Bistro Bar Blog

vendredi 19 octobre 2012

Physiquement, c'est quoi internet ?

Traduction d'Ultraman à mon retour, cueillette de cèpes oblige...
À tout à l'heure.

TED Talks (septembre 2012) :

Quand un écureuil a mâchouillé son câble et coupé sa connexion,le journaliste Andrew Blum a commencé à se demander de quoi internet était vraiment fait. Alors il a voulu le voir de ses yeux : les câbles sous-marins, les commutateurs secrets et les autres éléments matériels qui constituent internet.



3 commentaires:

  1. Merci de contribuer à lever un coin du voile.

    ADEME 2011 :
    "Envoyer un courriel de 1 Mo consomme 25 watts-heures.
    Six grammes le destinataire supplémentaire
    Conclusion : quoi que l’on fasse, on réchauffe… Heureusement, le constat ne s’arrête pas là et l’ampleur du phénomène permet justement de réduire fortement son impact avec quelques habitudes. Il faudrait dépenser 3,4 Wh pour rechercher une adresse sur le Web, ce qui représenterait 0,8 gramme d’équivalent CO2. Mais le total atteint 10 grammes après une recherche avec un moteur et aboutissant à cinq résultats. Le résultat n'est pas si différent de celui annoncé en 2009 par le New York Times, et alors contesté.

    Partant de l’estimation qu’un internaute français effectue en moyenne 2,6 recherches sur Internet par jour, l’étude conclut que chacun émet 9,9 kilos d’équivalent CO2 par an. Pour les quelque 29 millions d’internautes de notre pays, le total annuel atteint 287.600 tonnes. L’Ademe conseille donc de réduire le nombre de pages affichées en choisissant judicieusement les mots clés et en tapant directement l’adresse dans le champ du navigateur prévu à cet effet plutôt que de taper seulement le nom raccourci et laisser Google ou un autre dénicher l’adresse complète. D’après l’étude, un internaute peut ainsi réduire son impact annuel de 5 kilos d’équivalent CO2, soit « 40 kilomètres en voiture ». Un autre moyen est de conserver son ordinateur plus longtemps, « sept ans au lieu de quatre » dit l’étude (qui a pris en compte les évolutions techniques des matériels que l’on peut attendre sur de telles périodes).

    Les chiffres sont plus impressionnants pour le courriel. Envoyer un mail de 1 Mo à une personne consomme 25 Wh et équivaut à l’émission d’environ 20 grammes d’équivalent CO2. L’étude s’est intéressée à l’entreprise en prenant comme base une société de cent personnes, où chacun envoie trente-trois mails par jour et en reçoit cinquante-huit. Résultat : en une année, cette entreprise aura expédié dans l’atmosphère 13,6 tonnes d’équivalent CO2. Le rapport, qui à plusieurs reprises utilise comme unité un vol aller et retour Paris-New York en avion de ligne, souligne qu’un tel voyage émet environ 1 tonne d’équivalent CO2. On peut réduire facilement ces valeurs, affirme l’Ademe. Par exemple en limitant cette habitude de mettre en copie une longue liste de personnes (qui bien souvent n’ont que faire de l’information) : « environ 6 grammes équivalent CO2 supplémentaires sont émis pour chaque destinataire supplémentaire, ce qui représente environ 44 kilos équivalent CO2 par an et par employé ». Retenons cela : un destinataire supplémentaire égale 6 grammes de CO2 (pour un mail de 1 Mo). Il suffirait de réduire de 10 % le nombre de destinataires en copie pour que l’économie à l’échelle d’une entreprise de cent personnes atteigne l’équivalent d’un Paris-New York aller et retour. Sans surprise, il faut aussi éviter de les imprimer : 10 % de passages au papier en moins dans une entreprise et c’est cinq allers et retours Paris-New York en moins dans l’atmosphère… Il faut aussi les effacer car le stockage dans les serveurs consomme également de l’électricité."

    Delphin

    Changer d’habitude

    RépondreSupprimer
  2. Il est très gentil notre petit bonhomme avec son speach.
    Mais un peu et même beaucoup enfantin.

    Personne ici ne ce souvient de l'installation du téléphone !!

    Vous remplacez le mot internet par le mot téléphone et vous faites un bond de 100 ans en arrière.
    Alan

    RépondreSupprimer
  3. Salut Delphin, j'ai déjà entendu ces chiffres mais je n'ai jamais pu trouver un lien !?
    Si un mail met une minute ( ce qui est très long ! ) pour parvenir à son destinataire, la consommation sera de 25/60 = 0.4 Watts.
    Un mail ne fait que très exceptionnellement 1 Mo, j'écris pas mal et les plus lourds font 250 Ko, soit le quart, j'ignore la proportionnalité mais si ça divise la consommation d'énergie par 4, ça fait vraiment peu de consommation...
    Je ne doute pas un instant qu'Internet consomme des quantités folles mais comme il est dit, FB ou Google consomment plus que la France entière simplement pour climatiser leurs colonnes ( je dois à peine exagérer ) alors j'aimerais savoir ce que cherche à faire l'Ademe dans cette campagne contre l'emploi d'Internet !
    Sinon, bien entendu qu'il y a le feu, c'est maintenant une certitude depuis la parution au mois de Juin dans "Nature" d'une étude d'une équipe de plus de 20 chercheurs et spécialistes qui montre que nous franchirons un phénomène de bascule irréversible en matière de biodiversité et donc d'alimentation en... 2025 !!!
    Il nous reste moins de 12 ans pour réagir, la situation est infiniment plus grave que tout ce que l'on peut imaginer.

    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.