sa nécessité au regard des frais engendrés par la maladie et la vieillesse !
    Désolé, j'aurais aimé retrouver sont nom mais je ne connais aucun de ces coquins...

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.