Bistro Bar Blog

lundi 5 novembre 2012

Ultraman, 5 novembre 2012

Comme souvent, Ultraman remet les choses à plat sur les données fournies par les médias.

-->

Radioactivité du poisson au nord-est du Japon : les cartes de radioactivité d'un poisson des profondeurs (le flétan) ne montrent pas vraiment de baisse


Ces cartes ont été faites par l'un de mes abonnés sur Twitter, Kontan_Bigcat, qui semble avoir été très méticuleux dans son suivi des données (aussi bien officielles que privées) sur la radioactivité au Japon et il produit d'excellentes cartes visualisant les données.

D'après ses mises à jour sur la radioactivité d'un poisson des profondeurs au nord du Japon côté Pacifique, cartes et ses commentaires (j'ai ajouté les légendes en anglais) :

Flétan, au nord de Miyagi (Miyagi, Iwate, Aomori, Hokkaido), données au 30 septembre 2012 : 20 à 40 Bq/kg dans la baie de Sendai (Miyagi), pas de tendance à une baisse de radioactivité discernable. Aomori voit une augmentation, de 5Bq/kg au printemps à 20Bq/kg depuis l'été :





Flétan, en dehors du rayon de 30 km depuis la centrale de Fukushima, données au 30 septembre 2012 : du poisson dépassant 1000 Bq/kg ne se rencontre plus, mais il n'y a pas de baisse discernable de radioactivité :





Shinchi-machi se situe juste au sud de Miyagi et Iwaki est au nord d'Ibaraki.
Flétan, à l'intérieur du rayon des 30 km depuis la centrale, données au 30 septembre : le suivi dans le rayon des 20 km a démarré en avril, mais il ne semble pas y avoir de différence entre l'intérieur du rayon des 20 km et entre les rayons des 20 et 30 km. On ne trouve plus de poisson dépassant 1000 Bq/kg, mais pas de baisse discernable de radioactivité :


Flétan, Ibaraki et le sud d'Ibararki (Chiba), données au 30 septembre : il semble que la radioactivité décline lentement au sud de Ooarai, mais le nord de Hitachinaka [c'est à dire plus près de Fukushima] continue à montrer de 10 à 40 Bq/kg, et pas de baisse en vue :



Et la dernière carte pour le flétan, situant tous les points des données du nord (Hokkaido) au sud (Chiba) :



Il est intéressant que la récente hausse de radioactivité du flétan a été trouvée non pas à l'intérieur du rayon des 20 km depuis la centrale, comme on pourrait s'y attendre, mais à l'extérieur, au large d'Iwaki, avec autour de150 Bq/kg. La radioactivité du flétan pêché dans la baie de Sendai ou au large de celle-ci n'est pas très loin derrière.


Kontan_Bigcat a aussi des cartes pour la sole marbrée, la raie, le chabot, la morue du Pacifique et le bar japonais (pas des poissons de profondeurs, mais ils se nourrissent près du fond). Un échantillon de chabot près du rayon des 20 km depuis la centrale a donné 25.800 Bq/kg en août cette année, comme il le précise, mais des tests successifs de l'endroit ont donné une radioactivité d'un ordre de magnitude plus faible (au-dessus de 1000 Bq/kg).

Comme le rapporte le Washington Post (citant l'AP), un chercheur, Ken Buesseler, suppose dans son article de Science magazine que des niveaux de césium radioactif constants peuvent indiquer que du césium est produit récemment de la centrale.
C'est possible, mais il y a d'autres sources importantes et évidentes de matériaux radioactifs tout le long de la côte nord-est du Japon : les fleuves transportent jusqu'au bout des sédiments radioactifs venant des montagnes (où beaucoup de matériaux restent non-''décontaminés''). La rivière Abukuma en Fukushima charrie à elle seule 50 milliards de becquerels de césium radioactif par jour vers le Pacifique. La rivière traverse le tiers du milieu contaminé de Fukushima et se jette dans la baie de Sendai à Miyagi.

Il ne semble pas non plus envisager la ''bioconcentration'' – concentration de matériaux radioactifs qui remonte la chaîne alimentaire. Par exemple, on a trouvé des ormeaux de mer avec normalement 40Bq/kg de césium et un taux non détectable d'argent radioactif (Ag-110m), avec une forte concentration des deux, surtout l'Ag-110m. Les ormeaux se nourrissent d'algues.

Puis il y a les courants côtiers qui déplacent le sable, ce qui semble prouvé par une augmentation de radioactivité dans le flétan pêché au large d'Aomori/Hokkaido.

Mais M. Buesseler peut l'avoir mentionné dans son article, auquel je n'ai pas accès.

Juste comme de nombreuses histoires passés concernant Fukushima, son article, ou les articles des médias étrangers basés sur son article ont été (ré)-importés au Japon, et des japonais tweetent la même chose qu'ils ont souvent tweeté avant : ''Regardez, un scientifique étranger dit ceci, et de respectables médias étrangers le rapportent ! Voilà comment notre gouvernement et nos médias mentent et cachent les choses ! La centrale de Fukushima fuit !''
Ils ne lisent pas entre les lignes, que le chercheur a créé ses cartes à l'aide de données venant du gouvernement japonais (et probablement de TEPCO, qui fait aujourd'hui partie du gouvernement), qu'elles ont toujours été disponibles, et que c'est son hypothèse que la centrale continue de laisser fuir de l'eau radioactive.

Mais c'est beaucoup trop de détails pour eux, semble-t-il.

************************************
Japon radioactif : Tokyo a fait une visite d'une journée à Fukushima pour ré-éduquer les marchands de fruits et légumes concernant les ''rumeurs sans fondement''

Le voyage était programmé et fait en octobre, avant que Shintaro Ishihara ne démissionne de son poste de gouverneur de Tokyo pour annoncer son retour à la politique nationale. M. Ishihara a jusqu'à la fin soutenu les agriculteurs de la préfecture de Fukushima au lieu d'assurer la sécurité des habitants de Tokyo. Il aurait dû être gouverneur de Fukushima.

D'après le Yomiuri Shinbun, édition de Fukushima (17 octobre 2012) :
Le gouvernement métropolitain de Tokyo organise une visite à Fukushima pour éradiquer des rumeurs sans fondement

Pour éradiquer des rumeurs sans fondement sur l'accident nucléaire, le gouvernement métropolitain de Tokyo planifie des voyages gratuits d'une journée à la préfecture de Fukushima pour les détaillants de légumes et fruits de Tokyo. Le premier voyage se fera le 24 octobre, avec une centaine de participants.

Selon le gouvernement de Tokyo, le montant de produits de Fukushima vendu remonte, mais n'atteint pas encore le niveau d'avant l'accident. Cet été, il y a eu une belle récolte de pêches, mais les ventes de juillet et d'août au marché central de Tokyo étaient inférieures de 11 % par rapport à la même période de 2010. Le gouvernement de Tokyo pense que cela vient de rumeurs sans fondement et a programmé des visites pour les détaillants. Ils partiront de Tokyo le 24 octobre dans 4 cars pour Fukushima. À la station expérimentale agricole de Koriyama, ils verront un test des matériaux radioactifs à l'aide du détecteur au germanium. Ils iront ensuite aux lieux de production de Fukushima et Koriyama pour observer des tests simplifiés sur les légumes et les fruits.

La manière de lire les nouvelles est que dans l'esprit des hommes politiques et des bureaucrates du gouvernement métropolitain de Tokyo, tant que le niveau de transaction reste en dessous du précédent de 2011, cela veut dire que des ''rumeurs sans fondement'' contre les produits de Fukushima sont endémiques et que les détaillants ont besoin d'être ré-éduqués jusqu'à changer leur opinion et commencent à en acheter une grosse quantité et les revendent aux consommateurs de Tokyo.


C'est comme ces meetings en ville organisés dans de nombreuses municipalités du Japon, dont le but était de continuer à répéter simplement ''les débris de la catastrophe sont sans danger'' jusqu'à ce que les habitants se lassent et abandonnent. Quand les habitants n'abandonnent pas, les hommes politiques le font de toutes façons. Dans le cas de Tokyo, le gouverneur Ishihara n'a même pas pris la peine de parler aux habitants. Quand on lui posait la question, le gouverneur répondait de la fermer.

Et juste comme l'année dernière, les ''Miss Pêche'' de la préfecture de Fukushima distribuaient les fameuses pêches et autres fruits et jus pour les gens de Kawasaki. ''Oh, c'est du sucre ! C'est délicieux !'' Juste comme l'année dernière:si c'est délicieux, c'est sain. Cette année, ils ne semblent même pas se soucier si elles contiennent du césium.

Si les pêches étaient assez bonnes pour en donner à la famille impériale ou les exporter aux riches thaïlandais, elles sont sûrement assez bonnes pour tout le monde au Japon. 34 Bq/kg de césium dans le jus de pêches de Fukushima ? Qui s'en préoccupe ?

Tout est revenu à l'hébétement normal, comme ce l'était au Japon depuis 20 ans jusqu'à la catastrophe du 11 mars. Le choc n'a même pas duré deux ans. Rien à voir ici, circulez.

Les "Miss Pêche"


10 commentaires:

  1. Titre d’un récent article sur lequel je suis tombé par hasard :

    « Entre Cancale et le Japon, la belle solidarité des ostréiculteurs.

    Dans le dos de l’actualité se trament parfois de jolies histoires.
    Alors que les huîtres bretonnes étaient frappées par une épidémie, il y a cinquante ans, les Japonais vinrent au secours du parc français.
    C’est aujourd’hui l’inverse qui se produit, après le drame du tsunami, Hatakeyama Shigeatsu est à Cancale.../... »

    «La culture celte est proche du shintoïsme : on naît le matin et on meurt le soir » ajoute O.Roellinger célèbre cuisinier à Cancale, Les Maisons de Bricourt *.

    *Chef, pub gratuite et çà fera une bourriche offerte à une amie voisine du côté de Dinan.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OK, je vais aller faire un tour du côté de la maison de Bricourt... ;-)

      Merci Korrigan de cette information sur une belle solidarité, mais les huitres bretonnes vont-elles apprécier l'eau de mer japonaise radioactive ?

      Supprimer
    2. Les muscles adducteurs des bivalves sont dotés de caractéristiques particulières permettant leur maintien en contraction pendant une longue durée en dépit d'une dépense énergétique limitée. La contraction tonique du muscle adducteur de l'huître est capable de développer une force de 0,6 kg/cm² pendant plusieurs jours. Sa contraction phasique développe une force de pointe allant jusqu'à 12 kg/cm².

      Je compte m'installer dans les Côtes d'Amor et développer une activité de vente et de location de banc de musculation pour huîtres.

      Supprimer
    3. à Plouvézenec?

      Supprimer
    4. Tu as l'air de bien connaître Plouvézenec !
      Merci de m'indiquer ou ça se trouve, je reconnais que j'ai une petite lacune à cet endroit !
      Veux tu dire Plouézec, en français ? ?

      Supprimer
  2. Un nom !!!

    Faut savoir que les huîtres de Cancale sont nourries et engraissées aux rejets radio-actif de l'émissaire de rejet de la Hague.

    C'est peut être pourquoi elles sont si grosses...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attention à la diffamation !

      Supprimer
    2. HOULALA !
      C'est toujours pareil !
      Interdiction de dire la vérité.
      Mais pour Fesseiheim faut le dire et la fermer... l'usine.

      Supprimer

  3. Un grand merci à BBB d'etre toujours à la pointe des informations du Japon,ma compassion est très forte car il est vrai que ça demande un travail journalier considérable,votre coeur vibre tous les jours puis fait vibrer le notre Quelle énergie!!!!!!!!!!!le principal est que vous soyez toujours là.Les Japonnais nous donnent une bonne leçon de vie je leur envoie beaucoup d'amour je vous aime!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  4. http://jack35.wordpress.com/2013/06/23/le-poisson-de-vos-cauchemars-le-requin-gobelin/

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.