Bistro Bar Blog

vendredi 28 décembre 2012

L'orchestre de la décharge de Cateura

Des jeunes jouent du Mozart avec des violons recyclés


Publié le 17 décembre 2012 par Associated Press


CATEURA, Paraguay (AP) — Les sons proviennent de deux gros bidons à confiture. Une vieille radiographie sert de membrane pour une batterie. Un saladier cabossé en aluminium et des ficelles ajustés par des fourchettes provenant de ce qui a dû être un élégant service de table font un violon. Des bouchons de bouteille fonctionnent parfaitement comme clés de saxophone.

C'est ce qu'utilise un orchestre de chambre de 20 enfants, avec d'autres instruments fabriqués à partir de matériaux provenant de la décharge où leurs parents survivent péniblement comme chiffonniers, qui joue régulièrement la musique de Beethoven et Mozart, d'Henri Mancini et des Beatles. ''My Way'' de Franck Sinatra et des polkas du Paraguay ont également été joués dans un concert organisé pour Associated Press.

Rocio Riveros, 15 ans, dit qu'il lui a fallu un an pour apprendre à jouer de sa flûte, faite avec des canettes. ''Aujourd'hui je ne peux plus vivre sans cet orchestre,'' dit-elle.

Le bruit se répand à propos de ces gamins de Cateura, vaste décharge à l'extérieur de la capitale du Paraguay, le long de laquelle vivent dans une abjecte pauvreté quelque 25.000 familles dans l'odeur pestilentielle des ordures.

Les jeunes de ''L'orchestre d'instruments recyclés de Cateura'' ont joué cette année au Brésil, à Panama et en Colombie et ils espèrent jouer cette année en Arizona au Musée des Instruments Musicaux.

''Nous voulons procurer à ces enfants et à leurs familles une alternative à la décharge. Nous faisons donc l'impossible pour qu'ils puissent voyager hors du Paraguay, se faire reconnaître et admirer,'' dit Favio Chavez, travailleur social et enseignant de musique qui a fait démarrer l'orchestre.

La prise de contact avec le musée s'est faite grâce à une réalisatrice du Paraguay, Alejandra Amarilla Nash. Elle, ainsi que la productrice de film Juliana Penaranda-Loftus, suivent l'orchestre depuis des années, rejoignant Chavez dans son travail social en réalisant leur film ''La décharge harmonique'' (Landfill Harmonic) avec un budget limité.

Le documentaire est loin d'être terminé. Les enfants ont encore beaucoup à prouver. Mais le mois dernier, les réalisatrices ont créé une page Facebook et posté une courte bande-annonce sur Youtube et Viméo (voir ci-dessous) qui est devenue virale, obtenant rapidement plus d'un million de visiteurs.

'C'est une belle histoire et elle s'accorde aussi très bien avec ce thème de l'ingéniosité des humains autour du monde qui utilisent ce qu'ils ont à leur disposition pour créer de la musique,'' a dit Daniel Piper, conservateur du musée d'Arizona aux 5000 instruments.

La communauté de Cateura ne pouvait pas être plus marginalisée. Mais la musique venant des ordures fait penser à certaines familles qu'un autre avenir existe pour leurs enfants.

''Grâce à l'orchestre, nous sommes allés à Rio de Janeiro ! Nous nous sommes baignés sur les plages d'Ipanema et de Copacabana. Je n'avais jamais pensé que mes rêves deviendraient réalité,'' dit Tania Vera, une violoniste de 15 ans qui vit dans une cabane de bois près d'un ruisseau contaminé. Sa mère a des problèmes de santé, son père les a abandonnées et sa sœur aînée a quitté l'orchestre une fois enceinte. Tania, veut malgré tout aujourd'hui devenir vétérinaire autant que musicienne.
Fabio Chavez, dirigeant l'orchestre le 11 décembre à Cateura


L'orchestre est né de l'imagination de Chavez, 37 ans. Il a appris enfant la clarinette et la guitare et a démarré une petite école de musique dans une autre ville du Paraguay avant de trouver un travail dans une organisation du gouvernement qui apprend aux récupérateurs d'ordures de Cateura la manière de se protéger.

Chavez a ouvert une minuscule école de musique à la décharge il y a 5 ans, espérant garder les jeunes à l'abri des problèmes. Mais il ne possédait que cinq instruments à partager et les enfants ont commencé à s'agiter, irritant le patron de Chavez.

Chavez a donc demandé à l'un des récupérateurs, Nicolas Gomez, de fabriquer des instruments à partir de matériaux recyclés pour garder les plus jeunes occupés.

''Il a trouvé un tambour et l'a réparé et une chose en a entraîné une autre. Comme il était charpentier, je lui ai demandé de fabriquer une guitare. Et nous avons continué,'' a dit Chavez.

En avril prochain, les instruments à corde classiques que Gomez a fabriqué dans sa boutique à côté de ses cochons et ses poulets seront exposés à Phénix, à côté d'un des pianos de John Lennon et des guitares d'Eric Clapton.

''Je n'ai étudié que jusqu'à 12 ans parce que j'ai dû travailler à casser des pierres dans les carrières,'' raconte Gomez, 48 ans. Mais ''si vous me donnez des instructions précises, demain je vous ferai un hélicoptère !''

Le musée va aussi exposer les instruments à vent faits par Tito Romero, qui réparait des trompettes abîmées dans un magasin en dehors d’Asunción jusqu'à ce que Chavez vienne le voir et lui demande de transformer du tuyau galvanisé et autres objets en métal de récupération en flûtes, clarinettes et saxophones.

''C'est un travail lent, qui demande de la précision, mais très gratifiant,'' a dit Romero. ''Chavez apprend à ces enfants à devenir des gens ayant une grande estime de soi, il leur donne une protection contre le vice.''

Ada Rios, premier violon de 14 ans, a accueilli l'AP avec des yeux endormis et un large sourire dans la maison familiale sur les berges d'une crique remplie de déchets qui se jette dans le fleuve Paraguay.

''L'orchestre a donné une nouvelle signification à ma vie, parce que à Cateura, malheureusement beaucoup de jeunes n'ont aucune opportunité d'étudier, parce qu'il doivent travailler ou bien ils deviennent alcooliques et drogués,'' dit-elle.

Sa petite sœur Noelia a annoncé avec l'innocence de ses douze ans qu'elle ''est célèbre dans son école grâce à sa position dans l'orchestre.''

Leur tante de 16 ans, Maria Rios, est aussi violoniste.

''Ma mère m'a inscrite à l'école de Chavez il y a trois ans. J'étais contrariée qu'elle ne m'ait pas demandé avant, mais aujourd'hui je la remercie parce qu'elle a mis mon nom dans la liste de ceux qui voulaient apprendre le violon,'' a dit Maria.

Sa mère, Miriam Rios, qui a 14 enfants en tout, a dit que Maria était née quand elle avait 45 ans.

''Mes voisins disaient qu'elle naîtrait avec des problèmes mentaux parce que j'étais déjà âgée, mais c'est une artiste qui est née !'' dit Miriam Rios avec la voix remplie de fierté tout en essuyant quelques larmes.

Les enfants se sont retrouvé dans la cour de l'école pour l'AP, tout fiers pendant qu'ils accordaient leurs instruments.

Victor Caceres, qui joue avec un violoncelle provenant d'un bidon rouge et blanc a déclaré que ''cet instrument n'a aucune raison d'envier ceux qui sont apparemment plus corrects. Il donne un son impeccable.''

Debout derrière lui, Brandon Cobone, 15 ans soutient un double violon contrebasse fabriqué à partir d'un gros tonneau jaune. Il a dit que l'instrument attire toujours l'attention, ''mais il résonne merveilleusement.''

Les enfants ont joué sans se plaindre pendant 40 minutes avec une chaleur humide de 38°C. ''My Way'' de Frank Sinatra, puis ''New York, New York'' ont été suivis par la ''Petite Musique de Nuit'' de Mozart et quelques polkas du Paraguay.

Les jeunes de Chavez vont jouer dans les centres commerciaux d’Asunción pendant les vacances.

''Nous allons avoir de l'argent, pas beaucoup, mais cela aidera ces familles de Cateura,'' a-t-il dit. ''Elles pourront se permettre d'apprécier un bon repas de Noël.''






Traduit par Hélios

1 commentaire:

  1. http://jack35.wordpress.com/2013/07/27/decouvrez-les-17-plus-belles-cabanes-dans-les-arbres-du-monde-galerie/

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.