Bistro Bar Blog

jeudi 22 novembre 2012

Ultraman, 22 novembre 2012

Hors sujet, mais je me rends compte que l'anniversaire du blog est aussi celui de l'assassinat de Kennedy...

Ultraman nous parle de robots ici et d'une prise d'otage ensuite :

Le robot de Toshiba pour la centrale nucléaire de Fukushima est un navet, les médias japonais ne pipent mot sur ses défauts pendant que Toshiba tente de le vendre à TEPCO


Alors que tous les médias japonais semblent avoir fait un copié-collé du document publicitaire de Toshiba, et le nomment ''article d'information'', l'Associated Press a en fait publié ce qu'un journaliste a vu lors d'une démonstration à Yokohama le 21 novembre 2012.

Si on ne lit que les médias japonais, le robot à quatre jambes de Toshiba a des caractéristiques remarquables. Selon l'un des médias, Sankei Biz (22 novembre) :
  • Il peut résister à des radiations de 100 millisieverts/h pendant presque un an, travaille 10 heures par jour ;
  • Il peut se déplacer à 1km/h, travaille deux heures de rang (attendez une minute, vous venez de dire qu'il peut travailler 10 heures...) ;
  • Il peut monter les escaliers, transporter une charge de 20 kg.
Mais selon le journaliste japonais de l'AP,
  • Pendant la démonstration, il a fait un faux pas, avec une jambe figée en l'air et le robot a dû être emporté et redémarré ;
  • Il lui a fallu une minute pour monter une marche ;
  • S'il tombe il ne peut se relever tout seul.
Bon. Comme le demande avec justesse Mme Kageyama de l'AP, ''qu'est capable exactement de faire le robot ?''

D'après le Bradenton Herald, citant l'AP :
Toshiba présente un robot susceptible d'aider sur un site nucléaire
Par Yuri Kageyama – Rédactrice de l'AP

YOKOHAMA, Japon – La société Toshiba a développé un robot qui devrait résister à de fortes radiations dans un environnement de catastrophes nucléaires, mais ce qu'est exactement capable de faire le robot n'est pas clair si et quand il recevra le feu vert pour entrer dans la centrale nucléaire de Fukushima.

Le robot à quatre jambes peut grimper sur des débris et s'aventurer dans des zones irradiées inaccessibles aux humains. Innovation à remarquer, a déclaré Toshiba, son réseau wifi peut être contrôlé dans de fortes radiations, il recherche automatiquement une meilleure transmission quand la réception faiblit.

Mais la machine, qui ressemble à une glacière sur pattes métalliques tremblotantes, semble sujet à problèmes. Le robot a fait un stupide faux pas pendant la démonstration aux journalistes, restant une jambe figée en l'air. Il a fallu que plusieurs personnes le portent et le redémarrent.

Le robot s'est montré également notablement lent pour monter une volée de 8 marches, soulevant précautionneusement ses jambes les unes après les autres, et il lui a fallu environ 1 minute pour monter chaque marche.

Avec des obstacles qui ne sont pas aussi prévisibles que des marches, comme les débris de la centrale, il lui faudrait au moins 10 minutes pour débarrasser un objet, a reconnu Toshiba.

Et si par malheur il tombe, il ne sera pas capable de se relever de lui-même.

Toujours est-il que TEPCO a dit qu'il pourrait utiliser le robot pour inspecter la chambre de suppression de la centrale où s'est produite une fusion dévastatrice après le tsunami du 11 mars.
Toshiba a commencé à travailler sur le robot avec l'espoir qu'il s'avérerait utile pour le démantèlement de la centrale. Aucun humain n'a pu entrer dans la chambre fortement irradiée depuis la catastrophe.
''Il faut entrer et vérifier d'abord ce qu'il y a,'' a dit mercredi le responsable en chef de Toshiba.
Selon l'exploitant de la centrale, il n'y a pas de date claire décidée pour un essai du robot.

Bien que la démonstration de Toshiba porte sur une robotique de premier ordre, les capacités de la machine apparaissent limitées face à l'ampleur et à la complexité de la catastrophe.

Le Japon se vante d'avoir la technologie robotique la plus sophistiquée au monde, dont on voit un exemple avec le robot autonome Asimo à forme humaine de chez Honda Motor Co. L'incapacité d'un tel gadget pour intervenir à Fukushima a été largement critiquée.

La raison tient en partie à ce que les robots, bien que prévus pour des tâches comme recevoir les visiteurs des concessions, sont trop fragiles. Leurs systèmes sans fil avec contrôle à distance ne sont pas conçus pour endurer de fortes radiations. Honda a reconnu qu'Asimo n'aurait pas été capable de résister à l'environnement de Fukushima, comme certains l'avaient suggéré.

Un représentant de Toshiba disait que le nouveau robot, qui possède un dosimètre de mesure des radiations et six caméras, peut rester dans un environnement de 100 millisieverts pendant environ un an et peut même tolérer une zone à radiations plus élevées pendant des périodes plus brèves. À 100 millisieverts, l'augmentation des cas de cancers devient détectable statistiquement, bien que des doses plus faibles ne soient pas conseillées aux gens.

TEPCO a dit que la chambre de suppression accusait 360 millisieverts lors de la dernière mesure.
Le démantèlement de Fukushima Daiichi est prévu de durer des dizaines d'années.

Quand on lit l'article du Sankei, on dirait que Toshiba fait pression sur TEPCO pour qu'ils prennent leur robot et s'en servent à la centrale, car Toshiba développe ses activités dans la technologie de catastrophes post-nucléaires avec une caméra aux rayons gamma, SARRY, et une nouvelle installation de décontamination multi-nucléides.
Pourquoi un robot doit-il être un super-gadget rempli de matériel et d'abord pourquoi faut-il qu'il grimpe un escalier ? Une foule de drones minuscules, auto-organisés a toujours ma préférence.

Si un robot doit avoir des jambes, le BigDog (gros chien) du MIT (Massachussets Institute of Technology) n'est pas mal non plus, il peut courir à 8km/h et transporter des charges :



Comparez avec le robot de Toshiba :




-->

Un homme fait une prise d'otage au Credit Union d'Aichi, demande de la nourriture, un mégaphone et la démission du cabinet Noda


Je pensais que c'était une histoire inventée sur des forums populaires au Japon, mais il s'avère que c'est vrai.

Je ne pense avoir jamais entendu parler d'un cas de prise d'otage où la demande est la démission d'un cabinet.

D'après Yahoo Japan News citant le Yomiuri (22 novembre) :

Un homme armé d'un couteau se barricade au Credit Union de Tokyokawa et prend 5 personnes en otage
Selon la police et le credit union, un homme entre 30 et 40 ans s'est barricadé avec un couteau et 5 personnes dont des employés de la banque et un client ont été pris en otages. Ce sont un responsable homme de 41 ans, des employées entre 19 et 27 ans, une femme en travail intérimaire de 55 ans et une cliente.

Les stores de la succursale bancaire sont baissés et on ne peut voir à l'intérieur. L'homme a demandé aux policiers qui se sont précipités sur les lieux de la nourriture et à boire. Il demande aussi la démission du cabinet Noda et une couverture médiatique.

FNN News dit que l'homme demande aussi un mégaphone.

4 commentaires:

  1. Concernant le chien robot, avec son pif il doit pouvoir ramasser des tonnes de cèpes !
    J'imagine la tête d'Hélios se trouvant nez à nez avec ce concurrent sorti tout droit d'un film d'horreur.
    Un coup a laisser son panier au fond du bois même plein de cèpes, et battre le record du km départ arrêté !!
    Anonyme

    RépondreSupprimer
  2. Gloire à lui... (le preneur d'otage)

    RépondreSupprimer
  3. http://www.wikistrike.com/article-pourquoi-le-bigdog-a-appris-a-lancer-des-parpaings-video-115844393.html

    RépondreSupprimer
  4. http://jack35.wordpress.com/2013/04/07/le-robot-petman-plus-effrayant-que-jamais-video/

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.