Bistro Bar Blog

dimanche 14 octobre 2012

La peur

Je suis bien d'accord avec la première phrase de l'article, la peur est l'émotion n°1 dans notre vie quotidienne. J'ajouterai que notre plus grande peur, c'est la peur de la mort.
L'anthropologue Ernest Becker a dit :
Toute action humaine est faite pour ignorer ou éviter l'anxiété générée par l'inéluctabilité de la mort.
Voilà une notion dont certains profitent largement...Voyons le cas aux USA.

La peur



Si nous devions mettre le doigt sur l'émotion la plus répandue dans la société actuelle, ce serait la peur. Les gens autour de nous sont effrayés par presque tout. Ils ont peur de la police. Ils ont peur de perdre leur travail. Ils ont peur de perdre leur maison. Ils ont peur de l'administration. Et la pire peur de toutes est la peur de continuer leur vie sans assez d'argent pour maintenir leur mode de vie actuel (ou du moins celui d'il y a dix ans). Presque tout le monde rationalise ces peurs en disant qu'elles sont normales parce que ''tout le monde les vit''.

Nous sommes entraînés depuis notre plus jeune âge à vivre dans la peur. Nous avons peur de la colère de nos profs, nous faisons donc nos devoirs. Nous avons peur des curés, car ce sont eux qui décident si nous allons au ciel ou en enfer, nous faisons donc correctement nos prières. Nous avons peur des ados qui peuvent nous tyranniser, nous traversons donc la rue pour les éviter. Plus tard dans la vie nous avons peur du coût et des tracas d'un PV, nous attachons donc nos ceintures. Nous avons peur de perdre notre maison, nous travaillons donc à un boulot absurde, qui ne nous procure aucune autre satisfaction que d'avoir juste assez d'argent pour continuer à vouloir attraper la carotte au bout du bâton.

Tentez cette expérience...

Faites une liste de toutes vos obligations pour les prochains 30 jours – travail, obligations sociales et financières – puis mettez une étoile à côté de celles qui n'engendrent aucune inquiétude. La plupart des gens qui le font découvrent qu'il a de multiples choses dans leur vie immédiate qui leur font peur.

Aujourd'hui en 2012, il y a plein de chose extérieures à nos vies quotidiennes qu'il faut craindre : le monde va-t-il s'achever le 21 décembre ? La troisième guerre mondiale va-t-elle démarrer en Iran ? L'économie va-t-elle s'effondrer ? Le soleil (ou un autre pays) va-t-il envoyer une impulsion électromagnétique qui va faire sauter le réseau électrique ? La loi martiale sera-t-elle appliquée ? Avons-nous donné stupidement tellement de pouvoir au président des US qu'il va en devenir dictateur ? Allons-nous nous retrouver sans nourriture ? Le temps va-t-il continuer d'être anormal ? Les chemtrails vont-ils finalement nous empoisonner ? Les cultures OGM vont-elles supplanter toutes les autres ?

Avez-vous déjà peur ?

Nombre de ces peurs sont constamment et à dessein renforcées par ce que j'aime appeler ''la culture populaire''. La télévision est la plus grande pourvoyeuse de peur, généralement par ancrage de sentiments d'infériorité. J'ai lu récemment que l'américain moyen passe 34 heures et 39 minutes par semaine devant sa TV. C'est un bon score, supérieur au temps nécessaire pour suivre les cours du collège. Comme pour les cours, on vous instruit et entraîne grâce à la TV. Edward Bernays a inventé le terme ''programmation télévisée'' et son raisonnement était clair comme de l'eau de roche – la télévision a été conçue pour programmer les gens à devenir d'heureux consommateurs. Ces heureux consommateurs sont motivés à acheter des conneries sous l'influence d'une force extérieure qui exploite les sentiments d'infériorité. À chaque fois que nous regardons une pub qui montre un bel homme assis à côté d'une sacrée ''poupée'' dans sa resplendissante nouvelle voiture, nous ressentons dans notre tête une infériorité de ne pas avoir de nouvelle voiture. Ces sentiments d'infériorité ouvrent la porte à la peur, surtout quand aucune valeur réelle n'est donnée pour remplacer ces désirs.



La peur est l'outil des TPTB (the power that be, le pouvoir). La peur est la vibration la plus basse qu'un humain peut ressentir ou dégager. Elle entrave notre chemin vers des niveaux (vibratoires) plus élevés de conscience et d'ascension. Les gens qui vivent dans un état constant de peur sont très manipulables. Le pouvoir sait que s'il peut rendre les gens apeurés, il peut leur faire faire n'importe quoi.

C'est la peur – une peur manipulée – qui nous fait docilement faire la queue pour être pelotés avant d'embarquer dans un avion (l'auteur parle des abus de la TSA, l'agence américaine de sécurité des transports, NdT), bien qu'aucun complot terroriste ne sera jamais découvert ni stoppé par une telle action ! Bien que certains souffrant du tripotage de la TSA expriment leur colère, la réelle motivation de cette docilité est la peur.

Les manipulateurs, le pouvoir, favorisent une peur pour tout. L'intensification de cette peur a commencé par une attaque de front dans les jours immédiatement après le 11 septembre. C'est la peur qui a fait rendre les armes – pas une, ni deux, mais trois fois – en approuvant et respectant le Patriot Act et maintenant la NDAA (National Defense Authorization Act, loi fasciste). C'est la peur, et non le patriotisme qui nous a fait acclamer les invasions de l'Afghanistan et de l'Irak. C'est une peur manipulée qui autorise une société autrefois libre à accepter une campagne comme celle du ''tu vois quelque chose, tu dis quelque chose''(dénonciations, NdT) – la peur des voisins, la peur de ceux qui pensent que la constitution était un vraiment bon document avant qu'il soit rejeté par des ordres exécutifs, peur de ceux qui ne dépendent pas du système pour vivre, peur de ceux qui ont une opinion différente de la nôtre. C'est la peur qui nous empêche d'ouvrir notre bouche et de dire ''Non'' à ces actes que nous savons ne pas être corrects.

Le pouvoir connaît très bien la musique et en use et en abuse pour tout ce que cela lui rapporte. Ces gens se congratulent, se félicitent mutuellement de rendre 350 millions de gens si peureux qu'ils en agissent systématiquement contre leur propre intérêt personnel – et contre les derniers vestiges d'une liberté. Leur jubilation vient du fait qu'ils sachent que 99,9 % d'entre vous sont facilement contrôlables et prévisibles. La ''solution finale'' d'Hitler nécessitait un nombre infini de troupes, Gestapo et SS pour la pratiquer. Aujourd'hui c'est fait avec une campagne de pub télévisée, montrée dans les allées d'un Wal-Mart. Aujourd'hui le pouvoir se vante que la plupart vont marcher vers ce qu'ils savent être leur exécution sans même qu'on leur mente sur leur prochain épouillage.

Comment surmonter cette peur qu'on nous a instillée ? Quand j'étais enfant et que j'avais peur des éclairs et du tonnerre, ma mère sortait l'encyclopédie et nous lisions ce qui était écrit sur les orages, à quelle distance il se trouvait en comptant les secondes entre l'éclair et le tonnerre. Je n'ai plus jamais eu peur de l'orage après.

Regardez la réalité de ce qui vous fait peur. Avons-nous besoin d'avoir peur d'Al Qaïda à cause du 11 septembre, au point d'avoir peur de toute personne musulmane ? Ce ne sont pas eux qui ont planifié, ils n'ont été que de simples pions qui ont été accusés d'un acte diabolique contre 3000 américains innocents, acte qui fut en son essence une excuse pour enlever leurs libertés aux américains. Il n'y a pas eu d'autre attaque onze ans après cet horrible événement. S'ils voulaient nous détruire, n'auraient-ils pas attaqué quand nous étions à nous en remettre de la première ?

Avons-nous besoin de craindre un voisin qui pourrait avoir une conversation agité sur son téléphone portable dans une grande surface, au point d'appeler une équipe de police spéciale ? Non si nous prenons le temps de sortir de notre maison pour aller vers celle du voisin et de nous présenter et donc d'apprendre qui il ou elle est.

Avons-nous besoin d'avoir peur d'une grand-mère de 83 ans qui fait son dernier voyage en avion pour voir ses petit-enfants au point de l'humilier avant de l'autoriser à monter ? Ou d'un enfant de 4 ans qui hurle de terreur ? Ou d'un homme d'affaires ? Ou de VOUS ?

La vérité est qu'ils vous craignent. Ils craignent que trop de gens parmi nous s'éveillent, pensent par eux-mêmes et remplacent leur peur par de l'auto-détermination. Le pouvoir craint quiconque prétend à son droit de naissance pour vivre la vie qu'il choisit sans faire du tort à l'autre, sans peur. Ils ont besoin que vous ayez peur d'eux, sinon leurs plans ne fonctionnent pas. On ne peut contrôler 7 milliards d'individus avec un fouet, mais on peut les contrôler par la peur. Ça marche depuis l'époque de Nemrod, qui a convaincu son peuple de stocker tout son blé dans un grenier pour le sauver d'attaquants imaginaires rôdant hors des murs de la ville.

Débarrassez-vous de la peur. Soyez bienveillants les uns envers les autres. Entraidez-vous. Aimez-vous. Ces actes laissent de moins en moins de place à la peur. Si ceci est un nouveau concept pour vous, démarrez tranquillement. Commencez avec votre famille, étendez-le à vos collègues, et ensuite à ceux que vous ne connaissez même pas. Une fois que vous sentez comme c'est bon de ne pas vivre dans la peur, cela peut devenir une habitude. Et cela ne va-t-il pas déjouer leurs plans ?

SOURCE


Traduit par Hélios


PS : En conclusion de cet article, j'en profite pour citer les merveilleuses phrases de Myriam Williamson (écrivain américain), extraites de l'un de ses livres :

« Notre plus grande peur n’est pas que nous ne soyons pas parfaits…
Notre peur la plus profonde est que nous soyons puissants au-delà de ce qui est mesurable.
C’est notre lumière, pas notre obscurité qui nous effraie le plus.
Nous nous demandons : qui suis-je pour être brillant, merveilleux, talentueux, fabuleux ?

En fait, qui sommes-nous pour ne pas l’être ?
Jouer petit ne sert pas le monde.
Se rétrécir devant les autres pour qu’ils ne se sentent pas en insécurité ne fait pas preuve d’une attitude éclairée.
Nous sommes tous voués à briller, comme le sont les enfants.
Nous sommes nés pour manifester la gloire de Dieu qui est en nous.

Ce n’est pas le sort de tout un chacun.
Et quand nous laissons notre propre lumière briller, nous donnons, sans en être conscients, la possibilité aux autres de faire la même chose.
Quand nous sommes libérés de notre propre peur, notre présence libère automatiquement les autres. »




11 commentaires:

  1. ça me fait penser à cette conversatin entre une petite de 10 ans et un adulte de sa parenté "P":

    P- Tu verras si tu n'as pas d'argent un jour que....
    Elle - on s'en fout P
    P - ouai qd tu seras malade.....
    elle - on s'en fout P
    P- et si tu étais au chômage...
    Elle- On s'en fout P
    P - et si yavait une guerre...
    elle - on s'en fout P

    et ainsi de suite. Ne sont-ils pas merveilleux ces petits ?

    RépondreSupprimer
  2. La seule et unique chose dont nous sommes sûr lors de la naissance est que nous mourrons.
    Unique certitude toujours repoussée
    Roulez moins vite et il y aura moins de mort ...
    NON TOUT LE MONDE MEURT
    En acceptant simplement la mort on a déjà fait un grand pas
    Évidemment pour certains, le risque de l'enfer pour l'éternité n'aide pas à l'acceptation et nourri, de fait, une peur énorme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le concept de mort est un mensonge stupide et insensé qui nous vaut bien de douloureux égarements.

      Prendre l'éphémère pour l'absolu nous a plongés dans l'enfer du doute et de la peur qui fragmentent,séparent et divisent ce que l'Amour unit de manière inconditionnelle.

      Nous sommes laissés libres d'exister selon des chimères ou de vivre selon La Vérité Une.De ce choix initial dépend la qualité de nos expériences.

      C'est dans l'éternel cadeau du Présent que nous pouvons exercer ce libre arbitre et orienter nos pas.C'est ,ici et maintenant,que se présente perpétuellement le choix entre peur et amour.

      Il faut oser renoncer à sa prétention de savoir pour gouter à la légèreté de l'être conscient et humble qui s'abandonne au champ de tous les possibles en s'ouvrant à l'inconnu car il sait capter les parfaites interactions du Tout en expansion et se reconnait partie de cette Oeuvre magistrale et Divine...

      Supprimer
  3. « Notre plus grande peur n’est pas que nous ne soyons pas parfaits…
    Notre peur la plus profonde est que nous soyons puissants au-delà de ce qui est mesurable.
    C’est notre lumière, pas notre obscurité qui nous effraie le plus.
    Nous nous demandons : qui suis-je pour être brillant, merveilleux, talentueux, fabuleux ?
    etc..
    Nombrilisme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas nombrilisme ! Reconnaissance et intégration de notre filiation Divine et cosmique,du fait que nous sommes extensions de l'Un en Création,Un et immortels !

      La Vie est Une et ne souffre d'aucune mort,excepté dans nos esprits distordus et nos consciences limitées.
      En ouvrant nos coeurs et en dépassant l'illusion de peur que notre mental (et la matrice falsifiée de notre monde 3D !) s'obstine à fabriquer (pour faire barrage au meilleur de nous),nous retrouvons notre mission sacrée qui est d'Etre,fondus dans la perfection de L'éternelle Création.

      "les illusions sont apeurantes quand tu manques de les voir fausses" !
      "Tu as enseigné ce que tu es mais tu n'as pas laissé ce que tu es t'enseigner"!

      Supprimer
    2. Ne demeure pas dans le passé, ne rêve pas du futur, concentre ton esprit sur le moment présent.

      Supprimer
  4. belle journée et merci anonyme du 15 octobre 2012 08.26 !

    RépondreSupprimer
  5. Belle journée à toi anonyme du 15 octobre 2012 09.44 !

    Et "heureux les fêlés car ils laissent entrer la lumière"!!

    Puisse La Révélation nous permettre de sortir de l'illusion pour embrasser la vérité car le temps de la fin invite chaque Un de nous à renoncer à la dualité (qui s'inscrit dans une vision linéaire du temps)pour habiter la seule réalité qui existe et nous est offerte : le Présent !

    Réfutons l'éphémère et fondons-nous dans l'absolu qui ne connait ni limites ni fins et poursuit inlassablement sa Divine propension.

    De quoi devrions-nous avoir peur quand la perfection universelle nous invite à nous reconnaitre partie intégrante de cette Œuvre infinie et nous assure que le mental n'est qu'une machine à diviser,pour l'expérience éphémère, ce qui est ultimement uni ???

    Ce n'est pas parce que nous regardons par le petit bout de la lorgnette que nous devons prendre la partie pour le Tout !

    Lumineuse journée à tous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'être cherche dans l'action le sens de toute vie, en quête d'un absolu perceptible par fragments au moyen d'expériences successives, qui finissent par déboucher, contre toute attente, sur la victoire du mal sur le bien.

      Supprimer
    2. Je pense qu'il faut vivre sa vie quotidienne en étant simplement attentif à ce qu'il se passe, mais sans l'intégrer dans son psychisme.

      Le tout pour ne pas vivre dans la peur, cause de bien des problèmes physiques.

      Supprimer

  6. http://jack35.wordpress.com/2012/12/09/vivre-sans-peur/#more-31159



    RépondreSupprimer

Tout commentaire qui se veut une publicité cachée est refusé.