Bistro Bar Blog

lundi 7 janvier 2013

L'addiction à la technologie

Rappelez-vous que le NOM est le grand responsable de cette addiction, pour pouvoir nous repérer, nous contrôler en nous rendant dépendants et créer dans un avenir plus ou moins lointain des humains virtuels dont l'âme est piégée dans un réseau électromagnétique. Résister à ces technologies est une condition sine qua non pour garder une liberté psychique.

''L'addiction à la technologie'' à l'ère de l'électronique : progrès mondial ou esclavage ?



Par Joel S. Hirschorn
Global Research, 5 janvier 2013

Partout où je pose les yeux hors de chez moi, je vois des gens affairés à bidouiller leurs appareils high tech, pendant qu'ils conduisent, en marchant, en faisant leurs courses, avec leurs amis, au restaurant, dans les salles d'attente de médecins et des hôpitaux, assis dans les toilettes – partout. Pendant qu'ils sont connectés électroniquement, ils sont inattentifs et déconnectés de la réalité.



Les gens sont manipulés sans interruption pour se retrouver accro à la technologie. La technologie est l'opium des masses.

Le résultat en est un esclavage technologique. Je veux parler de la perte de sa liberté personnelle et de son indépendance par une consommation incontrôlée de plusieurs types d'appareils qui bouffent du temps et de l'argent. La plupart des gens ne se servent pas de leur esprit critique pour remettre en question leur qualité de vie, est-elle en réalité améliorée par l'usage incessant des produits d'une technologie qu'on commercialise plus agressivement que tout autre chose ?

Pour ma part, j'ai réussi à limiter grandement l'usage d'innovations technologiques, à rester aussi peu connecté que possible et à maximiser ma vie privée et mon indépendance. Je ne possède pas de smart phone ; je ne participe à aucun réseau social ; je n'ai aucun produit Apple, rien qui ressemble à un Ipod, Ipad et produits similaires. Je n'ai jamais utilisé Twitter ou chose du même genre, ni envoyé de SMS. J'utilise internet de manière judicieuse sur un vieux portable. La messagerie me suffit amplement. Je n'utilise que très rarement mon vieux mobile.

Qu'y ai-je donc gagné ? Du temps, de l'intimité et aucune obsession d'être constamment joignable, connecté, disponible, informé sur les autres. Dites que je suis vieux jeu, mais je sens que je contrôle bien mieux ma vie que tous ceux que je vois se servir ostensiblement de leurs nombreux appareillages modernes. Ils ont perdu leur liberté et ne semblent pas s'en soucier. Quand je fais ma promenade quotidienne je n'ai aucun appareil branché, aucun désir de communiquer, ni d'écouter de la musique ; je veux vivre le moment présent, sentir seulement le monde autour de moi, non filtré et non interrompu par une quelconque technologie.

Je ne suis pas accro aux avancées technologiques, ni enchaîné à l'incessant perfectionnement des appareils, ni curieux de la nouvelle génération de produits très coûteux mais vraiment inutiles, ni connecté ou perpétuellement en ligne. Je n'ai aucune application ou jeux.

Ceux qui pensent que des interactions avec les gens par le biais des appareils de technologie est la vérité ont perdu leur équilibre mental. La technologie limite et dénature les interactions humaines sociales. Pire encore, les gens ont perdu leur aptitude et talent à vraiment converser en face à face, à répondre à des nuances non-verbales ou à écrire des choses intimes avec un plus de quelques mots.
Regardez ceci : ''Des chercheurs de l'université de Glasgow ont découvert que la moitié des participants à une étude ont rapporté vérifier leurs messages une fois par heure, pendant que d'autres le font 30 à 40 fois par heure. Une étude d'AOL a révélé que 59% des utilisateurs de tablettes numériques vérifient à chaque fois qu'un message arrive et 83% vérifient leurs messages chaque jour pendant leurs congés.''

Un sondage de 2010 montre que 61% des américains (taux encore plus élevé chez les jeunes) disent qu'ils ont une addiction à internet. Un autre sondage a rapporté que le mot ''accro'' était le plus couramment utilisé pour décrire leur rapport à la technologie. Une étude a démontré que les gens passaient plus de temps à résister à l'attrait des médias sociaux qu'ils ne le faisaient pour le sexe, le sommeil, les cigarettes et l'alcool.

Une étude récente du Centre de Recherche Pew a découvert que 44% des propriétaires de mobiles dormaient avec leur téléphone près du lit. Pire, 67% faisaient l'expérience de ''sonneries fantômes'', vérifiant leur téléphone même en l'absence de sonnerie ou de vibration. Une bonne nouvelle quand même : la proportion de propriétaires de mobiles qui disent ''ne pas pouvoir vivre sans''est passée de 37 à 29 % en 2006.

Le principal but des entreprises de technologie est de vous faire dépenser de l'argent et du temps avec leurs produits, et non d'améliorer réellement votre qualité de vie. Ils ont créé avec succès une maladie culturelle qui est devenue virale. Les consommateurs lâchent de leur plein gré leur liberté, leur argent et leur temps à la poursuite de quoi exactement ? Pour faire comme leurs collègues ? Pour faire moderne et sophistiqué ? Pour ne pas louper la toute dernière information ? Pour rester branché ? Je ne sais pas.

Je vois des gens comme prisonniers d'une relation pathologique avec une technologie qui vampirise leur temps, ils sont plus au service de la technologie que servie par elle. J'appelle cette technologie un esclavage. Richard Fernandez, formateur chez Google, reconnaissait que ''nous pouvons être dépassés par nos technologies''. Bienvenue dans la vie virtuelle. Pour casser la grande illusion numérique les gens doivent envisager comment la vie pouvait être terrifiante avant sans le règne de la technologie à laquelle on est incité aujourd'hui.

Comment définir un usage sain des appareils de technologie ? C'est une question très importante. Qui est réellement responsable de ma vie ? C'est la question que les gens doivent se poser s'ils veulent avoir une chance de rompre leurs illusions sur la technologie. S'ils arrivent à vivre heureux sans s'en servir beaucoup pendant une journée ou une semaine, ils peuvent alors reprendre le contrôle et leur liberté individuelle et devenir maîtres de la technologie et découvrir ce qu'ils peuvent apprécier dans une vie sans technologie. Mae West (actrice américaine 1893-1980, NdT) est célèbre pour sa croyance que ''trop d'une bonne chose est merveilleux.'' Il est temps de découvrir que cela ne marche pas pour la technologie.

Quant à la globalisation de l'esclavage technologique : est-ce le progrès mondial le meilleur pour l'humanité ? Cette vampirisation ne va-t-elle pas conduire à une déshumanisation mondiale ? Il est temps de se mettre à un régime sans numérique.



SOURCE



Traduit par Hélios



5 commentaires:

  1. Je croule sous l'énumération de toutes les technologies que vous n'utilisez pas. Quel poids! Quelle prison! Si je ne les utilise pas non plus, c'est avant toute autre chose parce que j'aime trop la vie. Cela paraît basique, mais fait malheureusement défaut à tous ces malheureux accrocs aux technologies. C'est comme pour les autres addictions. Faire tout pour se retrouver en tant qu'élément d'une machine, c'est une nouvelle façon de se donner la mort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, la meilleure addiction, c'est celle à la vie.

      Supprimer
  2. hum,hum,sur 1 ou2 blogs,j'ai 'l'habitudes'..de faire des brouillons..
    je me permet d'en faire 1 ce soir..
    L'Addiction:ppppffftttttt,
    je n'y croyais pas a en etre O niveaux :informatique

    bah,si!!

    j'ai arrétez les pseudos+a la tv,ainsi que celle-ci..

    j'ai re-pris le net:Ordi,non tel

    sacré addict en 2 ans

    j'ose me ré-con-for-tez,en y éssayant d'y trouvez une certaine 'véritée'enfoui en mon 'Moi'

    ce blog m'inter-pelle..

    jp31

    RépondreSupprimer
  3. http://spread-the-truth777.blogspot.fr/2013/01/cette-machine-va-revolutionner-notre.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+blogspot/vRGh+(SPREAD+THE+TRUTH)&utm_content=Yahoo!+Mail

    RépondreSupprimer
  4. Il n'y a pas de doute que nous sommes entrés depuis un peu plus d'un siècle dans l'ère de la barbarie technologique! Les accrocs du volant n'ont plus de jambes! Les accrocs à la télé n'ont plus de cervelle! Les accrocs à Internet sont obèses!
    Quand on voit de jolies jeunes femmes hérissées de fils électriques et leurs orifices obstrués par toutes sortes de capteurs cela est vraiment à désespérer...
    La disparition du livre (support de papier râpeux à souhait...)nous asservit intellectuellement et prépare un illettrisme de masse tandis que l'abandon du porte-plume et du cahier pour y consigner les calculs et poser les opérations conduit droit à l'innumérisme (cf communiqué récent de l'Académie des sciences). Avis aux parents souhaitant donner des cours particuliers de maths à leurs enfants: leur confisquer leur calculette serait bien plus efficace...
    Un bémol cependant: c'est grâce à ma boite mél que je suis en mesure de rédiger ce message... N'est-ce pas cela que l'on nomme cercle vicieux?

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.