Bistro Bar Blog

mardi 16 octobre 2012

La question de l'inceste



La question de l'inceste


M. James Russell de Cashiers, Caroline du nord, a récemment justifié la consommation de viande dans les pages du journal local en argumentant que les humains sont classés biologiquement comme carnivores. Son raisonnement était simple. La consommation de viande animale est moralement juste parce que c'est naturel.


Malheureusement, M. Russell a donné des arguments faux. Les zoologues placent les humains dans l'ordre des Primates (famille de hominidés), et non dans l'ordre des carnivores. De plus, comme les rats, les humains sont omnivores, non carnivores. Il justifie la consommation de viande chez les humains sur la base que les animaux en mangent d'autres. Je soupçonne pourtant qu'il n'approuve pas le viol collectif, l'adultère, le cannibalisme et la consommation des fèces, toutes choses pratiquées par nos frères à quatre pattes. Alors qu'un code moral existe dans d'autres espèces, les humains ont la capacité – et, en fait, la responsabilité – d'opérer sur un plan éthique plus élevé.

Le (presque) universel tabou


Sur les questions de moralité, je suis en général d'accord avec Katherine Hepburn qui faisait équipe avec Humphrey Bogart dans ''African Queen'', quand elle disait, ''La nature est ce qui a été mis dans ce monde pour évoluer.'' Il existe pourtant une exception à mon assertion, que les humains ne devraient pas se tourner vers la nature pour un guidage moral. C'est une règle qui dit ''N'aie pas de rapport sexuel avec des parents du premier degré''. Des parents au premier degré sont les individus avec qui vous partagez 50 % de vos gènes – vos parents, vos enfants, et votre fratrie. D'ailleurs, les animaux non-humains possèdent une foule de stratégies élaborées pour empêcher l'inceste. Même les plantes ont des mécanismes anti-incestes.


Des psychologues de l'université de Miami, Debra Lieberman et Adam Smith ont souligné dans un article récent du journal Directions actuelles des sciences psychologiques que les humains ont des mécanismes sociaux et psychologiques pour dissuader de l'inceste. Avec très peu d'exceptions, les mariages entre frères et sœurs et entre parents et enfants sont verboten (défendues) dans toutes les cultures humaines. Le mécanisme primaire anti-inceste est une réponse du style ''Beurk''. L'idée même de relations sexuelles avec sa maman ou son papa, son frère ou sa sœur est très perturbante pour la plupart des gens. Le psychologue Jonathan Haidt a découvert que presque tout le monde est dégoûté par la perspective de relations sexuelles entre frère et sœur, même dans des situations hypothétiques dans lesquelles il n'y a aucun risque de grossesse.


Le prix biologique de l'inceste



Ceci soulève une question intéressante : qu'y-a-t-il de si mauvais dans l'inceste ? C'est certain, avoir des relations sexuelles avec votre papa ou votre sœur semble choquant – mais pourquoi ? Certains anthropologues ont exposé que les tabous de l'inceste sont des conventions sociales apprises. Cette explication, pourtant, n'a pas de sens pour moi car elle n'explique pas l'existence généralisée des mécanismes anti-incestes chez des créatures qui vont des cancrelats aux chimpanzés. Secundo, le tabou de l'inceste est aussi proche de la loi universelle que les règles morales humaines.


Pourquoi les mécanismes pour éviter l'inceste sont-elles si répandues aussi bien dans la nature que dans les sociétés humaines ? La réponse est simple. Le problème des relations sexuelles avec des parentés proches est qu'il y a un risque étonnamment élevé que la descendance naisse avec de sérieuses anomalies congénitales. Regardez les résultats d'une étude sur des enfants tchéques dont les géniteurs étaient parents au premier degré. Moins de la moitié des enfants, produits d'unions incestueuses, étaient parfaitement sains. 42 % des autres sont nés avec de sévères anomalies génétiques ou souffraient de mort précoce et les 11 autres % étaient légèrement arriérés mentaux. Cette étude est particulièrement instructive car elle inclut un unique groupe témoin – la descendance de la même mère mais dont les pères n'avaient pas de liens de parenté avec les mères. Quand la même femme était fécondée par un non-parent, seuls 7 % des enfants naissaient avec une anomalie génétique.


Un groupe de conseillers en génétique a revu la recherche sur les conséquences biologiques de relations sexuelles entre parents (relations consanguines). Ils ont trouvé une augmentation étonnamment faible (environ 4%) d'anomalies génétiques chez les enfants issus de mariage entre cousins. L'inceste entre des parents du premier degré, pourtant, était une autre affaire. Les chercheurs ont examiné quatre études (y compris la recherche tchèque) sur les effets d'incestes de premier degré sur la santé de la descendance. 40 % des enfants sont nés avec soit des troubles autosomiques récessifs, des malformations congénitales physiques ou de sévères déficits intellectuels. 14 % d'une autre fraction avaient de légères arriérations mentales. En bref, les probabilités qu'un nouveau-né, produit d'inceste entre frère et sœur ou père et fille, souffre de mort précoce, d'anomalie génétique sévère ou d'arriération mentale, approche les 50 %.



Cohérences stupides et étroitesse d'esprit



Les profonds effets négatifs de l'inceste sur des enfants à naître soulève des questions de cohérence morale et de politique de l'avortement. Je comprends l'argument qui prône la vie. Si vous pensez que la vie d'un homme commence au moment où le spermatozoïde rencontre l'ovule, il est parfaitement logique de s'opposer à l'avortement. Mais à quel moment les gens raisonnables vont-ils faire la part des choses entre une logique cohérente et la compassion et le bon sens ?


Pendant la convention du Parti Républicain de 2012 à Tampa, le comité a débattu de l'aspect d'un argument contre un avortement légal. Tout le monde dans le comité était d'accord que l'avortement devrait être interdit. Mais les membres du comité étaient divisés sur la possibilité que la doctrine officielle du parti doive inclure des exceptions à l'interdiction de l'avortement si le fœtus était le résultat d'un viol ou d'un inceste. C'est finalement la pureté (puritanisme?) idéologique qui l'a emporté. Le Parti Républicain déclare, ''Nous revendiquons la dignité inhérente et le caractère sacré de toute vie humaine et affirmons que les enfants à naître ont un droit fondamental d'individu pour la vie, qui ne peut être transgressé.'' Pas d'exceptions – point final. Même en cas d'inceste avec des parents au premier degré.

J'admets à contrecœur que l'absence de toute exception dans la position officielle des républicains sur l'avortement est d'une logique cohérente avec la déclaration du parti sur ''le caractère sacré de la vie humaine.'' Mais la logique ne devrait-elle parfois être tempérée de compassion ?

Forcer une femme chargée des cicatrices psychologiques d'un inceste à porter un enfant qui a en gros 50 chances sur 100 d'avoir une arriération mentale ou une anomalie génétique sévère est peut-être le meilleur exemple ultime d'une cohérence stupide à faire débattre par des hommes d'état.



SOURCE



Traduit par Hélios

10 commentaires:

  1. il y a une répulsion naturelle à l'inceste,l'odeur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu t'en es jamais aperçue ??

      Supprimer
    2. Il doit parler des hormones...

      Supprimer
    3. Pour l'imbécile anonyme de 12h01 et 14h53
      Le Papa d'Hélios était je crois un homme sérieux qui n'a pas eu de relations du 1er degré avec sa fille, elle ne peut donc pas avoir de connaissance d'une odeur particulière !

      Supprimer
    4. A Séléné
      Le 1er degré dans l'humour chez toi ! tu connais pas !
      Quand Hélios répond : Ah ?..La charge humour o-interrogative exprimée dans cette exclamation t'as totalement échappée.
      Maintenant évite ce genre d'intervention stupide, ou inscrit toi vite pour des cours d'humour accéléré.
      Personne ici est assez idiote pour penser à ce que tu nous affirme.

      Supprimer
  2. Je vois la maman chat qui chasse aimablement les 3 petits.
    Ils sont sevrés,c'est la nature,l'instinct.
    Nous sommes ainsi,l'inceste je n'y ai jamais penser,mais cela existe et est une maladie,déviance,déséquilibre hormonal à mon avis,cela devrais se soigner..
    Ce n'est vraiment qu'un infime pourcentage de comportement malsain et traumatisant pour les malheureuses victimes qui se sentent coupables,(souvent)et attendent trop longtemps à dénoncer le coupable .
    Merci d'avoir attirer notre attention

    RépondreSupprimer
  3. C'est l'imbécile de douze heure et une minute uniquement!
    une étude anglaise avait démontré que,dans une mème famille, les personnes se succédant dans la salle de bains pleine des vapeurs d'une douche bien chaude ne supportaient pas l'odeur du précédent,chose que j'avais aussi remarqué...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon ! mais, l'inceste existe, alors le motif de l'odeur répulsif
      c'est totalement pipo

      Supprimer
    2. Il y a bien des gens qui ont des troubles olfactifs et ne peuvent détecter les fuites de gaz, alors peut être que dans certains cas ils n'ont pas senti l'odeur répulsive......

      Supprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.