Bistro Bar Blog

vendredi 23 novembre 2012

Ultraman, 23 novembre 2012 + l'île invisible


Fin de l'affaire de la prise d'otages dans une banque d'Aichi.

Ensuite un hors sujet : méfiez-vous de ce que montre Google Earth !

Mise à jour pour la prise d'otages dans une banque d'Aichi : 23 novembre

Selon le Chunichi Shinbun, à 3h du matin, la police de la préfecture d'Aichi a fait fait une tentative audacieuse de sauvetage des otages, qui s'est révélée réussie. La police a libéré les otages et arrêté l'homme. Avant d'être arrêté, il avait obtenu ce qu'il voulait, à manger, à boire, des cigarettes, un mégaphone, un projecteur – sauf une chose, manifestement : la démission du cabinet Noda.

Cela pourrait arriver de toutes façons, après les élections, selon que Noda soit capable de former ou non une coalition.

Hors sujet : sur Google Earth, une carte montre une île australienne qui n'existe pas

Apple avec son Iphone 5 avait résolu le problème de querelle entre le Japon et la Chine en montrant deux types d'îles (référence humoristique à un ancien billet d'Ultraman), l'une pour le Japon et l'autre pour la Chine, sur une carte malencontreuse diffusée par l'iPhone5 (qui montrait aussi Moscou en URSS et Big Ben à Londres avec différentes vues montrant différentes heures).

Maintenant c'est au tour de Google de montrer une île mystérieuse sur Google Earth.

L'AFP rapporte que lorsque des scientifiques australiens sont allés pour repérer l'île qui apparaît sur Google Earth, il n'y avait pas d'île et l'océan à cet endroit est très profond (1400 mètres).

Réponse de Google ? Oh, comme le monde est dynamique ! (Comme si l'île venait juste de sombrer...)

À l'âge des cartes numériques et des systèmes de navigation, c'est presque comme si le monde réel devait suivre ce qui se trouve sur une carte et non l'inverse ; le problème viendrait du monde et non de la carte.

D'après l'AFP (21 novembre) :


Des scientifiques australiens font la non-découverte d'une île dans le Pacifique
SYDNEY — Une île du Pacifique sud identifiée sur Google Earth et des cartes mondiales n'existe pas, selon des scientifiques australiens qui sont partis à la recherche d'une mystérieuse masse terrestre lors d'une expédition géologique.
Google Earth et Google Map montrent une île fantôme de taille non négligeable dans la Mer de Corail nommée Sandy Island et qui serait à cheval entre l'Australie et la Nouvelle-Calédonie (TOM français).

L'Atlas Mondial du Times semble l'identifier comme île du Sable. Les cartes météorologiques utilisées par le Southern Surveyor, un navire australien de recherche maritime, disent aussi qu'elle existe, selon le Dr Maria Seton.

Mais quand le Southern Surveyor, qui avait pour tâche d'identifier les fragments de la croûte continentale australienne submergés dans la Mer de Corail, a navigué vers où était supposée se trouver cette île, elle n'a été repérée nulle part.

''Nous voulions vérifier parce que les cartes de navigation à bord du bateau montraient une profondeur de 1400 mètres dans cette zone – c'est très profond,'' a dit Seton, de l'université de Sydney, à l'AFP, après une équipée de 25 jours.

''Cela figure sur Google Earth et d'autres cartes, nous sommes donc allés vérifier et il n'y avait pas d'île. Nous étions perplexes. C'est tout à fait bizarre.

''Comment a-t-elle pu se retrouver sur des cartes ? Nous ne savons pas, mais nous avons décidé de suivre cette affaire et de le découvrir.''

La nouvelle d'une île invisible a suscité un débat sur les médias sociaux, un abonné de Twitter faisant remarquer que Sandy Island figure aussi sur Yahoo Maps ainsi que sur Bing Maps ''mais en gros plan elle disparaît''.

Sur abovetopsecret.com, les discussions étaient acharnées avec un commentateur disant qu'il avait confirmation du bureau hydrographique français que c'était bien une île fantôme et qu'elle semblait avoir été enlevée des cartes en 1979.

Un autre déclarait : ''De nombreux cartographes placent des ''erreurs'' exprès mais discrètes et pas faciles à voir sur leurs cartes afin de savoir si quelqu'un subtilise les données cartographiques.''

Google n'a pas fait de commentaire tout de suite. Mais le responsable de Google Map pour l'Australie et la Nouvelle-Zélande a dit au Sydney Morning Herald que diverses personnes autorisées et des sources commerciales étaient utilisées dans la fabrication des cartes.

''Le monde est un endroit en constant changement, et parvenir à suivre de près ces changements est une entreprise qui ne finit jamais,'' a dit au journal Nabil Naghdy.

La masse terrestre la plus proche de l'île invisible est les Chesterfields, un archipel français inhabité constitué de bans de sable coralliens.

Voici la capture d'écran sur Google Earth de ''Sandy Island''. Je peux comprendre qu'une carte puisse faire figurer une île, mais sur Google Earth ? ''Sandy Island'' ressemble à la silhouette d'un trou.




1 commentaire:

  1. au vue de l'échelle, l'ile devrait faire, 5 km de large et 20 de long, autrement dit, impossible de la rater en avion ou en bateau, ce qui laisse penser qu'il s'agit là d'un bug, d'une erreur de cartographie, ou d'une erreur intentionnelle.

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.