Bistro Bar Blog

samedi 22 décembre 2012

Comprendre les animaux (1ère partie)

Un texte de Joël Labruyère, extrait de sa revue Undercover.


Comprendre les animaux


Est-ce que les animaux pensent ? Nous savons qu'il y a des animaux qui semblent penser; ce sont les animaux les mieux domestiqués car ils sont en étroit contact avec l'homme depuis des générations, et ils ont ainsi développé une faculté que ne possèdent pas les animaux qui n'ont pas eu cet avantage. Cette faculté repose sur un principe analogue à celui d'après lequel un fil électrique parcouru par un courant à haute tension donne naissance par induction à un courant électrique plus faible dans un autre fil placé à proximité. Nous rencontrons un phénomène semblable dans l'ordre moral: un homme d'une haute moralité éveillera une tendance analogue chez un être de nature plus faible. Tout ce que nous faisons, disons, tout ce que nous sommes se reflète dans tout ce qui nous entoure. C'est la raison pour laquelle les animaux domestiques supérieurs semblent penser. Ils sont les plus développés de leur espèce, presque sur le point de s'individualiser; et les vibrations de la pensée humaine ont "induit" en eux une activité mentale analogue, mais d'un ordre inférieur. 


Seul l'homme possède la chaîne complète des véhicules le reliant à toutes les divisions des trois Mondes. Il manque à l'animal un chaînon de cette chaîne, l'intellect. Au cours de sa descente dans la matière l'Esprit de l'animal n'a encore atteint que le Monde du Désir. Cet Esprit n'a pas évolué au point de pouvoir "pénétrer" dans un corps physique dense. C'est pourquoi l'animal n'a pas d'Esprit individuel intérieur, mais un Esprit-Groupe qui le dirige de l'extérieur. Il possède les trois corps, dense, vital et du désir. Il y a un point entre les sourcils, environ à 1cm 1/2 sous la peau qui a un point correspondant dans le corps vital. Ces deux points étaient séparés chez les premiers Atlantéens, comme ils le sont aujourd'hui chez les animaux. Ils sont plus rapprochés chez le chien que chez les autres animaux, à l'exception, peut-être, de l'éléphant. Le corps vital et le corps du désir des animaux ne coïncident pas encore complètement avec le corps dense, particulièrement en ce qui concerne la tête. Par exemple, la tête éthérique du cheval s'étend considérablement au-delà de sa tête physique; et s'il arrive, chose exceptionnelle, que la tête éthérique coïncide avec la tête physique le cheval peut apprendre à lire, compter et à faire des opérations d'arithmétique élémentaire, etc. Parmi les animaux prodiges qui ont tant fait parler d'eux, il y avait les quatre chevaux d'Elberfeld en Prusse Occidentale, auxquels les scientifiques s'intéressèrent juste avant la Première Guerre Mondiale. Mais les quatre animaux périrent durant la guerre, avant qu'aucune explication ait été donnée. Aux États-Unis également il y avait la petite jument timide qu'on appelait Dame Magique. Sa maîtresse avait fait construire spécialement pour elle une machine à écrire sur laquelle elle tapait les réponses aux questions de ses nombreux visiteurs. 


C'est aussi à cette particularité que les chevaux, les chiens, les chats et autres animaux ressentent le Monde du Désir, bien qu'ils ne se rendent pas compte toujours de la différence entre ce monde et le Monde Physique. Un cheval se cabrera à la vue d'une forme invisible pour son cavalier; un chat essaiera de se frotter contre des jambes invisibles pour nous – qu'il voit cependant – sans réaliser que ce ne sont pas des jambes physiques. Le chien, plus intelligent que le chat ou le cheval, se rendra compte qu'il y a quelque chose d'incompréhensible dans l'apparition de son maître défunt dont il ne peut lécher les mains. Il aboiera d'une façon lugubre et ira se cacher dans un coin. 


L'exemple suivant permettra de saisir la différence existant entre l'homme dont l'Esprit est intérieur, et l'animal qui est dirigé par son Esprit-Groupe. 


Imaginons une chambre divisée en deux par un rideau, un des côtés représentant le Monde du Désir, l'autre le Monde Physique. Supposons qu'il y ait deux hommes dans la pièce, ils ne peuvent ni se voir, ni se rencontrer. Dix ouvertures sont pratiquées dans le rideau; l'homme placé dans la division représentant le Monde du Désir peut, à travers ces ouvertures, faire passer ses dix doigts dans la division représentant le monde matériel. Cet homme donne une excellente image de l'Esprit-Groupe qui se trouve dans le Monde du Désir. Les dix doigts représentent les animaux appartenant à une des espèces. Il peut les mouvoir comme il le désire, mais il ne peut pas les utiliser aussi librement et aussi intelligemment que l'homme qui se trouve dans la partie physique et qui peut se servir de son corps. Ce dernier voit les doigts qui bougent à travers le rideau, mais il ignore le rapport qui existe entre eux. Ils lui paraissent distincts les uns des autres. Il ne peut pas voir que ce sont les doigts de l'homme derrière le rideau et dont l'intelligence dirige les mouvements. Si un des doigts est blessé, ce n'est pas le doigt seul qui est meurtri, mais surtout l'homme qui se trouve derrière le rideau. 


Si un animal est blessé, il souffre, mais pas au même degré que son Esprit-Groupe. Le doigt n'a pas de conscience individuelle, il se meut au gré de l'homme qui le dirige. Les animaux font de même selon les impulsions de l'Esprit-Groupe. 


Nous entendons parler "d'instinct animal" et "d'instinct aveugle." Cependant, il n'existe pas "d'instinct aveugle," et il n'y a rien d'aveugle dans la manière dont l'Esprit-Groupe guide les animaux, il n'y a que SAGESSE dans le Monde du Désir. Le clairvoyant expérimenté, lorsqu'il est actif dans le Monde du Désir peut communiquer avec ces Esprits-Groupes et les trouver plus intelligents qu'une grande partie des hommes. Il peut voir de quelle prévoyance merveilleuse ils font preuve en dirigeant les animaux qui sont leur corps physique. L'Esprit distinct des animaux n'est pas encore soi-conscient, c'est pourquoi ils agissent selon les suggestions de l'Esprit-Groupe. L'Esprit-Groupe est une entité qui appartient à une évolution différente et il fonctionne dans les mondes invisibles où les choses sont beaucoup plus apparentes qu'elles ne le sont ici. Il s'ensuit donc que ce que nous appelons instinct est réellement les suggestions de l'Esprit-Groupe qui est dans le monde invisible et guide les animaux. 


C'est l'Esprit-Groupe des oiseaux qui, à l'automne, les rassemble et les oblige à immigrer vers le sud, ni trop tôt, ni trop tard, pour échapper aux bises glacées de l'hiver; c'est lui qui, au printemps, dirige leur retour et leur long vol à une altitude convenable, différente pour chaque espèce. 


L'Esprit-Groupe du castor lui apprend à construire sa digue à l'angle voulu à travers une rivière. Il sait tenir compte de la rapidité du cou-rant et de toutes les autres circonstances, exactement comme le ferait un ingénieur, prouvant ainsi qu'il connaît les moindres détails de son art aussi bien que le technicien le mieux instruit. C'est la sagesse de l'Esprit-Groupe qui dirige la construction des cellules hexagonales des abeil-les, avec une parfaite exactitude géométrique; c'est elle qui apprend à l'escargot à modeler sa demeure en une spirale très belle et très exacte et aux mollusques de l'océan à décorer leurs coquilles irisées. Partout la sagesse! Sagesse si grande, si sublime que celui qui l'observe en est rempli de stupéfaction et de vénération. 


Grâce au sentier en spirale de l'évolution, les animaux domestiques supérieurs, notamment le chien, le cheval, le chat et l'éléphant, voient les objets à peu près comme l'homme-dans des contours nets et définis. 


Les rapports des plantes, des animaux et de l'homme avec les courants vitaux qui circulent dans l'atmosphère de la Terre sont représentés symboliquement par la croix, et l'animal qui est symbolisé par le bras horizontal de la croix se trouve à mi-chemin entre la plante et l'homme. Sa colonne vertébrale a une position horizontale, et par elle passent les courants de l'Esprit-Groupe des animaux, qui est le gardien des Esprits des animaux. Il n'y a pas d'animal qui puisse rester constamment dans une position verticale, car dans ce cas, les courants de l'Esprit-Groupe ne pourraient pas le guider et, n'étant pas suffisamment individualisé pour supporter les courants qui pénètrent la colonne vertébrale de l'être humain, il mourrait. Les animaux n'ont que 28 paires de nerfs spinaux correspondant aux 28 jours du mois lunaire, en comparaison de l'homme qui a 31 paires de nerfs spinaux, correspondant au mois solaire. C'est pourquoi les animaux dépendent de l'Esprit-Groupe pour faire infuser les rayons stellaires nécessaires à produire la conscience; ils sont totalement dans l'incapacité d'absorber directement les rayons du Soleil. 


La suite demain.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.