Bistro Bar Blog

mardi 1 janvier 2013

Découverte archéologique majeure en Chine

Des archéologues pensent que l'exploration d'une tombe impériale secrète pourrait présenter des dangers mortels



Par Jésus Diaz, 28 décembre 2012

Après la découverte d'un palais resté jusqu'ici secret dans le complexe mortuaire du premier empereur de Chine, les archéologues chinois se sentent nerveux. Non parce que la tombe de Shi Huang est la plus importante découverte depuis la tombe de Toutankhamon, mais parce qu'ils pensent que sa tombe royale est remplie de pièges mortels qui tueraient les intrus. Sans parler de mortelles quantités de mercure. 

La tombe secrète est une découverte ahurissante. Située au cœur du cimetière impérial de 56 km² gardé par plus de 6000 (au minimum) statues grandeur réelle de guerriers, musiciens et acrobates, le palais enfoui mesure 690 mètres par 250. Il comporte 18 maisons avec cour surmontées d'un édifice principal, où on suppose que se trouve l'empereur. Le palais, qui a déjà été partiellement cartographié en 3D grâce à des scanners volumétriques, occupait un volume de 170.000 m3. C'est le quart de la taille de la Cité Interdite de Pékin – pour juste une tombe.


Les experts pensent que la structure de 76 mètres de haut recouverte de terre et conservé sèche grâce à un système complexe de drains, dissimule le corps de l'empereur et de ses courtisans. Personne ne connaît l'état de leurs corps, mais l'un des archéologues pense qu'ils ont de grandes chances d'être détruits aujourd'hui.







Ce qui est probablement intact, ce sont les innombrables trésors qui, selon d'anciens parchemins qui décrivent le site mortuaire depuis longtemps oublié, seraient contenus à l'intérieur de la tombe. Des compte-rendus rédigés des siècles après la mort de l'empereur prétendent que la chambre mortuaire comporte une carte du royaume de Qin Shi Huang, qui contiendrait des rivières de mercure. Il est dit que le plafond serait incrusté de pierres précieuses. Et il y aurait peut-être aussi des pièges mortels qui montent la garde.

Des pièges mortels ?


Discutant avec le journal espagnol El Pais, les archéologues qui travaillent aux fouilles disent que ''c'est comme d'avoir un cadeau emballé à la maison, tout en sachant qu'à l'intérieur il y a ce que vous vouliez depuis toujours, et que vous ne pouvez pas l'ouvrir.'' Mais, en même temps, personne ne veut être le premier à entrer à cause des dangereux pièges du mausolée – ils sont détaillés dans les mêmes textes qui recensent les abondantes richesses.


On ne sait pas vraiment s'il y a vraiment des pièges, bien que de nombreux textes les décrivent. Il n'existe de quelconque compte-rendu de pièges dans les tombes des cultures anciennes. Selon Emily Teeter – conservatrice des antiquités égyptiennes et nubiennes à l'institut d'orient de l'université de Chicago – les pièges sont une légende, de même que les malédictions :
Je suis vraiment désolée de dire que si les malédictions sont à la mode, elles ne sont vraiment pas perfides. Hollywood a mis en scène des conceptions architecturales transformés en objets d'épouvante, par exemple des blocs qui coulissent, des puits et des chambres qui se remplissent de sable. Désolée, les égyptiens n'étaient pas aussi diaboliques.
Alors qu'en est-il de la boule de pierre géante que cherche Indiana Jones au début des Aventuriers de l'Arche Perdue ? Hé bien, les boules existent bien, dit un expert d'archéologie d'Amérique Centrale, le Dr Winifred Creamer :
Le Costa Rica possède sans aucun doute ces grosses boules de pierre. Les boules ont cessé d'être fabriquées du temps des premiers explorateurs espagnols et ont été complètement oubliées jusqu'à leur redécouverte dans les années 40. De nombreuses boules ont été trouvées alignées, formant des lignes droites et incurvées, ainsi que des triangles et des parallélogrammes. Un groupe de quatre boules a été trouvé organisé sur une ligne orientée vers le nord magnétique. Ce qui a conduit à soupçonner qu'elles ont pu être mises en place grâce à des compas magnétiques ou des alignements astronomiques.



Malheureusement, il semble que ces boules géantes ne servaient pas de pièges. C'est possible.

Mais supposons que les chinois étaient plus diaboliques géniaux que les égyptiens ou les cultures d'Amérique Centrale et qu'ils ont réellement installé des pièges qui déclenchaient des arbalètes mortelles dans la tombe de l'empereur. Même si les vieux textes chinois sont corrects, elles pourraient toujours fonctionner après deux mille ans. Peut-être que les mécanismes sont rouillés. Peut-être que le bois et les cordes utilisés pour les pièges ont depuis longtemps été détruits par des bactéries. 

L'historien chinois Guo Zhikun pense le contraire. C'est l'un des principaux experts du site mortuaire de Qinshihuang et il dit qu'il est très possible que les pièges soient toujours actifs. Il prétend que l'utilisation de chrome sur les personnages peut indiquer que les pièges ont reçu un traitement protecteur similaire. Il est sûr que ''les artisans qui ont construit les pièges et installé des arbalètes qui feront feu si un voleur tente de pénétrer.''

Même si les pièges ne fonctionnent pas, il y a toujours la question de la forte et mortelle concentration de mercure dans la tombe. Des mesures sur place indiquent de dangereux niveaux, qui peuvent provenir d'autres mises en scène décrites dans les parchemins : les ingénieurs de l'empereur auraient créé de grandes rivières de vif-argent (du mercure) dans la tombe. Tellement que le niveau de mercure intérieur serait mortel pour un aventurier non protégé.

Le gouvernement chinois n'a pas encore décidé quoi faire de ce complexe secret. Les autorités attendront quelque temps parce qu'elles pensent qu'avec la technologie actuelle, on ne peut pénétrer dans la tombe sans détruire certains contenus. Parfait.

SOURCE

Traduit par Hélios

3 commentaires:

  1. Les concepteurs des jeux "tomb raider" en connaissent un rayon au sujet des pièges mortels et on ne peut plus perfides dissimulés dans les nécropoles ou sites archéologiques. Faut envoyer angelina jolie, c'est son job à la lara croft bombasse en chair et en os, en plus elle fréquente le "bilderberg", c'est l'aventurière tout terrain, un 4fois4 bandant en short et flingue anti-chauve-souris.

    RépondreSupprimer

  2. Mercure..? Tout ça sent encore la centrale énergétique camouflée en tombe par les détenteurs de savoirs, de brevets, d'armées privées plus ou moins légales, mais pas d'humanité.
    Et ça me rappelle une affaire égyptienne toujours en cours... Pfff !

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.