Bistro Bar Blog

vendredi 25 janvier 2013

"Mon chien mange toujours le premier"

L'article est américain, mais dans nos villes, nous avons sous les yeux le spectacle de ceux qu'on appelait des "clochards", rebaptisés SDF, avec leur toutou et parfois leur chat. Une femme, le Dr Leslie Irvine  s'est intéressée à eux et en a fait un livre.

 

Mon chien mange toujours le premier : les sans-abri et leurs animaux



Les chiens sont souvent l'oxygène et la raison de vivre des sans-abri

Publié le 22 janvier 2013 par Marc Bekoff



La plupart d'entre nous avons vu dans les rues des gens sans foyer, dont beaucoup accompagnés d'un compagnon animal, et plus spécialement des chiens. Chaque nuit il y aurait environ 640.000 personnes sans abri aux États-Unis, cependant les estimations sont très variables. Il a été aussi estimé qu'entre 5 et 10 % des sans-abri ont des chiens ou des chats comme compagnons mais les chiffres varient selon les régions et il est difficile de trouver des statistiques exactes. Néanmoins, il existe un grand nombre d'animaux qui vivent avec des êtres humains sans foyer et dans de nombreux cas les animaux sont un lien vital et une raison de vivre pour ces gens sans domicile, ces êtres humains vivant dans un environnement marginalisé dans lequel peu ou aucun choisirait de vivre.





De nombreux sans abri disent que leur chien est leur meilleur ami et leur oxygène


Des sans abri m'ont dit à plus d'une occasion que leur compagnon animal est leur meilleur ami et leur oxygène sans lequel la vie ne vaudrait pas d'être vécue. Pour beaucoup d'entre eux leur ami animal est leur seule famille. L'année dernière pendant que je déjeunais chez moi à Boulder (Colorado) j'ai entamé une discussion avec un sans abri nommé Joe et il m'a dit que lorsqu'il a perdu son emploi et est devenu sans abri il a vendu de nombreuses choses du peu de bien qu'il possédait pour pouvoir continuer à s'occuper de son chien, Clive, sans lequel Joe n'aurait pu ou voulu vivre. J'ai entendu des histoires semblables dans des villes autour du monde.


On regarde souvent les sans abri avec suspicion ou peur. En voyant les sans abri et leurs animaux, les gens font un certain nombre de choses. Certains donnent de l'argent ou de la nourriture et d'autres évitent leur regard. D'autres les jugent indignes de posséder un compagnon animal. Quelle que soit la réaction, beaucoup parmi nous n'ont aucune idée de la manière de survivre dans la rue avec (ou sans) animal.


Un nouveau livre écrit par une femme professeur de sociologie de l'université du Colorado, Leslie Irvine, est le premier à explorer ce que cela fait de vivre dans la rue avec un animal. Grâce à des interviews avec plus de 70 sans abri dans quatre villes, Mon chien mange toujours le premier révèle ce que signifient les animaux pour des gens sans domicile et comment ils s'occupent de leurs amis à quatre pattes. Le livre du Dr Irvine fournit de riches descriptions de la manière dont les animaux procurent un soutien social et émotionnel ainsi qu'une protection contre les torts qu'on pourrait leur causer et dans certains cas, les aident à changer la vie de ceux qui n'avaient que peu de raisons de vivre.


Le Dr Irvine a trouvé cette recherche très éprouvante au début. Comme les refuges pour sans abri n'autorisent pas classiquement les animaux, les propriétaires de compagnons animaux sans abri restent dans la rue et en essayant ''d'échapper aux radars''. Elle a ensuite contacté des vétérinaires californiens qui s'occupent de cliniques ambulantes pour les animaux des sans abri. Elle a interviewé des gens dans ces cliniques et est même allée à des ''consultations à domicile'' dans les camps de sans abri, où elle ne se serait pas aventurée de son propre chef.

 Le Dr Irvine continue d'explorer comment les animaux servent en tant ''qu'autres qui comptent'' pour leurs compagnons humains. Des sans abri lui ont dit que leur chien encourageait une interaction avec les autres et les empêchait de s'isoler. D'anciens accro à la drogue et alcooliques ont décrit comment leur animal les incitait à devenir nets et sobres. Des gens qui avaient passé des années dans la rue ont expliqué ce qu'ils répondaient aux insultes entendues par des étrangers persuadés qu'ils ne devraient pas avoir d'animal de compagnie. Et ils remerciaient ceux qui leur donnaient de la nourriture pour animaux et un mot gentil.



Pour voir d'autres photos, allez ICI.



SOURCE



Traduit par Hélios du BBB.

6 commentaires:

  1. Il a une bonne gueule de gaulois , les clandestins sont logés à 80% dans des hôtels au frais du con tribuable !!

    RépondreSupprimer
  2. Ouais ! T'es pas que ' tribuable ' toi, Hein ?

    Dudu n'est pas fou ...

    RépondreSupprimer
  3. http://realinfos.wordpress.com/2013/02/18/ecoeurement-et-colere-du-president-du-gscf-arret-du-kit-de-survie-pour-les-sdf/

    RépondreSupprimer
  4. http://lejournaldusiecle.com/2013/06/18/302-sans-abri-decedes-ces-six-derniers-mois-en-france/

    RépondreSupprimer
  5. http://www.wikistrike.com/2014/12/etats-unis-le-drame-des-enfants-sans-domicile-fixe.html

    RépondreSupprimer
  6. Pensons à eux/elles et agissons !

    https://www.youtube.com/watch?v=722h9mRKwyg

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.