Bistro Bar Blog

lundi 17 décembre 2012

Le cadeau de JP31 pour le blog

Je vous laisse découvrir ces paroles de sagesse et de bon sens :


9 commentaires:

  1. Je suis abonnée depuis quelques mois et je dois dire que son site est extra!
    Pas de parano, pas de mytho...que des conseils pleins de bon sens.
    En fait nous devrions TOUS et TOUTES avoir un esprit se survivaliste, car c'est tout simplement de la prévention dans ce monde ou nous sommes hyper assisté(e)s,donc sans véritable autonomie.
    Merci volwest.

    RépondreSupprimer
  2. Un certain jour où je râlais après le monde, je me suis dite que le monde devait changer.
    Mais quoi faire, je ne peux pas faire changer toutes les personnes, les lobbies, les politiques, tout tout tout ce qui me submerge et qui est le monde.
    Et c'est alors que je me suis vue, au milieu du monde.
    Je suis une partie de ce monde et le plus grand pouvoir que je puis exercer sur ce monde, c'est sur moi avant tout.
    Alors je me suis dit que pour changer le monde, il fallait bien commencer par un bout du monde: moi, pourquoi pas...
    A cet instant précis, j'ai commencé à changer...
    Jane

    RépondreSupprimer
  3. Non tous les habitants de cette planète NE SONT PAS des humains !
    Pourquoi ce drapeau Américain juste derrière lui ? Au dessus d'une tronçonneuse ! Hasard j'espère ! ! ! !
    Je me pose des tas de questions ! ! ! et je file voir sur son blog ...

    RépondreSupprimer
  4. Témoignage bien sympathique et plein de bon sens. Témoignage d’un être adulte. Car se remettre à l’assistanat en tout, c’est de l’infantilisme. Mais beaucoup de gens vivant dans le confort de nos pays hautement évolués s’y complaisent sans aucune nécessité. Et quand leur train est resté bloqué un certain nombre d’heures quelque part, ils occupent trois jours de suite la Une de tous les médias, le temps qu’on trouve qui est responsable de leurs différents inconforts.

    D’autres, moins gâtés, ne voient pas d’autre possibilité que de se laisser aspirer par les promesses des grandes villes. Ainsi, ils se retrouvent dans la dépendance forcée des grandes masses, avec à la clé tous les scénarios de films catastrophes que nous connaissons.

    C’est bien de vouloir sensibiliser à cette problématique. Car progressivement, nous avons tous subi ce processus d’infantilisation. Jadis, quand on partait quelque part en-dehors de chez soi, avoir un couteau en poche faisait partie de l’équipement élémentaire. Aujourd’hui, cela représente un délit en France ! Sans parler des mesures de sécurité dans les aéroports…

    Ici, ma réflexion rejoint celle sur le karma collectif évoquée dans l’autre contribution du jour. Là aussi, l’auteur vise l’acquisition d’une certaine indépendance, et il a mille fois raison. Mais dans les deux cas, il reste une part complètement incompressible des manques et des pertes que les pauvres humains ont toujours à subir. La volonté de s’assumer, de contenir courageusement ses angoisses, se heurtent à une limite. Planétaire ? Cosmique ?

    Bien sûr, qui ne vit pas dans une grande ville peut s’équiper pour "survivre" un certain temps. Mais cela dépend à quoi. Et quoi qu’il en soit, tout au bout, la question nous attend : "survivre" POUR QUOI ?

    RépondreSupprimer
  5. Je pense effectivement que travailler sa propre autonomie chez soi et dans son périmètre est plus important que d'essayer de changer un système par des manifs, des pétitions etc...En ville, en appartement, c'est moins évident qu'à la campagne, mais on peut faire des petits pas vers l'indépendance quand même.

    RépondreSupprimer
  6. Bonsoir,

    Merci.

    Survivalisme.
    Quel mot barbare.
    Cela me fait penser a Mad Max!

    Vivre en autonomie par respect pour tout, oui, mais franchement je n'ai pas envie de dormir le couteau entre les dents, la peur au ventre, en attente de je ne sais quoi!

    Et si "hordes barbares" il devait y avoir, il n'y a que deux solutions. Ou l'on partage, ou il me zigouille. :) Je ferais avec, le moment venu, et pis cé tout!

    Merci pour les autres sujets, les belles images d'en tête, les commentaires.

    Bien a vous toutes et tous, Léa.

    PS. Certains sujets sont toujours bloqués. Peut donc pas laisser de commentaires.

    RépondreSupprimer
  7. http://au-bout-de-la-route.blogspot.com/2012/12/vol-west-le-survivaliste-francais-du.html

    RépondreSupprimer
  8. Un type très bien dont le nom m'échappe vient de déclarer récemment: espérons que tout ces idiots ayant prêché la fin du monde pour le 21, n'y survivront pas et qu'ils se seront suicidé le 22 au petit matin.
    Entièrement d'accord avec ce brave homme !
    Maurice

    RépondreSupprimer
  9. Le titre du cadeau est bien LE SURVIVALISME. Je veux bien que cela s’appelle comme ça au Canada. Mais est-ce qu’on ne joue pas sur les mots ?

    Bien sûr, être autonome en cas de panne plus ou moins prolongée d’électricité , d’approvisionnement en nourriture, etc. me paraît souhaitable et réalisable. Quitte à ce que tout rentre dans l’ordre après.

    C’est déjà autre chose en cas de grosse catastrophe naturelle. Vos bougies, vos boîtes de conserve, votre bois de chauffage et même votre guitare seront emportés, engloutis une fois pour toutes. Néanmoins, les plus forts survivront en attendant l’aide internationale.

    Mais pour nous faire vraiment peur, on a inventé des menaces globales. On est tous d’accord qu’on ne peut pas changer "le système" qui y conduit. Donc, en attendant la catastrophe, on ne peut plus que dédouaner sa propre conscience avec du papier recyclé et des meubles de jardin garanti sans déforestation des régions tropicales.

    Cela dit, en ce qui me concerne, je redouterai plutôt la perspective de me retrouver seul à survivre sur une Terre méconnaissable avec quelques autres êtres plus ou moins humains.

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.