Bistro Bar Blog

lundi 19 novembre 2012

Ultraman, 19 novembre 2012


Le cancer de la thyroïde est-il rare chez les enfants japonais ?

(Le Dr Helen Caldicott a donné une série de conférences dans plusieurs cités japonaises, invitée par M. Kouta Kinoshita. Ce qu'elle a dit a fait un ''buzz'' sur les abonnés Twitter d'Ultraman.)

(…) De nombreux japonais semblent être effrayés, particulièrement par les nouvelles d'autres cas de cancer de la thyroïde découvert chez des enfants de Fukushima, déclarés en même temps et le Dr Caldicott déclare que le cancer de la thyroïde est extrêmement rare chez les enfants.
Est-il si rare ?

Les gens sur Twitter disent ''2 cas [en réalité un cas confirmé en septembre et un autre suspecté en ce moment] de cancer de la thyroïde parmi 114.000 enfants examinés jusqu'ici à Fukushima, c'est extraordinairement élevé, du jamais vu ailleurs dans le monde ! Habituellement, c'est un sur plusieurs millions chez les enfants !''

J'ai donc décidé de chercher les données des cas de cancers de la thyroïde par sexe et par âge, et les ai trouvées sur le site du centre national du cancer du Japon pour les statistiques de cancers.

Selon ce centre :


Nombre de cas en 2007
masculins
âge 0 - 14: zero
âge 15 - 19: 14

féminins:
âge 0 - 9: zero
âge 10 -14: 6
âge 15 - 19: 41


Taux de maladies en 2007 (cas pour 100,000)
masculins:
age 0 - 14: zero
age 15 - 19: 0.4

féminins:
âge 0 - 9: zero
âge 10 - 14: 0.2
âge 15 - 19: 1.3


Le sexe et l'âge de l'enfant pour le cas confirmé n'a pas été révélé, mais le deuxième cas suspecté est une jeune fille en fin d'adolescence, entre 16 et 18 ans, comme révélé par le comité de la faculté de médecine de Fukushima.
Il y a au mois d'octobre 2011 un total de 365.590 enfants à Fukushima d'un âge entre 0 et 19 ans, selon les données du gouvernement préfectoral de Fukushima.

Les données du centre national du cancer montre que les taux de maladies pour les filles âgées de 10 à 14 ans n'a pas changé beaucoup au cours des années, mais pour les filles entre 15 et 19 ans, il a grimpé avec une élévation du taux global pour tout le sexe féminin. Pour les femmes japonaises, un sursaut semble avoir eu lieu entre 1989 et 1991.

Par comparaison, les statistiques de l'incidence des cancers de la thyroïde au Royaume-Uni : le taux de femmes entre 15 et 19 ans semble être légèrement au-dessus de 100.000.



2 commentaires:

  1. Ce qu'il faut retenir de cette étude est que 42% des enfants testés présentent des nodules anormaux sur la thyroïde.
    C'est un % énorme et les risques qu'ils dégénèrent en maladie sont d'autant plus élevés.
    La rapidité de leur apparition est elle aussi un signal imprévu, les enfants de Tchernobyl n'ont bénéficié de ce genre d'étude que 4 à 5 ans après leur contamination et le pouvoir se gargarisait de la tardive apparition des signes...
    Il faut s'attendre au Japon à une véritable hécatombe dans la population enfantine dans les quelques années qui viennent.
    Pour les âmes sensibles il est recommandé de s'abstenir, pour les autres prenez la peine de regarder les docs photo des enfants de Tchernobyl, c'est saisissant !
    Je n'ai jamais pu en regarder plus de deux ou trois, c'est insoutenable et les enfants japonais ont été beaucoup plus exposés et en plus grand nombre.
    Le refus d'évacuer des autorités japonaises équivaut à un sacrifice humain en toute conscience, ces gens doivent être traduits devant un tribunal pénal international !

    RépondreSupprimer

  2. Et comment le Dr Hamer ferait-il, à part déjà supprimer la source de contamination...?

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.