Bistro Bar Blog

samedi 5 janvier 2013

Fleurs de givre

Un phénomène curieux et fugitif sur l'océan arctique.

Tout à coup une prairie sur l'océan avec des ''fleurs'' partout

4 janvier 2013

Par Robert Krulwich























Il était trois heures, ou peut-être quatre heures du matin quand il les a vues pour la première fois. Jeff Bowman, étudiant diplômé, se trouvait sur le pont du bateau ; ils étaient, lui et l'équipe de biologie de l'université de Washington, de retour du pôle nord. Il faisait froid dehors, la température venait de baisser et avec l'aube il a pu voir quelques-unes, puis d'autres, puis toujours plus de ces petites choses ressemblant à des fleurs, qui poussaient sur la mer gelée.

''Je n'en revenais pas,'' dit-il. C'étaient de petites protubérances de glace, délicates, ressemblant à des flocons de neige. Elles ont commencé à grossir dans l'air sec et froid ''comme une prairie s'étalant dans toutes les directions. Toute la surface disponible en était couverte.'' Que sont-elles ?

''Des fleurs de givre'', lui a-t-on dit. ''Je n'en avais jamais entendu parler,'' dit Jeff, ''mais il y en avait partout.''

Ce ne sont pas des fleurs, bien sûr. Ce sont plus des sculptures de glace qui se forment entre la mer et l'air. Le 2 septembre 2009, jour où le collègue de Jeff, Matthias Wietz, a pris ces photos, l'air était extrêmement froid et sec, plus froid que la surface de l'océan. L'humidité de l'eau de mer au contact de l'air sec crée ces formes délicates comme des plumes. La mer, littéralement, fleurit.





Aussi belles soient-elles, les scientifiques apprécient ces fleurs gelées parce qu'elles sont salées. Ces fleurs absorbent l'eau de mer, concentrent le sel et sont trois fois plus salées que l'océan.
Voilà pourquoi il serait surprenant de trouver quelque chose de vivant dans ces choses. Mais arrive la surprise. ''Si vous prenez une fleur gelée et la laissez fondre,'' et c'est ce qu'on fait Jeff et ses collègues...



...vous obtenez environ ''un à deux millimètres d'eau,'' m'a dit Jeff. C'est un tout petit pipi, une minuscule flaque très salée.

Et pourtant, dit-il, quand il a vérifié avec ses collègues, ils ont découvert que chaque fleur de givre abritait environ un million de bactéries.

Cela vous a-t-il surpris ? Ai-je demandé à Jeff. N'y a-t-il pas de bactéries partout ? Non, a-t-il répondu, pas quand l'environnement contient autant de sel, pas quand ces bactéries se trouvent sur une surface glacée exposée à un air aussi froid, beaucoup plus froid que dans la mer et pas quand elles baignent dans la lumière solaire, ce qui ne leur arrive pas souvent.

Non, il ne s'attendait pas à elles, et pourtant ces bactéries semblent être très heureuses dans leur environnement salé, ensoleillé, réfrigéré, en faisant – hé bien, c'est la question suivante : que font-elles ? L'équipe est pressée de le découvrir.



Mais moi, je veux juste regarder.




Traduit par Hélios

5 commentaires:

  1. hors sujet

    Le séisme de 7,5 qui s'est produit au large de l'Alaska samedi matin a provoqué un tsunami local, mais peut-être destructeur, ont annoncé les autorités américaines.

    L'épicentre du séisme, qui s'est produit à 08H58 GMT, est situé à 102 km à  l'ouest de la ville de Craig et à une profondeur de neuf kilomètres, a précisé le Centre américain de géophysique (USGS), ajoutant que ni dégâts ni victimes  n'avaient été signalés dans l'immédiat. Dans un premier temps, l'USGS avait fait  état d'un séisme de 7,7, mais a ensuite revu son estimation à la baisse. Le Centre américain d'alerte aux tsunamis pour le Pacifique a toutefois annoncé de son côté que le séisme avait provoqué un tsunami potentiellement destructeur, mais qui n'a touché que la partie de la côte de l'Alaska la plus proche de l'épicentre.

    Des maisons ont tremblé à Juneau

    Le niveau de la mer montre qu'un tsunami a été généré, et il peut avoir été destructeur pour les côtes les plus proches de l'épicentre", a-t-il précisé dans un communiqué. Il a ajouté qu'il n'y avait "pas de menace de tsunami pour d'autres côtes du Pacifique, même si certaines pourraient voir des changements non destructeurs du niveau de la mer dans les heures qui viennent". Les maisons ont tremblé à Juneau, la capitale de l'Etat, située à 330 km de l'épicentre du séisme, mais apparemment sans faire de dégâts, rapporte le journal local, le Juneau Empire. Un séisme de même magnitude avait frappé en octobre les Iles canadiennes de la Reine Charlotte, non loin de l'épicentre du séisme de samedi. Il avait provoqué un petit tsunami qui avait atteint plus tard les côtes d'Hawaii, sans faire de dégâts.

    Source sur TF1 News : Alaska : un séisme de 7,5 provoque un tsunami potentiellement destructeur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelques kilomètres plus bas et c'était Frisco qui se retrouvait en suschis!...
      Cela correspond bien au pic d'UV et rayons X affichés sur le graphique. Si cela intéresse le BBB (les cerveaux non encore oxydés), je finis de lire les travaux de l'abbé Moreux (1923) qui sont essentiels pour comprendre ces corrélations entre éruptions solaires et séismes; travaux repris par Dickmann; et peux en faire un résumé. Nous sommes en fin d'inversions de cycles solaires jusqu'en 2013 et ce genre de phénomènes majeurs devrait se reproduire encore. Tout dépend de la position de la Lune/Saturne qui était critique ce matin. Poils aux nains.

      Supprimer
  2. http://www.wikistrike.com/article-un-village-inuit-s-emeut-du-sort-d-orques-prises-dans-les-glaces-au-canada-114248499.html

    RépondreSupprimer
  3. http://jack35.wordpress.com/2013/05/05/decouvrez-letrange-phenomene-de-la-maree-bleue-en-californie-video/#more-38373

    RépondreSupprimer
  4. http://jack35.wordpress.com/2013/06/12/limage-du-jour-les-orchidees-fantastiques/

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.