Bistro Bar Blog

mercredi 2 janvier 2013

Roulette Nucléaire (2ème partie)

Première partie ICI.


Mark Karlin : Quelle est la position actuelle du président Obama sur le développement de l'énergie nucléaire ?


Gar Smith: Ce fut George W. Bush qui tenta de créer une soi-disant ''renaissance nucléaire'' en accélérant les autorisations de réacteurs et en promettant à l'industrie des milliards de dollars par une aide financière du gouvernement. Obama a surpassé au début Bush, en offrant du gouvernement un montant double pour le renflouement nucléaire. Alors qu'Obama s'est engagé fortement dans des programmes de financement des énergies renouvelables, il reste toujours marié au lobby nucléaire. Fukushima en fournit l'exemple le plus flagrant.

À la suite du triple meltdown, Tokyo a stoppé tous ses réacteurs (deux ont été ensuite redémarrés, mais leurs jours sont comptés depuis qu'on a découvert qu'ils se situent au dessus d'une faille sismique active.) Le Japon a publiquement annoncé ses plans pour fermer de manière permanente tous ses réacteurs d'ici 2030, mais a tout d'un coup changé son état d'esprit. Que s'est-il passé ? Selon des articles du Nikkei News Service, la secrétaire d'état Clinton a informé le premier ministre d'alors, Yoshihiko Noda que le plan anti-nucléaire japonais posait un problème à la ''stratégie énergétique'' américaine. On lui a conseillé de ne pas abandonner la voie nucléaire.(et le nouveau premier ministre Abe veut même faire construire de nouvelles centrales, NdT)



Mark Karlin: Dans Roulette Nucléaire, vous abordez le danger des réacteurs vieillissants. Quelle est l'ordre de grandeur de ce danger aux États-Unis ?


Gar Smith: En 2008, une étude du gouvernement a décelé que les ''conditions dégradées'' des réacteurs US vieillissants étaient responsables à 70 % de ''problèmes de sécurité potentiellement sérieux'' dans l'industrie. Malgré ces avertissements, l'industrie nucléaire a fait pression sur la CRN pour commencer à prolonger jusqu'à 60 ans la vie de 52 réacteurs américains vieillissants en service depuis 40 ans. En juin 2012, la CRN a envisagé de prolonger certains permis de fonctionnement jusqu'à 80 ans – deux fois la durée de vie prévue pour les réacteurs.



Mark Karlin: Quel est le degré d'intimité de la CRN avec l'industrie qu'elle est censée réglementer ?


Gar Smith: Quand Obama était candidat à la présidence en 2008, il appelait la CRN ''l'agence moribonde...prisonnière de l'industrie qu'elle réglemente.'' Il y a des gens corrects à la NRC mais, trop souvent, elle (comme les autres agences du gouvernement) agit moins comme gendarme et davantage en complice. Grâce à ce complexe industrialo-régulateur, la CRN a réécrit à plusieurs reprises le cahier des charges pour autoriser des centrales défaillantes à recevoir une accréditation.

Une enquête de l'Associated Press de 2011 a révélé la manière dont la CRN ''travaille en étroite collaboration avec l'industrie nucléaire pour perpétuer les normes de sécurité aux réacteurs actifs vieillissants de la nation en assouplissant au fur et à mesure ces normes ou simplement en oubliant de les appliquer.''



Mark Karlin: Vous consacrez un chapitre aux catastrophes évitées de justesse et à d'incroyables incidents. Pouvez-vous nous en parler ?

Gar Smith: Il y a eu dans le monde plus de 50 catastrophes nucléaires majeures depuis 60 ans – comme des incendies, des explosions et des meltdown qui ont causé des morts, des évacuations de masse et une contamination permanente de territoires sous le vent. 11 ouvriers au moins ont été tués dans des accidents de réacteurs aux États-Unis. Trois techniciens de l'armée ont été tués dans une explosion d'un réacteur d'état dans l'Idaho en 1961 (leurs corps ont dû être ensevelis dans des cercueils en plomb). Huit autres ouvriers ont été tués dans une série de trois explosions en l'espace de 14 ans au réacteur Surry en Virginie.


En plus de ces décès, il y a eu un grand nombre de catastrophes évitées de justesse. En 1975, un ouvrier qui se servait d'une bougie pour détecter des fuites d'air a mis accidentellement le feu à la centrale Browns Ferry en Alabama. L'incendie a fait rage pendant plus de 7 heures et l'un des deux réacteurs est presque entré en fusion.

En 1981, les deux réacteurs de San Onofre en Californie ont été stoppés pour réparer 6000 tubes de générateur de vapeur. Pendant le redémarrage la centrale a pris feu, mettant hors service l'un des deux groupes électrogènes de la centrale. En février 2012, un problème identique de tube de vapeur a entraîné une libération d'hydrogène qui a de nouveau fait stopper les réacteurs de San Onofre. Malgré une deuxième fuite d'hydrogène en octobre, les exploitants de la centrale ont demandé à la CRN la permission de redémarrer un réacteur et de le faire fonctionner pendant cinq mois à 70 % de ses capacités pour ''voir s'il est sûr''.

En 2002, des inspecteurs de l'Ohio ont découvert un ''trou dans la tête'' de la cuve d'un réacteur à la centrale Davis-Besse. La corrosion était tellement importante qu'elle risquait de déclencher une énorme explosion et des fuites de radiations.

Il est important de savoir que les réacteurs de Fukushima ont été conçus et construits par General Electric (GE) et 23 de ces réacteurs dans le style de Fukushima sont actuellement installés sur 16 sites dans 12 états américains. Quand la super-tempête Sandy a frappé la côte est, elle a mis hors service cinq réacteurs dans son sillage - dont trois réacteurs de GE style-Fukushima. Un réacteur de Nine Mile Point a été fermé, un réacteur Fitzpatrick a pris feu, et un réacteur noyé d'Oyster Creek est passé à deux doigts de désactiver les pompes de refroidissement du combustible usagé. (si celles-ci étaient tombées en panne, le ''dépannage'' recommandé était d'utiliser un ''tuyau à incendie'' pour refroidir la centrale.)

L'énergie nucléaire est exponentiellement plus dangereuse que toute autre source d'énergie. Les réacteurs ont été conçus pour fonctionner sur une planète plus bienveillante – et non dans un monde ravagé par d'importants séismes, des éruptions solaires épiques, des ouragans extrêmes, des inondations, des incendies et des sécheresses.



Mark Karlin: Vous concluez avec un chapitre sur les alternatives à l'énergie nucléaire. Quelles en sont les principales et pourquoi ne nous dirigeons-nous pas vers elle avec énergie ?


Gar Smith: Je suis content que vous me posiez cette question. Malgré toute l'attention portée aux inconvénients de l'énergie nucléaire, il est important de noter que le dernier tiers du livre est consacré aux solutions.

L'éolien est le secteur énergétique mondial avec la plus rapide expansion. Le potentiel pour des éoliennes terrestres est estimé 20 fois plus grand que la consommation actuelle mondiale de courant électrique. Alors qu'il a fallu 24 ans pour construire le dernier réacteur américain, une turbine éolienne de 1,5 mégawatt peut être installée en une seule journée et produira de l'électricité en quelques semaines. En Californie, 100.000 panneaux solaires de toiture génèrent plus de 1 gigawatt d'électricité propre.

Ces technologies sont soumises à des approches de structure nouvelles allant des micro-réseaux technologiques mixtes aux appropriations et à la production par les municipalités. Et il existe des options politiques qui promettent d'accroître leur efficacité, de réduire la consommation et d'inaugurer un âge de ''démocratie énergétique'' où l'énergie est produite localement par les propriétaires de maison à la place des services commerciaux.



Il n'y a qu'à regarder en Allemagne, la chancelière Angela Merkel qui était partisan du nucléaire jusqu'à l'accident de Fukushima. Elle a aujourd'hui fait fermer huit des 17 réacteurs du pays et prévoit d'achever la transition vers un sans nucléaire d'ici 2022. En deux ans, l'Allemagne a ajouté au réseau plus de dix gigawatts d'énergie solaire et a fait ouvrir des parcs éoliens en mer.

Quel est l'obstacle ? Une élite puissante et établie domine la politique énergétique américaine. Une disparité croissante de la richesse a transformé les US. Notre démocratie en difficulté a été remplacée par une ploutocratie étrangleuse. Comme tous les autres fournisseurs d'énergie, l'industrie nucléaire est profondément implantée dans la vie économique et politique des US. À chaque fois qu'on autorise une grande richesse et du pouvoir, ceux qui profitent de cette concentration cherchent inévitablement à défendre et étendre leur contrôle – peu importent le coût de la santé publique, la démocratie ou même le bien-être à long terme de la planète.



Mark Karlin: Ernest Callenbach et Jerry Mander ont écrit dans la préface de Roulette Nucléaire : ''Ce serait un départ de bon augure pour notre nouveau siècle si nous pouvions encourager un mouvement revitalisant pour stopper toute production nucléaire et fermer immédiatement toutes les installations nucléaires – militaires ou civiles. Puis nous pouvons utiliser nos compétences et ressources pour trouver de vraies solutions au vrai défi de notre temps : le changement vers une société durable, en paix et à l'énergie raisonnée.'' Qu'est-ce qui rendrait possible une telle transformation de notre culture et de notre politique ?


Gar Smith: Certains ont déjà commencé la transition entre les combustibles fossiles et les énergies propres. L'approche énergétique du style creuse-brûle-jette est mise au défi par de nouvelles technologies qui récupèrent une énergie propre et gratuite qui se déverse du ciel sous la forme de rayons de soleil et de brises.

Le monde n'est plus seulement à court de combustibles fossiles obtenus à bas prix ; nous sommes aussi à court de minerai d'uranium à haute teneur. Comme toutes ces ressources minérales ne sont pas infinies, une sorte de transition est inévitable. La seule question est, combien de dégâts allons-nous entre-temps infliger à l'humanité et à la santé de la planète ?

Nous avons vraiment besoin de tourner notre attention vers le démantèlement de nos réacteurs. Il est sûr qu'un démantèlement est un processus long et coûteux, mais il est infiniment plus accessible que celui d'une décontamination suite au meltdown d'un seul réacteur nucléaire. Le démantèlement d'un réacteur peut coûter 10 milliards de dollars sur 10 ans, mais nettoyer le chantier de Fukushima devrait coûter 137 milliards de dollars et prendre 30 ans.

À quoi pourrait ressembler le futur ? Regardez l'Arabie Saoudite. Même la famille royale saoudienne a compris. Le royaume a récemment annoncé des programmes d'installation à grande échelle d'énergies renouvelables pour les 20 prochaines années.


SOURCE

Traduit par Hélios

3 commentaires:

  1. Oups, une petite erreur s'est glissé dans ce texte:
    "En Californie, 100.00 panneaux solaires.."
    10.000 ou 100.000? ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est 100.000 et c'est corrigé. Merci.

      Supprimer
  2. Hi there! Quick question that's totally off topic. Do you know how to make your site mobile friendly? My site looks weird when browsing from my iphone 4. I'm
    trying to find a theme or plugin that might
    be able to resolve this issue. If you have any suggestions, please share.

    Thank you!
    My site - transfer rumours

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.